Neuilly-sur-Marne - Lyon (Division 1, 4e journée)

Neuilly-sur-Marne va changer de gardien

LAFRANCE Jonathan-120908-214Dans le sport, on aime l'incertitude pendant le match. À Neuilly-sur-Marne, on subit l'incertitude... avant le match. Comment se passeraient les réparations de ce satané portail d'entrée de la surfaceuse dans le coin de la glace ? Faute de réparer le mécanisme bloqué, on l'a finalement remplacé par une porte à ouverture manuelle. Cela nécessite plus de manipulation, mais au moins ça ne tombe pas en panne... Le problème est que les plexis ne pouvaient pas se fixer sur cette porte, et il a donc fallu combler le vide par un panneau de bois, fixé juste à temps.

Le match peut donc avoir lieu, par contre les Bisons n'ont encore pas pu s'entraîner sur une patinoire complète de la semaine. Pour prendre le rythme, ils ont pu compter sur la Coupe de la ligue, même si elle se solde chaque mardi par de lourdes défaites. Il faut dire qu'ils se sont déplacés à Rouen avec seulement sept attaquants valides. Le recrutement est donc entré en phase active.

Le premier joker est Daniel Volráb, attaquant tchèque drafté en NHL quand il était international U18 avant de partir au Canada en junior majeur (ce qui avait freiné et non accéléré sa carrière). Il sera suivi par Martin Tomasek, l'ex-Amiénois, et par un troisième larron dont l'identité et le poste seront tenus secrets jusqu'à la fin du match. On verra pourquoi...

La première période accorde plusieurs supériorités numériques que Neuilly-sur-Marne exploite mal. Passons sur la première qui arrive très tôt, car les powerplays "à froid" sont rarement concluants. Mais ensuite, Lyon se retrouve pendant 1'39" à trois à cause d'un surnombre puis d'un cinglage de Styf. Non seulement les slaps de Sadoun et Wagenhoffer sont alors repoussés par le gardien lyonnais Guillaume Richard, mais une passe de Wagenhoffer est même interceptée, son partenaire défensif Lafrance se repliant heureusement assez vite pour éviter une contre-attaque en... double infériorité. Oliver Styf commettra une seconde faute, plus "utile", après un bon décalage de Sherbatov, mais le jeu de puissance nocéen ne s'installera même pas.

Ces cartouches gaspillées sont d'autant plus dommageables que Lyon s'est auparavant créé les meilleures occasions à 5 contre 5, essentiellement par sa ligne-phare. Alexander Olsson passe ainsi de derrière la cage pour Éric Medeiros. Seul face au but, l'entraîneur-joueur lyonnais feinte le gardien, mais son tir du revers échoue sur le poteau (4'29"). Le troisième larron du trio Miroslav Kristin fonce dans l'axe et prend son propre rebond en l'air d'un geste de baseball (6'40"). Mais le but de Lyon arrivera finalement par surprise, sur une action peut-être entachée d'un hors-jeu, juste devant le banc local. Cela n'excuse cependant pas le gardien Connor Toomey, qui a laissé filer au-dessus de sa mitaine le tir de Julien Lebey (0-1, 18'42"). Cela aurait même pu finir plus mal pour Neuilly : Volrab prend la première pénalité locale, et Medeiros rate de peu une reprise face à la cage.

VINATIER Hugo-120908-003La deuxième période peut se résumer en une succession de séquences à 5 contre 3. La première est en faveur des Bisons, avec Gillet et Corry en prison. Masqué par un bon écran de Volrab, Guillaume Richard dévie de la botte un lancer masqué de Dubuc, mais ses défenseurs n'éloignent pas le palet. Eli Sherbatov peut donc le servir à Michal Pinc, seul au poteau gauche, qui dévie entre les bottes du gardien (1-1, 28'29"). Lyon reviendra à trois pendant 13 secondes, mais le temps mort pris par Neully sera sans effet.

C'est ensuite au tour de Neuilly-sur-Marne de devoir défendre avec deux joueurs de moins, à deux reprises, toujours après une charge avec la crosse de Jonathan Lafrance. Le premier cas est sans conséquence malgré deux lancers rasants de Gillet, mais le second s'aggrave vite : Lafrance prend deux pénalités mineures d'un coup, et son entraîneur Frank Spinozzi écope d'une pénalité mineure en claquant une porte pour interpeller l'arbitre. Au bout de deux minutes à 5 contre 3, Lyon finit par prendre l'avantage quand Éric Medeiros sert dans le cercle gauche Miroslav Kristin pour une reprise gagnante (1-2, 38'44"). Le Slovaque poursuit donc sur sa lancée après ses quatre buts de la semaine dernière.

Le début de la troisième période est à sens unique en faveur des Bisons, avec deux avantages numériques au passage. Mais ils peinent toujours dans la construction du jeu, et ne s'en remettent qu'aux accélérations de Sherbatov. La leçon d'efficacité sera donc donnée par Lyon, qui marquera sur sa première action offensive depuis la pause : la mitaine de Toomey est encore fautive, elle touche le tir de Martin Millerioux mais ne l'arrête pas (1-3, 49'32").

Neuilly-sur-Marne est sous l'étau et n'arrive pas à réagir, faute de sorties de zone propres face à une équipe qui est en avance au score et ne presse donc pas tant que ça. Lafrance, pris en défaut par la troisième ligne lyonnaise, concède même une pénalité. Les minutes défilent et un retour local semble impossible... jusqu'à un tir apparemment anodin de Maxime Dubuc à la ligne bleue (2-3, 57'23"). Le mini-suspense dure quarante secondes, car Martin Millerioux prend de vitesse Wagenhoffer et reçoit la passe d'Olsson dans une contre-attaque rapide (2-4, 58'06").

TOOMEY Connor-120908-263La coordination offensive fait encore défaut à une équipe de Neuilly-sur-Marne en manque de stabilité dans l'effectif et dans les conditions d'entraînement. Eli Sherbatov surnage dans ce contexte, non seulement par son patinage flamboyant, mais aussi par la vitesse d'exécution de ses passes, souvent osées, qui désorientent toujours l'adversaire même si elles ne sont pas toutes bien reçues. Quant au nouveau venu Volrab, il a peu pesé pour l'instant, mais ce n'était que son premier match. On ne sent pas en lui un vrai premier centre (rôle sans doute bientôt dévolu à Tomasek), et il a été particulièrement décevant dans les mises au jeu.

Le fait du jour a lieu quelques minutes après la sirène finale : Frank Spinozzi convoque le gardien Connor Toomey dans son bureau et lui fait connaître son renvoi. Bien évidemment, la décision n'a pas été prise à chaud, même si les deux mauvais buts côté mitaine la confortent. Le staff avait déjà choisi son remplaçant : Kevin Beech, gardien de l'année en CHL en 2009. Simplement, Toomey a eu le droit à se préparer la tête libre à un dernier match, histoire de se mettre en valeur pour un possible engagement en division 2, où quelques clubs du nord de l'Île-de-France pourraient être intéressés à le recaser. Il n'aura malheureusement pas pu quitter Neuilly sur une très bonne note. Le numéro 2 Rémi Husson jouera quant à lui en coupe de la ligue mardi à Angers.

Commentaires d'après-match

Frank Spinozzi (entraîneur de Neuilly-sur-Marne) : "On manque de synergie. En powerplay, la rondelle se promène, mais on n'a pas l'automatisme qui fait que l'on réussit. Tout n'est pas imputable aux performances en dents de scie de notre gardien, même si cela fait deux défaites 4-2 avec deux mauvais buts. On n'a rien contre lui, c'est un bon gars, mais le lock-out fait tomber des joueurs. Tous les clubs en Europe en reçoivent, et on a pris une décision dans l'intérêt de l'équipe de Neuilly. Oui, les engagements sont un point négatif : on perd tous les jeux à courir après la rondelle. On a un centre naturel, Vinatier, mais il a 20 ans et est en apprentissage. Kecka ne pouvait pas prendre les mises au jeu à cause de sa blessure. C'est pour résoudre ce problème qu'on a engagé deux centres."

Éric Medeiros (entraîneur-joueur de Lyon) : "On a été capable de faire la différence dans le troisième tiers, avec un peu de réussite. C'est vrai que notre ligne tourne bien avec Olsson et Kristin, mais notre capitaine Millerioux et Styf sont d'un grand soutien derrière. Si on passe moins de temps dans notre zone à défendre, on est plus efficace en attaque. On travaille sérieusement, il y a une bonne ambiance, on cherche donc des pistes de recrues avec un esprit qui rentre dans notre moule."

 

Neuilly-sur-Marne - Lyon 2-4 (0-1, 1-1, 1-2)
Samedi 29 septembre 2012 à 18h30 à la patinoire municipale de Neuilly-sur-Marne. 363 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Rousselin assisté d'Aurélien Smeeckaert et Jérémy Metais.
Pénalités : Neuilly 22' (2', 18', 2') ; Lyon 34' (8', 10'+10', 6').
Tirs : Neuilly 35 (10, 9, 16) ; Lyon 35 (9, 17, 9).

Évolution du score :
0-1 à 18'42" : Lebey
1-1 à 28'29" : Pinc assisté de Sherbatov (double sup. num.)
1-2 à 38'44" : Kristin assisté d'Olsson et Medeiros (double sup. num.)
1-3 à 49'32" : Millerioux assisté de Medeiros et Olsson
2-3 à 57'23" : Dubuc
2-4 à 58'06" : Millerioux assisté d'Olsson


Neuilly-sur-Marne

Gardien : Connor Toomey [sorti à 59'02"].

Défenseurs : Arthur Cuzin - Maxime Dubuc (A) ; Jonathan Lafrance - Jozef Wagenhoffer ; Sergejs Louskins.

Attaquants : Stanislav Lascek - Daniel Volrab - Michal Pinc ; Loïc Sadoun (C) - Eliezer Sherbatov - Clément Rey ; Kévin Guimbard - Hugo Vinatier - Miroslav Kecka (A).

Remplaçants : Rémi Husson (G), Marc Slupski (adducteurs), Leyland Plaire, Thomas Eischen, Jérémy Fritsch.

Lyon

Gardien : Guillaume Richard.

Défenseurs : Ryan Corry - Aymeric Gillet ; Oliver Styf - Martin Millerioux (C) ; Jules Breton.

Attaquants : Yannick Geoffrey - Julien Lebey - Arnaud Magallon ; Alexander Olsson - Éric Medeiros - Miroslav Kristin ; Frédéric Figon - Christer Johansson - Anthony Kodyjasz.

Remplaçants : Quentin Wargnier (G), Damien Croux, Mathieu Touveron, Vincent Touveron. Absent : Vikael To-Landry (blessé à la jambe).