Une Suède un peu plus bleue

mora ik 400px 190034691Faire le choix de s'expatrier, c'est rendre plus ambitieux son projet de carrière. C'est aussi s'aventurer vers l'inconnu et s'exposer à de lourdes déconvenues. Dans un contexte particulier où les grévistes de la NHL constituent une concurrence inhabituelle mais redoutable, Anthony Guttig en a fait la douloureuse expérience. Le 18 novembre dernier, le Mora IK, engagé en Allsvenskan (deuxième échelon suédois), a remercié l'ancien attaquant de Dijon, détenteur du trophée Albert Hassler 2012 remis au meilleur joueur français de la Ligue Magnus, mais auteur de seulement 4 points en 19 parties avec sa nouvelle formation.

Il s'agissait en fait d'un secret de polichinelle car Guttig avait été prié de s'installer dans les tribunes lors des trois derniers matches précédant son départ. Son entraîneur Patric Werner s'est avéré franc dans ses explications en évoquant une préparation et un niveau de jeu insuffisants pour l'Allsvenskan, une ligue d'autant plus exigeante qu'elle s'est enrichie de plusieurs stars du fameux circuit nord-américain, peu enclins à choisir l'Elitserien où les contrats à court terme sont interdits (la ligue étant toujours en conflit avec certains clubs). 

Guttig a payé son rendement décevant au sein d'une équipe déjà renforcée par la star de Los Angeles Anze Kopitar, ce qui n'a pas empêché deux contrariétés : le MIK peine à se maintenir dans le bon wagon pour prétendre à la montée et possède un effectif pléthorique avec 15 attaquants sous contrat. La concurrence était donc féroce mais le retrait d'Anthony fait plus office de prétexte. Le grand ménage prévu n'a pas encore eu lieu, Mora s'est d'autant plus empressé de tourner la page que, quarante-huit heures après la clôture du dossier Guttig, la venue de la vedette d'Anaheim Bobby Ryan était officialisée !

Le Dijonnais a attendu finalement une dizaine de jours pour trouver un autre poste, il déménage au sud et change de classe. Le Tranås AIF, pensionnaire de Division 1 (troisième niveau national), a recruté l'international français pour un essai jusqu'à Noël avant un éventuel prolongement pour la fin de la saison, le laissant libre au passage de rejoindre l'équipe de France lors de l'Euro Ice Hockey Challenge de Lyon à la mi-décembre. Histoire de retrouver toutes ses sensations.

Encore plus au sud, on a également rajouté du bleu. En cette saison 2012-2013, la Suède accueille un autre joueur français. Surnuméraire à Genève, malgré un début de saison satisfaisant, et faisant les frais lui aussi de l'invasion des mercenaires NHL, Kévin Hecquefeuille s'est joint cette semaine à l'un des deux promus de l'Allsvenskan, Karlskrona. La situation y est catastrophique puisque le KHK est dernier du classement, comptabilisant seulement 5 victoires en 25 parties. Avec 92 buts encaissés, la défensive est un secteur en péril, c'est pourquoi la direction a réagi en recrutant Hecquefeuille mais également le défenseur des Flames de Calgary Chris Butler ainsi que Tom Linder, prêté par Växjö. L'Amiénois est donc très attendu mais il a l'avantage de rejoindre une ligue qu'il connaît puisqu'il avait évolué à Nybro en 2008-2009.

BELLEMARE Pierre Edouard-110429-023On lui souhaite le même succès que Damien Fleury. Son club, Södertälje, continue sa remontée au classement de l'Allsvenskan, troisième à l'heure actuelle à seulement 3 points du leader Leksand. Après des débuts tâtonnants, Fleury est aux portes du top 15 des marqueurs avec 20 points en 26 parties et ses 12 réalisations lui permettent d'agripper la cinquième position des meilleurs buteurs, le meneur dans ce registre se nommant Patrik Berglund, le solide centre des Blues de Saint Louis.

Quant à Pierre-Édouard Bellemare, il semble définitivement évoluer dans une autre dimension. Sur la glace et en dehors. Son retour sous l'uniforme du Skellefteå AIK, une des toutes meilleures équipes du pays malgré une infirmerie bondée depuis le début de la saison, a clairement marqué les esprits. Sa longue absence - six mois - pour une douleur persistante à l'abdomen semblait nécessaire puisqu'il avait dû la supporter au cours des derniers play-offs puis lors du Championnat du monde. Cette mise au repos forcée lui a donc été bénéfique, à plus forte raison si on en juge son retour au jeu qui s'est avéré plus que convaincant, se permettant d'ouvrir le score contre le rival Luleå pour son premier match.

Entre la vénération presque religieuse des supporters - la fameuse banderole en français "Bellemare, heureux de te revoir" en dit long sur sa popularité - et louanges des médias nationaux, Skellefteå et son entraîneur Anders Forsberg peuvent de nouveau compter sur une french touch désormais indispensable dans la course au titre. Depuis, avec 8 points, Bellemare continue sa série d'un point par match et comptabilise déjà un ratio de +5 alors que le SAIK, auteur d'une série de sept victoires de rang en novembre, continue de jouer les premiers rôles au classement. 

Malgré tout, le HV71 continue de mener l'Elitserien mais sa suprématie est en danger. Avec quatre gains consécutifs, le Luleå HF, toujours deuxième, est l'équipe du moment. Toujours imperméable, le jeu initié par le coach Jonas Rönnqvist s'est toutefois, depuis quelques semaines, débridé en attaque avec un score cumulé de 19-2 durant cette série de victoires toujours en cours. Personne n'est à l'abri de cette armada décomplexée qui a laminé le champion en titre Brynäs (8-1) et le leader, le HV71 (6-0). La signature à la mi-novembre de l'artilleur finlandais Mika Pyörälä, remercié par l'Amur Khabarovsk, n'est pas étranger à cette puissance de feu retrouvée.

Autre équipe métamorphosée, celle des Lakers de Växjö. Dernier du championnat le 30 octobre, Växjö récolte les fruits du travail opéré par le jeune entraîneur Sam Hallam, successeur de Janne Karlsson (en poste depuis six ans) à la mi-octobre. Les Lakers sont désormais neuvièmes et donc temporairement exclus de la zone rouge. En revanche, la situation est alarmante pour le Rögle BK qui ferme la marche, accusant un retard de 5 points sur l'AIK, onzième. À douze jours d'intervalle, le RBK a même subi deux revers particulièrement douloureux contre Skellefteå (7-0) et contre Färjestad (7-1), à chaque fois à domicile. On peut supposer que les habitués de la Lindab Arena commencent sérieusement à bouillir. Il est vrai qu'avec un investissement massif auprès de pointures internationales (Martin Gerber, Lasse Kukkonen, Tom Preissing, Juhamatti Aaltonen, Alexander Barta, Mike Iggulden entre autres), avouez que cela fait désordre !


Classement :

1.HV71 58 pts
2.Luleå HF 56 pts
3.Skellefteå AIK 54 pts
4.Färjestads BK 48 pts
5.Linköpings HC 45 pts
6.Brynäs IF 45 pts
7.MODO 44 pts
8.Frölunda HC 38 pts
----------------------------
9.Växjö Lakers 33 pts
10.Timrå IK 28 pts
----------------------------
11.AIK 27 pts
12.Rögle BK 22 pts


Meilleurs marqueurs :

1.Bud Holloway (Skellefteå) 38 pts
2.Carl Söderberg (Linköping) 34 pts
3.Joakim Lindström (Skellefteå) 33 pts
4.Pär Arlbrandt (Linköping) 27 pts
5.Oscar Lindberg (Skellefteå) 24 pts

Meilleurs buteurs :

1.Carl Söderberg (Linköping) 20
2.Bud Holloway (Skellefteå) 13
- Marcus Nilson (HV71)
4.Joakim Lindström (Skellefteå) 12
- Per Åslund (Färjestad)

Meilleurs gardiens :

1.Alexander Salak (Färjestad) 93,9% (22 parties)
2.Joakim Lundström (Timrå) 93,8% (14 parties)
3.Johan Gustafsson (Luleå) 93,5% (18 parties)