Slovaquie – Norvège (Arosa Challenge, demi-finale)

arosa-challengeLes retrouvailles entre Slovan Bratislava et le Lev Prague en KHL il y a une dizaine de jours ont ravivé le débat houleux qui tournait depuis le 3 novembre et la première confrontation dans la capitale tchèque autour de la charge de Zdeno Chára sur son compatriote, (ancien ?) ami mais néanmoins rival d’un soir Miroslav Šatan. Toujours en convalescence depuis ce douloureux contact, le capitaine de la Zlatá Generácia, muet jusque là, a offert la meilleure des bandes annonces au match retour en déclarant dans la presse nationale avoir une énorme rancœur envers le géant slovaque, coupable à ses yeux d’un coup bas envers un camarade de longue date. Les sifflets qui accompagnèrent dans la Slovnaft Aréna de Bratislava toutes les actions du capitaine des Boston Bruins résonnèrent en écho aux paroles de « Miro » et l’on parlait encore largement de cela cette semaine dans la sphère du hockey local.

L’Arosa Challenge a un peu calmé les ardeurs en mettant au premier plan la sélection nationale, l’une des quatre participantes au tournoi helvétique ce week-end. Troisième en 2010 pour la première et unique édition, la formation des Tatras, plutôt décevante sur sa première sortie en novembre à la Deutschland Cup, entend bien améliorer son classement et ainsi terminer sur une bonne note une année 2012 pleine de satisfactions marquée par la finale mondiale perdue au mois de mai. Contre la Norvège, premier adversaire, le coach Vladimír Vůjtek devra toutefois composer sans les « Slovanistes », absents (sauf Ivan Švarný) pour cause de phases finales de l’European Trophy. Les tauliers de la sélection nordique Anders Bastiansen, Marius Holtet, Martin Røymark, Ole-Kristian Tollefsen (Färjestad), Tommy Kristiansen, Mats Trygg (HV71) ainsi que Mads Hansen (Brynäs) manquent eux aussi à l’appel pour les mêmes raisons.

La Double-Croix, rajeunie et inexpérimentée, peut toutefois s’appuyer sur deux hommes en forme, à savoir Rastislav Staňa et Tomáš Záborský. Le premier, gardien du CSKA Moscou, effectue son grand retour en sélection après deux saisons marquées par des blessures récurrentes. Sa dernière prestation sous la casaque slave remonte justement à l’Arosa Challenge 2010. Quant à l’attaquant d’Omsk, il confirme dans cette première moitié de saison les excellentes dispositions entrevues chez lui en Elitserien et, après bien des transactions entre l’intéressé et le staff slovaque, fait enfin sa première apparition en équipe nationale sous l’ère Vůjtek.

La Slovaquie et la Norvège altèrnent jeux de puissance et infériorités dès la deuxième minute de jeu. Si les Norvégiens, fidèles à eux-mêmes, sont très actifs en attaque, la défense blanche est toutefois vigilante et permet à Staňa d’être relativement tranquille devant sa cage. Les hommes de Roy Johansen se retrouvent à quatre contre trois en fin de tiers-temps mais ne profitent pas de l’aubaine. Pas plus que les Slovaques ne parviennent à transformer une double supériorité longue de 54 secondes en début de deuxième acte. Les choses s’accélèrent à la demi-heure de jeu lorsque le maigre public présent dans les travées grisonnes assiste à quatre buts en l’espace de... trois minutes quarante-sept ! 

HOVORKA Marek-120520-446Les Scandinaves font mouche les premiers. Au cours d’un raid qui manque étrangement de vitesse, le capitaine Patrick Thoresen, à gauche sur la « bleue », sert à l’opposé Morten Ask qui fait de même pour Mats Zuccarello, lequel ouvre le score d’une frappe précise adressée dans le cercle gauche (0-1, 30'56). Les rouges doublent la mise moins d’une minute plus tard, bien aidés par le tour en prison effectué par Juraj Mikuš. Thoresen, libre de tout marquage au poteau droit, récupère le slap mal cadré d’Ask à l’entrée du cercle gauche et profite à la fois du manque de vigilance de Karol Sloboda, trop court et trop lent pour sauver, et du portier slovaque, qui a laissé découvert tout son flanc gauche (0-2, 31'50). Le break norvégien est pourtant vite effacé par les vice-champions du monde. 

En effet, s‘il aura fallu seulement 47 secondes aux Slovaques pour se prendre deux buts, il n‘en mettront que 144 pour recoller au score. Dans un contre lancé par Marcel Haščák, Marek Hovorka centre (tire ?) le long de la bande droite et Rastislav Špirko n’a qu’à tendre son bâton pour tromper Lars Haugen au premier poteau (1-2, 32'13). De la même façon que la Norvège avait profité d’un jeu de puissance, la Slovaquie met à profit une supériorité provoquée par la sortie de Juha Kaunismäki pour égaliser. Avec un peu de chance, le capitaine Tomáš Starosta se charge de mettre les compteurs à zéro d’un slap sur la « bleue » qui tape d‘abord dans le gardien avant de passer au-dessus de ce dernier et de retomber à l’intérieur des filets norvégiens (2-2, 34'37).

Cela n’est pas sans rappeler la dernière confrontation entre les deux pays, le 27 avril dernier à l’occasion de la Škoda Cup à Bratislava. Forte d’un avantage de 4 buts à 0, la Norvège s’était fait revoir par les locaux et avait dû attendre les fusillades avant de lever les bras. La décision se fait une nouvelle aux tirs au but, malgré des occasions à foison dans le troisième opus et une double supériorité norvégienne en fin de temps réglementaire (Richard Stehlík et Branislav Mezei sur le banc des fautifs). Záborský, dans un premier temps, puis Haščák en troisième tireur, réussient leur tentative là où aucun norvégien ne parvient à tromper Staňa, pourtant pas amateur du genre. Victorieuse pour la seconde fois cette saison, la Slovaquie se qualifie de fait pour la finale disputée le lendemain contre la Suisse, facile lauréate du Bélarus quelques heures plus tard.

Désignés joueurs du match : Branislav Mezei (Slovaquie) et Mats Zuccarello Aasen (Norvège).

Commentaires d’après-match

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : « On a beaucoup patiné, on était plus dans le jeu et on a très bien défendu en zone neutre. On est parvenus à tuer une double infériorité numérique en fin de rencontre, c’est le moment clé du match. Nos jeux de puissance n’ont pas été parfaits mais c’est comme ça dans le hockey actuel. On est satisfaits d’être en finale, c’est évidemment toujours mieux que de jouer pour la troisième place. Comme convenu, c’est Hudáček qui va garder le but demain et il va y avoir aussi quelques petits changements dans la composition de l’équipe. »

Rastislav Staňa (gardien de la Slovaquie) : « Je suis content de gagner pour mon retour en sélection après deux ans d’absence. Dans le premier tiers-temps, j’ai eu quelques arrêts à faire, dans le deuxième je n’ai pas vraiment eu de boulot mais j’ai quand même pris deux buts. Je dois féliciter les gars d’avoir su égaliser. Quand Thoresen a loupé son tir au but, je savais qu’on allait gagner. On a montré que même avec un groupe jeune on peut battre les Norvégiens, qui ne sont certes pas venus avec l’équipe optimale sur ce tournoi mais qui disposent tout de même d’une première ligne de très grande qualité. D’ordinaire, même en club, je ne n’officie pas pendant les tirs au but, mais là, je me suis un peu forcé. Je suis heureux que ça m’ait finalement souri. »

 

Slovaquie – Norvège 3-2 t.a.b. (0-0, 2-2, 0-0, 0-0)
Vendredi 14 décembre 2012 à 15h45 au Centre sportif et des congrès d’Arosa. 463 spectateurs.
Arbitrage de Marco Prugger et Marc Wiegand (SUI) assistés d’Andreas Kohler et Simon Wüst (SUI).
Pénalités : Slovaquie 12' (6', 2', 4', 0') ; Norvège 18' (6', 10', 2', 0')
Tirs : Slovaquie 27 (10, 6, 9, 2) ; Norvège 21 (8, 7, 5, 1)

Evolution du score :
0-1 à 30'56'' : Zuccarello Aasen assisté de Ask et P. Thoresen
0-2 à 31'50'' : P. Thoresen assisté de Ask et M. Olimb (sup. num.)
1-2 à 32'13'' : Špirko assisté de Hovorka et Haščák
2-2 à 34'37'' : Starosta assisté de Záborský et Vandas (sup. num.)

Tirs au but :
Slovaquie : Záborský (réussi), Hovorka (arrêté), Haščák (réussi).
Norvège : P. Thoresen (arrêté), Zuccarello Aasen (arrêté).

 

Slovaquie

Gardien : Rastislav Staňa.

Défenseurs : Tomáš Starosta (C) – Boris Valábik (2') ; Karol Sloboda – Branislav Mezei (2', +1) ; Ivan Švarný – Richard Stehlík (2'+2') ; Juraj Mikuš (2').

Attaquants : Michael Vandas – Tomáš Surový (A) – Tomáš Záborský ; Marcel Haščák (+1) – Marek Hovorka (2') – Rastislav Špirko (+1) ; Radoslav Tybor (-1) – René Školiak (A, -1) – Ján Sýkora (-1) ; Juraj Majdan – Matúš Chovan – Patrik Lušňák ; Marek Zagrapan. 

Remplaçant : Július Hudáček (G).

Norvège [2'+2' pour surnombre]

Gardien : Lars Haugen.

Défenseurs : Alexander Bonsaksen (A, 2', -1) – Lars Løkken Østli (2', -1) ; Juha Kaunismäki (2', +1) – Henrik Solberg (+1) ; Daniel Sørvik – Aleksander Rindal (2') ; Henrik Ødegaard.

Attaquants : Mats Zuccarello Aasen (+1) – Morten Ask (A, +1) – Patrick Thoresen (C, 2', +1) ; Ken Andre Olimb – Mathis Olimb (2') – Mats Frøshaug ; Steffen Thoresen (-1) – Jonas Djupvik Løvlie (2') – Mats Rosseli Olsen (-1) ; Fredrik Lystad Jacobsen – Martin Blakseth Huse (-1) – Andreas Stene ; Niklas Roest.

Remplaçant : Lars Volden (G).