Brest - Montpellier (Division 1, 7e journée)

Brest l’emporte malgré tout.

Macrez 3Les sanctions de la CIRJ sont tombées vendredi suite aux incidents de la rencontre entre Courbevoie et Brest. David Croteau et Nicholas Pard écopent de deux matchs de suspension dont deux supplémentaires avec sursis pour ce dernier. Erwan Pain étant sur la touche pour une contusion à la main, Brest est donc privé d’une ligne offensive complète pour la troisième rencontre consécutive. Et quelle ligne ! Elle a tous simplement inscrit 47,5 % des buts brestois cette saison.

Fort heureusement pour affronter des Vipers elles aussi revanchardes après leur défaite à Annecy samedi dernier, les Albatros obtiennent les retours de David Poulin, Graham Avenel et d’Alexandre Lefebvre. De quoi étoffer les lignes d’attaques qui étaient vraiment faméliques mardi dernier en Coupe de France face à Cholet.

Le match débute dans une patinoire une nouvelle fois archi pleine (1350 spectateurs). Les déboires des autres sports collectifs brestois (les clubs de basket et de handball féminin ont été rétrogradés de plusieurs divisions à l’intersaison) semblent être bénéfiques à la fréquentation des gradins du Rïnkla Stadium.

Sébastien Oprandi fait confiance à Landry Macrez dans les buts brestois, mais le meilleur gardien de la saison passée semble jouer gros tant Arnaud Goetz donne satisfaction à chacune de ses entrées. Les attaquants héraultais le mettent très vite dans les conditions pour se chauffer. Petr Janecka y va d’un petit solo de dribbles mais bute sur le gardien (6’) puis Martin Slovak échoue lui aussi sur un tir à bout portant (7’20’’). Juste auparavant Alexandre Lefebvre avait lui aussi alerté Michael Dupont qui avait détourné le tir sur la transversale avec son épaule gauche (5’05’’).

Le corps arbitral siffle des prisons de part et d’autre tout au long de cette première période. Aurélien Gréverend est à la peine face à la vitesse des attaquants montpelliérain. Il en résulte des fautes grossières qui le conduisent au banc des prisons (7’28’’, 14’05’’). Sur sa dernière prison, le jeu de puissance montpelliérain fait mouche lorsque Ryan Ellis, posté dans le fond de la patinoire à côté de la cage de Macrez, sert en retrait François-Henri Désérable dont le tir ras glace prend à Macrez à contre-pied (0-1 15’22’’).

Cet avantage est conservé jusqu’au début du deuxième tiers par les visiteurs. L’un des arbitres a beau porter le même nom que le département d’origine des Vipers, le corps arbitral n’est pas pour autant clément avec Montpellier. Les sudistes sont sanctionnés à deux reprises dans les cinq premières minutes dont une fois pour surnombre (25’32’’).

Le jeu de puissance local est pourtant laborieux à mettre en place et peine à être efficace une fois installé. Vladimir Holik finit par passer le palet derrière Dupont (1-1 à 26’32’’). Le corps arbitral n’hésite pas à accorder le but malgré semble-t-il la présence d’un joueur brestois dans la zone du gardien.

Deux nouvelles pénalités sanctionnent Montpellier avant la fin du tiers, mais Brest ne profite pas de cette situation de jeu qui peut faire basculer un match malgré un temps mort demandé par Sébastien Oprandi. Les deux équipes rentrent se reposer et on se dit que les Albatros ont clairement loupé le coche et qu’une meilleure gestion des jeux de puissance aurait dû leur faire prendre les devants.

Brest y parvient finalement au tout début du troisième tiers sur un bon travail de Jaroslav Prosvic. Le Slovaque s’engouffre dans la défense héraultaise pour effectuer un tour de cage et tirer sur Michael Dupont. Comme souvent, le gardien canadien laisse un rebond qui revient sur la palette de Clément Gonzales. Le « ptit zef » en profite pour marquer ce précieux but d’avance (2-1 à 42’28’’). Lui qui avait marqué son premier but en D1 contre Amnéville il y a deux semaines, voilà qu’il récidive pour la deuxième fois consécutive en championnat à domicile. Mais ce but a bien plus d’importance vu l’étroitesse du score.

Montpellier tente de revenir au plus vite par Janecka (43’) mais se fait rapidement sanctionner de nouveau. Raymonds Danilics (45’05’’) puis Lionel Simon (45’50’’) réduisent leur équipe à trois joueurs de champ. Heureusement pour eux, les Albatros sont toujours aussi peu efficaces en powerplay et gâchent cette splendide opportunité de se mettre à l’abri.

Si Landry Macrez est efficace sur sa ligne de but depuis le début de la rencontre, son jeu de crosse est moins rassurant. En tentant un poke-check sur un joueur adverse qui rôdait autour de son but, il le fait trébucher et se fait logiquement sanctionner. Macrez se rattrape pleinement en sortant le grand jeu en infériorité numérique face à Etienne Brodeur (52’).

La prison est tuée et la frustration commence à se faire sentir du côté des Vipers face à un arbitrage intransigeant. Ainsi Martin Slovak écope d’un 2’+10’ pour avoir sans nul doute contesté une décision arbitrale (53’18’’). Le score n’évolue plus. Michael Dupont sort (59’25’’) pour créer un surnombre. Bodhan Visnak effectue une ultime tentative lointaine mais son tir est arrêté par le plastron d’un Landry Macrez imperturbable (59’39’’). Score final : 2-1.

Le soulagement se lit sur le visage des Albatros, à l’image de Vladimir Holik qui serre les poings. Il faut dire que ce résultat paraissait loin d’être évident à l’entame de cette soirée durant laquelle on s’attendait à voir Brest souffrir. Ce fut le cas face à des Vipers qui ont porté le danger à de nombreuses reprises sur le but adverse mais qui ont été trop souvent pénalisés.

Deux précieux points qui permettent aux Albatros de conserver la tête du classement. Les absences de David Croteau et Nicholas Pard se font nettement ressentir sur l’efficacité offensive brestoise, mais d’un autre côté, cela force les autres joueurs à prendre leurs responsabilités. L’équipe pourra peut-être en tirer bénéfice pour ne pas tomber dans une dépendance trop importante de leur doublette canadienne. Soulignons aussi que les remplaçants habituels (L’Arvor, Gonzales, Cormier) en profitent pour avoir du temps de jeu et progresser un peu plus. Le but de la victoire inscrit par Clément Gonzales en est un beau symbole.

Brest – Montpellier 2-1 (0-1, 1-0, 1-0)
Samedi 27 octobre 2012 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 1350 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Peronnin assisté de Romain Herrault et Thomas Honore.
Pénalités : Brest 10' (8', 0', 2'), Montpellier 30' (6', 8', 2'+10’).

Évolution du score :
0-1 à 15’22’’ : Désérable assisté de Ellis (sup. num.)
1-1 à 26’32’’ : Holik assisté de Prosvic et J. Avenel (sup. num.)
2-1 à 42’28’’ : Gonzales assisté de Poulin et Prosvic


Brest

Gardien : Landry Macrez.

Défenseurs : Vladimir Holik – David Hennebert ; Daniel Carlsson (A) – Gaëtan Cannizzo ; Aurélien Gréverend – David Poulin.

Attaquants : Clément Gonzales – Jaroslav Prosvic (A) – Jonathan Avenel ; William L’Arvor – Alexandre Lefebvre (C) – Graham Avenel ; Jérémy Cormier – Tristan Lemoine – Quentin Berthon.

Remplaçants : Arnaud Goetz (G), Marlo Chapron, Yoan Poddubni. Absents : Erwan Pain (contusion à la main), Nicholas Pard (suspendu), David Croteau (suspendu).

Montpellier

Gardien : Michael Dupont (sorti à 59’25’’).

Défenseurs : Bodhan Visnak – Ivan Bohin ; Lionel Simon – François-Henri Désérable ; Nicolas Constantineau – Tony Delage (A).

Attaquants : Raymonds Danilics (C) – Ptr Janecka (A) – Martin Slovak ; Ryan Ellis – Etienne Brodeur – Roman Skutchan ; Kevin Ottino – Mathieu Combe – Kevin Hamon.

Remplaçants : Steven Catelin (G), Alexandre Juan, Guillaume Bourgain. Absents : Marek Michalovic, Arthur Coley, Maximilien Martocq, Matthieu Merlet, Thomas Saunier.