Statshot - septembre 2012

C'est reparti ! Un nouveau chapitre de la Ligue Magnus s'est ouvert samedi 15 juillet. Cet opus nous conduira jusque février pour la saison régulière. D'ici là les 14 formations aux ambitions différentes donneront le meilleur pour briguer une place dans les 4 premiers, dans les 12 clubs qui accéderont aux play-offs, ou plus modestement chercheront à obtenir le maintien en Elite.

PETRAKmichal111008055Ce premier mois de compétition nous aura offert 3 journées intenses, les clubs ayant à cœur de réaliser le meilleur départ possible, et déjà des indications chiffrées de premier ordre.

Statistiques individuelles :

- Une rencontre à 16 buts, forcément ça a des conséquences importantes sur un classement des meilleurs pointeurs de début de saison. Alors le match opposant Dijon à Épinal pour le compte de la 3e journée (7-9) a dessiné le podium des scoreurs, notamment avec 2 nouveaux joueurs de Ligue Magnus.

En tête du classement des pointeurs, on retrouve un duo composé du Canadien de Dijon Tim Crowder, et du #40 d'Épinal, le Tchèque Michal Petrak, tous deux avec 6 buts et 3 assistances, soit 9 points au compteur. C'est la première saison en France du néo-Duc, drafté en 2005 par les Penguins de Pittsburgh. À l'inverse Petrak en est à sa 7e saison du côté de Poissompré et a constamment affiché des statistiques personnelles régulières, en inscrivant entre 22 et 45 points par saison.

Juste derrière, le coéquipier hongrois de Crowder, Janos Vas complète le podium. Il compte 8 points, et est actuellement le meilleur passeur de la saison avec 6 unités. Son nom n'est pas inconnu en Magnus puisqu'il est le frère de Marton Vas, qui a passé 3 saisons à Briançon entre 2006 et 2009.

- Une fois de plus, on retrouve deux Dijonnais sur le podium des meilleurs pointeurs, un podium qu'ils ont véritablement trusté la saison passée autour de la « triplette infernale » Gascon, Riendeau et Guttig, même si c'est finalement l'ancien Briançonnais Castonguay qui prenait la médaille de bronze. À tel point qu'on a l'impression d'avoir toujours vu apparaitre le nom de Dijon en haut de ce classement. En réalité, il faut remonter à la première journée de la saison dernière pour ne pas trouver trace d'un Dijonnais sur ce podium. À l'époque, il était constitué d'un groupe de joueurs à 3 points, avec Brodin pour Morzine, Campbell et Jelen pour Gap, Sivic pour Grenoble, Caudron et Castonguay pour Briançon.

- Concernant la saison passée, et le sacre de Gascon au titre de meilleur pointeur, il nous est apparu intéressant de faire un comparatif avec ce début de saison. Si le joueur a quitté Dijon pour rejoindre la Picardie et les Gothiques d'Amiens, il apparaît toujours comme un attaquant décisif pour son club puisqu'il est à ce jour le meilleur passeur et le meilleur pointeur de son équipe avec 5 passes et 6 points. À la même époque la saison passée, soit après 3 matchs, il comptait déjà pratiquement le double, soit 11 points.

- Du côté des cages, le gardien détenant la meilleure moyenne à l'issue du mois de septembre est le portier d'Angers Florian Hardy, avec 1,26 but encaissé de moyenne, et 93,9% d'arrêts. Il devance un autre gardien ayant réalisé un blanchissage, le Grenoblois Sébastien Raibon, 1,58 but encaissé de moyenne, mais un meilleur pourcentage d'arrêt que le natif de Nantes (94,6%). CayerDavid2

- Le derby alsacien de la 2e journée, opposant Mulhouse à Strasbourg a été marqué par un fait de jeu étonnant. Une fois le coup d'envoi donné, le Strasbourgeois David Cayer inscrivait le premier but de la rencontre après seulement... 7 secondes de jeu ! Un record en apparence, mais qui en réalité n'en est pas un !

Nous nous sommes penchés sur la question et nous avons retrouvé trace du but le plus rapide de l'histoire du championnat de France.  Et pour le coup un record VRAIMENT difficile à battre ! Il a été marqué le 21 janvier 1989 (saison 1988-1989), lors de la rencontre de play-down opposant Tours au Mont-Blanc (6-3). Sur une assistance de Pierre Pousse, Daniel Poudrier ouvrait le score après seulement 2 secondes de jeu ! Sans doute un cauchemar que doit encore faire aujourd'hui Jean-François Merchan, le portier de Tours lors de ce match.

Statistiques collectives :

- 3 matchs de championnat et 3 équipes qui ont fait carton plein. Le duo isérois des Ours de Villard et des Bruleurs de Loups de Grenoble, accompagné des Dauphins d'Epinal, affichent au compteur 6 points sur 6 possible.

Il n'est pas rare qu'un trio d'équipes démarre sa saison avec 3 victoires. C'est pourtant une situation inédite pour Épinal : avec ces 3 succès, les Vosgiens réalisent tout simplement le meilleur début de leur histoire ! Villard n'est pas coutumier du fait, pour autant si l'on remonte à la saison 2005-2006, l'équipe avait démarré avec 5 victoires consécutives. Quant à Grenoble, ce n'est pas une situation rare.

En outre, les Bruleurs de Loups, détiennent conjointement avec Angers le record de la meilleure série de début de saison.  En 2007-2008 pour les Isérois (série qui a pris fin justement à Angers (4-2) ), et en 2009-2010 pour les Angevins (série terminée... à Grenoble ! (4-3) ), les 2 équipes ont débuté leur saison avec 9 victoires consécutives.

- À l'opposé des séries positives, le petit monde du hockey français a été frappé par les débuts chaotiques du champion en titre. Avant de s'imposer et de se rassurer à domicile face à Mulhouse (6-1), les Dragons de Rouen avaient en effet débuté sur une défaite à l'Ile Lacroix face à Épinal (2-4), puis au Colysée d'Amiens la semaine suivante (5-3). Et ce n'est pas coutume.

Le parallèle peut évidemment être fait avec la saison 2009-2010 : les Dragons de Rouen avaient également démarré la saison avec 2 défaites, mais avaient malgré tout pris un point puisqu'après s'être inclinés à Morzine pour la première journée (4-3), ils avaient conduit les Ducs de Dijon jusqu'à la séance de fusillades (3-3), avant de finalement s'incliner. Ils s'étaient repris lors de la 3e journée en s'imposant largement face à Chamonix (7-3).

Démarrer la saison avec 0 point en 2 matchs n'était arrivé qu'une seule fois dans l'histoire de Rouen en Elite. Et c'est ainsi l'occasion de saluer le vivier de connaissances qu'il y a autour du forum HockeyArchives. Ainsi le membre au pseudo « Sustain » faisait remarquer fort justement que c'était le plus mauvais début de saison de Rouen depuis la saison 1986-1987. A l'époque, le RHE démarrait sa saison sur une défaite face au Mont-Blanc qui venait juste de naître de la fusion entre Saint-Gervais et Megève (4-8). Puis il s'inclinait à Chamonix sur le score de 4-3. Cette saison là aussi il leur a fallu attendre la 3e journée pour ouvrir le compteur, grâce à une victoire face à Viry-Châtillon (10-4). Cette saison là fut considérée comme extrêmement difficile pour les Rouennais : pour cause de résultats insuffisants, et de méthodes jugées trop « rudes », le coach Serge Evdokimoff est démis de ses fonctions et remplacé par un duo d'entraîneurs-joueurs aux noms bien connus : Luc Tardif et le canadien Jean Savard. Le club se sauvera de justesse en terminant avant-dernier de Nationale 1A, devant Viry. Une saison aussi galère semble peu probable aujourd'hui pour les rouennais devenus Dragons, mais le hockey réserve parfois bien des surprises...

- Quand les résultats ne suivent pas, certains clubs peuvent malgré tout témoigner d'autres points positifs de régularité. La saison passée, les Rapaces de Gap terminaient la saison largement en tête du classement du fair-play, qui se base sur le plus faible cumul de minutes de pénalité. En ce début de saison, on retrouve une fois de plus les Gapençais en haut avec 20 minutes de pénalité (10 minutes à Dijon, 6 minutes face à Briançon, 4 petites minutes à Grenoble, et aucune pénalité majeure au compteur). En queue de ce classement, on retrouve l'autre club à 3 défaites, mais au final avec une trajectoire bien différente : les Chamois de Chamonix, avec 90 minutes de pénalité. La résultante entre autres des 27 minutes cumulées pour Francis Charland, les 10 minutes pour Jay Latulippe lors de la rencontre à Mulhouse, ou les 25 minutes de Fabien Veydarier à Epinal.