Brest – Toulouse-Blagnac (Division 1, 4e journée)

Croteau-PardToulouse-Blagnac cède sur la fin

Lors de la venue d’Annecy il y a quinze jours, les spectateurs avaient pu constater que les nouveaux maillots n’étaient pas encore prêts. Quentin Berthon jouait avec le maillot de Benjamin Rubin (parti à Courbevoie) tandis qu'Erwan Pain arborait son numéro 81 mais sans flocage. La chose est réparée pour la venue de Toulouse-Blagnac et même doublement. À l’échauffement, les Albatros arborent leurs nouveaux maillots extérieurs avant de recevoir juste avant le coup d’envoi ceux à porter à domicile.

Mais si les nouvelles tenues sont prêtes, ce n’est pas le cas de la glace qui comporte quelques trous. La rencontre est reportée d’une vingtaine de minutes durant lesquelles le speaker Yannick Aldrin fait patienter la très belle assistance de 1310 spectateurs. Ces derniers s’attendent à une performance plus rassurante que celle entrevue il y a 15 jours contre les Chevaliers du lac.

Les deux premiers tiers ne vont pas vraiment les rassurer. Alors, oui, la domination est locale et les Albatros semblent jouer sans trop forcer, mais il n’empêche que la manière n’est pas vraiment au rendez-vous. Comme (trop) souvent, la doublette canadienne Croteau-Pard débloque la situation sur le premier jeu de puissance de la partie (1-0 à 04’01’’). Et pour le reste… C’est service minimum.

Le jeu se déroule sous un faux rythme peu propice à l’emballement dans les tribunes, à tel point que même les joueurs semblent s’endormir par moment. Aurélien Gréverend et Daniel Carlsson ont la tête dans les nuages lorsqu’ils laissent bêtement échapper des palets pourtant faciles. Heureusement, Landry Macrez répond présent au peu de travail qu’il a à effectuer pour rattraper les boulettes de ses coéquipiers. Il sort même un arrêt de grande de classe sur Olivier Gamache, en attrapant le tir de l’attaquant canadien avec sa mitaine tout en effectuant un lancer de bottes (04’16’’). Sami Koskela s’illustre aussi de belle manière en déjouant à bout portant Nicholas Pard (15’19’’).

Le score reste bloqué à 1-0 jusqu’à la mi-match et les Albatros ne semblent jamais paniquer malgré l’étroitesse du score. Il est vrai que le visage affiché par les Bélougas, y compris sur leur jeu de puissance, n’est pas très convaincant. Jaroslav Prosvic marque le but du break en prenant un tir surprenant après avoir gagné une mise en jeu (2-0 à 30’23’’). Le matelas est plus confortable pour Brest. Cependant un manque de concentration en supériorité numérique offre une contre-attaque à Maxime Michaud qui se fait faucher au dernier moment par Prosvic. Un tir de pénalité est sifflé. Jimi Palanto se charge de le transformer de manière propre et nette du revers après avoir embarqué Macrez du côté gauche (2-1 32’54’’).

Aurélien GréverendRevoilà Toulouse-Blagnac à une petite longueur de leurs adversaires. Les Bélougas entament donc le dernier tiers avec l’espoir de recoller au score, mais le scénario tourne vite au cauchemar. Les joueurs de Haute-Garonne craquent physiquement et sombrent. Une nouvelle fois, Croteau et Pard sont à l’origine du calvaire adverse qui ne fait que commencer. Leurs coéquipiers Lefebvre, Poulin, Lemoine et finalement Holik les imitent par la suite dans un tiers temps remporté 7-0. Score final 9-1.

Après deux tiers-temps bien ternes, les Albatros ont fini par faire le grand écart à la faveur de la défaillance physique adverse. Le score est éloquent, la manière l’est moins tant la différence aurait dû être faite plus tôt dans la rencontre. Les Albatros ont deux semaines pour peaufiner leurs réglages avant la venue des Galaxians d’Amnéville. Malgré ces imperfections, Brest fait pour l’instant un sans-faute et s’empare même de la première place puisque Anglet s’est incliné à Reims. Soulignons également la prestation convaincante de William L’Arvor qui a rempli sa tâche pour palier l’absence de Quentin Berthon. Landry Macrez aussi respire un peu mieux après un match difficile face à Annecy.

Toulouse-Blagnac retourne dans la ville rose avec la valise pleine de buts et les jambes lourdes. Ils auront bien tenu le coup durant 40 minutes mais la suite fut très difficile. Sami Koskela était totalement laissé à lui-même en fin de rencontre. Le talent d’un Karl Fournier, trop esseulé, n’a pas suffi à faire la différence. Il sera sans doute bien plus utile contre les équipes jouant le maintien.



Brest – Toulouse-Blagnac 9-1 (1-0, 1-1, 7-0)
Samedi 29 septembre 2012 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 1310 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Peronnin assisté de Clément Goncalves et Romain Herrault.
Pénalités : Brest 4' (2’, 0’, 2’), Toulouse-Blagnac 8’ (2’, 4’, 2’).

Évolution du score :
1-0 à 04’01’’ : Pard assisté de Poulin et de Croteau (sup. num.)
2-0 à 30’23’’ : Prosvic
2-1 à 32’24’’ : Palanto (tir de pénalité)
3-1 à 42’59’’ : Croteau assisté de Poulin et Pard
4-1 à 46’23’’ : Pard assisté de Croteau
5-1 à 48’58’’ : Croteau assisté de Pard et Pain
6-1 à 51’52’’ : Lefebvre assisté de Carlsson et J. Avenel
7-1 à 53’29’’ : Poulin assisté de Pard et Gréverend
8-1 à 54’57’’ : Lemoine assisté d’Avenel
9-1 à 57’43’’ : Holik assisté de Prosvic et Avenel (sup. num.)


Brest

Gardien : Landry Macrez.

Défenseurs : Vladimir Holik – Daniel Carlsson (A) ; Aurélien Gréverend – David Poulin ; David Hennebert – Gaëtan Cannizzo.

Attaquants : William L’Arvor – Jaroslav Prosvic (A) – Tristan Lemoine ; Erwan Pain – David Croteau – Nicholas Pard ; Jonathan Avenel – Alexandre Lefebvre (C) – Graham Avenel.

Remplaçants : Arnaud Goetz (G), Clément Gonzales. Absent : Quentin Berthon.

Toulouse-Blagnac

Gardien : Sami Koskela.

Défenseurs : Maxime Michaud (A) – Kévin Codevelle ; Valtteri Autio – Harold Ten Braak ; David Gaydon – Terry Prunier.

Attaquants : Sébastien Savajol (C) – Karl Fournier – Olivier Gamache ; Jimi Palanto – Rémi Peronnard (A) – Alexis Codevelle; Augustin Gillardin – Bryan Ten Braak – Jérémy Pradel.

Remplaçant : Pierre Mauffrey (G). Absents : Damien Gadiot, Irwin Curtet, Clément Blaser, Rémi Doroginsky.