Chamonix - Strasbourg (Ligue Magnus, 6e journée)

Premier succès éclatant pour Chamonix

CHAMOISchamonix111210306Zéro point. Après cinq journées, le constat est dur pour Chamonix. La Coupe de la Ligue n'a pas permis de rassurer sur le niveau du CHC, puisqu'il n'a obtenu qu'une victoire en quatre rencontres contre ses congénères de Ligue Magnus. Il reste même sur un sévère 9-4 mardi dernier à Dijon.

L'entraîneur de l'année Stéphane Gros dispose pourtant d'un effectif assez voisin de celui qui a atteint les demi-finales l'an passé. Les résultats actuels ne peuvent donc pas refléter le niveau réel de l'équipe. Le calendrier a été pénalisant jusqu'ici pour les Chamois, qui n'ont joué qu'une fois à domicile, un match perdu sur une pénalité en fin de match contre Villard-de-Lans. Ils doivent donc absolument gagner ce soir contre Strasbourg, qui a connu également le doute en septembre mais qui va bien mieux depuis. L'Étoile Noire a cependant déjà perdu deux de ses quatres recrues suédoises. Son meilleur marqueur Fredrik Abrahamsson, souffrant du mal du pays, a été remplacé par Carlo Grünn, mais le Finlandais n'est pas encore qualifié. Julien Burgert assure donc l'intérim sur la première ligne.

Quand une équipe gamberge psychologiquement comme c'était un peu le cas de Chamonix, il est important qu'elle marque la première. L'intervention d'Omar Pacha sur la première attaque rapides de Strasbourg est donc importante. Tout comme est important ce beau mouvement chamoniard, dès la quatrième minute, qui se conclut par un centre de Laurent Gras pour le but d'Arnaud Hascoët (1-0).

Strasbourg se complique encore la tâche en multipliant les pénalités : Frantisek Bombic fait trébucher Charland, Cayer commet une obstruction, et Cibula accroche en zone neutre. La plupart du temps, le jeu de puissance chamoniard semble encore se chercher et n'arrive pas à s'installer durablement. Pourtant, cela suffit pour que Francis Charland signe un superbe tir du poignet à bonne distance (2-0).

En fin de première période, Édouard Dufournet remporte un engagement en zone défensive face à Masson et se fait accrocher par son vis-à-vis en sortant de son camp. Désormais en infériorité, les défenseurs chamoniards imposent une lutte intense pour le palet, mais Cibula parvient à le ressortir pour Kallström qui s'infiltre dans l'enclave. Le revers du Suédois passe près de la réduction du score. Chamonix peut donc rejoindre le vestiaire avec deux buts d'avance et le plein de confiance.

GUERETTECHARLANDfr111210126Daniel Bourdages a sans doute tenu un discours de discipline dans le vestiaire, mais ses joueurs sont tout simplement dépassés par la vivacité de la première ligne chamoniarde. Lauzon et ses compères obtiennent deux pénalités de Bougé et Correia sur la même action. En plus, Julien Correia avait rendu des services précieux en infériorité et ne pourra plus le faire depuis la prison. Cette double sanction sonne donc le glas des Alsaciens : à 5 contre 3 puis à 5 contre 4, Francis Charland et Omar Pacha envoient deux lancers frappés (4-0). Bourdages demande un temps mort et remplace son gardien Vladimir Hiadlovsky par Gilles Beck, qui reste sur un blanchissage à Épinal mardi dernier en coupe de la ligue.

Il semble que Bourdages ait appelé ses hommes à retrouver du dynamisme, car pendant quelques minutes, ils se mettent à foncer à la cage pour chercher des déviations. Mais ce regain de volonté est brisé net par un slap du haut du cercle gauche de Francis Charland, à la fin d'une phase de 4 contre 4. Le Canadien vit une soirée magique et remet ça avec un quatrième but lointain, un tir dévié en lucarne, avant de mettre sur orbite le défenseur Riku Silveloinnen qui sort de prison (7-0). Beck a subi le même sort que son collègue, et encore a évite-t-il le pire sur un une-deux Lauzon-Charland qui a encore dérouté la défense.

Il n'y a guère que deux possibilités pour animer le dernier tiers-temps. Que Strasbourg décide de sauver l'honneur, ou que Francis Charland fasse encore exploser son compteur. La première hypothèse sera résolument écartée par un Clément Fouquerel décidé à protéger son blanchissage jusqu'au bout, y compris pendant un jeu de puissance strasbourgeois en fin de match. C'est donc Charland qui va encore s'illustrer, laissé absolument seul pour reprendre le centre au second poteau de Lauzon.

Cela fait donc 8-0, avec 5 buts et 2 assists pour Francis Charland. Il n'y a pas plus de vérité dans ce score que dans le classement actuel de Chamonix, mais il contrebalance un peu les blocages du début de saison. Les Strasbourgeois ont payé à l'excès leurs pénalités, mais c'est parce qu'ils ont moins patiné que leurs adversaires.

Récompensés à la fin du match : Francis Charland et Clément Fouquerel pour Chamonix ; Jakub Suchanek pour Strasbourg.

 

Chamonix - Strasbourg 8-0 (2-0, 5-0, 1-0)
Samedi 20 octobre 2012 à 20h30 à la patinoire Richard-Bozon.
Arbitrage de Marc Mendlowictz et David Courgeon assistés de Matthieu Barbez et David Courgeon.
Pénalités : Chamonix 14' (2', 4', 8'), Strasbourg 20' (6', 8', 6').
Tirs : Chamonix 28 (8, 15, 5), Strasbourg 24 (8, 6, 10).

Évolution du score :
1-0 à 03'34" : Hascoët assisté de Gras et Audibert
2-0 à 11'32" : Charland assisté de Lauzon et Latulippe (sup. num.)
3-0 à 26'22" : Charland assisté de Masson et Gras (double sup. num.)
4-0 à 27'10" : Pacha assisté de Latulippe et Charland (sup. num.)
5-0 à 33'28" : Charland assisté de Lauzon (inf. num.)
6-0 à 37'10" : Charland assisté de Lauzon et Pacha
7-0 à 37'28" : Silveloinnen assisté de Charland et Pacha (sup. num.)
8-0 à 49'03" : Charland assisté de Lauzon et Nilsson
 
 
Chamonix

Gardien : Clément Fouquerel.

Défenseurs : Omar Pacha - Andreas Nilsson ; Fabien Veydarier - Arthur Cocar ; Riku Silveloinnen - Damien Torfou ; Clément Colombin [à 40'].

Attaquants : Francis Charland - Jay Latulippe - Carl Lauzon ; Alexandre Audibert (C) - Laurent Gras (A) - Arnaud Hascoët ; Matthias Terrier - Clément Masson (A) - Patxi Biscard.

Remplaçants : Tom Charton (G), Jérémy Arès. Absent : Richard Aimonetto (genou).

Strasbourg

Gardien : Vladimir Hiadlovsky puis Gilles Beck à 57'10".

Défenseurs : Kenny Kallström - Frantisek Bombic ; Jakub Suchanek - Michal Cesnek ; Hugues Cruchandeau (A) - David Striz.

Attaquants : Rickard Rollin-Carlsson - Jan Cibula (C) - Julien Burgert ; Lionel Tarantino - Édouard Dufournet (A) - David Cayer ; Pierre Bougé - Julien Correia - Pierre-Antoine Devin.

Remplaçants : Romain Schmitt, Yannick Henry. Absents : Élie Marcos (ménagé), Erwan Agostini (entorse du genou), Carlo Grünn (non qualifié).