Neuilly-sur-Marne - Montpellier (Division 1, 12e journée)

"Six heures du quoi ?" "Six heures du matin !"

HAMON Kevin-111001-180La division 1 est si serrée cette année que Neuilly-sur-Marne - qui compte un match en plus - n'a que trois points de retard sur la première place... et trois points d'avance sur la neuvième place, celle de Montpellier, l'adversaire du jour, en position de non qualifié pour les play-offs. Après cinq victoires sur leurs six dernières sorties, les Bisons sont donc mieux placés, mais le classement reste éphémère dans cette D1 à rebondissements.

Quand chaque partie s'annonce serrée, les jeux de puissance sont souvent la clé, et c'est un domaine dans lequel les deux équipes ne brillent pas beaucoup. La première supériorité numérique de Montpellier ne débouche sur aucun tir. Celle de Neuilly-sur-Marne est encore pire, car elle donne lieu à des passes mal ajustées et à un palet sauvé du hors-jeu par Jonathan Lafrance, plutôt que relayé proprement. Le défenseur montpelliérain Nicolas Constantineau voit la rondelle arriver dans sa palette et relance par la bande. Le 2 contre 1 est exécuté par Kevin Hamon et Mathieu Combe, qui prend le gardien à contrepied de son déplacement (0-1, 04'33").

Lorsque les Bisons sont en difficulté, ils peuvent toujours compter sur un joueur pour faire la différence : Eliezer Sherbatov. Le farfadet israélien se faufile dans la défense et glisse le palet sous les bottes du gardien (1-1, 06'07"). Montpellier se rendra cependant vite compte du danger et l'étoile Sherbatov, surveillée de près, ne brillera plus autant au-delà du premier tiers-temps.

Si Sherbatov est l'éternelle satisfaction, Stanislav Lascek est l'éternelle déception de cette équipe nocéenne. Même s'il commence en quatrième ligne, il a aussi du temps de jeu en supériorité numérique. Dans les dix premières minutes, il a eu deux bons palets de but, tous deux vendangés par imprécision devant la cage. Et ensuite, il prend deux pénalités idiotes en zone offensive, d'abord un cinglage, puis une crosse haute dans une bataille en fond de zone en powerplay. Deux pénalités : deux buts. D'abord, un centre au second poteau de Mathieu Combe rend la pareille du premier but à Kevin Hamon qui tire dans le haut du filet (1-2, 10'47"). Puis, un palet contré par Volrab revient à la ligne bleue sur Nicolas Constantineau qui le prend comme il vient, en pleine lucarne de Kevin Beech qui n'a pas esquissé le moindre geste (1-3, 15'05").

DUBUC Maxime-120908-163C'est pourtant bien Beech qui garde son équipe dans le match au moment où elle cafouille de plus en plus au repli défensif. Étienne Brodeur part en break et se fait accrocher par Lafrance avant de tirer. C'est le tir de pénalité. Le Canadien échoue une fois de plus dans les bottes de son compatriote.

Les maux défensifs ne semblent pas réglés en deuxième période. Arthur Cuzin rattrape une relance-cadeau de Maxime Dubuc dans l'axe en se couchant devant Ryan Ellis, mais il concède une pénalité sur l'action. Le travail en infériorité numérique de Hugo Vinatier fait mieux que protéger le palet, il provoque carrément une faute de Janecka. Celui-ci reçoit la compagnie en prison de Désérable onze secondes plus tard. Dubuc, à l'origine de cet enchaînement causal, marque d'un lancer de la bleue à cinq contre trois (2-3, 23'36"). Une charge à retardement - son gardien avait fait l'arrêt - du rude Ivan Bohin sur un tireur au second poteau prolonge la pénitence des Montpelliérains, qui concèdent l'égalisation au moment où ils reviennent à cinq contre cinq : Jonathan Lafrance remonte le palet côté gauche vers Marc Slupski qui repique devant la cage et bat Dupont (3-3, 26'33").

Tous ces efforts auront ramené Neuilly-sur-Marne dans le match durant... 25 secondes. Ryan Ellis repique au premier poteau dans le dos de l'endormi Sergejs Louskins et trouve un trou de souris (3-4, 26'58"). Alors que Neuilly vient de tuer une longue infériorité, ce même Ellis tente un tir en angle qui fait des ricochets dans l'arrière des patins de Kevin Beech et finit par franchir la ligne quand tout le monde se rue dessus (3-5, 30'50").

Retour à la case départ pour les Bisons, qui avaient panaché leurs jeunes sur quatre lignes, et qui passent désormais à trois lignes pour essayer d'élever le rythme. La domination reste longtemps stérile, et après une charge incorrecte de Cuzin, Ellis centre pour Danilics entre les cercles qui a tout le temps de soigner son tir côté plaque (3-6, 43'54").

LOUSKINS Sergejs-120908-266Neuilly n'est pas tout à fait mort. Martin Tomasek dévie au poteau droit une passe de Stan Lascek (4-6, 46'32"). Mais au milieu de la domination locale, Montpellier s'offre un intermède avec une longue séquence en zone offensive : Kevin Hamon marque à bout portant sur passe en retrait de Combe, le troisième but pour les deux complices (4-7, 51'13"). Les Bisons repartent à l'attaque, et à 6 contre 4, Jozef Wagenhoffer signe un joli lancer juste sous la barre (5-7, 55'28"). À la parade sur un nouveau tir à bout portant de Hamon, Beech est convié peu après à sortir pour tenter le tout pour le tout, et Skutchan clôt la marque dans les filets déserts (5-8, 57'40")..

Montpellier rentre dans les huit premiers avec cette victoire qui a prouvé sa densité offensive. La première ligne avec les deux meilleurs marqueurs Janecka et Slovak n'a mis aucun but (sauf le dernier en cage vide). Ce sont les deux autres blocs qui ont marqué. On aura aussi pu apprécier le jeu élégant du grand défenseur Nicolas Constantineau, avec ses relances propres et sûres et son patinage assuré. Tout ce qui manquait ce soir aux arrières de Neuilly-sur-Marne, convoqués "au rapport" par leur coach.

De la cinquième à la dixième place, six équipes se tiennent en deux points, et cet "écart" est même surévalué car les mieux placées Neuilly et Dunkerque ont joué un match avancé. Les play-offs s'ouvriront à celles qui travailleront le plus... C'est pourquoi Frank Spinozzi s'enquiert auprès de son président de la disponibilité de la patinoire le dimanche matin. "La vitesse commence à 8h30". Voilà qui ouvre la voie à une pratique aussi dominicale que matinale à 6h30. Le capitaine blessé Loïc Sadoun est chargé d'aller annoncer la bonne nouvelle au vestiaire. Le messager, qui a dû beaucoup en entendre dans sa carrière, croit d'abord que son lumbago perturbe son audition : "Six heures du quoi ?" La réponse confirme qu'il a bien entendu : "Six heures du matin !"

Commentaires d'après-match

Frank Spinozzi (entraîneur de Neuilly-sur-Marne) : "Une performance inacceptable des défenseurs ce soir. Toute notre saison se joue là, des gars sont feignants des fois, ils sont dans la lune. Ils se foutaient de jouer du hockey organisé, ils coûtent un match à l'organisation. Mon meilleur défenseur, c'est Cuzin. Jozef [Wagenhoffer] n'est pas trop mal, et il joue avec une blessure. Les trois autres, une honte ! Il y en a qui sont les premiers sur la rondelle et qui se laissent doubler en mettant les freins pour ne pas se faire frapper dans le coin ! Cela fait plusieurs semaines que je fais une pratique punitive le lundi ou le mardi, et à chaque fois on gagne le samedi suivant. Je ne l'ai pas fait cette semaine, demandez-moi si je ne le regrette pas. Je veux trouver de la glace pour demain matin, 6 heures. Le commun des mortels se lève tôt pour aller travailler et gagner sa paye."

 

Neuilly-sur-Marne - Montpellier 5-8 (1-3, 2-2, 2-3)
Samedi 1er décembre 2012 à 18h30 à la patinoire de Neuilly-sur-Marne. 523 spectateurs.
Arbitrage de Damien Bliek assisté de Joffrey Yssembourg et Charlotte Girard.
Pénalités : Neuilly-sur-Marne 16' (6', 6', 4') ; Montpellier 26' (6', 6', 14').
Tirs : Neuilly-sur-Marne 41 (14, 11, 16) ; Montpellier 32 (13, 7, 12).

Évolution du score :
0-1 à 04'33" : Combe assisté de Hamon et Constantineau (inf. num.)
1-1 à 06'07" : Sherbatov assisté de Lafrance et Fritsch
1-2 à 10'47" : Hamon assisté de Combe et Brodeur (sup. num.)
1-3 à 15'05" : Combe assisté de Hamon et Brodeur (sup. num.)
2-3 à 23'36" : Dubuc assisté de Tomasek et Wagenhoffer (double sup. num.)
3-3 à 26'33" : Slupski assisté de Lafrance et Sherbatov
3-4 à 26'58" : Ellis
3-5 à 30'50" : Ellis assisté de Danilics
3-6 à 43'54" : Danilics assisté d'Ellis (sup. num.)
4-6 à 46'32" : Tomasek assisté de Lascek et Sherbatov
4-7 à 51'12" : Hamon assisté de Combe et Brodeur
5-7 à 55'28" : Wagenhoffer assisté de Sherbatov et Tomasek (sup. num.)
5-8 à 57'40" : Skutchan assisté de Janecka et Slovak (cage vide)


Neuilly-sur-Marne

Gardien : Kevin Beech [sorti de 55'20" à 55'28" et de 56'58" à 57'40"].

Défenseurs : Arthur Cuzin - Maxime Dubuc (A) ; Jozef Wagenhoffer - Sergejs Louskins ; Jonathan Lafrance ; Jérémy Fritsch [4 présences au 1er tiers].

Attaquants : Michal Pinc - Daniel Volrab - Kévin Guimbard [puis Kecka] ; Leyland Plaire [puis Lascek] - Martin Tomasek - Eliezer Sherbatov ; Marc Slupski - Hugo Vinatier - Clément Rey ; Thomas Eischen - Miroslav Kecka (A) - Stanislav Lascek.

Remplaçants : Rémi Husson (G), Loïc Sadoun (C, lumbago).

Montpellier

Gardien : Michael Dupont.

Défenseurs : Bodhan Visnak - Ivan Bohin ; Lionel Simon - François-Henri Désérable ; Nicolas Constantineau - Tony Delage.

Attaquants : Roman Skutchan - Petr Janecka - Martin Slovak ; Kevin Ottino - Raimonds Danilics - Ryan Ellis ; Étienne Brodeur - Mathieu Combe - Kévin Hamon.

Remplaçants : Steven Catelin (G), Alexandre Juan, Guillaume Bourgain.