Le cri du coeur de Grabovski

Seule équipe engagée dans l'Arosa Challenge à ne pas avoir déjà acquis sa place aux Jeux olympiques, le Bélarus a bien mal préparé son rendez-vous avec la qualification olympique, dans deux mois à Vojens. Avec un staff improvisé et réduit, il a terminé à la dernière place du tournoi, sans rien montrer.

GRABOVSKI Mikhail-110429-264Le nouvel entraîneur Andrei Skabelka a certes modifié ses lignes pour le second match, mais pour un résultat pour tout aussi piteux que contre la Suisse : en première période, les attaquants trouvent même le moyen d'être encore plus invisibles qu'hier. Les Biélorusses tentent trois tirs en vingt minutes, dont deux pour le défenseur Antonov. La Norvège a tout de suite pris l'avantage, quand Niklas Roest s'est imposé dans l'enclave en suivant un bon travail d'Andreas Stene. Le gardien Stepan Goryachevskikh, finalement confirmé titulaire par Skabelka qui voulait le tester deux jours de suite, n'était pas idéalement placé sur ce but, sa seule erreur.

Le jeu s'équilibre un peu en deuxième période, mais la première ligne scandinave réussit une superbe combinaison de passes conclue par Mats Zuccarello. Au collectif, le Bélarus ne peut oppose que l'action individuelle, en l'occurrence celle de sa seule star présente, Mikhaïl Grabovski, qui prend de la vitesse en zone neutre, entre côté droit et tire dans la lucarne opposée pour réduire le score à 2-1.

Le Bélarus passe à l'attaque au dernier tiers-temps, bien trop tard pour inquiéter Lars Haugen. Mats Zuccarrello particuipe à deux nouveaux buts : le premier arrive par surprise par sa vitesse d'exécution, le second est une superbe passe décisive en supériorité numérique pour Steffen Thoresen, aligné en powerplay aux côtés de son frère.

Désignés joueurs du match : Yaroslav Maslennikov pour le Bélarus et Andreas Stene pour la Norvège.

Commentaires d'après-match

Andrei Skabelka (entraîneur du Bélarus) : "Il nous manque deux lignes offensives ici à Arosa : les frères Kostitsyn, Kalyuzhny, Koltsov, Demagin. Contrairement à nos plans, l'effectif était majoritairement constitué de représentants de l'Extraliga biélorusse. La bonne nouvelle est qu'ils ont au moins vu ce qu'il faut pour jouer à ce niveau. Même si c'est par l'exemple de l'adversaire... Nous n'avons pas pu tenir la vitesse proposée par les Norvégiens tout au long du match. Si la défense s'en est plus ou moins bien sortie, l'attaque a été définitivement mauvaise. C'est aussi le mérite des adversaires qui ont eu le temps de revenir : tous les 2 contre 1 ou 3 contre 2 potentiels ont été mangés par le repli défensif rapide des Norvégiens. La route n'est fermée à personne. Mais dans deux mois, bien sûr, la sélection sera plus rigoureuse."

Mikhaïl Grabovski (attaquant du Bélarus) : "J'ai dit depuis longtemps que nous devions revoir notre niveau. Nous sommes en dessous des Suisses et, on l'a vu, déjà en dessous des Norvégiens. Nous sommes dominés dans des fonctions de base comme le patinage, la mobilité, la vision du jeu. Le hockey, ce n'est pas envoyer le palet en fond de zone, c'est un jeu. Les Norvégiens l'ont joué, et nous... pas vraiment. En une période, on a dû perdre une quinzaine de palets uniquement par des mauvaises passes. Tout ça commence dans le hockey junior, peut-on le réparer au niveau senior ? Je ne sais pas, je ne suis pas le coach. Mais il est temps d'atterrir : à la qualification au Danemark, nous ne partirons pas en favoris, mais sur le même plan que les autres. Si l'on continue à travailler sur le système proposé par le nouveau staff, on peut y arriver. Il faut juste du temps et de l'entraînement. Et arrêter de changer de coach. Combien en a-t-on remplacés ?..."

 

Bélarus - Norvège 1-4 (0-1, 1-1, 0-2)
Samedi 15 décembre 2012 à 19h45 au Centre sportif et des congrès d’Arosa. 448 spectateurs.
Arbitrage de Nadir Mandioni et Marc Wiegand (SUI) assistés de Franco Espinoza et Andreas Kohler (SUI).
Pénalités : Bélarus 10' (2', 6', 2') ; Norvège 20' (2'+10', 6', 2').
Tirs : Bélarus 25 (3, 12, 10) ; Norvège 27 (10, 9, 8).

Évolution du score :
0-1 à 03'43" : Roest assisté de Stene (sup. num.)
0-2 à 33'54" : Zuccarello assisté de P. Thoresen et Ask
1-2 à 38'22" : Grabovski
1-3 à 48'31" : Zuccarello assisté de P. Thoresen
1-4 à 58'18" : S. Thoresen assisté de Zuccarello et P. Thoresen (sup. num.)


Bélarus

Gardien : Stepan Goryachevskikh.

Défenseurs : Sergei Kolosov (-1) - Andrei Antonov (-2) ; Ilya Shinkevich (-1) - Pavel Chernook ; Ilya Kaznadei (-1) - Nikolai Stasenko (-1) ; Andrei Filichkin (+1) - Yaroslav Malesnikov (+1).

Attaquants : Mikhaïl Grabovski (A, +1) - Andrei Stas (+1) - Mikhaïl Stefanovich (+1, 2') ; Dmitri Meleshko - Aleksandr Kitarov (4') - Aleksandr Kulakov (A) ; Evgeni Kovyrshin (2') - Artyom Senkevich (C, -2) - Aleksei Ugarov (2') ; Yevgeni Solomonov (-2) - Sergei Drozd (-2) - Aleksandr Pavlovich.

Remplaçant : Dmitri Milchakov. En réserve : Pavel Musiyenko.

Norvège

Gardien : Lars Haugen.

Défenseurs : Alexander Bonsaksen (A) - Lars Løkken Østli ; Juha Kaunismäki - Henrik Solberg (-1) ; Henrik Ødegaard (+1, 4') - Aleksander Rindal (+1) ; Daniel Sørvik (+1, 2').

Attaquants : Mats Zuccarello Aasen (+2, 10') - Morten Ask (A, +2, 4') - Patrick Thoresen (C, +2) ; Ken Andre Olimb - Mats Rosseli Olsen - Mathis Olimb ; Steffen Thoresen (-1) - Jonas Djupvik Løvlie (-1) - Mats Frøshaug (-1) ; Fredrik Lystad Jacobsen - Andreas Stene - Niklas Roest.

Remplaçant : Lars Volden (G). Absent : Martin Blakseth Huse (blessé par une mise en échec hier).