Chambéry - Toulon (Division 2, 5e journée)

Les Éléphants irrésistibles sur la fin

Comme pour fêter les premières neiges tombant sur le bassin chambérien, c'est un ambassadeur du Québec qui donnait le coup d'envoi. Martin Picard, le n°6 qui fit les beaux jours du SOC pendant deux saisons à la fin des années 90, aux côtés des Villessoubre, Raymond, Pasini, etc, se rappelait aux bons souvenirs des plus anciens supporteurs des Éléphants.

Le match était ainsi lancé sous les meilleurs auspices. Dès les premières banderilles chambériennes, les Toulonnais ne lâchant rien écopaient de 3 pénalités successives ; si les deux premiers power-plays mettaient l'excellent Jaroslav Jagr en évidence et permettaient une attaque en contre de Rojkovic bien renvoyée par Farrugia, le troisième déclencha un gros trafic devant la cage toulonnaise qui profita finalement à Renaud Van den Abbeele, à l'affut pour l'ouverture du score en faveur des Savoyards (10'27).

Chambéry récoltait ensuite sa première pénalité, qui permit à Toulon de se remettre rapidement dans la course grâce à un lancer tendu de la gauche de Tomas Slama (12'08). Les visiteurs annonçaient la couleur: comme certains le pronostiquaient, il fallait s'attendre à une partie des plus disputées. La réponse des Éléphants ne se faisait pas trop attendre, puisqu'à 12'42, les voltigeurs de la première ligne des "jaune et noir" allaient mystifier leur compatriote Jagr : un palet récupéré par Jindrich et Bacul trouvait Lavrov qui en finesse le glissait sur la gauche du gardien varois. Les Éléphants continuaient leur pression mais la défense des Boucaniers, à l'image d'un Boulard des plus rugueux, pliait mais ne rompait pas, poussant même des contre-attaques qui conduisirent à une fin de tiers somme toute marquée de pénalités justifiées. On notait alors de bonnes combinaisons du premier bloc chambérien et un essai en finesse de Bogdanoff (18'46) qui auraient pu faire mouche, tout comme le tir puissant du "taulier" toulonnais Josef Drzik (15').

Les locaux se faisaient pressants dès l'engagement de la deuxième période, mais dans cette rencontre très disputée, les deux équipes, à tour de rôle, récoltaient des pénalités qui finalement ne donnaient rien malgré de bonnes occasions chambériennes comme cette action collective Orts-Grabit-Bigot à 22'46 dont Jagr sortit de justesse indemne. Les joueurs de Brodeur qui opéraient par contre-attaques égalisèrent finalement sur un tir de pénalité assez généreusement accordé par l'arbitre, par ailleurs excellent ; il est vrai que dans l'action il était difficile de voir que Kevin Enselme n'avait qu'habilement soulevé le bâton de l'attaquant toulonnais Duvolec (27'53).

Les Éléphants contraints à se remettre à l'ouvrage profitaient d'un 5 contre 3 (Drzik et Katrusin n'étant plus sur la glace pour organiser la défense de fer des Boucaniers) pour reprendre le commandement par un lancer parfait de Jindrich (28'52). Les joueurs de la rade, alors dominés mais réalistes, referont leur retard en power-play par un tir magistral de la bleue de Drzik qui, curieusement, laissait Farrugia sans réaction (35'11). La réponse chambérienne ne tarda pas, grâce à Dmitri Lavrov, à qui on accordera l'oscar de la plus belle action de la soirée. Récoltant un bon palet de Rakanovic, il passait sur la droite de la cage toulonnaise et délivrait une passe en retrait précise à Jindrich qui reprenait imparablement (36'53). Le tiers allait se terminer avec ce petit avantage mérité lorsque sur une action Katrusin-Ramos, Farrugia, bien malheureux sur le coup, s'infligeait un auto-goal inattendu (39'56).

On se dirigeait donc vers une dernière période décisive et du côté du banc Rémy Enselme et Richard Brodeur s'apprêtaient à se livrer à un duel de coaching. Devant les offensives chambériennes, la défense varoise et Jagr faisaient bonne garde alors que leurs attaquants semblaient attendre la moindre opportunité. Le jeu prit un temps du volume avec un palet passant rapidement d'un camp à l'autre. Ensuite, après de bonnes attaques chambériennes (Bacul 43'25, Orts, Jindrich 44'...), les visiteurs temporisaient et imposaient un faux rythme qui leur permit pour la première fois de prendre les devants à 5 contre 4 par Slama (49'59).

Les plus pessimistes sentaient les Éléphants mal partis pour faire la différence dans les dix dernières minutes, d'autant plus que les vieux briscards varois mettaient le bleu de chauffe et que certains perdaient leur self-contrôle (52'58). Profitant de la sortie du solide Katrusin, les joueurs du président Escolier puisaient dans leurs dernières ressources mentales, et à moins de cinq minutes du terme, Kevin Enselme, à qui on accordera l'oscar du but libérateur, embarquait Jagr sur sa droite pour une égalisation de près qui clôturait une bonne attaque signée Bacul-Rakanovic. Les cuirassés toulonnais étaient subitement déroutés devant des Savoyards qui ne ramaient plus. Après une première tentative avortée (55'59), Lukas Bacul, à qui on accordera l'oscar de la persévérance, fut enfin récompensé. En reprenant de plein fouet et de manière acrobatique le renvoi de son premier tir sur Jagr (56'53), il avait l'honneur du but de la victoire. La fin du tiers, marquée malheureusement par la blessure au genou du toulonnais Slama, ne fit que confirmer la maîtrise chambérienne.

Après avoir fait souffler le chaud et le froid sur leurs supporteurs, les Éléphants remportaient une victoire significative face à des Boucaniers qui devraient en faire souffrir plus d'un cette saison.

Commentaires d'après-match (dans le Dauphiné Libéré)

Rémy Enselme (entraîneur de Chambéry) : "Après le match superbe contre Lyon [en coupe], on a ici manqué beaucoup trop d'occasions. C'est sûr qu'il ne s'agit pas du même adversaire et qu'on a été brouillons. On a passé deux premiers tiers assez laborieux. On a même été menés au score alors que nos adversaires n'avaient eu que très peu d'occasions, mais qu'ils avaient su les saisir. Je salue quand même la belle réaction d'orgueil qui nous fait gagner. Je retiendrai la victoire comme principal bilan."

 

Chambéry - Toulon 6-5 (2-1, 2-3, 2-1)
Samedi 27 octobre 2012 à 20h30 à la patinoire du parc de Buisson-Rond. 571 spectateurs.
Arbitrage d'Alexis Grabit assisté de Laurent Roueche et Damien Icard.
Pénalités : Chambéry 24' (8', 6', 10') ; Toulon 38' (10', 10', 8'+10').

Évolution du score :
1-0 à 10'27" : Van den Abbeele (sup. num.)
1-1 à 12'08" : Slama assisté de Rojkovic et Autran (sup. num.)
2-1 à 12'42" : Lavrov assisté de Bacul et Jindrich
2-2 à 27'53" : Duvolec (inf. num., tir de pénalité)
3-2 à 28'52" : Jindrich assisté de Rakanovic (double sup. num.)
3-3 à 35'11" : Drzik assisté de Remot (sup. num.)
4-3 à 36'53" : Jindrich assisté de Lavrov et Rakanovic
4-4 à 39'56" : Ramos assisté de Katrusin
4-5 à 49'59" : Slama assisté de Duvolec et Autran (sup. num.)
5-5 à 55'17" : K. Enselme assisté de Bacul et Rakanovic
6-5 à 56'53" : Bacul assisté de Rakanovic (inf. num.)