Publicité

France - Danemark (Mondial U20, Division IA, Amiens, 1re journée)

2012-12-09-France-Danemark3Le promu contre le relégué : on ne peut pas trouver affiche plus disproportionnée a priori. Il y a deux ans en U18, ces mêmes générations s'étaient croisées en ouverture, mais au Danemark, qui l'avait emporté 7-4. L'an passé, pourtant, les moins de 18 ans français ont pris leur revanche 2-1, et certains joueurs qui ont connu cette victoire peuvent convaincre leurs collègues que cet adversaire n'est pas insurmontable. Surtout si le Coliseum d'Amiens se met à pousser ses jeunes champions...

Histoire de se roder offensivement, les Danois ont passé leurs dernières rencontres de préparation à dévorer du sushi : 8-0 et 7-2 contre le Japon. Mais les Français, en creusant l'écart en fin de match sur les Norvégiens (6-1 avec cinq buts des jeunes Gothiques), n'ont pas été en reste.

Si l'on s'en tient à la composition des équipes, il n'y a pas photo. D'un côté, des anonymes sur le plan international, et de l'autre, des espoirs très suivis du hockey mondial comme Thomas Spelling, drafté par les New York Rangers en juin dernier, ou Oliver Bjorkstrand, 17 ans, qui tourne à près d'un point par match pour sa première saison de junior majeur en WHL. Une ligue dont - on le rappelle - le dixième marqueur est un certain Tim Bozon, qui ne viendra pas jouer pour la France dans ce tournoi.

La France ne compte donc qu'un seul joueur de junior majeur, Axel Rioux, dont la mère nous avait sollicités l'an dernier pour retrouver les feuilles de match de ses jeunes années en région parisienne et prouver qu'il était sélectionnable. Quel meilleure illustration de l'intérêt des archives que l'intégration de Rioux. Sur sa première entrée de zone, il subit un cinglage d'Illemann. Et pendant la supériorité numérique, il marque d'un tir du poignet fulgurant côté plaque (1-0, 02'24"). Jolie entrée en match international officiel !

2012-12-09-France-DanemarkCette entame est trop belle pour être vraie. En face, les Danois ont une sacrée équipe et il ne suffit donc pas de neutraliser leurs principales individualités (ce que fait très bien le trio défensif Serer-Briand-Thomas). Ils le prouvent car c'est leur quatrième ligne qui égalise : Julian Barrier-Heyligen fait l'arrêt face à Nicki Kisum mais laisse un rebond dans l'axe, que Patrick Rasmussen enfile le long du poteau (1-1, 06'46", photo de gauche).

C'est un plaisir de voir une équipe de France appliquée et à la hauteur de l'enjeu face à un adversaire de ce niveau. Si au départ les rapides Danois prennent à défaut la défense française sur des renversements latéraux, petit à petit ce sont bien les Bleus qui se mettent à dominer. Deux engagements gagnés en zone offensive par Maurin Bouvet donnent deux tirs dangereux à Romain Carpentier et Gaëtan Cannizzo, et dans la foulée, le capitaine danois Patrick Russell est pénalisé pour charge incorrecte. La France temine son très bon premier tiers-temps à cinq contre quatre, mais ne conclut pas ce temps fort par un but.

Les regrets viendront après la pause. Après une belle remontée de glace de Dimitri Thillet, on engage en zone danoise. Thillet perd cependant la mise au jeu, Martin Højbjerg part en contre. Le défenseur Martin Charpentier se laisse embarquer à l'extérieur alors que l'attaquant bifurque au centre et s'ouvre un angle de tir qu'il exploite (1-2, 22'31").

2012-12-09-France-Danemark2Si la France a tenu le choc, c'est aussi grâce à sa discipline. Sa première pénalité, elle ne la prend qu'après 26 minutes de jeu. C'est une prison bien inutile, un coup de genou en zone offensive de Marius Serer. Le Danemark la sanctionne par un one-timer préparé à mi-distance par les jumeaux Højbjerg, qui évoluent en Suède avec les juniors de Djurgården (1-3, 27'10"). Pierre Crinon est sanctionné à son tour pour retenir, mais Barrier-Heyligen fait rempart cette fois à l'incursion du défenseur Christoffer Lindhøj.

L'activité offensive de la troisième ligne française provoque une pénalité danoise, qui ne donne rien, mais ce trio se remet à l'ouvrage aussitôt après. Axel Rioux manque l'immanquable, tout seul face au but sur un centre de Cédric Di Dio Balsamo, mais quelques secondes plus tard, les rôles sont inversés et Di Dio Balsamo met le palet au fond sur passe en retrait de Rioux (2-3, 37'18", photo de droite). Le Coliseum s'enflamme enfin un peu, Simon Barbero chipe le palet à Lindhøj et oblige Feuk à un arrêt difficile de l'épaule. Encore une fois, les Bleus ont fini le tiers en trombe. Le signe d'une meilleure endurance ?

On l'espère au début du troisième tiers, et les tricolores aussi. Ils mettent la pression et poussent Ehlers à la faute. Sous le pressing français, le gardien dégage fort dans les plexis et la rondelle retombe... juste dans la palette de Mads Eller avec un boulevard pour une contre-attaque. Une chance insolente pour le frère du joueur de NHL, qui fonce sur la cage et percute le gardien. Thomas Søndergaard a suivi et marque ce but assassin en infériorité (2-4, 43'02"). Les Bleuets ont du mal à digérer ce coup du sort. Nicolas Leclerc part en prison pour obstruction, et Mathias Bau tire dans le petit filet. Il s'en est fallu de peu que tout soit déjà fini.

2012-12-09-France-Danemark5L'obstruction de Thode sur Di Dio Balsamo en entrée de zone (48'34") ne relève pas l'équipe de France, qui n'arrive pas à s'installer. Partie remise : lors d'une excellente action de Rioux pourtant isolé, Lauridsen est pénalisé pour cinglage (52'39"). Il n'y a plus de temps à perdre. Mathieu Briand manque cependant la cage ouverte au rebond d'un tir de Bouvet. Mais emporté par son désir de bien faire, Serer est pris par la patrouille pour une obstruction indéniable (54'32"). Le temps que les Bleuets reviennent au complet, le chronomètre a défilé. Après un bon tir de Briand, Lionel Charrier sort son gardien pour jouer à 6 contre 4, mais Bjorkstrand finit par trouver les filets déserts (2-5, 58'43").

La France aura fait son match, et elle aurait mérité un Coliseum plus plein pour l'encourager dans une prestation de ce calibre international. Il aurait fallu un peu plus de réussite pour vaincre ces Danois, le palet a choisi son camp en retombant devant Mads Eller. Le plus fort a gagné, c'est clair, mais les Bleuets peuvent encore donner de belles soirées avec un tel état d'esprit.

Désignés joueurs du match : Mathieu Briand pour la France et Sebastian Feuk pour le Danemark.

(photos de Pascal Enault)

Commentaires d'après-match

Lionel Charrier (entraîneur de la France) : "C'est une équipe plus forte que nous sur le papier. Les joueurs ont fait ce qu'il fallait individuellement, le plan de match a été correctement appliqué. On a été présent dans l'échec avant et dans le jeu en zone défensive. On n'a pas perdu le palet pendant la première période entière. Mais ensuite, on fait une erreur de placement et on prend un but. La troisième ligne [Tillet - Di Dio Balsamo - Rioux] est notre trio offensif, c'est normal qu'elle marque. Les deux autres trios ont un rôle plus défensif face aux deux meilleures lignes adverses. La quatrième ligne met la pagaille chez l'adversaire. On joue à quatre trios, nous aurons les ressources physiques pour demain. Toute notre préparation était axée là-dessus."

Brad Gratton (entraîneur du Danemark) : "Nous avons eu de bons moments, mais nous devons être plus précis et jouer plus simple au lieu d'essayer des choses difficiles. Je pense que nous étions en contrôle la plupart du temps, mais il y a eu des moments où nous n'étions plus dans le système. Nous avons deux lignes de powerplay vraiment bonnes, elles font circuler le palet rapidement, il a juste manqué la conclusion. Notre troisième et notre quatrième ligne ont fait un bon travail : nous y avons choisi des joueurs avec beaucoup d'énergie, mais qui sont aussi capables de créer des occasions et de marquer. Les deux premières lignes travaillent si bien ensemble qu'elles savent exactement où elles en sont. Nous avons quatre lignes solides, ce que nous manque est juste de prendre les bonnes décisions avec le palet dans notre zone défensive."

2012-12-09-France-Danemark4

 

France - Danemark 2-5 (1-1, 1-2, 0-2)
Dimanche 9 décembre 2012 à 19h00 au Coliseum d'Amiens. 1796 spectateurs.
Arbitrage de Juraj Konc (SVK) assisté d'Andreas Kowert (ALL) et David Tschirner (ITA).
Pénalités : France 12' (0', 4', 8') ; Danemark 16' (4', 2', 10').
Tirs : France 29 (10, 10, 9) ; Danemark 29 (10, 13, 6).

Évolution du score :
1-0 à 02'24" : Rioux assisté de G. Leclerc (sup. num.)
1-1 à 06'46" : Rasmussen assisté de Kisum et Knudsen
1-2 à 22'31" : Ma. Højbjerg assisté de Mi. Højbjerg et Uldall
1-3 à 27'10" : Mi. Højbjerg assisté de Ma. Højbjerg et Ehlers (sup. num.)
2-3 à 37'18" : Di Dio Balsamo assisté de Rioux et Briand
2-4 à 43'02" : Søndergaard assisté d'Eller (inf. num.)
2-5 à 58'43" : Bjorkstrand assisté de Spelling (cage vide)


France

Gardien : Julian Barrier-Heyligen.

Défenseurs : Pierre Crinon (4') - Simon Barbero (-2) ; Raphaël Faure (-1) - Nicolas Leclerc (2') ; Martin Charpentier (-1) - Quentin Mahier (-1) ; Gaëtan Cannizzo.

Attaquants : Guillaume Leclerc - Maurin Bouvet (-1) - Romain Carpentier (-1) ; Marius Serer (C, -2, 4') - Mathieu Briand (-1) - Rémi Thomas ; Cédric Di Dio Balsamo (-1) - Dimitri Thillet (-3) - Axel Rioux (-2) ; Jordann Perret (2') - Yann Millet (A) - Norbert Abramov ; Loïc Mora.

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G).

Danemark

Gardien : Sebastian Feuk.

Défenseurs : Bjorn Uldall (+2) - Marco Illemann (+1, 2') ; Patrick Madsen (A, +1) - Anders Thode (2') ; Christoffer Lindhøj - Rasmus Knudsen (+2).

Attaquants : Nicolai Meyer - Patrick Russell (C, 4') - Mathias Bau ; Oliver Bjorkstrand (+1) - Sebastian Ehlers (+1, 2') - Thomas Spelling (A, +1) ; Martin Højbjerg (2') - Thomas Søndergaard (+1) - Mikkel Højbjerg ; Nicki Kisum (+1) - Kristoffer Lauridsen (+1, 2') - Patrick Rasmussen (+1) ; Mads Eller (+1).

Remplaçant : George Sørensen (G).