Angers - Anglet (Coupe de France, 1/4 de finale)

Les Ducs à une marche de Bercy !

GRENIER Dave-111001-127Les Ducs d'Angers ont eu le tirage le plus facile – sur le papier – en recevant Anglet pour ce quart de finale de Coupe de France. L'Hormadi se présente au Haras en effectif limité pour affronter le leader de Ligue Magnus. Les supporters angevins verront bien l'un de leurs anciens protégés (Sébastien Rousselin) mais n'auront pas l'occasion de voir évoluer l'ex-défenseur des Ducs, Patrice Bellier.

Côté angevin, Brian Henderson et Robin Gaborit, blessés, ne prennent pas part à la rencontre. Tout comme le néo-défenseur des Ducs Michael Steiner, non qualifié mais présenté au public avant la rencontre.

Angers met la pression d'entrée mais les Angloys, bien disciplinés, ne se précipitent pas et sortent la rondelle proprement. Lorsqu'ils sont un peu dépassés, ils s'en remettent à leur gardien Eddy Ferhi. Ce dernier met en échec toutes les tentatives angevines et prouve, si besoin en est, qu'il a encore largement le niveau pour évoluer au meilleur échelon national. Angers domine les débats mais ni Braden Walls (3'), ni Cody Campbell (5') ne sauront profiter des petits rebonds laissés par Ferhi.

Complètement contre le cours du jeu, Anglet prend l'avantage. Marc Bélanger perd le palet à la ligne rouge et l'inusable Michal Garbocz s'empresse de servir Dave Grenier côté droit qui s'avance avant de placer un slap ravageur dans la lucarne gauche de Florian Hardy (0-1, 13'03"). Loin d'être abattu, Angers repart à l'attaque, mais les hommes d'Oliver Dimet continuent d'être appliqués et soudés pour repousser tant bien que mal le danger. Eddy Ferhi continue de faire le show et d’écœurer les attaquants angevins. Il tiendra jusqu'à la fin du tiers et permet à son équipe de repartir au vestiaire avec ce score favorable.

Le deuxième tiers reprend avec la même intensité angevine. Les Ducs sont rapidement récompensés de leurs efforts et forcent – enfin – le verrou Ferhi ! Gary Lévêque – de la bleue – tire en plein plastron du cerbère basque qui laisse un rebond conséquent ; Marc Bélanger est le plus prompt et catapulte la rondelle dans la lucarne gauche du gardien (1-1, 21'19"). Une juste récompense pour les locaux qui continuent d'attaquer et de pilonner la cage basque.

FERHI Eddy-111001-214Mais il faut attendre la mi-match pour voir les Angevins prendre véritablement les devants. En quatre minutes, ils font le break. Dans un premier temps, Éric Fortier gagne son face-off et sert Cody Campbell en tête de cercle qui décoche instantanément une frappe qui rentre avec l'aide du poteau droit d'Eddy Ferhi (2-1, 33'01"). Dans un second temps, Braden Walls – dans l'enclave – prend son temps et ajuste le cerbère visiteur en plaçant la rondelle dans le haut du filet (3-1, 37'08"). Angers repart donc au vestiaire avec ces deux buts d'avance, ce qui est un minimum tant la différence entre les deux équipes est flagrante.

Coup de théâtre pour le début de ce troisième tiers puisqu'Eddy Ferhi laisse sa place à Franck Dessolain dans les cages visiteuses. Assez déconcertant, mais l'attitude de Ferhi sur le banc explique cette sortie prématurée. Complètement usé physiquement par ces deux très beaux tiers, l'ex-portier international mettra de longues minutes à reprendre complètement son souffle.

Quoi qu'il en soit, ce changement de gardien met fin aux quelques espoirs des pensionnaires de Division 1. Force est de constater que le back-up n'est pas du même calibre que Ferhi. Il ne pourra rien cependant lorsque Tomas Baluch – étrangement seul devant le slot – dévie victorieusement une offrande de Valentin Michel (4-1, 42'51"). Quelques instants plus tard, il doit s'incliner sur un tir du poignet à mi-distance de Marcello Ranallo (5-1, 48'45"). Puis, quelques secondes plus tard, Braden Walls récupère le palet au poteau suite à un tir complètement loupé de Marc Bélanger. Le numéro 26 n'en demande pas tant et pousse tranquillement la rondelle derrière la ligne fatidique (6-1, 48'59").

Le dernier but est assez anecdotique et il faudra toute l'adresse d'Éric Fortier pour ajuster en lucarne un Franck Dessolain extrêmement mal positionné (7-1, 50'33"). Les dix dernières minutes n'apportent rien de plus. Jay Varady se contentant de faire souffler ses titulaires au profit de joueurs qui ne demandent que du temps de glace (Nicolas Hébert, Paul Bahain et Léonard Nalliod-Izacard notamment).

Une qualification sans surprise pour les Ducs. Néanmoins, les Angloys n'ont pas démérité. Nul doute qu'avec Eddy Ferhi dans les buts pendant 60 minutes, la défaite aurait été moins lourde.

Étoiles du match : *** Éric Fortier (Angers), ** Julien Albert (Angers), * Braden Walls (Angers).

 

Angers - Anglet 7-1 (0-1, 3-0, 4-0)
Mercredi 19 décembre 2012 à 20h30 à la patinoire du Haras. 1000 spectateurs.
Arbitrage de Damien Bliek assisté de Mathieu Loos et Thomas Caillot.
Pénalités : Angers 4' (0', 2', 2') ;  Anglet 8' (4', 2', 2').

Évolution du score :
0-1 à 13'03" : Grenier assisté de Garbocz
1-1 à 21'19" : Bélanger assisté de Lévêque et Bellemare
2-1 à 33'01" : Campbell assisté de Fortier
3-1 à 37'08" : Walls assisté de Bellemare
4-1 à 42'51" : Baluch assisté de Albert et Michel
5-1 à 48'45" : Ranallo assisté de Albert et Fortier
6-1 à 48'59" : Walls assisté de Bélanger et Bellemare
7-1 à 50'33" : Fortier assisté de Albert et Ranallo (sup. num.)