Épinal - Sparta Prague (U20) : un match amical... et plein de souvenirs !

reindl 90Plus qu'une rencontre amicale pour meubler la trêve, c'est un véritable match de reprise qui attend Gabriel Girard, absent depuis près d'un mois. Quatre semaines passées à soigner une commotion ramenée du Bas-Rhin voisin. Et durant cette convalescence, les cages spinaliennes furent plutôt bien gardées par le Finlandais Aleksis Ahlqvist, un pigiste toujours présent dans la Cité des Images. Le club souhaitant encore conserver quelques temps ce joker apparu si convaincant en remplacement du jeune portier franco-canadien...

Ce match amical (tout à l'heure à 18h00) face aux U20 du Sparta Prague (formation du milieu de tableau du championnat junior-élite tchèque) devrait faire office de test grandeur nature pour Girard. Mais pour ses coéquipiers, il s'agira d'une bonne mise en jambes après une petite coupure salvatrice pour des organismes apparus très émoussés samedi dernier (face au mal-classé gapençais).

Une excellente prestation du gardien des Rapaces (Mike Zacharias), mais un tout petit match des attaquants spinaliens... dont on attendra plus d'efficacité face aux "grenats" du Sparta ! Une "bleusaille" privée des internationaux U20 Dominik Simon et Zdeněk Doležal (actuellement en Suède) et de l'ailier Martin Procházka, mobilisé avec les U19 (en Finlande).

Cette inédite adversité rappelle que d'étroits liens ont uni le grand club pragois à son homologue spinalien. Quelques joueurs tchèques passés par Épinal ont en effet (plus ou moins brièvement) défendu les couleurs du Sparta. D'Ivo Novotný (Spinalien en 2003/04) au lutin Václav Lukeš (2002/03) en passant par la « tour de contrôle » Jan Boháček (cinq saisons d'Extraliga avec le Sparta et pilier de l'arrière-garde vosgienne en 2006/07). Sans oublier Jan Tlačil, venu épauler Jan Reindl dans sa tâche d'entraîneur-joueur (en 92/93). Un Reindl qui, avant d'être l'homme de banc (et l'agent) que l'on connaît, fut l'un des plus grands défenseurs jamais vus dans la Cité des Images.

Arrivé sur les bords de la Moselle en 1990 tout auréolé d'un titre de champion de Tchécoslovaquie avec le Sparta (dont il était le capitaine), Reindl fut de toutes les batailles spinaliennes, en N1, N2 ou même en Ligue Nationale (l'élite de l'époque, qu'Épinal fréquenta de septembre à fin novembre 91).

Joueur passionné et cultivé (qui ambitionnait le métier d'architecte avant d'opter, à 19 ans, pour une carrière de hockeyeur), le Tchèque a fait fimysicka 99 2000 du dépaysement pour mériter ses galons de patron de la défense d'Épinal, avec cette science du jeu héritée de son vécu au plus haut niveau tchécoslovaque (fait de plus de 300 matchs en Extraliga avec le Sparta Prague).

Il fit donc l'unanimité dans les travées de Poissompré et laissa une trace impérissable de son passage malgré son départ précipité en décembre 1994. Faute d'avoir su s'ériger en véritable meneur d'hommes pour sa première expérience sur le banc, Jan Reindl avait vu l'inflexible Dušan Ilić lui succéder. Avec un certain succès... même si personne n'oublia tout ce que le Tchèque apporta durant quatre ans !

"Jan Reindl était un seigneur, il a tout donné au club d'Épinal, a beaucoup sacrifié pour lui. À son arrivée dans les Vosges, il découvrit un petit appartement à peine salubre dans lequel il se lavait à l'eau froide. Ne parlant pas un traître mot de français, il fit d'un dictionnaire franco-tchèque son livre de chevet, étudia jour et nuit et se mit à maîtriser notre langue au bout de trois mois seulement. Courageux en diable, diablement courageux, il avait fait de son maillot vert un suaire et de son équipe une famille. On aura rarement vu un homme donner autant de lui-même à Poissompré et s'impliquer à tous les étages avec une telle motivation". Un bien bel hommage rendu dans la presse locale, quelques semaines après la passation de témoin...

L'histoire ne s'arrête pas là car Reindl, revint comme coach en 1999 (après une expérience grenobloise), emmenant plusieurs renforts étrangers dans ses valises. Dont l'expérimenté Vladimir Domin et l'excellent Tomáš Myšička, un tout jeune ailier qui allait vite devenir le chouchou de Poissompré avec son style flamboyant, sa gueule d'ange et son sens du but aiguisé !

Lui aussi formé au Sparta Prague, Myšička sera resté quatre ans dans les Vosges. Bien moins longtemps que Jan Reindl, qui se désista avant le début de la saison 2000/01 (pour rentrer auprès des siens)... sans toutefois perdre le contact avec le club de ses premières amours françaises ! Faisant jouer ses relations pour devenir l'un des intermédiaires privilégiés du président Maurice au travers de « filières » aujourd'hui tombées en désuétude.

Revenu début 2005 (au chevet de Dauphins moribonds passés tout près de la relégation cette année-là), Reindl n'a depuis plus fait parler de lui. Sa présence pourrait honorer ce match amical, aujourd'hui, ultime rendez-vous programmé avant la double confrontation contre Angers et ce week-end « à l'allemande » suivi de la réception de Dijon en Coupe de France...

Pour être complet, notons que l'équipe-fanion du Sparta Prague (où évoluèrent récemment les frères Treille) est très mal en point(s) en championnat, puisqu'elle est toujours lanterne rouge d'Extraliga (avec seulement 4 victoires en 18 parties) ! Un comble pour un club aussi renommé...