Chamonix - Épinal (Ligue Magnus, 14e journée)

Pour qui susanj gaspr 1"l'amer Noël" ?

Petit événement : depuis la semaine passée, l'ICE compte un nouvel international A dans ses rangs. Bien sûr, Gašpr Sušanj n'a dû sa sélection pour la manche française de l'Euro Challenge (à Lyon, les 14, 15 et 16  décembre) qu'aux absences de certains titulaires.

Le solide slovène, qui brille par sa régularité dans un registre exclusivement défensif, est la très bonne surprise du recrutement spinalien et aura donc eu la possibilité de côtoyer, pour quelques jours, la superstar Anže Kopitar...

Sušanj doit maintenant revenir à la dure réalité. Celle du championnat, qui reprend ses droits avec le périlleux déplacement des Dauphins au pied du Mont-Blanc. Un voyage crucial dans les Alpes, chez un adversaire direct au classement (qui a également laissé beaucoup de points de côté durant cette phase aller).

Des Chamois mal classés en dépit de leurs excellentes individualités (Latulippe, Masson, Lauzon, Charland...) mais toujours capables de sacrés coups d'éclat. Comme infliger aux Ducs d'Angers l'une de leurs rares défaites cette saison (1-3). C'était il y a trois semaines, ici-même, à Richard-Bozon.

Forcés de s'imposer pour se relancer, après quatre défaites d'affilée, les hommes de Santino Pellegrino n'ont que quatre points d'avance sur leurs hôtes du soir qui s'étaient révélés plus coriaces, à l'aller, que le score final ne le laisse supposer (5-1). Et encore, le vétéran Laurent Gras et le buteur Francis Charland manquaient à l'appel...

Mais ce soir, le CHC affiche complet. Sans suspendus ni blessés, tout comme Épinal, qui peut de nouveau compter sur Ján Plch, au repos depuis son coup reçu au niveau du sternum quinze jours auparavant. Ce talent à l'épreuve du temps, qui était l'homme en forme des Dauphins avant la trêve (avec six buts marqués à ses cinq derniers matchs de championnat), retrouve donc son vieux ccharland francisompère Michal Petrák, propulsé top-scoreur de Ligue Magnus après ses onze points dernièrement récoltés.

À l'image de son indémodable duo tchéco-slovaque, Épinal n'a pas trop de mal à trouver le chemin des filets. Le problème est donc ailleurs : derrière, avec une défense devenue beaucoup trop permissive depuis deux mois. La principale conséquence d'un relâchement valant à l'ICE de ne pas mieux figurer au classement.

Hmmm... Chamois !

On attend donc que les représentants vosgiens serrent enfin les boulons. Et retrouvent une assise défensive digne de ce nom. Seulement voilà, le mal est profond et "Cham", dans l'obligation de gagner ce soir, ne le sait que trop bien. Aussi les Chamois finissent-ils par prendre le contrôle des opérations, après un long round d'observation.

Ils se montrent les plus entreprenants... mais sans être véritablement dangereux. Girard doit même surtout s'employer, en deux temps devant Lauzon et Charland (8e). Et lorsqu'ils tentent d'attaquer, les Dauphins se font contrer par Clément Masson, qui sert Laurent Gras en profondeur. Le vétéran ouvre ensuite au second poteau, vers Arnaud Hascoët. Le décalage est imparable (1-0 à 08'17").

L'ICE n'y voit donc que du bleu. Celui d'un CHC en voulant véritablement plus et doublant la mise sans tarder. Un puck égaré en zone neutre profite à Carl Lauzon, pour une entrée de zone suivie d'une astucieuse remise vers Francis Charland. Une passe dans le dos reprise plein axe par l'ailier canadien, qui score d'un tir aussi précis que puissant côté mitaine (2-0 à 10'30").

Dépassés quand le jeu tend à s'accélérer, les Vosgiens sont inexistants par moment (au point de paraître inoffensifs). Mais contrairement au petrak 2scenario de leur dernier déplacement (à Villard-de-Lans), ils ne finiront pas ce tiers trop lourdement menés. La réduction du score de Michal Petrák, bien servi dans l'intervalle par Steven Cacciotti, arrivant à point nommé. Lancé dans le dos de la défense, le Tchèque fusillait la lucarne opposée (2-1 à 17'18").

Mais ne vous y trompez pas. Le deuxième acte s'ouvre sur le même constat : les Chamois ont plus de facilités pour créer le danger. Gabriel Girard doit plus d'une fois s'employer, à forces égales comme en infériorité sur un accrocher sifflé à l'encontre de Sébastien Gauthier (26'52"). Une pénalité mineure assortie d'une méconduite pour le centre québécois, coupable d'avoir voulu parlementer...

Poussés dans leurs derniers retranchements, les Lorrains défendent vaillamment et font corps devant leur gardien, résistant tant bien que mal à leur assaillant. Sitôt cette pénalité tuée, ils repartent de l'avant et malmènent une défense chamoniarde sauvée par le montant gauche de Fouquerel sur une tentative d'Hagelberg (31e).

On sent alors les locaux proches de la rupture. Éreintés par ces assauts répétés, ils sortent entiers d'une pénalité consécutive à un faire trébucher de Lauzon (31'48"). Non sans friser la correctionnelle, à l'image de ce break de Petrák enrayé par Fouquerel (34'04").

Oui, la finition fait défaut aux hommes de "Féfé" Marciano (Pellegrino étant toujours retenu au Canada), incapables de concrétiser leurs temps forts et tout près de perdre Steven Cacciotti, qui aura mis du temps à se relever d'une solide mise en échec (36e).

Mais le pire est à venir, pour eux, avec cette intervention de Benchabane sanctionnée par le powerplay des Chamois. Carl Lauzon renversant à sa gauche, vers l'inévitable Francis Charland, qui tire sur réception de l'extérieur du cercle d'engagement gauche... et touche la cible (3-1 à 39'36") ! Le meilleur buteur du championnat a encore frappé...

bouchard danick5Si Danick Bouchard (d'un tir bas filant sous la mitaine du gardien) réduit l'écart au retour des vestiaires (3-2 à 40'18"), Francis Charland passe tout près d'enfiler son troisième point de la soirée en rendant la pareille à Carl Lauzon sous forme d'un une-deux avorté par Gabriel Girard (42e).

Le Franco-canadien ne démérite pas ce soir, mais c'est à Clément Fouquerel que va revenir l'arrêt du match. Michal Petrák bénéficie d'un penalty après avoir été fauché, dans son approche, par Omar Pacha (45'38"). Une belle opportunité d'égalisation, se dit-on, sauf que le Tchèque n'obtiendra pas réparation. La faute à Fouquerel, bien inspiré de ne pas se laisser dribbler...

Un final haletant

L'avance chamoniarde est fragile et deux pénalités successivement récoltées par les Dauphins (47'54" et 50'05") apparaissent comme une bonne occasion d'enfoncer le clou. La première infamie est donc à peine tuée par les Vosgiens qu'une charge appuyée de Sušanj contre la bande vaut au Slovène deux minutes pour dureté. Mais ce quatrième but libérateur se fait attendre en dépit des bonnes intentions manifestées par les Charland, Latulippe et autres Lauzon...

L'ICE a un but à rattraper. Il reste maintenant sept minutes à jouer : le compte à rebours est enclenché. Une course-poursuite bien engagée par les coéquipiers de Danick Bouchard, plus d'une fois dangereux devant Clément Fouquerel (qui fait bonne garde), mais le temps qui défile tourne en leur défaveur. Mais cette pression n'est pas vaine : Jay Latulippe se voyant pénalisé dans sa zone (58'54"). L'Américain offrant, aux Spinaliens, une grosse minute de supériorité numérique (doublée par la sortie de Gabriel Girard).

Mais il était dit qu'Épinal avait laissé passer sa chance, en ratant notamment ce tir de pénalité quelques instants auparavant. Et c'est sur ce siège infructueux que s'achève la rencontre, au grand soulagement de Chamoniards pas malheureux d'avoir évité la case prolongation. Une mort-subite que les visiteurs n'auraient assurément pas volée...

Mal embarqués dans ce match, les Spinaliens ont donc su redresser la barre pour offrir deux derniers tiers de bonne facture. C'est dire si cette défaite (la dixième à leur onze derniers matchs, toutes compétitions confondues) est amère, frustrante. Un soupçon de réalisme et d'efficacité aurait même pu faire pencher la balance de leur côté. Reste le rendu défensif est assez satisfaisant ("seulement" trois buts encaissés) malgré ces deux bourdes lourdes de conséquences en début de partie.

Loin de ce genre de considérations, les hommes de Stéphane Gros peuvent savourer pleinement ce succès. Ils quittent pour la première fois de la saison leurs habits de barragistes et reviennent à deux petits points des Dauphins, qui s'enfoncent dangereusement au classement. Et doivent maintenant plus regarder derrière... que devant !

Réactions d'après-match (dans Vosges-Matin) :

Raphaël Marciano (entraîneur "intérimaire" d'Épinal) : "On n'a pas lâché. On a été combatif mais on n'a pas été productif. On a eu les occasions pour revenir mais on ne les met pas. Les deux premiers buts me mettent vraiment les boules car ce sont deux grosses erreurs."

 

Chamonix - Épinal 3-2 (2-1, 1-0, 0-1)
Samedi 22 décembre à 20h30 à la patinoire Richard-Bozon. 650 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez assisté de Guillaume Gielly et Guillaume Florentin.
Pénalités : Chamonix 10' (2', 4', 4') ; Épinal 28' (6', 18', 4')
Tirs : Chamonix 33 (15, 12, 6) ; Épinal 36 (7, 13, 16).

Évolution du score :
1-0 à 08'17" : Hascoët assisté de Gras et Masson
2-0 à 10'30" : Charland assisté de Lauzon et Pacha
2-1 à 17'18" : Petrák assisté de Cacciotti et Gervais
3-1 à 39'36" : Charland assisté de Lauzon et Pacha (sup. num.)
3-2 à 40'18" : Bouchard


Chamonix

Gardien : Clément Fouquerel.

Défenseurs : Omar Pacha - Arthur Cocar ; Riku Silvennoinen - Damien Torfou ; Fabien Veydarier - Andreas Nilsson.

Attaquants : Francis Charland - Jay Latulippe - Carl Lauzon ; Arnaud Hascoët - Clément Masson - Laurent Gras ; Mathias Terrier - Richard Aimonetto - Alexandre Audibert.

Remplaçants : Tom Charton (G), Jérémy Ares, Patxi Biscard.

Épinal

Gardien : Gabriel Girard [sorti de sa cage à 58'54"].

Défenseurs : Maxime Ouimet - Fabien Leroy (C) ; Gašpr Sušanj  - Stéphane Gervais ; Peter Slovák - Jan Hagelberg.

Attaquants : Benjamin Casavant - Sébastien Gauthier - Danick Bouchard (A) ; Steven Cacciotti - Michal Petrák - Ján Plch (A) ; Anthony Rapenne - Yoann Chauvière - Yannick Offret ; Kevin Benchabane.

Remplaçants : Nicolas Ravel (G), Élie Raibon, Rémi Colotti, Romain Mauffrey, Kevin Pernot.