Russie - Finlande (Euro Hockey Tour 1)

Le tournoi Karjala a lieu pour la première fois à Turku, et non plus dans la capitale Helsinki, et les supporters locaux se réjouissent d'un duo de gardiens (Pekka Rinne et Tuukka Rask) sans équivalent. Les Finlandais sont par contre déçus que la Russie n'ait pas joué le jeu. Elle a en effet décidé d'attendre sa manche à domicile de l'Euro Hockey Tour pour convoquer ses superstars comme Ovechkin ou Kovalchuk. Encore faut-il que le lock-out dure jusque là... En plus, manque de bol, celui qui devait être le plus grand nom de l'équipe, Aleksandr Radulov, vient de se blesser au genou droit et doit être opéré.

Par rapport à l'équipe probable des Jeux Olympiques de Sotchi, il manque les deux centres "sûrs", Evgeni Malkin et Pavel Datsyuk, et un "probable", Aleksei Tereshchenko. Voilà pourquoi Mikko Koivu a face à lui, à l'engagement, Artem Anisimov, un habituel centre défensif de quatrième ligne. Le sélectionneur a clairement annoncé qu'il voulait que certains joueurs fassent la preuve de leur leadership dans une perspective olympique. Le duo Zherdev-Anisimov, propulsé en première ligne, peut gagner en bonne partie sa place à Sotchi ce week-end, y compris en jouant un rôle défensif.

RINNE Pekka-100520-004C'est en effet la tactique de l'entraîneur Zinetula Bilyaletdinov depuis un an. De nouveau, la Russie joue avec une priorité défensive, en attendant les contre-attaques. Pour un premier match international, elle ne défend d'ailleurs pas si mal, et les systèmes sont le plus souvent correctement appliqués. Les erreurs sont rares en première période, mais il y en a. Sur la plus notable, Niklas Hagman arrive à partir en échappée, mais le gardien Konstantin Barulin est à la rescousse et arrête le simili-pénalty.

Le deuxième tiers-temps commence idéalement pour la Russie : Artem Anisimov récupère un palet, lance le contre en s'appuyant sur Zherdev sur l'aile droite. Faute de ligne de passe, celui-ci trouve une passe en cloche à l'opposé pour Dadonov qui rabat le palet vers Anisimov, arrivé droit au but dans son style caractéristique. Sur cette action, le jeu direct d'Anisimov et le jeu russe de Zherdev, cherchant à éliminer techniquement l'adversaire, se sont finalement mariés (1-0, 20'31"). Mais après cette ouverture du score, les Russes se recroquevillent... et se condamnent ainsi à subir le jeu.

Jouer le 1-0, c'est dire leur confiance des Russes en leur défense, qui s'appuie effectivement sur un bon Barulin pour tout arrêter. Oui, ce verrouillage total aurait pu fonctionner, si Tarasenko avait conclu un bon centre de Kuznetsov... Mais non, la tactique du catenaccio ne sera pas récompensée. Quand on joue trop dans sa zone, on court le risque d'encaisser un but.

Surtout quand on est dominé dans un domaine-clé du hockey sur glace, les engagements. On entre dans les dix dernières minutes et Viktor Tikhonov gagne l'engagement face à Petri Kontiola... ou du moins il croit le gagner. Voyant que le palet est encore moins d'un mètre derrière les patins de son rival, Kontiola plonge carrément entre ses jambes, avec une vivacité étonnante, pour passer en retrait à Teemu Laine, le buteur qui contrôle rapidement et ajuste Barulin à mi-hauteur. La volonté finlandaise est illustrée par cette mise au jeu. La ligne de Tikhonov et Tarasenko a beau dominer la KHL (mais avec un ailier gauche nommé Kovalchuk), les joueurs de Saint-Pétersbourg ont en revanche déçu ce soir.

Le portier finlandais Pekka Rinne, nominé au trophée Vézina depuis deux ans (donc considéré comme un des trois meilleurs gardiens de NHL... et par certains comme le meilleur), prouve par contre aux Russes qu'ils ont eu le tort de le négliger au motif de ses faibles performances à Minsk depuis son arrivée en KHL à Minsk. Il arrêtera un tir dangereux de Yegor Averin en prolongation, puis toutes les tentatives adverses aux tirs au but. L'inoxydable Petteri Nummelin et Sakari Salminen donnent la victoire à la Finlande.

La vidéo des buts.

 

Russie - Finlande 1-1 (0-0, 1-0, 0-1, 0-0) / 0-2 aux tirs au but
Mercredi 7 novembre 2012 à 20h30 à la Turkuhalli. 9538 spectateurs.
Arbitrage de Morgan Johansson et Marcus Vinnerborg (SUE) assistés de Joonas Saha et Masi Puolakka (FIN).
Pénalités : Russie 8' (4', 2', 2', 0'), Finlande 4' (0', 4', 0', 0').
Tirs : Russie 35 (9, 14, 9, 3), Finlande 35 (7, 9, 18, 1).

Evolution du score :
1-0 à 20'31" : Anisimov assisté de Dadonov et Zherdev
1-1 à 50'47" : Laine assisté de Kontiola

Tirs au but :
Finlande : Nummelin (réussi), Laine (arrêté), Salminen (réussi).
Russie : Kuznetsov (arrêté), Anisimov (arrêté).


Russie

Gardien : Konstantin Barulin.

Défenseurs : Evgeni Medvedev (+1) - Ilya Nikulin (+1) ; Evgeni Ryasensky - Anton Belov ; Maksim Chudinov (2') - Denis Denisov ; Evgeni Biryukov (-1) - Yuri Aleksandrov (-1, 2').

Attaquants : Evgeni Dadonov (+1) - Artem Anisimov (+1) - Nikolaï Zherdev (+1) ; Kirill Petrov - Vadim Shipachev - Evgeni Kuznetsov (2') ; Igor Makarov (-1) - Viktor Tikhonov (-1) - Vladimir Tarasenko (-1) ; Egor Averin - Dmitri Kazionov - Denis Kokarev.

Remplaçant : Sergei Bobrovsky (G).

Finlande

Gardien : Pekka Rinne.

Défenseurs : Ossi Väänänen (-1) - Petteri Nummelin (-1) ; Mikko Kousa (+1) - Ilkka Heikkinen (+1) ; Teemu Eronen - Teemu Laakso ; Janne Jalasvaara - Juuso Hietanen.

Attaquants : Niklas Hagman (-1) - Teemu Ramstedt (-1) - Juha-Pekka Haataja (-1) ; Teemu Laine (+1, 2') - Petri Kontiola (+1) - Jesse Joensuu (+1) ; Jonas Enlund - Jori Lehterä (2') - Sakari Salminen ; Jani Tuppurainen - Ilari Filppula - Antti Pihlström.

Remplaçant : Tuukka Rask (G).