Dynamo Moscou - Lokomotiv Yaroslavl (KHL, 32e journée)

OVECHKIN Alexander-100516-350C'est la finale de l'ouest ! Le Dynamo Moscou et le Lokomotiv Yaroslavl sont en effet au coude à coude au sommet de cette conférence de la KHL. La première place n'est guère surprenante pour le Dynamo. Il est champion en titre et, pour ne rien arranger pour ses adversaires, il compte cette saison sur l'explosif duo Aleksandr Ovechkin - Nicklas Bäckström, rodé depuis bien longtemps avec les Capitals de Washington.

Ovechkin reste le même : efficace sur la glace et franc en dehors. Encore cette semaine, il a démontré que la langue de bois, il ne connait pas, surtout quand il faut parler à la presse. Sochi 2014 ? Que la NHL interdise ses joueurs de participer aux prochaines olympiades, il y sera, même à moitié mort. Concernant sa situation à Moscou, il a fustigé le manque d'intérêt des Moscovites pour les affiches de la KHL et ne souhaite qu'une chose : que le conflit NHL prenne fin le plus vite possible pour remporter sa Coupe Stanley.

Ses critiques provocatrices ont finalement piqué au vif les amateurs du Dynamo qui ont écouté le maître en se bousculant en direction de la Loujniki Arena. Vieille de 56 ans, elle devrait d'ailleurs être abandonnée par le Dynamo puisque le club prévoit de déménager en direction de la moderne Megasport Arena (14.500 places)... en espérant que les spectateurs suivent également !

Côté classement, la situation est plus surprenante pour le Loko, à seulement 3 points mais comptabilisant un match en plus. En effet, plus d'un an après la catastrophe aérienne qui a envoyé au paradis toute son équipe, la pression qui guettait ses successeurs était redoutable. Finalement, on ne pouvait rêver meilleur sort même si la présence des grévistes Semyon Varlamov (pourcentage de 95% en moyenne) et Artem Anisimov (16 points et fiche de +7) a constitué une aubaine. Devant les filets de Colombus à 36 reprises l'an passé, Curtis Sanford n'avait eu jusque-là que des miettes mais ce mercredi, il est aligné face à l'armada du Dynamo qui a pour dernier rempart le prometteur Aleksandr Sharychenkov.

Après seulement 17 secondes, on retrouve le Lokomotiv Yaroslavl en supériorité numérique mais celui-ci n'en profite pas. Et le Loko se retrouve même en danger lorsque Dmitri Pestunov force Sanford à se coucher. De l'autre côté, Sami Lepistö constitue une première alerte sérieuse pour Sharychenkov. Et cela devient encore plus sérieux lorsque, quelques minutes plus tard, Viktor Kozlov, servi idéalement par Aleksei Kalyuzhny placé derrière le but, échoue face au portier du Dynamo. Passé près de se faire mener, les hôtes vont finalement passer la seconde. En avantage numérique à 10 minutes de la pause, le slap de Leo Komarov est un avertissement. D'ailleurs, Komarov et ses compagnons de ligne qui se nomment Ovechkin et Bäckström font tourner la tête d'un Lokomotiv qui se perd. Sergei Plotnikov garde ses esprits en s'y prenant à deux fois pour inquiéter un Dynamo qui ne va pas trembler bien longtemps. Ovechkin se fixe côté gauche en contrôlant grossièrement le palet, il transmet à Bäckström parti pour faire le tour de la cage. Sauf que le Suédois donne en passant à Komarov, collé devant le but. Le contre-pied marche du tonnerre, Sanford ne peut que déplorer les dégâts (1-0, 16'07").

La deuxième période, le Lokomotiv Yaroslavl tente de l'entamer de la meilleure des manières. L'équipe de Tom Rowe domine mais peine à se créer des occasions franches. Et quand elle se présente, c'est l'efficacité qui fait défaut, à l'image de Artem Anisimov qui ne peut profiter d'un rebond pourtant intéressant à la 25e minute. C'est bien dommage pour les visiteurs car en face, les Moscovites ne font pas de détails. Dès la fin de pénalité du Dynamo, Denis Mosalyov, seul au loin, est lancé par Filip Novak. Sanford, abandonné par sa défense, doit s'incliner pour la deuxième fois (2-0, 26'52"). Le Loko a toutes les difficultés du monde à contenir les assauts du Dynamo, très mobile, le slalom de Bäckström puis celui de Gynge quelques instants plus tard sont des exemples poignants. Le pire est à craindre lorsque Kalyuzhny rejoint le banc des pénalités.

ANISIMOV Artyom-100516-566Ça ne prendra que 17 secondes. Ilya Gorokhov envoie un missile imparable de la ligne bleue (3-0, 29'38"). Si Nicklas Bäckström continue de faire son show en faisant le tour de la cage avec une facilité déconcertante, Artem Anisimov parviendra à réduire l'écart pour les visiteurs. Sharychenkov ne voit rien venir, masqué par un défenseur, Gorokhov en l’occurrence (3-1, 32'07"). Anisimov entretient l'espoir mais Yaroslavl frôle la correctionnelle avant la deuxième pause. Denis Tolpeko prend l'ascendant sur la défensive adverse d'un coup de rein pour s'ouvrir l'angle du but mais encore heureux pour le Lokomotiv qu'il soit déséquilibré et donc qu'il manque de précision.

Dans le dernier tiers-temps, le Dynamo veut évidemment conforter son avance. Le pressing est soutenu, Richard Gynge est d'ailleurs bon élève dans ce domaine, ce qui permet à Konstantin Gorovikov de récupérer le puck devant le but mais celui-ci manque de lucidité. Le Lokomotiv Yaroslavl aura deux opportunités majeures dans cette troisième période : un 2 contre 1 que ne pourra finaliser Mikelis Redlihs pour quelques centimètres et une montée du défenseur Sami Lepistö qui crée l'alerte générale devant le but moscovite.

Quant à Ovechkin, il demeure un danger permanent. Excentré, il adresse d'abord un lancer à un Curtis Sanford masqué mais le plus intéressant est à venir. Jaillissant côté droit, "Ovie" se retrouve nez à nez avec Kronwall. Ce dernier ne se démonte pas en entamant une mise en échec... ratée, Ovechkin n'est qu'effleuré. Mais à son tour de perdre l'équilibre devant Sanford, son lancer du revers manque de force. La fin de match est largement à l'avantage d'un Dynamo décontracté". Bäckström se procure une occasion en or, Sanford, allongé, est complètement battu mais "Backis" rate l'immanquable. A ses côtés, Ovechkin en rigole. Tant mieux...

L'issue ne fait plus aucune doute, le Dynamo Moscou s'impose 3-1, consolidant ainsi sa première place de la conférence ouest avec six points d'avance sur ses poursuivants. Ce mercredi, un fossé persiste encore entre le traditionnel club de la police de Moscou et un Lokomotiv Yaroslavl accusant encore quelques lacunes mais qui continue sa route sur la voie de la renaissance.


Dynamo Moscou - Lokomotiv Yaroslavl 3-1 (1-0, 2-1, 0-0)
Mercredi 5 décembre 2012 à 18h30 à la Loujniki Arena de Moscou. 7857 spectateurs.
Arbitrage de Jyrki Rönn (FIN) et Aleksandr Sergeyev (RUS) assistés de Dmitry Sivov (RUS) et Sergei Shelyanin (RUS).
Pénalités : Dynamo Moscou 10' (4', 2', 4'), Lokomotiv Yaroslavl 12' (4', 2', 6').
Tirs : Dynamo Moscou 34 (14, 8, 12), Lokomotiv Yaroslavl 25 (8, 10, 7).

Évolution du score :
1-0 à 16'07" : Komarov assisté de Bäckström et Ovechkin
2-0 à 26'52" : Mosalyov assisté de Novak
3-0 à 29'38" : Gorokhov assisté de Gorovikov et Tolpeko (sup. num.)
3-1 à 32'07" : Anisimov


Dynamo Moscou

Gardien : Aleksandr Sharychenkov.

Défenseurs : Filip Novak (2') - Dmitry Vishnevsky (2') ; Roman Derlyuk (2') - Maxim Solovyov ; Ilya Gorokhov - Andrei Mironov ; Maksim Tomkin.

Attaquants : Aleksandr Ovechkin - Nicklas Bäckström - Leo Komarov ; Denis Tolpeko - Konstantin Gorovikov - Richard Gynge ; Kirill Knyazev - Sergei Soin - Sergei Konkov ; Denis Mosalyov (2') - Dmitri Pestunov (2') - Marek Kvapil.

Remplaçant : Aleksei Volkov (G).


Lokomotiv Yaroslavl

Gardien : Curtis Sanford.

Défenseurs : Staffan Kronwall - Mark Flood ; Vitaly Vishnevsky - Mikhail Pashnin (2') ; Sami Lepistö (4') - Aleksandr Guskov ; Yegor Yakovlev.

Attaquants : Emil Galimov - Artem Anisimov - Sergei Plotnikov (2') ; Viktor Kozlov - Aleksei Kalyuzhny (2') - Mikelis Redlihs ; Niklas Hagman - Daniil Apalkov - Aleksandr Chernikov ; Dmitri Maltsev (2') - Yuri Petrov - Maksim Trunyov ; Roman Lyudushin.

Remplaçant : Vitaly Kolesnik (G).