Grenoble - Amiens (Ligue Magnus, 5e journée)

Un tiers suffit à Grenoble

2012-20-13-Grenoble-Amiens1Leaders de la Ligue Magnus avec quatre victoires en autant de rencontres, les Brûleurs de Loups reçoivent de vieilles connaissances avec les Gothiques d'Amiens pour tenter la passe de cinq. Mais si tout va bien en championnat pour l'équipe grenobloise, il n'en va pas de même en coupe de la ligue où les joueurs de Jean-François Dufour restent sur deux défaites à domicile face à Briançon et à Villard. Une défaite qui a fait désordre alors qu'une qualification pour les quarts de finale de la compétition était en jeu. Une réaction est donc attendue, tant dans le résultat que l'attitude vu que les Grenoblois ont affiché une motivation douteuse mardi contre Villard.

Du côté amiénois, la qualification pour les quarts de finale de la coupe de la ligue a été assurée mardi avec une victoire ramenée de Strasbourg. Libéré de ce premier objectif de la saison, Amiens se présente ce soir avec l'objectif de rattraper une défaite frustrante à domicile face à Dijon la semaine dernière. Pour cette rencontre les Brûleurs de Loups enregistrent le retour de François Ouimet alors que Mike Vaskivuo, touché mardi contre Villard tient finalement sa place contre toute attente. Les Gothiques sont au complet.

Dès les premières minutes, ce sont les Gothiques qui prennent l'initiative du jeu alors que les Brûleurs de Loups se contentent étonnamment de défendre et d'attendre les contre-attaques. Une première tentative de Basic oblige Raibon à un arrêt difficile. Même si la réaction grenobloise survient avec une bonne percée de Ouimet bloqué in extremis par Santanen, les Amiénois continuent de contrôler la rondelle et donnent le tournis à une défense grenobloise obligée de parer au plus pressé. Une domination qui se traduit logiquement par une pénalité d'Antonoff. À cinq contre quatre, la domination amiénoise s'accentue et sur un tir de Béron, Claireaux est présent au rebond et marque... du patin selon l'arbitre M. Bourreau qui refuse le but malgré les protestations amiénoises. Les Grenoblois s'en tirent à bon compte lors de cette infériorité numérique et repartent à l'attaque par Ouimet puis Tardif qui débordent sur l'aile droite avant de buter sur Santanen bien présent.

2012-20-13-Grenoble-Amiens2Les Gothiques continuent de pousser et Raibon doit multiplier les prouesses devant sa cage pour éviter l'ouverture du score amiénoise. Bousculés, les Brûleurs de Loups vont pouvoir respirer enfin lorsqu'une pénalité est appelée contre Leclerc suite à un bon travail de Bedin le long de la bande. Le power-play s'installe et un tir d'Amar à la bleue est capté en deux temps par Santanen malgré la présence de Vaskivuo et Tardif au rebond. Cependant une obstruction de Tardif met fin prématurément à la supériorité numérique grenobloise. En power-play, les Gothiques butent encore sur Raibon dans les ultimes secondes... Pas très heureux, les joueurs d'Heikki Leime, dans un tiers qu'ils ont nettement dominé sans concrétiser.

Et ils vont très vite regretter cette première période stérile : trente secondes après le coup d'envoi, Baylacq remonte le palet pour Tartari qui décale Le Blond, seul en entrée de zone. Le Blond tire après avoir franchi la ligne bleue : Santanen n'est pas masqué mais laisse passer le palet au-dessus de sa mitaine (1-0, 20'30"). Dès l'engagement, Bastien s'infiltre entre les deux défenseurs grenoblois et se présente seul face à Raibon qui s'interpose face à l'attaquant amiénois. Raibon est obligé une nouvelle fois de faire le travail face à Béron quelques minutes plus tard.

Malgré l'ouverture du score grenobloise, Amiens continue de faire le jeu et à se montrer dangereux alors que les Grenoblois procèdent par contre à l'image de Briand ou du duo Arrossamena-Desrosiers. Vaskivuo teste la mitaine de Santanen sur un tir lointain. Le portier finlandais fait l'arrêt, mais quelques secondes plus tard, le même Vaskivuo récupère un palet perdu par Roussel à la ligne bleue, joue le deux contre un avec Perret et se charge lui-même de finir le travail d'un tir précis au-dessus de la jambière (2-0, 26'48"). Ce deuxième but coupe les jambes amiénoises, et une minute plus tard, une passe transversale de Tartari trouve Le Blond qui donne immédiatement à Baylacq libre de toute marquage face à la cage : Santanen, abandonné par sa défense, ne peut que constater les dégâts (3-0, 27'49").

2012-20-13-Grenoble-Amiens3Heikki Leime demande un temps mort pour recadrer ses joueurs. Euphoriques, les Grenoblois se ruent sur la cage de Santanen et donnent le tournis à la défense amiénoise. Mais les contre-attaques amiénoises sont nombreuses : Béron bute in extremis sur Raibon lequel est sauvé quelques secondes plus tard par la barre. Une transversale trouvée par les Grenoblois sur une attaque quelques minutes plus tard... symbole d'un tiers complètement fou où les attaques ont pris le pas sur les défenses.

Les attaques se multiplient côté grenoblois et Le Blond puis Baylacq s'y reprennent à trois fois sans pouvoir lever le palet au-dessus de Santanen couché sur la glace. Le portier amiénois se blesse d'ailleurs sur cette action, mais reste encore dans sa cage après l'engagement. Il demande ensuite à sortir mais attend désespérément que le palet soit dégagé par ses coéquipiers ! Étonnamment, les joueurs amiénois ne cherchent pas à interrompre le jeu et laissent leur gardien effectuer plusieurs arrêts en grimaçant de douleur. Les Grenoblois n'en profitent pas pour marquer et Santanen finit par laisser sa place à Léo Bertein.

Le jeune portier picard effectue un premier arrêt spectaculaire en se jetant à la rencontre de Bedin parti en échappée, déviant le palet in extremis de la crosse d'un bon "poke check". Finalement il s'incline sur un palet donné derrière la cage par Ouimet et repris à bout portant par Tardif (4-0, 39'15"). Le tiers aurait pu s'achever sans pénalité, mais Crossman se fait prendre par une crosse haute sur Claireaux ce qui permet aux Gothiques de terminer à cinq contre quatre.

2012-20-13-Grenoble-Amiens4Amiens débute le troisième tiers en supériorité numérique pour plus d'une minute et n'en profite pas. Mais comme les Grenoblois ont adopté une position très défensive en ce début de tiers, les Gothiques ont tout le loisir de poser leur jeu et d'inquiéter Raibon. Trop passifs, les Brûleurs de Loups oublient Bachet dans le slot à la réception d'un centre de Béron (4-1, 43'37").

Grenoble tente de porter enfin le palet en zone d'attaque et Baylacq a l'occasion de marquer un cinquième but sur une belle passe de Perret, mais seul face à Bertein, le capitaine grenoblois manque de lucidité au moment de conclure. Les Gothiques en profitent pour repartir à l'attaque et font tourner le palet autour de la cage grenobloise. Les Grenoblois défendent trop bas et se font surprendre sur un centre de Gascon le long de la bande pour Corriveau libre de tout marquage et qui trouve une splendide lucarne (4-2, 52'09"). Dans la foulée, Mike Vaskivuo se fait pénaliser pour un faire trébucher dans sa zone défensive. Le match semble près de basculer mais les Gothiques ne parviennent pas à en profiter. Les dernières minutes sont tendues alors que Grenoble semblait pourtant avoir tué le match à 4-0. Leime sort Bertein pour jouer le surnombre. Finalement rien n'y fait et Baylacq est même tout près d'inscrire un cinquième but dans la cage vide.

En jouant bien un tiers-temps, le deuxième, les Brûleurs de Loups ont inscrit quatre buts et remporté ce match. Durant ces vingt minutes, ils ont retrouvé la fougue et l'intensité qui étaient la leur lors des play-offs de la saison dernière. Bien aidés au départ par une équipe amiénoise à côté du sujet en début de deuxième tiers, ils ont pris confiance et mis en place leur jeu d'attaque énergique qui a étouffé l'équipe adverse. Symbole de cette réussite, la ligne Baylacq-Tartari-Le Blond, chargée au départ de contrer la ligne de Gascon, mais qui a pris une part prépondérante dans la victoire avec deux buts inscrits.

Mais pour en arriver là, il a fallu compter sur un Sébastien Raibon des grands soirs qui a dégouté les attaquants amiénois durant les deux premières périodes. Les arrêts qu'il a effectués ont laissé son équipe dans le match alors qu'elle subissait clairement le jeu au premier tiers. Au deuxième, il a colmaté les brèches défensives laissées par ses coéquipiers. Car c'est là le point noir de cette rencontre côté grenoblois : un laxisme défensif inhabituel avec une marge de manœuvre trop importante laissée à l'adversaire qui a pu poser tranquillement son jeu. Si on ajoute à cela un marquage défensif très approximatif, on se dit que l'issue de la rencontre aurait pu être toute autre avec un Raibon simplement moyen. À revoir avant le match important à Villard mardi où les Brûleurs de Loups joueront leur qualification pour les quarts de finale de la coupe de la ligue. En attendant, ils peuvent continuer à savourer leur place de leader en Ligue Magnus.

Les Gothiques repartent les mains vides et certainement très frustrés de leur déplacement en Isère. Stériles durant le premier tiers qu'ils ont largement dominé, ils ont marqué deux buts au troisième tiers alors que le match était déjà joué. Entre les deux, un deuxième tiers cauchemardesque où ils ont accumulé les bévues défensives et ont semblé complètement perdus sur la glace. Et pour rendre la soirée encore plus noire, Juho Santanen s'est blessé et risque d'être absent des prochains rendez-vous. Dommage car Gascon, Béron, Corriveau et Bastien avaient réussi à donner le tournis à la défense grenobloise mais ont buté sur Raibon. Les gardiens ont fait la différence dans ce match où aucune des deux équipes n'a finalement joué soixante minutes. Qualifiés en coupe de la ligue, les Gothiques joueront sans pression mardi face à Mulhouse avant de recevoir Gap samedi prochain.

Désignés meilleurs joueurs du match : Matthieu Le Blond (Grenoble) et Grégory Béron (Amiens)

(Photos Philippe Durbet - https://picasaweb.google.com/elkamelbdl/LM20125BDLVSAmiens20121013)

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré et Télé Grenoble) :

Jean-François Dufour (entraîneur de Grenoble) : "On a la victoire, c'est le plus important mais il va falloir jouer de meilleurs matchs que ça. On a un gros test mardi à Villard, il va falloir mieux. On a été opportunistes au deuxième tiers, on a eu nos chances et on les met au fond de la cage, mais heureusement que Sébastien Raibon fait un très gros match parce qu'on a laissé beaucoup d'ouvertures à l'autre équipe, on savait qu'ils avaient une équipe dynamique avec deux bonnes lignes mais il y avait beaucoup trop d'espaces, dans la zone défensive on ne prend pas nos responsabilités Il y a du travail à faire mais la satisfaction, ce sont les deux points."

Matthieu Le Blond (attaquant de Grenoble) : "À 4-0, on aurait dû tuer le match. Mais Amiens a aussi eu beaucoup d'occasions et mis deux jolis buts. Maintenant, on reste satisfait de notre victoire et fier de gagner contre une équipe comme celle-là ! On est en tête du championnat, mais il faut qu'on se rappelle que les cinq matchs ont été durs. On n'a jamais surdominé une équipe. On doit continuer à travailler."

Luc Jr Tardif (attaquant de Grenoble) : "On a fait un gros match. On joue avec cinq lignes dans le premier tiers alors qu'Amiens ne tournait qu'à trois. Cela nous a permis d'être plus frais dans le second tiers."

 

Grenoble - Amiens 4-2 (0-0, 4-0, 0-2)

Samedi 13 octobre 2012 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 2950 spectateurs.
Arbitrage de Alexandre Bourreau assisté de Gwilherm Margry et Matthieu Barbez
Pénalités : Grenoble 8' (4', 2', 2'), Amiens 2' (2', 0', 0')
Tirs cadrés : Grenoble 33 (6, 22, 5), Amiens 35 (10, 9, 16)

Évolution du score :

1-0 à 20'30" : Le Blond assisté de Tartari et Baylacq
2-0 à 26'48" : Vaskivuo
3-0 à 27'49" : Baylacq assisté de Le Blond et Tartari
4-0 à 39'15" : Tardif assisté de Ouimet et Joffre
4-1 à 43'37" : Bachet assisté de Béron et Claireaux
4-2 à 52'09" : Béron assisté de Gascon et Bergin

 

Grenoble

Gardien : Sébastien Raibon.

Défenseurs : Nicolas Antonoff - Sylvain Dufresne ; Baptiste Amar (A) - Kévin Dusseau ; Jason Crossman (A) - Maxime Suzzarini.

Attaquants : Julien Baylacq (C) - Christophe Tartari - Mathieu Le Blond ; Luc Tardif Jr - Ed McGrane - Joris Bedin ; Francis Desrosiers - Mathieu Briand - Nicolas Arrossamena ; César Joffre - Mike Vaskivuo - François Ouimet ; Jordan Perret.

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Mathieu Pons.

Amiens

Gardien : Juho Santanen (puis Léo Bertein de 37'01" à 58'40")

Défenseurs : Aziz Baazi - Vincent Bachet (C) ; Thomas Roussel - Jimi Santala ; Nicolas Leclec - Kévin Bergin (A).

Attaquants : Grégory Béron - Martin Gascon (A) - Valentin Claireaux ; Julien Corriveau - David Bastien - Luka Basic ; Marius Serer - Aina Rambelo - Romain Bault ; Romain Carpentier.

Remplaçants : Maurin Bouvet, Alexis Besson.