Valenciennes - Dijon II (Division 3, 7e journée)

picardhugoValenciennes fait tomber le leader

Leader invaincu et sorti gagnant de chacun de ses déplacements, Dijon rend visite à Valenciennes, privé de son entraîneur Jonathan Paredes, qui encadre l’équipe de France U16 à Pralognan et laisse sa place à Michel Célestin.

Les Diables Rouges auront fort à faire pour préserver leur invincibilité à domicile et ne tardent pas à exploiter la première faille, un cinglage de Yann Sordel. Il ne faut en effet que cinq secondes à Romain Sauvage pour remporter la mise au jeu et tromper Guillaume Berger de près (1-0 à 00'58"). S’ils se montrent moins efficaces à cet exercice suite à une erreur d’appréciation de Camurat, les Ducs rétablissent vite la parité sur un tir puissant de Marciano, repoussé par Glevanak. Le danger demeure car la défense nordiste tarde à se saisir de la rondelle, récupérée par Thomas Chabert, dont le revers passe au-dessus de l’épaule du gardien (1-1 à 03'55").

Dès la mise au jeu, Charles Bordès tente d’exploiter une mauvaise relance d’une défense poussée à la faute sur une montée de Maroncelli. Sur cette deuxième supériorité, Dijon ne tergiverse pas, ses cadres prenant les affaires en mains. Le capitaine Dauphin décale ainsi Jan Babic, dont la reprise instantanée de la droite fait mouche (1-2 à 08'20"). On retrouve l’ancien Niçois, très à l’aise, sur un décalage initié par Yann Sordel.

Les Diables Rouges subissent le jeu bourguignon et œuvrent par contre-attaques, ce qui aurait pu sourire à Capet, servi devant la cage par Harmegnies, mais l’ancien Castor, repris, ne peut armer sa reprise. Autre ex-Asniérois, le capitaine Romain Sauvage presse Bordès à la ligne bleue et s’offre un face à face avec Berger, qui ne peut que freiner la course du palet (2-2 à 14'25").

Dijon termine la première période avec plus d’entrain, ne pouvant cependant reprendre les devants car les efforts de David Dauphin, en débordement devant Camurat ou sur un missile de la bleue, se heurtent à un Glevanak vigilant.

La reprise offre un scénario diamétralement opposé à celui entrevu au premier acte. Pourtant en supériorité du fait d’une sortie fautive du portier slovaque, la troupe de Michel Célestin voit les Diables Rouges se procurer une belle occasion sur un centre de Selin dévié par Fauchart. Et même reprendre les devants au retour à cinq, Anthony Wagret résistant à plusieurs adversaires pour laisser Thomas Fauchart conclure sa percée devant la cage (3-2 à 22'43").

Moins à l’aise, les Bourguignons ne proposent que des lancers lointains, repoussés inexorablement par Glevanak, un peu plus à contribution sur un essai de Janny à la renverse. Son vis-à-vis doit faire face à un danger décuplé depuis la reprise, par les efforts de Sauvage ou Lejeune notamment. Au pressing derrière le but, Romain Sauvage empêche Maroncelli de se donner de l’air sur une infériorité, occasionnant ainsi le quatrième but, signé Capet, à la suite d’un lancer initial de Fauchart (4-2 à 28'17"). Une minute plus tard, le capitaine hennuyer est à la conclusion d’un travail remarquable de Wagret, insaisissable sur l’aile gauche, pour son huitième but de la saison (5-2 à 29'55").

evrardjacquesMéconnaissables, les Ducs quémandent alors un temps mort, synonyme de léger regain d’activité offensive. Le poteau tremble ainsi lorsque la salve de Jacques Evrard est détournée. Et si le jeune arrière est ensuite contraint à un retour pour contrer Wagret, avant que le jeu de puissance dijonnais ne s’enraille, ce sont bien les Ducs qui reprennent espoir avant la deuxième sirène sur un jeu en triangle repris sans contrôle par Dauphin (5-3 à 39'45").

Ce troisième filet des visiteurs est source d’un léger frisson dans des travées bien garnies. Les protégés de la mascotte locale, ‘El Diablo’, subissent de nouveau les assauts du leader. Milan Glevanak sort le grand jeu aux devants de Nicolas Lacroix, seul devant son but, avant de voir Jan Babic venir le défier, l’éviter et tenter de conclure dans une cage ouverte… qu’Alexandre Capet prend le soin de déplacer entre-temps (49'18")… En supériorité suite à ce retard de jeu, Dijon ne parvient cependant pas à en profiter et les minutes d’égrènent.

Généreux, les Valenciennois parviennent à récupérer plusieurs palets en zone offensive, enrayant ainsi les tentatives de relance des bleus. Si bien que, pour remettre de l’ordre, Jan Babic descend récupérer le palet près de sa cage, accélère, transperce la défense nordiste et, dans un angle fermé, trouve le dessous de la barre (5-4 à 57'57"). Avec deux minutes à jouer, et suite à cette action de classe, les Diables Rouges auraient pu douter… Ils préfèrent repartir de l’avant, par Thomas Fauchart, qui résiste à Ludovic Germack et centre vers Alexandre Capet, bien placé (6-4 à 58’59").

Les Ducs, malgré la sortie prématurée de leur ultime rempart, abandonnent pour la première fois de la saison les deux points, après avoir concédé le nul face à leur poursuivant colmarien. Déployant par moments de bonnes séquences collectives et disposant en Babic, buteur à chaque rencontre, d’un atout de poids, ils ont pâti de plusieurs temps faibles que les hommes de Claude Grenier, volontaires, ont parfaitement exploités. A eux d’apprendre à voyager pour sécuriser leur classement.

 


2012-12-15-valenciennes-dijon2Commentaires d'après-match
Michel Célestin (coach de Dijon en l’absence de Jonathan Paredes) : "Même s’il ne faut pas chercher d’excuses, la différence de dimensions de la glace par rapport à Trimolet a changé nos habitudes. On savait que Valenciennes, qui travaille fort, serait difficile à jouer. Le match bascule au deuxième tiers, notre adversaire prenant alors confiance pendant que nous connaissions un passage à vide. Ce fut un bon match, engagé et physique. Je ne suis pas surpris par notre bon début de saison car le groupe allie jeunesse et expérience, pouvant développer un bon jeu technique. Jan Babic est parfaitement intégré. Apprécié, c’est un joueur d’équipe qui se met à la disposition du groupe et possède une bonne mentalité. La Division 3 est importante pour le club, elle permet à des joueurs n’ayant pas le niveau de la Magnus de jouer à un niveau compétitif et d’être un tremplin pour les jeunes."


Valenciennes – Dijon II 6-4 (2-2, 3-1, 1-1)
Samedi 15 décembre 2012 à 18h30 à Valigloö. 500 spectateurs.
Arbitrage de Christophe Picard assisté d’Adrien Ernecq.
Pénalités : Valenciennes 42' (8’, 10’+10’, 4’+10’), Dijon II 10' (4', 4', 2’).
Tirs : Valenciennes 27 (6, 12, 9), Dijon II 42 (14, 14, 14).
Évolution du score :
1-0 à 00'58" : Sauvage (sup. num.)
1-1 à 03'55" : Chabert assisté de Marciano
1-2 à 08'20" : Babic assisté de Dauphin et Germack (sup. num.)
2-2 à 14'25" : Sauvage
3-2 à 22'43" : Fauchart assisté de Wagret et Sauvage
4-2 à 28'17" : Capet assisté de Fauchart et Selin (sup. num.)
5-2 à 29'55" : Sauvage assisté de Wagret et Camurat
5-3 à 39'45" : Dauphin assisté de Babic et Y. Sordel
5-4 à 57'57" : Babic
6-4 à 58’59" : Capet assisté de Fauchart et Selin


Valenciennes
Gardien : Milan Glevanak.
Défenseurs : Hugo Picard - Sébastien Fronty (A) ; David Selin - Hugo Scarfiglieri ; Louis Camurat.
Attaquants : Anthony Wagret - Thomas Fauchart - Romain Sauvage (C) ; François Marchal - Benjamin Lejeune - Antoine Janot ; Allan Harmegnies - Alexandre Capet (A) – Vincent Grenier.
Remplaçants : Alexis Baghetti (G), Ludovic Mathieu.

Dijon II
Gardien : Guillaume Berger (sorti à 59’13").
Défenseurs : Ludovic Germack - Jacques Evrard ; Philippe Bonnet (A) - Benoît Girardin ; Christophe Toulouse - Loïc Maroncelli.
Attaquants : Gautier Sordel - Charles Bordès- Alban Janny ; Yann Sordel (A) - David Dauphin (C) - Jan Babic ; Cyril Cassan - Nicolas Lacroix - Charles Marciano ; Thomas Chabert.
Remplaçant : Alexis Laufray (G).