Finlande - République Tchèque (Euro Hockey Tour 2)

OSALA Oskar-100520-035En novembre, les Tchèques se sont étonnés eux-mêmes en réussissant au-delà de leurs espérances leur premier tournoi international de l'année. En trois rencontres en Finlande, ils n'avaient encaissé que deux buts. Leur objectif ce week-end est de maintenir cette défense de fer tout en augmentant leur talent offensif. Hormis papy Jagr, les principales stars sont là : les Tomas Plekanec, Ales Hemsky ou David Krejci doivent normalement dominer la Finlande, seule équipe à ne pas avoir sélectionné de joueurs de NHL cette fois.

Cette absence de vedettes n'empêche pas la Hartwall Arena d'être pleine pour voir son équipe nationale. Ce n'est pas un tournoi à domicile comme en novembre avec le Karjala-turnaus, il s'agit simplement d'un match déporté du premier jour avant de rejoindre pour le week-end la ville organisatrice Moscou. Cela explique que les Finlandais aient pu faire plus de place aux jeunes et même testé des débutants.

Mais il ne faudrait pas que cela tourne au fiasco devant son public : après seulement 26 secondes de jeu, un tir de la ligne bleue de Zdenek Kutlak trompe le gardien Ari Ahonen, masqué par son défenseur Laasko (0-1). Après quelques minutes de choc, la Finlande se met à réagir, bien aidée par les pénalités tchèques. Mais elle est imprécise dans la conclusion et se heurte au gardien Alexander Salak, qui réalise une excellente saison à Färjestad avec 93,8% d'arrêts.

FROLIK Michael-110511-082En deuxième période, la Finlande accélère clairement le rythme. La troisième ligne s'installe en zone offensive, et Salak est peu verni : son rebond touche le dos d'un défenseur, et quand il écarte de la crosse ce palet resté devant lui, il est contré par la jambe d'un autre défenseur et revient sur Oskar Osala tout seul... Après dix tiers-temps d'invincibilité à 5 contre 5, la République Tchèque a finalement encaissé un but.

Les Tchèques commettent des erreurs et encaissent même un but alors qu'ils jouent en avantage numérique. Sous la pression de Pihlström, un dégagement de Jakub Kindl ne sort pas de la zone, Novak et Krejci passifs laissent Osala s'en emparer et prendre un lancer. Pihlström, revenu devant la cage, dévie victorieusement (2-1). La Finlande a pris l'avantage, et ni une belle passe de Hemsky pour Krejci, bien servi par Hemsky, ni un rapide échange Petruzalek-Rolinek n'amènent l'égalisation.

Au troisième tiers-temps, les visiteurs ont des occasions de revenir, mais Ari Ahonen tient bon dans la cage, y compris sur une échappée en infériorité numérique de Petr Koukal. À six minutes de la fin, Tuomas Kiiskinen trouve une géniale passe transversale pour Teemu Ramstedt qui marque son premier but en équipe national d'un tir croisé en lucarne (3-1). La réduction du score en fin de match arrive trop tard : la boîte finlandaise laisse carrément deux joueurs au poteau gauche avec la cage ouverte ! Si c'était une tactique pour qu'ils se gênent, c'est raté : Hemsky et Krejci ne se sont pas battus entre eux, le second laissant au premier le soin de conclure (3-2).

Voir un résumé vidéo (pour les amateurs de commentateur finnois un peu excité).

Commentaires d'après-match

Josef Palecek (entraîneur de la République Tchèque) : "Je pense que nous n'avons pas fait un si mauvais match. Le premier but est arrivé si vite qu'une équipe aussi talentueuse n'aurait pas dû s'en satisfaire. Cela aurait dû être un encouragement. Nous avons pris trop de pénalités en première période. Cela a coûté beaucoup d'énergie à certains joueurs, d'autres ont mis longtemps à se remettre dans le match. Ce qui s'est passé à 1-1 n'aurait jamais dû arriver à ce niveau : alors que nous avions tué quatre infériorités, nous nous sommes totalement endormis pendant que nous étions à 5 contre 4. Même quand la Finlande n'a pas Mikko Koivu et les autres stars, elle reste dangereuse et compacte. Elle joue toujours pareil, elle patine très bien et est très forte dans les duels."

 

Finlande - République Tchèque 3-2 (0-1, 2-0, 1-1)
Jeudi 13 décembre 2012 à 18h30 à la Turkuhalli. 7805 spectateurs.
Arbitrage de Mikael Nord et Mikael Sjöqvist (SUE) assistés de Jari Korteniemi et Masi Puolakka (FIN).
Pénalités : Finlande 8' (0', 6', 2'), République Tchèque 12' (6', 4', 2').
Tirs : Finlande 32 (13, 9, 10), République Tchèque 23 (6, 8, 9).

Évolution du score :
0-1 à 00'26" : Kutlak assisté de Frolik et Plekanec
1-1 à 22'38" : Osala assisté de Viitaluoma
2-1 à 35'38" : Pihlström assisté d'Osala (inf. num.)
3-1 à 53'41" : Ramstedt assisté de Mäenpää et Kiiskinen
3-2 à 59'20" : Hemsky assisté de Nedved et Plekanec (sup. num.)


Finlande

Gardien : Ari Ahonen.

Défenseurs : Teemu Eronen (-1) - Teemu Laakso (-1, 2') ; Kristian Näkyvä - Mikko Mäenpää (+1) ; Sami Lepistö (A, +2) - Ilari Melart (+2, 2') ; Atte Ohtamaa - Lasse Kukkonen (C, 2').

Attaquants : Jonas Enlund - Jori Lehterä (A, 2') - Juhamatti Aaltonen ; Antti Pihlström (+1) - Teemu Ramstedt (+1) - Tuomas Kiiskinen (+1) ; Toni Kähkönen (+1) - Ville Viitaluoma (+1) - Oskar Osala (+2) ; Tommi Huhtala - Miika Lahti - Kristian Kuusela.

Remplaçant : Joni Ortio (G).

République Tchèque

Gardien : Alexander Salak [sorti de sa cage de 57'52" à 59'20" et de 59'25" à 60'00"].

Défenseurs : Jakub Nakladal (2') - Zdenek Kutlák (+1) ; Jakub Kindl (-1, 2') - Filip Novak (-3) ; Martin Škoula (2') - Roman Polák ; puis Ondrej Nemec à 40'00".

Attaquants : Michael Frolík (2') - Tomáš Plekanec (C, +1, 2') - Petr Nedved (A, +1) ; Jakub Vorácek (-1, 2') - David Krejcí (-2) - Aleš Hemský (-2) ; Tomáš Rolinek (A, -1) - Petr Koukal (-1) - Martin Ruzicka (-1) ; Jakub Svoboda - Jan Kovár - Jakub Petruzálek.

Remplaçants : Ondrej Pavelec (G), Jakub Orsava, Antonín Honejsek.