Neuilly-sur-Marne - Reims (Division 1, 2e journée)

WAGENHOFFER Jozef-120908-164Les pré-saisons se ressemblent à Neuilly-sur-Marne et sont généralement synonymes de galères et d'errances. L'équipe rassemblée mi-août n'a pas pu prendre ses quartiers d'été, car le personnel de la patinoire était... en vacances. Vivement que la ville remette sérieusement la main sur la gestion de cet équipement sportif, actuellement confié en délégation de service public à une association. Le passage en régie directe est prévu pour 2013.

Après des séances d'entraînement itinérantes à Bercy, à Fontenay ou ailleurs, les Bisons devaient normalement prendre possession de leur patinoire lundi dernier... mais, le jour de la remise en service, la porte d'entrée de la surfaceuse refusait de se refermer. Oui, exactemement la même porte qui s'était déjà bloquée l'an passé, et avait fait peser une épée de Damoclès sur la tenue du match maudit Neuilly-Angers ! Cette année, les Ducs sont déjà prévenus qu'ils joueront ailleurs qu'à Neuilly-sur-Marne mercredi prochain. Le "running gag" - qui ne fait rire personne au HCNM93 - se poursuit puisque la réparation de cette maudite porte aura lieu le 25 septembre...

Frank Spinozzi a donc dû organiser ses entraînements sur trois quarts de glace praticables, sans balustrade dans un coin de la patinoire. Son équipe, déjà lourdement battue à Anglet (7-3) et à Caen en coupe de la ligue (10-0), n'arrive donc pas en situation idéale face à Reims, co-favori de cette division 1 et déjà bien rodé. Au moins les Bisons gardent-ils l'avantage de la "petite glace" puisqu'ils ont trouvé refuge à Champigny-sur-Marne.

LASCEK Stanislav-120908-147Avec autant de problèmes et de désagréments, les Nocéens sont-ils condamnés à être dépiautés par les griffes des Phénix ? Le début de match est rassurant. Malgré son retard de préparation, Neuilly-sur-Marne fait face à Reims en travaillant plus que son adversaire. Le score vierge de la première période est déjà rassurant : il y a bien match.

Et ledit match se décante sur des pénalités rémoises (Lenius et Kadic) au deuxième tiers-temps. À 5 contre 4 puis 5 contre 3, Stanislav Lascek vendange d'abord deux occasions. Il manque de conviction dans son tir alors qu'il est oublié devant le but et servi en douceur par Josef Wagenhoffer, puis il tire à côté sur un rebond en or. C'est finalement Wagenhoffer qui convertit cette double supériorité numérique en s'avançant à mi-distance (1-0, 25'17"). Un bon déplacement du gardien Filip Kubis frustre encore Lascek, tout seul au second poteau sur un centre de Sherbatov (26'17").

Reims réagit par un centre de Jérémy Sabatier pour Yann Diaferia parti dans le dos de la défense, mais Connor Toomey s'interpose. Juste après cette occasion, les Phénix enchaînent de nouveau deux prisons, par Vitton-Mea et Ternelius. Second 5 contre 3, et second but, signé Eli Sherbatov libre au poteau droit (2-0, 32'53").

Le danger serait que Neuilly-sur-Marne se relâche un peu. À 4 contre 5, Valère Vrielynck sort le palet de la bande au milieu de deux adversaires et sert Nicolas D'Aoust : c'est encore Toomey qui sauve son camp. Lascek ajoute l'indiscipline à l'imprécision en prenant une méconduite, et les Bisons perdent le fil. Reims met plus de pression et de protection de palet dans les bandes, mais ne déplace jamais le danger vers l'enclave. Il n'y a donc pas d'autre tir champenois. Le score de ce tiers-temps reflète donc logiquement les vingt lancers locaux en vingt minutes.

TOOMEY Connor-120908-004Probablement secoués par François Dusseau dans le vestiaire, les Rémois attaquent enfin la cage adverse à la reprise. Neuilly-sur-Marne gère bien ce temps faible et la tempête se calme après cinq minutes. La première occasion locale est la bonne, quand Eli Sherbatov hérite d'une passe de Clément Rey entre les cercles et soigne son tir (3-0, 46'43"). Sherbatov passe même près d'un triplé en s'échappant en infériorité numérique, mais il ne conclut pas sa feinte (50'11").

Les Bisons défendent maintenant leur avance. Joel Lenius, à l'affût d'un rebond, tente de glisser le palet le long du poteau. Il lève les bras, mais le but ne lui est pas accordé. On pense alors que Toomey se dirige vers un blanchissage, mérité à ce stade. Cela le consolerait de ses premières prestations difficiles et de sa sortie en cours de match à Caen. Il s'en faudra de seize secondes, car Toomey colle mal son patin à son poteau et encaisse un but de Vrielynck (3-1, 59'44").

Cette première défaite d'un favori dans cette saison de division 1 permet à Neuilly-sur-Marne de rester placé. Les Bisons évitent ainsi que les problèmes d'infrastructure l'alourdissent d'un handicap au classement, ce qui serait difficile à porter dans une D1 de plus en plus relevée.

Commentaires d'après-match

François Dusseau (entraîneur de Reims) : "Neuilly en voulait plus, c'est tout. Ils ont travaillé à cinq, ils ont marqué sur leurs 5 contre 3, alors qu'on a été inexistant en powerplay. On manque de rythme, on n'arrive pas à imposer notre jeu. C'est encore Kubis qui s'en sort le mieux. [...] Cela fait trois ans qu'on joue les demi-finales, on ne va pas prétendre qu'on joue la huitième place. On a annoncé nos ambitions. Ce n'est que le deuxième match."

Frank Spinozzi (entraîneur de Neuilly-sur-Marne) : "Beaucoup de coeur, d'effort et de détermination. Il y a eu beaucoup de lancers bloqués, ça c'est Neuilly. Le dernier but est un petit nuage d'orage qui passe dans une journée de grand soleil. Je ne me rappelle pas en 23 ans de coaching avoir vécu une préparation comme celle-là. Après trois semaines, on s'aperçoit qu'on a vu un peu plus de chimie dans l'exécution. Pour les objectifs, on verra le 15 novembre, quand on aura acheté les deux-trois-quatre joueurs qui nous manquent. On a écarté les frères Johansson. Le retard de préparation fausse les données sur notre équipe. Mais c'est sûr que cette victoire-là avertit tout le monde dans la ligue."

 

Neuilly-sur-Marne - Reims 3-1 (0-0, 2-0, 1-1)
Samedi 15 septembre 2012 à 18h40 à Champigny-sur-Marne. 188 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Péronnin assisté de Guillaume Gardiol et Charlotte Girard.
Pénalités : Neuilly 26' (6', 2'+10', 8') ; Reims 24' (2', 8', 4'+10').
Tirs : Neuilly 35 (11, 20, 4) ; Reims 30 (10, 9, 11).

Évolution du score :
1-0 à 25'17" : Wagenhoffer assisté de Pinc et Sherbatov (double sup. num.)
2-0 à 32'53" : Sherbatov assisté de Dubuc et Wagenhoffer (double sup. num.)
3-0 à 25'17" : Sherbatov assisté de Rey et Sadoun
3-1 à 59'44" : Vrielynck assisté de Hordelalay (sup. num.)


Neuilly-sur-Marne

Gardien : Connor Toomey.

Défenseurs : Jozef Wagenhoffer (A) - Maxime Dubuc (A) ; Sergejs Louskins - Jonathan Lafrance ; Arthur Cuzin.

Attaquants : Loïc Sadoun (C) - Eliezer Sherbatov - Clément Rey ; Michal Pinc - Stanislav Lascek - Kevin Guimbard ; Leyland Plaire-Coudrier - Hugo Vinatier - Marc Slupski.

Remplaçants : Rémi Husson (G), Jeremy Fritsch, Thomas Eischen. Absents : Miroslav Kecka (déchirure à la paroi abdominale), Alexander et Christoffer Johansson (évincés).

Reims

Gardien : Filip Kubis.

Défenseurs : David Vsetecka - Joel Lenius ; Tobias Tornelius - Tristan Lohou ; Victor Vitton-Mea - Armand Coustenoble.

Attaquants : Marc-Antoine Boucher - Marc-André Tourigny (A) - Nicolas D'Aoust ; Valère Vrielynck (C) - Pierre-Charles Hordelalay - Denis Kadic ; Jérémy Sabatier - Florian Sabatier - Yann Diaferia (A).

Remplaçants : Dylan Célestin (G), François-Xavier Bannier, Rémi Houque.