Chambéry - Cholet (Division 2, 8e journée)

Les Dogs de Cholet ont attaqué mais n'ont pas réussi à entamer la cuirasse des Éléphants

À l'image d'un Romain Farrugia irréprochable dans la cage chambérienne et d'un Lukas Bacul omniprésent en conquête comme à la finition, les Éléphants ont joué leur meilleur match à domicile face à un adversaire qui n'a jamais baissé les bras et qui s'est employé sans trop de succès à chercher une faille dans le dispositif mis en place par le coach Rémy Enselme. Pourtant ce dernier devait pallier l'absence de son défenseur Sadoine (blessé) et celle de l'attaquant Orts ; cependant, le banc chambérien avait de la ressource notamment grâce à l'apport des jeunes Pons, Scolari et Bogdanoff et au retour de Drewniak.

Il n'y eut quasiment pas de round d'observation entre des Choletais habitués à jouer leur rôle de favori et une équipe savoyarde bien décidée à relever le défi. Malheureusement pour eux, dès leur premier jeu de puissance, les locaux se laissaient subtiliser le palet par Grofek qui gagnait son duel face à Farrugia (2'42). Le ton était donné par une équipe de Cholet affichant d'entrée ses ambitions. Les "jaune et noir" réagissaient notamment par deux tirs successifs d'Escolier qui trouvaient Svaty sur la trajectoire (5'38, 5'47). Puis les Dogs solides en défense à l'image des Sadlon, Jacob, Drozdz et aussi Albert, au départ des relances, assuraient une pression continue sur la cage de Farrugia. De leur côté, les Éléphants ne pouvaient qu'opérer en contre.

Les deux gardiens avaient tour à tour des occasions de briller : à la sortie spectaculaire de Svaty (9'30), Farrugia répondait déjà par des arrêts réflexes de grande classe. Après l'égalisation chambérienne réussie en supériorité numérique et accordée à Lavrov (?), sur une récupération de palet au ras du poteau droit de Svaty (13'36), les Dogs se faisaient de plus en plus pressants. Ils ne quittaient guère la zone chambérienne car les pénalités sanctionnaient des Savoyards contraints à faire le dos rond. Farrugia, intraitable, faisait étalage de tout son talent. Le SOC y laissait cependant des plumes en perdant deux pièces maîtresses mais, malgré leurs efforts, les visiteurs n'arrivèrent pas à trouver la faille.

À l'appel de la deuxième période, on se demandait quand l'équipe du président Escolier allait lâcher prise. C'était sans compter sur un groupe solidaire qui compensait au mieux l'absence momentanée de Jindrich et Bacul par un travail défensif collectif. Kévin Enselme, Rol, Marcon, Drewniak et Scolari notamment étaient au diapason face aux très mobiles Rohwedder, Parviainen ou Guineberteau. Farrugia étant à la parade de près comme de loin, à partir de la mi-match, les Chambériens commencèrent à relever la tête et le duo Rakanovic-Lavrov pouvait mener quelques raids dans le camp adverse ; sur l'un d'eux, Van den Abbeele, bien servi par Rakanovic après une récupération de Scolari, adressait un de ces lancers dont il a le secret dans la lucarne droite de Svaty (30'19). Sur l'engagement, une nouvelle attaque chambérienne était stoppée irrégulièrement et Rakanovic chargé du tir de réparation ne gâchait pas l'occasion de donner deix buts d'avance à son équipe (30'59).

Les Choletais réagissaient et le match montait encore d'un cran au niveau spectacle, à l'image de cette sortie de Farrugia face à Albert (32'18) et de deux arrêts décisifs (35e minute) sur des tirs de Grofek ou Cutt. En réponse, le jeune Bogdanoff et son bloc, animé par Rol, Marcon ou Bigot, se mettaient en évidence à plusieurs occasions (34'45, 36'59, 38'28) dans une fin de tiers qui voyait le palet virevolter d'un camp à l'autre.

Au vu des deux premiers tiers, il était encore bien difficile de se hasarder à un pronostic. La rencontre reprenait avec la même intensité et la tension montait entraînant les fautes et les pénalités qui calmèrent les ardeurs. Bacul, avec sa présence physique, sa clairvoyance et sa conduite de palet à travers la défense de Cholet, pesait alors de tout son poids sur la rencontre. Il ne laissait aucune chance à Svaty en étant à la conclusion d'une manoeuvre rapidement exécutée de la gauche vers la droite par Rakanovic et Jindrich (47'00). On sentait les visiteurs en proie au doute malgré un but marqué en supériorité numérique par Mocquard qui récupérait de près un premier renvoi de Farrugia (50'28).

Les dix dernières minutes ne furent pas moins palpitantes. Il y eut d'abord, en réponse au but choletais, ce missile de la bleue adressé par Jindrich, après une récupération de Bacul, qui frôlait les oreilles de la défense choletaise et surprenait Svaty (50'55) puis, dans la foulée, un nouveau retour de l'équipe du Maine et Loire grâce à Tharreau sur passe de Parviainen (51'28). Remis dans le sens de la marche, le groupe de Julien Pihant accentuait son pressing et l'insaisissable Cutt faisait passer un frisson dans les tribunes bruyantes de Buisson-Rond (53e), tout comme l'intervention plus ou moins litigieuse non sanctionnée de Svaty (55'11). Les hommes d'Enselme se faisaient ensuite punir à deux reprises et, après un temps mort, Cholet jetait toutes ses forces dans la bataille, à 6 joueurs de champ contre 3, sans succès face à des Éléphants qui subissaient mais ne lâchaient rien à l'instar d'un Bacul omniprésent et d'un Farrugia en ultime rempart imprenable.

En toute fin de partie, comme pour clôturer en beauté la meilleure prestation des "Jaune et noir" à domicile, le "93" chambérien servait Lavrov sur un plateau en conclusion d'une excellente combinaison initiée par Rakanovic. À huit secondes du terme, Svaty "envoyait dinguer" sa crosse de dépit et les Choletais n'avaient plus qu'à sortir leur mouchoir. La victoire revenait en toute logique à une équipe chambérienne qui avait su éviter le pire en fin de premier tiers, puis qui avait su opposer sa volonté de gagner à un groupe qui est apparu hier, sans doute, comme le meilleur ayant évolué cette saison à Buisson-Rond.

 

Chambéry - Cholet 6-3 (1-1, 2-0, 3-2)
Samedi 17 novembre 2012 à 20h30 à la Patinoire Buisson Rond. 547 spectateurs.
Arbitrage d'Alexis Grabit assisté de Jérôme Moulin et Damien Icard.
Pénalités : Chambéry 54' (14'+10'+10', 2', 8'+10'), Cholet 28' (4', 8', 6'+10').

Évolution du score :
0-1 à 02'42" : Grofek (inf. num.)
1-1 à 13'36" : Lavrov assisté de Rakanovic et Jindrich (sup. num.)
2-1 à 30'19" : Van Den Abbeele assisté de Rakanovic et Scolari
3-1 à 30'59" : Rakanovic (tir de pénalité)
4-1 à 47'00" : Bacul assisté de Jindrich et Rakanovic
4-2 à 50'28" : Mocquard assisté de Parviainen et Sadlon (sup. num.)
5-2 à 50'55" : Jindrich assisté de Bigot et Bacul
5-3 à 51'28" : Tharreau assisté de Parviainen et Bahain
6-3 à 59'52" : Lavrov assisté de Bacul et Rakanovic (sup. num.)