Chambéry - Asnières (D2, poule A, 1re journée)

Les Éléphants commencent bien

On s'attendait à un match disputé pour cette ouverture de championnat et il le fut. Les Chambériens, privés notamment du Slovène Rakanovic et d'Escolier blessés, alignaient néanmoins un groupe solide, et les spectateurs venus en nombre étaient curieux de voir à l'oeuvre les nouvelles recrues. Les Berger, Lavrov, Denis, Orts, Jindrinch, Philibert, Farrugia, Nardi et Bacul allaient ainsi pouvoir se mesurer à un adversaire solide (Asnières fut éliminé l'an dernier en play-offs par Annecy) dans une rencontre officielle. Les Castors étaient privés pour leur part de leurs deux recrues canadiennes, encore sans licence, et de Samorukov et Ehrhart suspendus.

Sous la direction de M. Catarino, le match se déroula de manière fluide et engagée sans être haché de pénalités tatillonnes. Le spectacle n'en fut que meilleur entre des acteurs qui firent voyager le palet d'une cage à l'autre pendant 60 minutes.

Les visiteurs, sous la houlette notamment de Pfeiffer et Dos Santos, mettaient la défense chambérienne à l'épreuve dès les premières minutes, permettant ainsi au gardien Farrugia de jouer efficacement de la mitaine ou des bottes. Après une supériorité numérique francilienne tuée dans l'œuf par des Savoyards bien organisés (6'08), la première ligne des jaune et noir commença à placer quelques accélérations et à 7'44, dans un jeu de puissance bien posé, un palet de récupération de Grabit était efficacement exploité par le duo Bacul-Lavrov. Le jeune gardien saint-pierrais Choi, auteur somme toute d'un bon match, ne pouvait que se retourner pour constater les faits. Cependant, dans cette entame intéressante, les visiteurs n'étaient pas disposés à lâcher l'affaire. Après un duel gagné par Farrugia (10'11), Pfeiffer trouvait enfin la faille dans une défense chambérienne qui se montra parfois fébrile ou même maladroite dans ses relances (14'27). Ce score de parité reflétait bien un premier tiers très équilibré, malgré quelques essais infructueux de Bacul et de Van den Abbeele.

En début de deuxième tiers, le "vétéran" du SOC hockey était à l'origine d'une action que Bakul et Lavrov exploitaient efficacement (21'09). Ce petit avantage restait de courte durée et, sans doute encore sous le coup de l'émotion, les défenseurs chambériens n'arrivaient pas à arrêter une contre-attaque de Pfeiffer et Dos Santos qui prenaient Farrugia en défaut (22'05). Le SOC gâchait quelques occasions (Jindrinch à 26'52 faisait face à Choi, Bacul à 30'35 manquait le cadre) et Asnières n'arrivait pas non plus à conclure au cours de ses temps forts. Enfin, Bacul partant seul sur son aile mystifiait Choi de près (37'12). Les Eléphants, comme leur public, n'eurent malheureusement pas le temps de jouir longtemps de cette avance puisque sur l'engagement, Pfeiffer remettait le compteur à égalité (37'27). Décidément, la défense chambérienne avait bien du mal à se concentrer après l'euphorie et on ne pouvait que reconnaître le réalisme et l'efficacité des visiteurs. Le troisième tiers promettait donc d'être dynamique et engagé.

Commencer le tiers en infériorité numérique pour des Eléphants aux défenses peu efficaces après les citrons, fut un désavantage face à des Castors aux dents longues qui, pour la première fois, prirent alors les devants par un but éclair de Ducam (40'41). Le public qui n'avait pas oublié les nombreux matches perdus la saison dernière au cours d'ultimes périodes catastrophiques se prenait à douter... Il fut vite rassuré car les Eléphants version 2012-2013 affichèrent alors des intentions offensives claires de la part de toutes les lignes. Profitant d'une situation confuse devant la cage de Choi, Lavrov ne tarda pas à remettre les deux équipes à égalité par une troisième réalisation personnelle (43'53). Les supporters conquis assistèrent ensuite à des actions de grande qualité (Lavrov, 46'05, 50'30 ; Marcon, 50'01...) ; sur l'une d'entre elles, dans une belle combinaison amenée par Orts et Lavrov, Bakul jaillissant sur la droite redonnait l'avantage aux locaux (47'19).

Asnières accusait le coup mais ne baissait pas les bras pour autant et le match restait indécis jusqu'à six minutes du terme où on put savourer une attaque d'école. Lavrov, parti sur l'aile gauche, servait Bacul qui fixait le gardien visiteur avant de servir Orts sur sa droite ; le grand (par la taille déjà !) attaquant ne manquait pas l'occasion par un lancer magistral dans la lucarne gauche de Choi (54'06). Les Chambériens avaient réussi le break au bon moment. On crut à un septième but dans la cage vide en fin de match, mais la sirène avait déjà retenti, mettant fin à un match plaisant, longtemps indécis et qui laisse présager pour Chambéry une saison des plus attrayantes.

 

Chambéry - Asnières 6-4 (1-1, 2-2, 3-1)
Samedi 22 septembre 2012 à Buisson-Rond. 602 spectateurs.
Arbitrage de Jean Catarino assisté de Jérôme Moulin et Damien Icard.
Pénalités : Chambéry 14' (4', 6', 4'), Asnières 22' (4', 6', 2'+10').

Évolution du score :
1-0 à 07'44" : Lavrov assisté de Bacul et Grabit (sup. num.)
1-1 à 14'27" : Pfeiffer assisté de Dupuis et S. Guillon
2-1 à 21'09" : Lavrov assisté de Bacul et Van den Abbeele
2-2 à 22'05" : Pfeiffer assisté de Dos Santos et W. Guillon
3-2 à 37'12" : Bacul assisté de A. Denis et Grabit
3-3 à 37'27" : Pfeiffer assisté de Dos Santos et Bakos
3-4 à 40'41" : Ducam assisté de Pfeiffer et E. Rouyer (sup. num.)
4-4 à 43'53" : Lavrov assisté de Bacul et Jindrinch
5-4 à 47'19" : Bacul assisté de Lavrov et Orts
6-4 à 54'06" : Orts assisté de Lavrov et Bacul