Suède - Russie (Euro Hockey Tour 1)

THORNBERG Martin-110430-280On retrouve ce vendredi deux équipes qui n'ont pu s'imposer au cours de leur première rencontre du tournoi Karjala, la première étape de l'Euro Hockey Tour. La Suède n'a pas paru si brillante, malgré une première période satisfaisante, face à la République Tchèque, tandis que la Russie s'est pénalisée par un jeu trop attentiste qui a finalement permis à la Finlande d'empocher le succès lors de la séance des tirs au but.

La Tre Kronor enregistre le retour de Gabriel Landeskog, jeune capitaine de Colorado mais renfort de choix pour Djurgården en ces temps de grève NHL. Pourtant annoncé partant contre les Tchèques, il s'est finalement blessé à l'entraînement : un tir de Pettersson a ricoché sur Ahnelöv pour finalement toucher l'oreille de Landeskog ! Le sélectionneur Mårts devra toutefois faire sans Jesper Fasth, indisponible pour la suite du tournoi en raison d'une blessure à l'épaule contractée contre les Tchèques.

La première occasion franche est à mettre à l'actif de Calle Järnkrok. Evgeni Ryasensky accuse du retard dans la couverture, et l'attaquant de Brynäs se retrouve seul face à Sergei Bobrovsky (dont ce sont les grands débuts internationaux), mais son tir du revers manque de précision. C'est toutefois la Russie qui débloque très tôt le tableau de marque. Dmitri Kazionov tente sa chance à droite, le palet passe derrière la cage pour finalement tomber dans la crosse d'Egor Averin qui bat Holmqvist (0-1, 02'20"). Vadim Shipachev au cachot, les Suédois mettent au moins une minute pour s'installer en zone offensive mais ils finissent par égaliser, Martin Thörnberg réussissant à ajuster Bobrovsky de son aile droite (1-1, 05'07").

Une juste récompense pour des Suédois qui dominent largement en terme de possession. La Russie serre les dents lors d'une pénalité de Denis Kokarev et un débordement dangereux de Gabriel Landeskog puis une frappe plein axe de Patric Hörnqvist. Mais dominer n'est pas marquer. Placé derrière les filets, Evgeni Kuznetsov remet devant l'enclave à Shipachev, le gardien Holmqvist a un temps de retard (1-2, 11'02"). La Russie reprend les commandes et il s'agit de son deuxième but pour seulement 4 lancers. L'efficacité de la troupe de Bilyaletdinov fait un malheur. Les Scandinaves apparaissent par la suite moins dominateurs et leurs adversaires auraient même pu aggraver le score à moins de deux minutes de la fin du premier tiers lorsque Vladimir Tarasenko, malgré une faute de Tobias Viklund dans sa zone, transmet à un Igor Makarov arrivé comme une fusée et en meilleure position.

En début de deuxième période, la Suède garde la tête froide. Après avoir tué une pénalité de Söderberg, elle se remet à la tâche. Après un bon travail dans le coin du même Söderberg, le puck est libre pour Fantenberg qui délivre un slap arrêté de la jambière par le portier russe. Trop d'engagement de Kazionov permet un 5 contre 4 pour la Suède qui peine une nouvelle fois à s'installer. Après 1'30" de jeu de puissance, Landeskog fait le tour de la cage mais Bobrovsky bloque sur sa ligne, ce sera le seul danger. La Suède obtiendra tout de même l'égalisation. De la ligne bleue, l'artilleur Fantenberg lance le palet qui sera dévié par Tony Mårtensson (2-2, 28'22). Quelques minutes plus tard, Söderberg, poteau droit, tente de glisser à Landeskog, en vain. Borovsky est impeccable, y compris devant un Mårtensson oublié côté droit. La Suède n'a pas la même efficacité que la Russie, qui se contente toujours de défendre, même si une contre-attaque de Nikolaï Zherdev et d'Anton Belov aurait pu lui être bénéfique.

Pourtant, ce sont bien les Russes qui donnent les premières frayeurs dans ce dernier tiers-temps, Kuznetsov virevoltant sous le nez de Johan Holmqvist. Et ces frayeurs se confirment quelques secondes plus tard. En zone neutre, Viktor Tikhonov prend de vitesse Thörnberg et Mårtensson sur la ligne rouge puis il adresse un lancer à mi-hauteur, en attaque, en définitive dévastateur (2-3, 42'38"). Un relais entre Järnkrok et Fantenberg redonne rapidement espoir aux Suédois, d'autant que Fantenberg, frappant à la porte de Bobrovsky, est plaqué au sol de manière illicite par Makarov. Cependant, à défaut de jouer les magiciens de l'offensive, la Russie continue de briller dans le secteur défensif, même avec un homme en moins, ne laissant que des miettes, le lancer-frappé de Mattias Karlsson sera la seule alerte. La Sbornaïa perd toutefois Zherdev pour la fin de match, se faisant un peu trop justice sur Staffan Kronwall qui était passé en force dans le demi-cercle. Avec une supériorité numérique de cinq minutes, l'occasion est trop belle pour les hommes de Mårts. Trop.

La Suède ne prend pas le temps de construire, le tir de Tony Mårtensson, déséquilibré, n'est qu'une étincelle et cette pénalité à rallonge est finalement gâchée par un stupide surnombre. Bobrovsky, imperturbable, bloque une reprise de Patric Hörnqvist à moins de quatre minutes de la fin. Ni les dernières tentatives de Kronwall et Järnkrok, ni la sortie de Holmqvist ne pourront inverser la tendance.

La Suède encaisse son deuxième revers dans ce tournoi Karjala, déstabilisée par un Sergei Bobrovsky solide pour sa première sélection (34 arrêts), une arrière-garde russe rigoureuse à l'efficacité déconcertante.

Commentaires d'après-match

Sergei Bobrovsky (gardien de la Russie) : "Je suis content que ce premier match se soit terminé par une victoire. Mais je dois confesser que j'étais nerveux en première période. J'ai retrouvé mon jeu longtemps après le coup d'envoi. En deuxième période, je me sentais bien, et en troisième période, très bien."

 

Suède - Russie 2-3 (1-2, 1-0, 0-1)
Vendredi 9 novembre 2012 à 15h00 à la à la Turkuhalli. 4365 spectateurs.
Arbitrage de Stefan Fonselius et Jari Levonen (FIN) assistés de Markus Hägerström et Juha Suoraniemi (FIN).
Pénalités : Suède 6' (2', 2', 2'), Russie 37' (4', 4', 29').
Tirs : Suède 36 (9, 9, 18), Russie 14 (4, 4, 6) .

Évolution du score :
0-1 à 02'20" : Averin assisté de Kazionov
1-1 à 05'07" : Thörnberg assisté de Gynge et Backlund (sup. num.)
1-2 à 11'02" : Shipachev assisté de Kuznetsov et Zherdev
2-2 à 28'22" : Mårtensson assisté de Fantenberg et Thörnberg
2-3 à 42'38" : Tikhonov assisté de Makarov et Chudinov


Suède (2' pour surnombre)

Gardien : Johan Holmqvist [sorti à 58'25"].

Défenseurs : Oscar Fantenberg (-1) - Staffan Kronwall (C) ; Victor Hedman - Tobias Viklund (2') ; Jonas Ahnelöv (-1) - Niclas Burström ; Mattias Karlsson (-2).

Attaquants : Denis Rasmussen (-1) - Joel Lundqvist (A, -1) - Fredrik Pettersson (-1) ; Gabriel Landeskog (A) - Carl Söderberg (2') - Patric Hörnqvist ; Mikael Backlund - Calle Järnkrok - Richard Gynge ; Martin Thörnberg (-1) - Tony Mårtensson (-1) - Per Åslund (-1) ; Melker Karlsson.

Remplaçant : Gustaf Wesslau.

Russie

Gardien : Sergei Bobrovsky.

Défenseurs : Evgeni Medvedev - Ilya Nikulin (C, +1) ; Evgeni Ryasensky - Anton Belov ; Maksim Chudinov (+1) - Denis Denisov (+1) ; Evgeni Biryukov (A, +1, 4') - Yuri Aleksandrov.

Attaquants : Evgeni Dadonov - Artem Anisimov - Nikolaï Zherdev (A, +1, 5'+20') ; Kirill Petrov - Vadim Shipachev (+1, 2') - Evgeni Kuznetsov (+1) ; Igor Makarov (+1, 2') - Viktor Tikhonov (+1) - Vladimir Tarasenko (+1) ; Egor Averin - Dmitri Kazionov (2') - Denis Kokarev (2') ; Sergei Plotnikov [13 secondes, après avoir substitué Zherdev pour sa pénalité].

Remplaçant : Konstantin Barulin (G).