Bélarus - Autriche (Mondial U20, Division IA, Amiens, 2e journée)

2012-12-10-Autriche-Belarus3Vainqueur le premier jour, le Bélarus poursuit son programme de montée en puissance face à une Autriche qui joue normalement le maintien. Comme s'il n'avait pas assez envoyé de rafales hier au rythme d'un tir à la minute, il sort un joueur qui est sans doute une arme secrète : un certain Artyom... Kalashnikov ! Il est apparemment enrayée car il prendra qu'un tir dans le match... Les Autrichiens, quant à eux, font repasser Mayrhauser - reconverti hier à l'avant pour former une quatrième ligne - à son poste habituel d'arrière.

La première journée nous a un peu laissés sur notre faim quant aux capacités réelles du Bélarus. En hockey, dominer n'est pas marquer. Et le jeu tout en contrôle des rouges, sans jamais passer la vitesse supérieure, court le risque de faire briller les gardiens adverses, même quand ceux-ci ne s'appellent pas Luka Gracnar.

C'est que l'on veut vérifier aujourd'hui face à David Kickert, un gardien clairement moins éprouvé. Si toute l'Autriche connaît les exploits de Gracnar avec Salzbourg, le Viennois Kickert n'évolue qu'en junior et les Capitals ne l'ont aligné "chez les grands" que pour un match de l'European trophy, où il a d'ailleurs été solide. Hier, il a donné un but et a paru nerveux par instants, au point que ce pourrait être l'argument principal de différenciation entre Autrichiens et Slovènes pour la relégation.

2012-12-10-Autriche-BelarusEt pourtant, ce midi, dans une patinoire quasiment vide hormis une classe d'école primaire, on assiste à un copier-coller d'hier, le but en moins. Les statistiques aux tirs sont du même tonneau (14 à 3 pour le Bélarus), mais David Kickert, contrairement à Gracnar, n'a rien encaissé en vingt minutes. Il faut dire qu'on est bien en peine d'identifier une action saillante, hormis ce service de Dmitri Zalamai en supériorité numérique pour la reprise côté droit d'Evgeni Samokhin : le but est tout proche (photo de gauche).

L'entraîneur du Bélarus, Pavel Perekhin, doit bien sentir que son équipe n'arrive pas à percer et à déstabiliser le bloc adverse bien resserré. Il modifie donc ses deux premières lignes, qu'il avait pourtant maintenues intactes depuis le début du camp de préparation, en faisant permuter Dunayev et Ambrozheichik. Le changement semble porter ses fruits car les deux premiers trios se créent des actions plus dangereuses.

Seulement voilà, David Kickert a tout d'un gardien qui a pris confiance. Il arrête de l'épaule droite le tir de Dunayev, puis du bouclier celui de Kolenchukov infiltré dans l'enclave à 4 contre 4. Les Autrichiens se procurent même leurs premières véritables contre-attaques. Sur une erreur de Rak à la ligne bleue, ils partent à 3 contre 1, une occasion gâchée par une passe imprécise du capitaine Alexander Cijan. Pire encore, Mader, recevant le palet en sortie de prison, est tellement étonné d'arriver ainsi seul face au but qu'il danse le Macumba et tire... à plus de deux mètres de la cible !

Kolenchukov entre une seconde fois dans le slot, et cette fois il poursuit son action jusqu'au bout en feintant le gardien pour marquer du revers (1-0). L'Autriche accuse le coup, et Mayrhauser offre une relance-cadeau dans l'axe à Dunayev, qui reporte à plus tard sa visite au marché de Noël. Il aime peut-être mieux donner que recevoir, car il sert un caviar du revers pour Karakulko à l'opposé, mais Kickert signe une superbe parade.

2012-12-10-Autriche-Belarus4Sa résistance prend fin en troisième période quand Roman Kolenchukov reprend à bout portant, et en pleine lucarne, une passe en retrait de son capitaine Artur Gavrus (2-0). Discret en début de match, Gavrus est bien le maître à jouer de cette équipe.

L'Autriche fait ses meilleurs efforts pour revenir, mais c'est assez illusoire. Landon Viveiros prend 2'+10' pour une charge dans le dos qui a envoyé Ambrozheichik la tête dans la bande (sans mal), et à la fin de la pénalité, Kolenchukov aurait pu inscrire un triplé personnel. Son tir du poignet à mi-distance frappe la transversale.

Le second match du Bélarus est donc la copie conforme du premier : une maîtrise d'ensemble de la possession de palet, un jeu patient et peu incisif qui attend son heure et qui est récompensé. La différence est que l'Autriche avait de meilleurs arguments physiques que la Slovénie et ne s'est pas laissée démonter dans ce domaine, mais la supériorité technique a suffi aux Biélorusses pour remporter une seconde victoire.

Les Autrichiens, sans démériter, savent qu'ils joueront, logiquement, pour le maintien. Ces deux premières rencontres auront été très utiles pour permettre à leur gardien David Kickert de prendre le rythme international avant un duel qui s'annonce décisif contre la révélation de la saison Luka Gracnar, son vis-à-vis slovène.

Désignés joueurs du match : Roman Kolenchukov pour le Bélarus et David Kickert pour l'Autriche.

Commentaires d'après-match

Jason O'Leary (entraîneur de l'Autriche) : "Le Bélarus est fort et joue avec beaucoup de confiance. C'était difficile pour nous, on s'est beaucoup appuyé sur notre gardien qui a fait un très bon match. On a commis quelques erreurs qui ont coûté cher. On travaille bien, mais il faudra être plus précis, surtout dans notre zone défensive. Il faut aussi gagner les palets dans les zones-clés, prendre les rebonds. Il est sûr que le gardien est la force de la Slovénie. On connaît bien leurs joueurs. On devra avoir beaucoup de vitesse et beaucoup de coeur dans les duels, c'est comme ça que l'on pourra gagner."

(photos de Pascal Enault)

2012-12-10-Autriche-Belarus2

 

Bélarus - Autriche 2-0 (0-0, 1-0, 1-0)
Lundi 10 décembre 2012 à 12h00 au Coliseum d'Amiens. 206 spectateurs.
Arbitrage de Juraj Konc (SVK) assisté de Matthieu Barbez et Thomas Caillot (FRA).
Pénalités : Bélarus 6' (2', 2', 2') ; Autriche 20' (6', 2', 2'+10').
Tirs : Bélarus 38 (14, 13, 11) ; Autriche 12 (3, 5, 4).

Évolution du score :
1-0 à 30'46" : Kolenchukov assisté de Gavrus et Ambrozheichik
2-0 à 45'37" : Kolenchukov assisté de Gavrus et Ambrozheichik


Bélarus

Gardien : Yan Shelepnyov.

Défenseurs : Pavel Kazakevich (A, +1) - Evgeni Lisovets (+1, 2') ; Oleg Misyul - Dmitri Zalamai (2') ; Bogdan Zozon (+1) - Ilya Rak ; Nikita Voles (+1).

Attaquants : Roman Kolenchukov (+2) - Artur Gavrus (C, +2) - Ivan Dunayev [puis Ambrozheichik à 20'] ; Aleksandr Karakulko - Evgeni Samokhin (A) - Dmitri Ambrozheichik (+2) [puis Dunayev à 20'] ; Artyom Kalashnikov - Artyom Zamlyankin - Denis Dalidovich ; Evgeni Kuntsevich (2') - Kirill Khvesyuk - Pavel Pechur.

Remplaçants : Sergei Stepanov (G), Egor Voronov.

Autriche

Gardien : David Kickert.

Défenseurs : Bernhard Fechtig - Patrick Peter (-1, 4') ; Layne Viveiros (-2) - Nicolas Paul (A) ; Landan Viveiros (2'+10') - Christoph Duller ; Niklas Mayrhauser (-1).

Attaquants : Daniel Ban - Kevin Schettina (A) - Alexander Rauchenwald ; Philipp Koczera (-2) - Johannes Bischofberger (C, -1) - Alexander Cijan (-1) ; Philipp Cirtek (2') - Stephan Fellinger - Philipp Kreuzer ; Smail Samardzic (-1, 2') - Thomas Mader (-1, 2') - [poste tournant].

Remplaçant : Phillipp Zopf (G).