Brest – Cholet (Coupe de France, 1/16 de finale)

Les Dogs aboient, les Albatros passent.

Marlo ChapronOn ne s’attardera guère ici sur le déplacement houleux des Albatros à Courbevoie samedi dernier, si ce n’est pour souligner que cette rencontre a complètement rebattu les cartes pour ce 16e de finale de Coupe de France en privant Brest de six joueurs majeurs. Les absences cumulées par les Albatros ont pour conséquence de rééquilibrer les forces en présence. D’un côté on trouve Cholet qui est une des meilleures équipes de D2. De l’autre, une équipe de Brest qui a ce soir une forme hybride D1/D3 bien différente de celle alignée habituellement. Il ne faut donc pas s’attendre au niveau de jeu que l’on attendrait d’une équipe leader de Division 1.

Si en défense seule l’absence de David Poulin est à déplorer, l’offensive bretonne est complètement décimée. Seuls quatre titulaires indiscutables de D1 sont alignés forçant Sébastien Oprandi à puiser dans les remplaçants habituels de la réserve évoluant en Division 3 (William L’Arvor, Clément Gonzales, Jérémy Cormier) et moins habituels voire inconnus (Marlo Chapron, Sacha Grimshaw, Yoann Poddubni, Amine Habib).

La réserve brestoise est donc très présente y compris sur le banc puisque Bruno Maynard (coach de l’équipe D3) épaule Sébastien Oprandi sur ce match comme entraîneur-adjoint. Compte-tenu des circonstances particulières, le binôme n’a guère le choix d’un point de vue tactique. Je me permets de citer ici l’article du Ouest France daté du 24 octobre 2012 qui résume parfaitement les choses : « La tactique brestoise était claire : tenir face aux Dogs en faisant monter régulièrement les jeunes et jouer les temps forts avec conviction en alignant les éléments de D1 ».

Et tenir face aux Dogs fut loin d’être aisé durant le premier tiers temps nettement favorable aux visiteurs. Après quelques minutes de jeu Arnaud Goetz a déjà débouté par deux fois Joonas Parviainen (2’21’’) et Pierre-Yves Albert (5’40’’) qui étaient parvenu à s’échapper en solitaire sur l’aile gauche en faisant faux bond à la défense brestoise.

Même le premier bloc local a du mal à faire la différence. La première véritable occasion bretonne intervient à mi-tiers et elle n’est pas loin de faire mouche. Vladimir Holik effectue une percée avant de réussir une belle passe en pivot pour Tristan Lemoine. Ce dernier a une cage grande ouverte mais tire complètement au-dessus (10’40’’).

Berthon Monnier PoddubniLes Dogs reprennent les choses en main par la suite mais Arnaud Goetz est en grande forme face à Thomas Grofek (13’05), Arnaud Tharreau (18’20’’) et Raphaël Rohwedder qui trouve le poteau (18’50’’). Brest peut s’estimer heureux de ne pas être derrière à la marque en rentrant aux vestiaires et bénéficie même d’une rare supériorité numérique qui se poursuit jusqu’au début du deuxième tiers de ce match très propre.

Sur le jeu de puissance, Sébastien Oprandi aligne un bloc entièrement composé de joueurs de D1. Il reste quatre secondes à la pénalité d’Adrien Colaisseau et une mise en jeu est appelée en zone défensive choletaise. Jaroslav Prosvic l’emporte et transmet le palet derrière lui pour David Hennebert. Le défenseur français prend un tir qui vient se loger sous la barre de Roman Svaty (1-0 à 20’20’’).

Ce but libère un peu les Brestois qui ont par la suite davantage l’occasion de porter le danger sur le but de Svaty. Ce dernier s’illustre face à Tristan Lemoine et Quentin Berthon en sortant 3 arrêts successifs (32’17’’). Les jeunes pousses locales pointent également leur nez après la mi-match. Marlo Chapron et William L’Arvor alertent Roman Svaty  (34’11 et 36’42’’). Sacha Grimshaw se démarque également par son bon patinage et ses bonnes intentions dans le jeu.

Les Dogs restent néanmoins à l’affût malgré un nombre d’occasions moins important qu’en début de match. Arnaud Goetz n’hésite pas à sortir à hauteur de sa ligne bleue pour couper une offensive visiteuse mais son dégagement est intercepté à la ligne rouge centrale. Raphaël Rohwedder tente sa chance à deux reprises pour marquer dans le but déserté mais le cerbère local revient suffisamment vite pour débouter l’attaquant allemand de manière spectaculaire à la plus grande joie du public (38’20’’).

Cholet peut toujours croire à un retour et la patinoire entière retient son souffle sur une nouvelle échappée en solitaire de Pierre-Yves Albert oublié dans le dos de la défense bleue et rouge. Arnaud Goetz est encore une fois immense et déjoue sereinement la tentative avec sa jambière droite (48’10’’).

La première prison du match pour les Albatros intervient à 49’47’’ et sanctionne Vladimir Holik. Malgré un temps mort demandé par les Dogs (50’30’’), Cholet ne parviendra pas à en profiter face à un Goetz décidément impérial.

LArvor-GrofekEn fin de match, les Albatros font parler leur expérience notamment par l’intermédiaire de Vladimir Holik, Daniel Carlson et David Hennebert qui prennent clairement leurs responsabilités et montrent la voie à leurs jeunes homologues. En attaque Jonathan Avenel et Jaroslav Prosvic font même parfois preuve de roublardise en se laissant tomber un peu facilement mais Alexandre Bourreau ne tombe pas dans le panneau.

L’ultime frayeur pour Brest intervient à 57’32’’ lorsqu’un énorme cafouillage a lieu devant l’enclave de Goetz. Les joueurs s’entassent devant le but mais le palet ne rentre toujours pas pour Cholet. Sentant ses joueurs en difficulté, Sébastien Oprandi prend son temps mort. Les Dogs jettent leurs dernières forces en sortant Svaty (58’10’’) mais cela reste sans succès. Jaroslav Prosvic marque même le but du 2-0 (59’59’’) sur le buzzer mais l’arbitre décide de l’annuler après l’avoir accepté dans un premier temps.

Les Albatros bis s’imposent donc sur le plus petit score possible : 1-0. Une première au Rïnkla Stadium. La rencontre fut néanmoins agréable à suivre avec deux équipes jouant proprement et des gardiens qui ont brillé des deux côtés. Cholet n’est vraiment pas passé loin de s’imposer. Le talent d’Arnaud Goetz en a décidé autrement.

Les jeunes joueurs de Brest ont bien paru dans l’ensemble et ont rempli leur rôle. Néanmoins il est clair que cela a des conséquences sur le niveau de l’équipe offensivement. Brest croise les doigts pour récupérer des renforts avant le match de samedi contre les Vipers de Montpellier qui s’annonce difficile au vu des circonstances.


Brest – Cholet 1-0 (0-0, 1-0, 0-0)
Mardi 23 octobre 2012 à 20h00 au Rïnkla Stadium. 570 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Bourreau assisté de Romain Herrault et Charles-Édouard Salmon.
Pénalités : Brest 2’ (0’, 0’, 2’), Cholet 6’ (2’, 2’, 2’).
Évolution du score :
1-0 à 21’20’’ : Hennebert assisté de Prosvic


Brest

Gardien : Arnaud Goetz.

Défenseurs : Vladimir Holik – David Hennebert ; Daniel Carlsson (A) – Gaëtan Cannizzo ; Aurélien Gréverend.

Attaquants : Jonathan Avenel (A) – Jaroslav Prosvic (C) – Clément Gonzales ; Jérémy Cormier – Marlo Chapron – William L’Arvor ; Yoan Poddubni (puis Sacha Grimshaw à 20’) – Quentin Berthon – Tristan Lemoine.

Remplaçants : Landry Macrez (G), Amine Habib. Absents : David Poulin (coccyx), Alexandre Lefebvre (commotion cérébrale), Erwan Pain (contusion à la main), Graham Avenel, David Croteau (suspendu), Nicholas Pard (suspendu).

Cholet

Gardien : Roman Svaty (sorti à 58’10’’).

Défenseurs : Guillaume Drozdz (C) – Guillaume Jacob ; Juraj Sadlon – Martin Borovsky ; Adrien Colaisseau.

Attaquants : Benjamin Mocquard – Quentin Guineberteau – Raphaël Rohwedder ; Thomas Grofek – Milan Cutt – Pierre Yves Albert (A) ; Joonas Parviainen – David April Grant – Alexandre Monnier ; Arnaud Tharreau.

Remplaçants : Thibault Saez (G), William Lefort. Absent : Gabriel Cadoret.