Russie - États-Unis (Mondial U20, groupe B)

RussieEtats-UnisC'est l'un des premiers grands chocs du tournoi. Les Russes vont évoluer devant une patinoire comble dans un match toujours particulier face aux Américains. C'est Andrei Makarov qui obtient le départ.

Des Américains qui ont patienté jusqu'au dernier moment pour finaliser leur effectif : après la victoire 8-0 sur l'Allemagne, le staff a annoncé que Patrick Sieloff prenait le poste de septième défenseur au détriment de Matt Grzelcyk, qui avait également fait le voyage avec le groupe.

La Russie frappe la première

Makarov doit être vigilant d'entrée, sur la première action dangereuse signée John Gaudreau. Quelques secondes plus tard, Jacob Trouba fait obstruction et le jeu de puissance russe se met en place. Nail Yakupov mène le jeu, remise sur Albert Yarullin dont le slap puissant en entrée de cercle profite d'une petite déviation de Vince Trocheck pour tromper John Gibson (1-0). Les Américains, en revanche, ne sont pas efficaces en supériorité, ne bonifiant pas un accrocher de Mozer.

La Russie entame bien la partie, et Mikhaïl Grigorenko insiste : le grand pivot se heurte à la mitaine du portier adverse. À la mi-période, Gibson doit tenir son équipe à flots lorsque son camp est pénalisé trois fois de suite : un surnombre ; un faire trébucher contre Gibson, agacé par l'excellent Slepyshev, très dangereux auprès du but ; puis un accrochage de Rocco Grimaldi. Le public pousse mais la Russie ne fait pas le break. Il est vrai que Naïl Yakupov, très attendu, a tendance à en faire beaucoup trop à la recherche d'un exploit individuel, oubliant trop souvent ses partenaires.

Le bras de fer continue

Le deuxième tiers est du même calibre. Makarov tient son camp et les Russes jouent de plus en plus en contre. Daniil Zharkov et Kirill Kapustin déboulent en deux-contre-un, le premier tente sa chance et Gibson s'en sort. Les occasions s'accumulent : Trocheck traverse toute la glace mais son tir trouve la barre transversale. À la sixième minute, Kirill Dyakov fait trébucher un adversaire. Les Américains s'installent et Pavel Koledov doit quitter le jeu, victime d'un tir au niveau de la gorge, fort heureusement sans dommage. Le jeu de puissance ne donne rien et Gibson doit rester vigilant sur les contres, notamment devant Valeri Nichushkin.

Finalement, une nouvelle pénalité est fatale aux Russes. Alex Galchenyuk, fils américain d'un ancien international biélorusse, oriente le jeu et libère Jacob Trouba plein axe : le tir puissant du défenseur fait mouche (1-1). La pression américaine augmente à la mesure du compteur de tirs, témoin de la prestation convaincante de Makarov dans les cages. Rien n'est marqué avant la sirène.

Le show Makarov

Au retour des vestiaires, le tout jeune Nichushkin, 17 ans, traverse la patinoire, contrôle le disque, élimine Seth Jones et lance au but. Gibson laisse un rebond et Vladimir Tkachyov fait exploser la patinoire (2-1). Un but qui ouvre encore plus la partie.

Le match augmente encore en vitesse et intensité, tout en restant très discipliné. Makarov, sous pression, tient son camp dans la partie. Mikhail Varnakov, l'entraîneur russe, sent que son équipe est en danger et il casse le jeu en demandant un temps mort à neuf minutes de la fin. L'occasion de reprendre le contrôle de la partie et de se créer quelques bonnes situations sur le but de Gibson. Les Américains n'abdiquent pas pour autant et tentent de franchir le rideau défensif. Grimaldi obtient un bon tir, bloqué par le portier adverse. Les esprits s'échauffent mais l'échange d'amabilités n'aboutit à aucune sanction.

Le public pousse la moindre incursion en zone offensive. La technique au-dessus du lot des attaquants rouges permet de faire défiler les minutes avec une longue conservation de palet. À quatre minutes de la fin, Zharkov reste sur la glace sur une grosse charge de Connor Murphy : pas de pénalité. Puis, une longue passe envoie Nikita Kucherov en échappée... Gibson s'impose ! Il ne reste que 1'30" quand Kapustin vient charger dans le dos Blake Pietila qui reste sur la glace. Deux plus dix minutes sont appelées, et la Russie finit en infériorité. Gibson sort de sa cage dans la dernière minute pour un 6 contre 4. Trouba s'essaie de volée, arrêt de Makarov. La Russie parvient à se dégager une fois, deux fois... fin du match !

Victoire russe 2-1 à l'issue d'un match très disputé, qui s'est joué à rien. Une rencontre disputée à toute vitesse, globalement dans un bon esprit et avec énormément d'intensité. Les deux équipes ont assurément pris acte pour la suite du tournoi... Pour le public, ce fut une belle chance d'assister clairement au plus beau match du tournoi jusque là.

Désignés meilleurs joueurs du match : Andrei Makarov (Russie), Jacob Trouba (États-Unis).

Commentaires d'après-match

Mikhaïl Varnakov (entraîneur de la Russie) : "Nous étions opposés à une équipe bien organisée. Elle patinait bien et faisait bien circuler le palet en attaque placée, mais sans vraies occasions. Rien de mal n'arrive avec uniquement des tirs de la bleue. En défense, nous avons globalement bien joué. Après un tiers-temps raté, nous avons pratiqué un hockey presque exemplaire en troisième période. Bien sûr, c'est l'équipe qui fait le moins d'erreurs qui gagne ce genre de match. Nous nous créons beaucoup d'occasions. Nous aurions pu battre les Slovaques 6-2. Tant qu'il y a des occasions, il n'y a pas de problèmes dans le jeu des attaquants, c'est juste une question d'efficacité."

Phil Housley (entraîneur des États-Unis) : "C'était un match intéressant pour les spectateurs. Nous avons joué contre une équipe avec un grand gardien et deux lignes fortes. Je ne suis pas d'accord avec certaines décisions arbitrales, notamment le surnombre. Je voudrais garder notre état d'esprit actuel pour affronter le Canada. Ce match sera une expèce de derby pour nous, une confrontation historique."


Russie - États-Unis 2-1 (1-0, 0-1, 1-0)
Vendredi 28 décembre 2012, 20h, Ufa Arena (Russie), 7620 spectateurs.
Arbitrage de Mikael Nord (SUE) et Mikael Sjoqvist (SUE) assistés de Masi Puolakka (FIN) et Anton Semjonov (EST).
Pénalités : Russie 18' (2', 4', 12'), États-Unis 8' (8', 0', 0').
Tirs : Russie 30 (8, 11, 11), États-Unis 42 (10, 17, 15).

Évolution du score :
1-0 à 02'42" : Yarullin assisté de Nesterov et Yakupov (sup. num.)
1-1 à 33'18" : Trouba assisté de Galchenyuk (sup. num.)
2-1 à 44'10" : Tkachyov assisté de Nichushkin et Sergeyev


Russie

Gardien : Andrei Makarov.

Défenseurs : Albert Yarullin (A) - Nikita Nesterov (A) ; Kirill Dyakov (2') - Yaroslav Dyblenko ; Andrei Mironov - Pavel Koledov ; Artyom Sergeyev.

Attaquants : Andrey Sigarev - Nail Yakupov (C) - Aleksandr Khokhlachev ; Nikita Kucherov (2') - Mikhail Grigorenko - Anton Slepyshev ; Vladimir Tkachyov - Valeri Nichushkin - Yaroslav Kosov ; Yevgeni Mozer (2') - Kirill Kapustin (2'+10') - Daniil Zharkov.

Remplaçant : Andrei Vasilevski.

États-Unis

Gardien : John Gibson (2') [sorti de sa cage à 59'09"].

Défenseurs : Connor Murphy - Jake McCabe (C) ; Seth Jones (A) - Mike Reilly ; Jacob Trouba (2') - Shayne Gostisbehere.

Attaquants : Sean Kuraly - Alex Galchenyuk - Riley Barber ; JT Miller - John Gaudreau - Rocco Grimaldi (2') ; Mario Lucia - Tyler Biggs - Vince Trocheck ; Cole Bardreau - Blake Pietila - Ryan Hartman ; Jim Vesey.

Remplaçant : Jon Gillies (G). Réserviste : Garret Sparks (G).