République Tchèque - Suède (Euro Hockey Tour 1)

ZIDLICKY Marek-110513-045

Pour ce premier match du tournoi Karjala, la Suède se déplace exceptionnellement chez les hôtes tchèques. Le sélectionneur scandinave Pär Mårts, comme son homologue slave Alois Hadamczik, n'a pas cédé à la facilité d'une équipe totalement composée de grévistes NHL, préférant la cohérence d'une sélection proche de ce qu'elle devrait être au prochain championnat du monde.
 
Mårts a finalement amené avec lui les gardiens Gustaf Wesslau (HV71) et Johan Holmqvist (Brynäs), avouant tout de même avoir sacrément hésité à intégrer un des membres du solide duo de Luleå, exemplaire jusqu'à maintenant : Johan Gustafsson et David Rautio. 
 
C'est finalement un Wesslau revanchard qui est titularisé devant les filets. En effet, quasiment un an jour pour jour, les Tchèques avaient gâché ses débuts en équipe nationale en infligeant un cinglant 5-2 en terre suédoise. On peut d'ailleurs supposer que c'est toute l'équipe qui est revancharde puisque la dernière rencontre entre les deux équipes datent du dernier championnat du monde, d'un fameux quart de finale disputé à Stockholm, d'un incroyable but gagnant de Michalek à 29 secondes de la fin qui envoya les Tchèques en demi.
 
Face à Wesslau, on retrouve un mur que connaissent très bien la plupart des protégés de Mårts : Alexander Salak effectue actuellement un retour fracassant devant le but de Färjestad qu'il avait laissé libre après avoir remporté le championnat suédois en 2011. De retour après une nouvelle expérience infructueuse en Amérique du Nord, il défie son adversaire suédois pour ce qui pourrait s'apparenter à un duel entre les deux meilleurs gardiens en activité en Suède. Rien que ça. 
 
La physionomie de jeu des Suédois sous le règne Mårts n'a pas changé d'un millimètre : beaucoup d'engagement et de rythme, à l'image de cette première période, les Tchèques tentant de miser sur les contre-attaques aux issues mal négociées. D'autant que les hommes de Hadamczik se mettent en difficulté, en double infériorité numérique, suite à deux fautes successives de Jan Kovar mais surtout de Ladislav Smid, puni pour avoir touché au visage Jesper Fasth. Peut-être encore un peu sonné, ce dernier, collé au demi-cercle, loupe de peu une bonne passe de Tony Mårtensson.
 
Même à forces égales, la Suède domine les débats mais Alexander Salak, plus actif que Wesslau, rassure clairement son équipe, que ce soit devant Melker Karlsson, plein axe, ou face à Fredrik Pettersson, auteur d'une reprise balayée dangereuse. Le constat est sans ambiguïté : à la 14e minute, la Suède mène aux lancers 14-3. Ni une contre-attaque à 3 contre 1 encore mal gérée, ni leur unique jeu de puissance dans ce premier tiers ne permettront aux Tchèques de prendre l'avantage. Mais le 0-0 au tableau d'affichage peut déjà les satisfaire.
 
La deuxième période aurait pu débuter de la meilleure des manières pour une Tchéquie un peu surmenée lors des 20 premières minutes. Jakub Nakladal, de passage devant l'enclave, reprend dans les airs, donc avec une crosse un peu haute, un palet dévié par Wesslau. Le but sera à juste titre refusé par l'arbitre. Même si l'arrière-garde suédoise est difficile à franchir, les dernières passes semblent mieux ajustées côté tchèque. C'est bon signe. Gustaf Wesslau reste vigilent face à Tomas Plekanec qui tente d'y aller seul de la ligne médiane, puis face à Jiri Tlusty et Petr Nedved qui créent la panique générale à la 26e minute. Nedved - Tlusty - Plekanec, le premier bloc s'entend à merveille. Malheureusement, même en toute fin de période, il manque de l'efficacité... et parfois quelques centimètres, Plekanec s'arrachant en vain à la 29e minute. Pourtant, une minute avant, la Suède a loupé le tournant du match : mauvaise relance de Nakladal sur Carl Söderberg qui tire en pivot et à l'aveugle, cela ne touche que la barre transversale, confirmé quelques instants plus tard par l'arbitrage vidéo. Les compteurs sont toujours à 0 avant une troisième période qui se fera sans Jesper Fasth, touché à l'épaule. Ce n'est décidément pas la soirée pour le jeune attaquant du HV71.
 
Mais ces compteurs vont rapidement se débloquer dans le dernier tiers-temps. Petr Nedved parvient à trouver dans le dos de la défense suédoise Tomas Plekanec qui bat du revers Gustaf Wesslau (1-0, 40'37''). Avec un mur imparable et l'ouverture du score, la Tchéquie est en confiance à l'image de Michal Vondrka qui se permet une passe dans le dos en zone offensive. Petr Koukal suit et lui redonne pour ce qui sera le deuxième but slave (2-0, 48'56"). Il s'en faut de peu pour que Tlusty, encore lui, démarqué côté gauche ne parvienne à battre Wesslau, le gardien du HV71 reste cependant solide sur ses jambes. Lors d'un avantage numérique tchèque, un slap puissant de Zidlicky est une alerte de plus, séquence qu'aurait pu achever l'intenable Tlusty. Toutefois, l'intenable Tlusty aura son mot à dire en déviant habilement un lancer de Petruzalek (3-0, 52'48"). Les Suédois, plus contrariés qu'en première période, ne pourront que sauver l'honneur par Carl Söderberg (3-1, 58'58"), trop brouillons malgré des débuts prometteurs.
 
Élus joueurs du match : Alexander Salak pour la République Tchèque, Calle Järnkrok pour la Suède. 
 
 
République Tchèque - Suède 3-1 (0-0, 0-0, 3-1).
Mercredi 7 novembre 2012 à 18h00 à la TipSport Arena de Liberec. 5893 spectateurs.
Arbitrage de Konstantin Olenin et Alexey Ravodin (RUS).
Pénalités : République Tchèque 20' (14', 0', 6'), Suède 14' (2', 6', 6').
Tirs : République Tchèque 29 (6, 4, 9), Suède 33 (16, 6, 11).
 
Évolution du score :
1-0 à 40'37'' : Plekanec assisté de Nedved
2-0 à 48'56'' : Vondrka assisté de Koukal et Petruzalek
3-0 à 52'48'' : Tlusty assisté de Petruzalek et Zidlicky (sup. num.)
3-1 à 58'58'' : Söderberg assisté de Burström et Kronwall (sup. num.)
 
 
République Tchèque
 
Gardien : Alexander Salak.
 
Défenseurs : Ladislav Smid (+1, 2'+10') - Marek Zidlicky (A, +1, 2') ; Petr Caslava (2') - Filip Novak ; Jakub Nakladal (+1, 2') - Jakub Kindl (+1) ; Jakub Krejcik - Lukas Galvas.                   
 
Attaquants : Petr Nedved (A, +1) - Jiri Tlusty (+1) - Tomas Plekanec (C, +1) ; Jakub Petruzalek (+1) - Michal Vondrka (+1) - Petr Koukal (+1) ; Zbynek Irgl - Jiri Novotny - Petr Hubacek ; Tomas Hertl - Jakub Svoboda - Jan Kovar (2').
                         
Remplaçants : Ondrej Pavelec (G), Lukas Pech.
 
Suède
 
Gardien : Gustaf Wesslau [sorti à 59'52"].
 
Défenseurs : Oscar Fantenberg (-1) - Staffan Kronwall (C) ; Victor Hedman (4') - Tobias Viklund (-1) ; Jonas Ahnelöv (-1) - Niclas Burström (-1) ; Mattias Karlsson (2').
 
Attaquants : Joel Lundqvist (A, -1) - Melker Karlsson (-1) - Fredrik Pettersson (-1) ; Patric Hörnqvist (2') - Per Åslund - Carl Söderberg (2') ; Mikael Backlund - Calle Järnkrok - Richard Gynge ; Martin Thörnberg (-1) - Jesper Fasth - Tony Mårtensson (-1, 2') ; Dennis Rasmussen (-1).
 
Remplaçant : Johan Holmqvist (G).