Brest - Neuilly-sur-Marne (Division 1, 9e journée)

Quentin Berthon 1Vengeance !

Les Albatros ont des pendules à remettre à l’heure en ce samedi soir très prometteur. Personne n’a oublié la dernière visite des Bisons aux Rïnkla Stadium et on se fait une joie de l’occasion qui est présentée ce soir aux Albatros de laver l’affront subi il y a deux ans. Franck Spinozzi a beau dire « c’est du passé », il s’avère que c’est encore frais dans la tête de plusieurs personnes dans les gradins. Les conditions optimales sont réunies puisque l’équipe bretonne affiche quasi-complet : Daniel Carlsson, Nicholas Pard (incertain jusqu’à l’échauffement) et même Erwan Pain sont présents sur la glace.

Seul Gaëtan Cannizzo est absent pour cause de sélection en équipe de France U20. Son absence en défense est comblée par le nouveau venu Alan Dana en provenance de Nice. Un petit cadeau lui est offert par ses nouveaux coéquipiers qui le laissent entrer seul sur la glace pour l’échauffement ce qui lui donne le droit à un tour d’honneur et aux applaudissements du public.

Cerise sur le gâteau, la rencontre est retransmise en direct dans toute la Bretagne sur les chaînes locales Tébéo, Ty Télé et Tv Rennes 35. Les années précédentes, les matchs contre Toulouse-Blagnac et Montpellier avaient eu le droit à cet honneur, et à chaque fois Brest s’était imposé.

Le match débute tambour battant avec un bon rythme des deux côtés. Quentin Berthon plante la première flèche sur un slap en pleine lucarne d’un Kevin Beech complètement surpris et franchement coupable sur le but (3’47’’). Alan Dana ne perd pas de temps pour se faire remarquer et rejoint le cachot pour un faire trébucher (6’31’’). Pas de quoi inquiéter Brest et surtout David Croteau qui part en contre-attaque avant de servir le « café, l’addition et le sucre » dixit Bruno Maynard (aux commentaires sur Tébéo) à l’ex-Brestois Loïc Sadoun et de battre Kevin Beech (encore une fois très faible) du revers (2-0 à 7’45’’).

Arnaud Goetz a eu quelques arrêts à effectuer (notamment face à Hugo Vinatier) mais les Bisons sont inefficaces. Ils commettent des erreurs avec un changement de ligne approximatif qui permet à David Hennebert de lancer seul Quentin Berthon qui crucifie Beech pour un doublé personnel (3-0 à 9’34’’).

Franck Spinozzi prend son temps mort après ce début de match catastrophique. De quoi revigorer son équipe qui marque sur un cafouillage devant le but de Goetz 13 secondes plus tard (3-1 à 9’47’’). Il n’y a pas le feu au lac tant les Bisons sont brouillons et manquent de précision malgré quelques occasions (Michal Pinc à 17’40’’ bien stoppé par Goetz). Brest conserve l’avantage de deux buts jusqu’au début du deuxième en ayant fait payer cash les erreurs individuelles et collectives visiteuses.

Le deuxième tiers part sur un bon rythme avec deux équipes qui se répondent sous la houlette d’un arbitrage aux décisions tatillonnes et surprenantes. Arnaud Goetz s’interpose avec brio face à l’excellent Eliezer Sherbatov qui orchestrait un 3 contre 1 (25’40’’) mais s’avoue vaincu sur un tir de Daniel Volrab peu après (3-2 à 27’10).

Holik PoulinDéjà auteurs d’une remontée fantastique la semaine passée contre Mont-Blanc, les Bisons vont-ils remettre ça ? On en doute tant l’organisation défensive et le jeu parfois approximatif des Nocéens font peine à voir. Bien que privé de Nicholas Pard qui n’aura effectué qu’une moitié de match, les Albatros vont sonner la charge et mettre KO Neuilly-sur-Marne. Le soldat Vladimir Holik se charge d’inscrire le but du break en supériorité numérique d’un tir à bout portant (4-2 à 31’25’’) qu'il célèbre par son fameux « salut militaire » (voir photo).

L’arbitrage à beau être intransigeant, les Bisons ne font rien des supériorités dont ils bénéficient. Pire, par deux fois ils se font piéger par un repli défensif absent ou bien trop lent, la faute à des défenseurs massifs mais peu mobiles.

David Croteau nous fait un remake de son premier but en partant sur l’aile droite cette fois en débordant facilement Maxime Dubuc pour marquer entre les jambières de Beech (5-2 à 34’46’’) encore une fois très mauvais sur le coup. Puis Jaroslav Prosvic passe tranquillement par l’aile gauche sans opposition (6-2 à 35’44’’). Deux buts inscrits en infériorité numérique, trois au total, c’est dire le niveau d’implication défensive des Bisons en jeu de puissance...

Les Albatros sont loin d’être aussi manchots sur cette phase de jeu. Vladimir Holik est en pleine réussite posté devant le but de Beech. Il dévie astucieusement un tir de la bleue de David Poulin pour porter l’estocade à 7-2 (38’38’’) Le score est lourd mais logique face à une équipe inconstante et qui semble vraiment peu impliquée.

Kevin Beech, qui n’aura vraiment pas convaincu, c’est le moins que l’on puisse dire, laisse sa place à Rémi Husson pour la dernière période où les deux équipes vont se neutraliser. Le jeune Leyland Plaire inscrit son premier but à ce niveau tandis que Tristan Lemoine voit son but accordé à Jonathan Avenel. Cette fin de match a pour seul intérêt d’admirer les décisions surprenantes du corps arbitral. Daniel Carlsson en fera les frais en cumulant une belle brochette de pénalités.

PLAIRE Leyland-120908-012Neuilly s’incline 8-3 pour une issue bien moins heureuse que lors de leur dernière venue à la grande joie des spectateurs présents (à l’exception des quelques courageuses personnes de la région parisienne ayant fait le déplacement). Dire que les Bisons ont été décevants est un euphémisme tant ils n’ont pas été au niveau attendu à l’image de leur portier Kevin Beech vraiment pas dans un grand soir.

Du côté des Bisons on trouve de bonnes individualités comme Tomasek et surtout Sherbatov mais sur ce match des erreurs inacceptables à ce niveau ont été commises. La faute a une absence flagrante d’implication de la part de certains joueurs. Franck Spinozzi semble furieux  envers ses joueurs et le fait sentir dans ces commentaires acerbes recueilli entre les tiers temps par Tébéo.

Brest se rassure de son côté et affiche un bien meilleur visage en récupérant peu à peu ses blessés (malheureusement temporairement pour Nicholas Pard et même Alexandre Lefebvre qui n’a pas pu terminer le match). Alan Dana va donner plus d’allure à une profondeur de banc qui en a bien besoin lorsque l’équipe cumule autant de pépins physiques. On soulignera ce soir le bon collectif brestois, la bonne gestion des supériorités numériques et les bonnes performances individuelles d’Arnaud Goetz et de Quentin Berthon.

Commentaires d’après match (sur Tébéo) :

Sébastien Oprandi (entraîneur de Brest) : « On a bien travaillé ce soir en effet, un bel effort collectif. Je suis assez satisfait de ce qu’on a vu. Bon il y a encore pas mal de choses à corriger mais ces deux points font vraiment du bien. (ÀA propos des blessures)  Malheureusement c’est récurrent chaque match donc il faut qu’on compose avec ça. Ça devient en effet pénible. En tout cas les joueurs font preuve de caractère et de sang froid pour ne pas céder à la panique et continuer à travailler et rester concentrer. C’est ce qui a été fait ce soir. […] Il va falloir continuer ça. Le week end prochain on est à Reims puis après on se déplacera à Amiens pour un gros match de Coupe de France. Tous les matchs sont intéressants et il faut qu’on continue sur la lancée. »

Vidéo de l’intégralité du match : http://www.tebeotv.fr/destinations-sport.html?id_video=SPOR0036

Brest – Neuilly-sur-Marne 8-3 (3-1, 4-1, 1-1)
Samedi 10 novembre 2012 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 1017 spectateurs.
Arbitrage de Marie Tjana Picavet, assisté de Charles-Édouard Salmon et Clément Goncalves.
Pénalités : Brest 26' (4', 6', 6'+10’), Neuilly-sur-Marne 12' (2', 4', 6’).

Évolution du score :
1-0 à 03’47’’ : Berthon assisté de Carlsson et Hennebert
2-0 à 07’45’’ : Croteau assisté de Poulin et Pard (inf. num.)
3-0 à 09’37’’ : Berthon assisté de Hennebert
3-1 à 09’47’’ : Tomasek assisté de Lafrance et Sherbatov
3-2 à 27’10’’ : Volrab assisté de Dubuc et Sadoun
4-2 à 31’25’’ : Holik assisté de Poulin et Croteau (sup. num.)
5-2 à 34’46’’ : Croteau (inf. num.)
6-2 à 35’44’’ : Prosvic assisté de Holik (inf. num.)
7-2 à 38’38’’ : Holik assisté de Poulin et Croteau (sup. num.)
7-3 à 43’18’’ : Plaire assisté de Tomasek et Sherbatov
8-3 à 45’24’’ : J. Avenel assisté de Holik et Lemoine (sup. num.)


Brest

Gardien : Arnaud Goetz.

Défenseurs : Vladimir Holik – Alan Dana ; Daniel Carlsson (A) – David Hennebert ; Aurélien Gréverend – David Poulin.

Attaquants : Jonathan Avenel – Jaroslav Prosvic (A) – Graham Avenel [puis Lefebvre à 25’] ; Quentin Berthon puis Clément Gonzales à 29’ – Alexandre Lefebvre (C) [puis Berthon à 29’] – Tristan Lemoine ; Erwan Pain – David Croteau – Nicholas Pard [puis Avenel à 27’].

Remplaçants : Landry Macrez (G), Sacha Grimshaw. Absent : Gaëtan Cannizzo.

Neuilly-sur-Marne

Gardien : Kevin Beech puis Rémi Husson à 40’.

Défenseurs : Arthur Cuzin – Maxime Dubuc (A) ; Sergejs Louskins – Jonathan Lafrance ; Thomas Eischen – Clément Rey.

Attaquants : Marc Slupski puis Leyland Plaire à 40’ – Martin Tomasek – Eliezer Sherbatov ; Daniel Volrab – Hugo Vinatier – Loïc Sadoun (C) ; Michal Pinc – Miroslav Kecka (A) – Kévin Guimbard.

Remplaçant : Jérémy Fritsch. Absents : Stanislav Lascek, Jozef Wagenhoffer.