Chronologie de la crise à Gap

13 septembre : L'assemblée générale se tient normalement et Georges Obninsky prévient qu'il mûrit l'idée d'un départ et avertit sur la situation du club.

23 octobre : Quelques minutes avant le début de la rencontre opposant Gap à Grenoble pour le compte de la Coupe de France, Georges Obninsky réunit les journalistes pour une conférence de presse exceptionnelle à l'Alp'aréna. Il annonce sa démission qui est due selon lui "à des problèmes financiers et de gestion qui l'obligent à gérer des broutilles dont il se passerait bien".
Communiqué officiel : http://lesrapacesdegap.free.fr/news.php?id=563
Intégralité de la conférence de presse par Le Rapace Live : http://lesrapacesdegap.free.fr/video.php

26 octobre : Le comité directeur se réunit pour élire un (ou plusieurs) remplaçant au poste de directeur du club. Cette réunion se solde finalement par six nouvelles démissions dont celles du président délégué au hockey mineur et des deux trésoriers.
À cette heure, aucune solution n'a encore été trouvée pour remplacer ces départs et redresser la situation gapençaise.
Le responsable du hockey mineur depuis cinq ans, Jean-Claude Rave, explique au Dauphiné Libéré : “J’ai décidé de ne pas me représenter. J’avais de grosses ambitions pour les jeunes, notamment avec la nouvelle patinoire. Mais je n’ai pas eu les réponses à mes attentes [...] Je ne vois pas d’avenir positif."
Il faut dire que la FFHG impose aux Rapaces de devenir un pôle excellence U18 pour rester en Ligue Magnus lors du passage à 12 équipes. Ce qui demande des heures de glace supplémentaires. Jean-Claude Rave voulait répondre par des entraînements plus performants, et une organisation différente. “Mais les conditions de travail ne nous le permettent pas. Nous n’avons pas les heures de glace nécessaires”, regrette-t-il.
(Lire l'article complet) http://www.ledauphine.com/sport/2012/11/03/gap-change-de-tete

Suite à ces déclarations et pour répondre aux nombreuses critiques, la Mairie décide de contre attaquer :

28 octobre : Dany Galland, l'adjoint au maire en charge des sports, réagit dans les colonnes du Dauphiné Libéré :
“Il y a eu une réunion de concertation entre l’Axel Gap et les Rapaces, qui se sont mis d’accord pour le partage des créneaux horaires disponibles, souligne-t-il. Les dernières saisons, lorsqu’il n’y avait personne lors des soirées ouvertes au public, nous avions donné ces heures au club. La Mairie a simplement voulu rééquilibrer les créneaux, dont 8 % jusqu’alors étaient réservés au grand public. Aujourd’hui, nous nous inscrivons dans la moyenne nationale, de l’ordre de 20 à 25 %. Alors oui, ces heures, les Rapaces les ont perdues. Mais c’est au profit des Gapençais”.

La mairie fait également son mea culpa notamment avec l'affaire du rallye. “Je pense malgré tout que nous avons fait une erreur lors de la finale de la Coupe de France des rallyes (la patinoire était occupée durant trois jours), reconnaît Dany Galland. C’est sans doute la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Nous n’aurions jamais dû la fermer en plein championnat. Nous avons fait une erreur, nous ne la referons plus”.
Lire l'article complet (http://www.ledauphine.com/sport/2012/10/28/la-faute-aux-heures-de-glace)

31 octobre : Pour bien faire comprendre que la Mairie ne se laissera pas faire, M. le Maire en personne se rend dans les studios de la radio Alpes1 pour donner sa version de la situation et essayer de s'imposer dans ce débat qui prend de l'ampleur dans la capitale douce « Les Rapaces n’ont pas à se plaindre du sort que leur réserve la ville », explique-t-il.

Roger Didier argumente pour justifier ses propos :
- Les 516 000 euros de subventions donnés par la ville de Gap au club « C’est supérieur aux autres clubs de Ligue Magnus » précise-t-il. Ce qui représenterait 5,50€ par habitant contrairement aux 2,80€ dans les autres villes selon lui.
- M. Le Maire explique que pour 50h/semaine de glace louée - à raison de 100€ l'heure de glace - la location revient à 5000€ par semaine bien loin des 101 491 €/an à Grenoble
- La mise à disposition de locaux, bureaux et espaces publicitaires, écran géant, tout cela gratuitement, mais également le fait que la Mairie ne touche aucun revenu lors des matchs des Rapaces alors que les Brûleurs de Loups versent 2% des recettes à
la Mairie.
- La recherche des sponsors privés serait insuffisante chez les Rapaces : Briançon est financé à hauteur de 350 000 € par les sponsors alors que Gap ne récolte que 160 000 €
Lire l'article complet (http://alpesdusud.alpes1.com/infos/infos-locales?view=info&id_news=23134)

2 novembre : Le comité directeur se réunit et aboutit cette fois à l'élection de Philippe Vial et Jérôme Escallier au poste de président du club des Rapaces de Gap. Le hockey haut-alpin revoit le jour.
Lire la news (http://www.ledauphine.com/sport/2012/11/03/gap-change-de-tete)

3 novembre : un communiqué officiel est publié et annonce :
- présidence du club, Philippe Vial et Jérôme Escallier
- président du hockey amateur (mineur et féminin), Michel Tarabusi et Pascal Allemand
- Trésorier, Rita Leborgne, Mathieu Bandinier et Karine Amouriq
- Contrôleur de gestion, Jean-Philippe Savoye

Le club souhaite également réagir aux propos de M. le Maire :
- La subvention de la mairie de Gap est de 221 000 euros et non de 515 000 euros (en baisse de 50 000 euros par rapport à la saison de Marseille)
- La part des subventions est passée de 60% à 45% du budget global.
- L'apport d'entreprises privées est passé de 160 000 euros en 2011 à 230 000 euros en 2012 (+ 170 partenaires !).
- Une moyenne de 1 800 spectateurs par match depuis le début de la saison à l'Alp'aréna soit la 4e affluence de la Ligue Magnus et la première des Alpes du Sud tous sports confondus.
- Les Rapaces de Gap sont aujourd’hui le seul club qui porte les couleurs de la ville de Gap au plus haut niveau national dans cinq catégories.
- C’est plus de 30 salariés et c’est plus de 1 million d’euros de budget annuel et également des dizaines de bénévoles.
(Voir le communiqué officiel http://lesrapacesdegap.free.fr/news.php?id=567 )
Sans vouloir faire de polémique, le club n'a visiblement pas enterré la hache de guerre.

On attend désormais de voir comment cette nouvelle équipe va s'en sortir sur la glace, en espérant des jours meilleurs tant sur le plan sportif que financier.