Finlande - Suède (Euro Hockey Tour 2)

PERSSON Niklas-100511-380Bouillante lors du passage de l'ouragan russe, la Khodynka de Moscou sonne creux avec à peine 1500 personnes venues observer le derby scandinave. Quatre matches d'écoulés dans cet Euro Hockey Tour 2012-2013 et la Suède cherche toujours sa première victoire. Face à la Russie jeudi, elle n'a pu tenir le choc durant les 60 minutes, nettement dominée 5-1.

Si Pär Mårts devait se passer de quelques joueurs engagés dans la phase finale de l'European Trophy également disputée ce week-end, il avait pourtant sélectionné quelques joueurs de la NHL dont Anders Lindbäck, Jhonas Enroth, Victor Hedman et surtout Nicklas Bäckström. Enroth est d'ailleurs titularisé devant la cage.

Que la Russie ait compté sur les Datsyuk, Malkin ou Ovechkin, cela peut constituer une excuse, mais la mauvaise série continue. En défiant le rival finlandais, vainqueur de la République Tchèque dans la semaine, la soif de victoire est à son paroxysme. 

Il semble que la Suède ait appris de sa défaite face aux Russes. Si elle avait encaissé par deux fois un but en début de période, la Tre Kronor en fait, à son tour, la démonstration à ses adversaires du jour. En effet, après cinq minutes, les Suédois mènent déjà 2-0.

Niklas Persson travaille dur derrière le but, Joel Lundqvist frappe à la porte deux fois mais c'est finalement la tentative de Fredrik Pettersson qui sera la bonne (0-1, 03'04"). La minute suivante, on retrouve la même ligne. Lundqvist s'arrache pour remporter la mise en jeu, le palet est finalement libre pour Persson qui tire instantanément (0-2, 04'41"). Alors que Nicklas Danielsson effraie Joni Ortio en s'approchant comme une flèche sur son couloir gauche, le trio auteur des deux buts continue quant à lui d'affoler l'arrière-garde finlandaise.

Largement dominée au cours de ces dix premières minutes, la Finlande retrouve de l'oxygène en attaque même si la Suède lui laisse peu d'espace pour s'exprimer. Tandis que Marcus Johansson est dangereux avec une reprise de volée plein axe mais non cadrée, les hommes de Jukka Jalonen se crééront leur première vraie opportunité à six minutes de la première pause. Jere Sallinen et Tommi Huhtala partent à vive allure, Sallinen tente de déborder, Huhtala tente lui le tir du revers, Sallinen de nouveau essaie d'en finir mais c'est finalement arrêté sur la ligne par la plaque de Jhonas Enroth. Ni le bon appel de Teemu Eronen dans le dos de la défense suédoise, ni la fin de période en supériorité numérique ne permettront aux Finlandais de réduire l'écart avant le retentissement de la sirène.

MaenpaaMikkoLa Suède redémarre du bon pied, à commencer par Joakim Lindström qui dépasse Sami Lepistö et Ilari Melart et qui canarde Ortio, toutefois habile de la mitaine. Le deuxième jeu de puissance finlandais n'est pas plus efficace que le premier, la plaque de Enroth est une nouvelle fois touchée par un tir violent de Mikko Mäenpää (photo de droite).

Quelques instants plus tard, Victor Hedman lance Persson qui alerte Pettersson démarqué mais dont le lancer est contré in-extremis par Teemu Laakso. Cela précède un nouveau temps fort des Suédois qui contiennent remarquablement, et ce pendant plusieurs minutes, les Finlandais au-delà de la ligne rouge.

Cela dit, malgré leur nouvelle domination, les Suédois n'exploitent pas pour autant leur avantage numérique. Finalement les Lions retrouvent encore des couleurs dans les dernières minutes du deuxième tiers-temps, monopolisant la rondelle en zone offensive mais la maison jaune est toujours imprenable.

La Finlande redémarre la troisième période comme la fin de la deuxième : pressing haut, beaucoup de mouvements et des transmissions rapides. La Suède ne se laisse pas intimider, même si cela doit déboucher sur une configuration à 4 contre 4. Une configuration durant laquelle la bande de Jalonen laisse Persson partir seul mais son tir touche la jambière droite de Joni Ortio. Mis à part lors d'un jeu à 4 contre 3 à son bénéfice avec une lourde frappe de Staffan Kronwall, la Suède continue de rester retranchée dans son camp tout en laissant toujours aussi peu de marge de manoeuvre à leurs rivaux. Antti Pihlström et Ville Viitaluoma sont par exemple trop excentrés à gauche pour voir leur tentative réelllement dangereuse.

Oscar Lindberg a cependant l'occasion de tuer le match, servi devant l'enclave par Carl Söderberg qui avait fait le tour de la cage, mais son lancer est finalement dévié. Quelques secondes plus tard, le même Lindberg sera pénalisé pour avoir mis au sol Miika Lahti. Seulement treize secondes seront nécessaires à Mikko Mäenpää pour réduire l'écart. Son missile est mal contrôlé par Enroth, le palet franchit lentement mais suffisamment la ligne (1-2, 52'36").

L'espoir de l'égalisation sera anéanti puisque, cinq minutes plus tard, la Suède assurera son succès sans passer par le stress des derniers instants. Joni Ortio souhaite temporiser derrière son but mais il temporise en fait pour Patrik Berglund, arrivé brusquement et qui sert idéalement Nicklas Danielsson, auteur de sa deuxième réalisation dans cette Channel One Cup (1-3, 57'53"). Enfin, Victor Hedman, qui rendrait jaloux n'importe quel golfeur, inscrira la quatrième unité, lançant d'une extrémité de la patinoire vers les filets désertés par Ortio (1-4, 59'37").

La Suède, efficace et solide, remporte enfin son premier match international de la saison, même si l'adversaire proposé était un ton en-dessous de la Dream Team russe. La grosse satisfaction de la journée, c'est cette ligne de bosseurs Persson - Lundqvist - Pettersson, présente sur la glace lors de trois des quatre buts marqués, très active à chaque temps de glace y compris lors des séquences d'unités spéciales. La Finlande passera par un rattrapage ô combien délicat contre l'armée russe.

Commentaires d'après-match

Pär Mårts (entraîneur de la Suède) : "Je suis soulagé que nous ayons remporté ce match. Cette victoire, nous l'attendions depuis longtemps. Je ne pense pas que nous ayons fait un match fantastique. Mais le plus important est d'avoir gagné.

Mikko Mäenpää (défenseur de la Finlande) : "Nous nous sommes bien comportés pendant 50 minutes. Nous avons loupé l'entame de match mais notre jeu s'est amélioré en seconde période avant de poursuivre cette tendance."


Finlande - Suède 1-4 (0-2, 0-0, 1-2)
Samedi 15 décembre 2012 à 15h00 à la Khodynka de Moscou. 1500 spectateurs.
Arbitrage de Vyacheslav Bulanov et Konstantin Olenin (RUS).
Pénalités : Finlande 6' (0', 2', 4'), Suède 8' (2', 2', 4').
Tirs : Finlande 23 (8, 6, 9), Suède 23 (6, 7, 10).

Évolution du score :
0-1 à 03'04" : Pettersson assisté de Lundqvist et Persson
0-2 à 04'41" : Persson assisté de Lundqvist
1-2 à 52'36" : Mäenpää assisté de Ramstedt (sup. num.)
1-3 à 57'53" : Danielsson assisté de Berglund
1-4 à 59'37" : Hedman assisté de Viklund


Finlande

Gardien : Joni Ortio [sorti à 59'37"].

Défenseurs : Teemu Eronen (-1) - Teemu Laakso (-1) ; Kristian Näkyvä (-2) - Mikko Mäenpää (-2) ; Sami Lepistö (A) - Ilari Melart ; Atte Ohtamaa (-1) - Lasse Kukkonen (C, -1).

Attaquants : Jonas Enlund (-2, 2') - Jori Lehterä (A, -3) - Juhamatti Aaltonen (-2) ; Antti Pihlström (-2, 2') - Teemu Ramstedt (-2) - Kristian Kuusela (-2) ; Toni Kähkönen - Ville Viitaluoma - Oskar Osala (2') ; Tommi Huhtala - Miika Lahti - Jere Sallinen.

Remplaçant : Ari Ahonen (G).

Suède

Gardien : Jhonas Enroth.

Défenseurs : Mattias Bäckman - Staffan Kronwall (C) ; Tobias Viklund (+3) - Victor Hedman (+3, 2') ; Jonas Ahnelöv (+1) - Niclas Burström (+1) ; Jonas Frögren.

Attaquants : Marcus Johansson - Nicklas Bäckström (2') - Patric Hörnqvist ; Joakim Lindström - Patrik Berglund (+1) - Nicklas Danielsson (+1) ; Jimmie Ericsson - Carl Söderberg - Oscar Lindberg (+1, 4') ; Niklas Persson (A, +3) - Joel Lundqvist (A, +3) - Fredrik Pettersson (+3) ; Viktor Stålberg.

Remplaçant : Anders Lindbäck (G).