Toulouse-Blagnac – Montpellier (Division 1, 5e journée)

Rechute

Les Bélougas sont mal en point. En championnat c'est la catastrophe avec une défaite difficilement admissible face à Courbevoie. Mais la coupe de France est passée par là et l'équipe a montré de belles choses contre Bordeaux, un jeu mieux construit, une attaque plus collective, un gardien bien présent et... une victoire à la clef. Pour Montpellier, tout est plus rose, c'est la première partie de classement qui accueille les Vipers et pour tenir cette place ils ont besoin de points pour résister à la chasse infernale derrière Brest et Nice. Pour les deux équipes il est important de prendre des points pour assurer sa position, mais la pression ce soir est clairement sur les épaules du TBHC qui doit prendre les points devant son public pour continuer à rêver aux play offs.

Les Vipers mordent

VISNAK Bodhan-111001-193C'est devant 803 spectateurs dont une poignée de supporters Montpelliérains que le match commence. Dès le début on voit bien que cette rencontre n'aura pas la fluidité du match de coupe de France face à Bordeaux. Les premières actions sont dures, le jeu est haché et les mises en échec nombreuses. Les Bélougas sont présents et ne se laissent pas déborder par cette entame rugueuse. Les deux équipes enchaînent les phases d'attaque contre attaque jusqu’à la 5e minute ou le TBHC ouvre le score. Après une série de 5 tirs consécutifs repoussés par Michael Dupont, Karl Fournier, parfaitement servi par Olivier Gamache, réussit à passer le palet sous le gardien. 1-0, encore une fois les Bélougas ouvrent la marque. Malheureusement le schéma est bien connu. L'ouverture du score du TBHC est toujours suivie d'un relâchement fatal et encore une fois, cela se vérifie : à la 6e minute Nicolas Constantineau pour les Vipers trompe Sami Koskela. 1-1. Tout est à refaire pour les locaux.

Le match reprend à 100 à l'heure. Les Bélougas dominent clairement les débats et imposent de longues phases d'attaque, mais ils peinent à concrétiser. Comme souvent, le fait de monter sans cesse à l'attaque fragilise le repli défensif et Montpellier sait parfaitement en profiter et double la mise à la 12e minute. Sami Koskela se couche sur un tir d'Étienne Brodeur mais ne réussit pas à se relever suffisamment vite pour stopper le deuxième tir de Petr Janecka. 1-2, les Bélougas retombent dans leurs travers. La fin de période est encore blagnaco-toulousaine seulement contrairement au match contre Bordeaux, le TBHC ne parvient pas à combler son retard et rentre au vestiaire avec un but de retard.

Encore trop juste.

Le deuxième tiers commence sur un rythme plutôt lent. Les Vipers semblent être revenus avec de nouvelles intentions et leur jeu collectif ne tarde pas à mettre les Bélougas en difficulté. En supériorité au bout de 3 minutes, Montpellier maîtrise parfaitement son power play et Mathieu Combe crucifie Koskela à bout portant. 1-3, les Vipers prennent le large. Suite à ce but, le TBHC sombre. Comme d'habitude, le simple fait d'être en retard de 2 buts plonge l'équipe dans une léthargie terrifiante. On est loin du rythme du 1er tiers, plus aucune situation offensive à se mettre sous la dent.

Les Bélougas sont au fond du trou mais ils ne sont pas au bout de leur peine. À la 37e minute suite à une pénalité inutile de Jérémy Pradel pour une charge, Ryan Ellis trouve le chemin des filets en reprenant un palet que Sami Koskela venait juste de repousser. 1-4, les carottes sont presque cuites. En hockey sur glace il y a une règle simple : un match n'est jamais gagné ni perdu avant le coup de sifflet final. Combien d'équipes menées de 2, 3 ou 4 buts réussissent à recoller au score ? Les exemples sont nombreux, mais du côté des Bélougas, le fait d'être mené a tendance à provoquer une démotivation et conduit souvent à la catastrophe. Pourtant, dans la dernière minute du 2e tiers, alors que même le public commençait à être résigné, Rémi Peronnard ramène son équipe à deux longueurs des Vipers. 2-4, même score à la pause que contre Bordeaux, l'espoir est donc encore permis.

Très proche de l'exploit

Le public est totalement remotivé par cette réduction de l'écart. Les Bélougas eux-mêmes sentent qu'il est possible de remonter au score. Au bout de 20 secondes de jeu, Valtteri Autio trompe Michael Dupont d'un tir sous la barre. 3-4, l'exploit semble réalisable. Le jeu continue de se durcir mais le TBHC en pleine confiance continue d'assaillir les cages des Vipers. 44e minute, Rémi Peronnard confirme en égalisant d'un tir rageur. Le public est en liesse. En moins de 5 minutes de jeu effectif, les locaux ont remonté 3 buts de retard.

Malheureusement le scénario du match de coupe de France face à Bordeaux ne se reproduira pas, car l'exploit des Bélougas aura son revers, la combativité des Montpelliérains aura le dessus. En deux minutes, deux buts et les espoirs du TBHC s’envolent. Ryan Ellis et Martin Slovak se chargent de donner la victoire aux Vipers. Cette victoire est acquise dès la 50e minute car à partir de ce moment le jeu devient violent et haché, les bagarres générales s’enchaînent et les actions de jeu sont rares. C'est après une pause de plus de 5 minutes pour distribuer pas moins de 24 minutes de pénalité que le match s'achève. Les Vipers étaient les plus forts.

Conclusion.

Les Bélougas ont failli rééditer l'exploit du match contre Bordeaux. Seulement les Montpelliérains étaient solide et n'ont pas craqué lorsque le TBHC a recollé au score. Pour les Bélougas, si on peut admirer le redressement progressif de l'équipe, il est clair qu'en termes de points au championnat, c'est la déroute totale. Avec une 14e et dernière place, la situation commence à être critique et les progrès vus depuis 2 matchs vont devoir très rapidement être converti en points sous peine de revoir les objectifs de la saison fortement à la baisse. Pour Montpellier cette victoire ne fait que confirmer leur place dans la première partie de tableau. Dans la course aux play offs, il va falloir compter sur eux.

 

Toulouse-Blagnac - Montpellier 4-6 (1-2, 1-2, 2-2)
Samedi 13 octobre 2012 à la patinoire Jacques-Raynaud. 803 spectateurs.
Arbitrage de Marie Tjana Picavet assisté de Olivier Salicio et Romain Herrault.
Pénalités: TBHC 51' (0', 41', 10'), Montpellier 40' (6', 16', 18').

Évolution du score :
1-0 à 05'05" : Fournier assisté de Gamache et Savajol
1-1 à 06'22" : Constantineau assisté de Hamon et Combe
1-2 à 12'37" : Janecka assisté de Brodeur et Visnak
1-3 à 23'14" : Combe assisté de Janecka (sup. num.)
1-4 à 37'20" : Ellis assisté de Visnak et Slovak (sup. num.)
2-4 à 39'26" : Péronnard assisté de A. Codevelle
3-4 à 40'20" : Autio assisté de Fournier et Michaud
4-4 à 44'16" : Péronnard assisté de A. Codevelle
4-5 à 46'06" : Ellis assisté de Danilics
4-6 à 47'25" : Slovak assisté de Visnak

  
Montpellier

Gardiens : Michael Dupont

Défenseurs : Ivan Bohin, Bodhan Visnak, Tony Delage, Nicolas Constantineau, Francois Henri Deserable, Lionel Simon, Alexandre Juan, Guillaume Bourgain

Attaquants : Roman Skutchan, Étienne Brodeur, Raymonds Danilics, Maximilien Martock, Thomas Saunier, Ryan Ellis, Kevin Ottino, Kevin Hamon, Petr Janecka, Martin Slovak, Mathieu Combe

Toulouse-Blagnac

Gardiens : Sami Koskela

Défenseurs : Damien Gadiot, Kévin Codevelle, Valtteri Autio, Irwin Curtet, David Gaydon, Terry Prunier, Maxime Michaud

Attaquants : Jérémy Pradel, Olivier Gamache, Rémi Doroginsky, Augustin Gillardin, Sébastien Savajol, Bryan Ten Braak, Alexis Codevelle, Rémi Peronnard, Jimi Palanto, Harold Ten Braak, Karl Fournier, Maxime Faup