Grenoble - Mulhouse (Ligue Magnus, 16e journée)

Grenoble à l'usure

2013-01-02-Grenoble-Mulhouse2Les Brûleurs de Loups ont mal terminé l'année 2012. Si la large qualification en coupe de France face à Amiens (10-4) puis la victoire en Ligue Magnus à Dijon (6-3) avaient enfin mis un terme à la longue série de défaites qui a plombé leur bon début de saison, la défaite à Gap samedi (1-4) a replongé les Grenoblois dans le doute et les a de nouveau fait chuter au classement. La cascade de blessures qui a touché l'effectif grenoblois n'y est pas étrangère. Dernier blessé en date et non des moindres : Mike Vaskivuo, le buteur patenté sans qui l'attaque grenobloise n'a pas trouvé de solution en terre gapençaise. Si Tardif et Bedin sont toujours absents, Francis Desrosiers effectue en revanche son retour même s'il est ménagé au coup d'envoi.

Du côté mulhousien, c'est la défense qui souffre actuellement. L'arrière-garde des Scorpions est en effet privée de deux éléments majeurs : Per Braxenholm et Ales Cerny. Cela n'a pas empêché les joueurs de Christer Eriksson de réaliser une excellente prestation samedi face au champion de France et récent vainqueur de la coupe de la ligue, Rouen, avec une courte défaite (4-6). De quoi donner de l'espoir à une équipe qui a un besoin vital de points depuis qu'elle a glissé à la treizième place, synonyme de play-down. Compte tenu du mauvais bilan grenoblois à Pôle Sud (déjà sept défaites dont quatre en Ligue Magnus !), les promus alsaciens peuvent donc légitimement espérer ne pas revenir bredouilles de leur déplacement en Dauphiné.

2013-01-02-Grenoble-Mulhouse3Les Grenoblois étouffent les Scorpions en monopolisant la rondelle et en campant dans la zone mulhousienne. Une grosse domination, mais pas de grosse occasion, même si le jeune Jordan Perret glisse un palet dangereux entre les patins d'Ahlqvist, un gardien qui avait fait des misères aux Grenoblois alors qu'il évoluait sous le maillot spinalien en début de saison. Après un gros travail de Joffre, Arrossamena récupère le palet, fait le tour de la cage et lève le palet, effaçant Ahlqvist qui s'était baissé prématurément (1-0, 03'43"). Ce but vient récompenser le bon début de match des Grenoblois, appliqués et volontaires face à une équipe mulhousienne qui se contente de jouer la défense. Les Scorpions tentent de sortir la tête de l'eau pendant une pénalité concédée par Nicolas Antonoff, pas vraiment à son aise ce soir sur la glace. Mais le power-play mulhousien n'est pas le plus mauvais de la Ligue Magnus pour rien et les Brûleurs de Loups s'en sortent sans avoir été inquiétés.

De retour à cinq contre cinq, les Mulhousiens se procurent leur plus belle occasion du tiers : un 3 contre 1 emmené par Kristoffersson qui centre en retrait plein axe pour Damien Raux, seul face à la cage grande ouverte, mais Raibon, étendu au sol, bloque in extremis le palet avec sa mitaine. Passée cette grosse frayeur, les Grenoblois repartent à l'attaque et essaient de remettre de la vitesse à l'image de McGrane puis Joffre qui lancent coup sur coup sur Ahlqvist.

Desrosiers effectue ses premiers coups de patin sur la glace de Pôle Sud pour tenter d'apporter un plus à l'attaque grenobloise. Après un bon travail le long de la bande de Bogdanoff, Marez se fait pénaliser pour avoir retenu la crosse. À leur tour, les Grenoblois se retrouvent en power-play mais n'arrivent guère plus à s'installer que leurs adversaires. Les absences de Vaskivuo et Tardif font mal au jeu de puissance grenoblois, d'ordinaire déjà pas très performant. Le match s'anime un peu en fin de tiers avec un contre de Le Blond et une cage ouverte manquée par Chipaux. Mais les Grenoblois doivent se contenter de leur unique but d'avance à la pause.

2013-01-02-Grenoble-Mulhouse4Une faute de Marez à deux secondes de la pause permet aux Brûleurs de Loups de redémarrer en supériorité numérique pendant deux minutes. Un avantage dont ils ne savent pas profiter à cause d'un power-play qui a toujours autant de difficulté à déplacer la défense adverse. À cinq contre cinq, le jeu ressemble à s'y méprendre à celui de la première période : une équipe grenobloise qui monopolise la rondelle et des Mulhousiens qui se contentent de resserrer la défense pour jouer à fond le moindre contre. Mais les approximations sont nombreuses de part et d'autre, principalement à cause d'un déchet technique important. Du coup, la rencontre manque globalement de rythme. Les pénalités ne changent pas vraiment l'équilibre du jeu : Le Blond se fait sanctionner, mais les visiteurs n'en profitent guère et abrègent même leur supériorité numérique avec une pénalité de Löfberg qui fait bêtement trébucher Dufresne derrière le filet grenoblois. À quatre contre quatre, puis à cinq contre quatre, les Brûleurs de Loups installent le jeu dans la zone mulhousienne. McGrane tente bien de combiner avec Dufresne mais sans succès.

Les Grenoblois commencent à se laisser tout doucement endormir par leurs adversaires qui se montrent redoutables sur un contre de Kristoffersson : Vladimir Kutny prend le lancer et trouve... le poteau de Raibon, pas malheureux sur le coup. Mulhouse rate donc l'égalisation de très peu et se retrouve de nouveau en infériorité numérique après une faute de Löfberg sur Suzzarini. Cette fois le power-play grenoblois est un peu plus convaincant et François Ouimet parvient même à marquer sur un palet relâché par Ahlqvist, mais l'arbitre refuse le but car il avait sifflé auparavant en pensant que le palet avait été gelé par le portier mulhousien.

La fin de tiers est laborieuse pour les Brûleurs de Loups qui ne parviennent pas à trouver leur rythme et sont tout près de se faire surprendre sur un contre de Kristoffersson qui ne cadre pas son tir. Baylacq manque une belle occasion, et après quarante minutes de jeu, l'avance grenobloise n'est toujours que d'un maigre but au tableau d'affichage.

2013-01-02-Grenoble-Mulhouse5Les Scorpions pensent donc qu'il y a peut-être quelque chose à faire dans ce match et attaquent la troisième période avec mordant à l'image d'un centre de Kristofferson pour Raux qui manque le contrôle face à la cage grande ouverte quelques secondes après le coup d'envoi. Raibon et la défense grenobloise se font bousculer et une égalisation mulhousienne semble une hypothèse de plus en plus plausible au fil des minutes. Les Scorpions, qui ont effectué cinq tirs cadrés au cours des deux premiers tiers, sollicitent Raibon de façon nettement plus appuyée mais ils se montrent maladroits dans le dernier geste. De l'autre côté de la glace, Tartari et Baylacq négocient mal un 2 contre 1 qui se termine par un tir de Tartari dans le casque de Ahlqvist.

Le match devient crispant au fil des minutes et bascule finalement sur une pénalité de Sallander qui fait trébucher Baylacq. Les Grenoblois peuvent évoluer de nouveau en supériorité numérique et cette fois, ils font bien circuler la rondelle. Une percée de Le Blond semble décisive mais Baylacq manque le palet face à la cage vide. Cette maladresse du capitaine grenoblois est finalement rattrapée lorsque Dusseau reprend sans contrôle un palet dégagé hâtivement par la défense mulhousienne, Ahlqvist est battu (2-0, 48'44").

Ce deuxième but grenoblois met un coup au moral des Mulhousiens qui se voyaient si proches de l'égalisation. Desrosiers manque sa reprise sur un caviar de Ouimet puis Tartari et Baylacq s'emmêlent les pinceaux sur un boulevard laissé par la défense mulhousienne qui semble reculer de plus en plus. Jordan Perret en profite pour s'échapper sur l'aile gauche, faire le tour de la cage et lancer dans le haut du but… Un but de toute beauté pour le jeune Grenoblois, son premier chez les pros (3-0, 51'25").

2013-01-02-Grenoble-Mulhouse1Cette fois, la rencontre est bel et bien pliée alors que les Mulhousiens font preuve de toujours autant de maladresse devant la cage, à l'image de Kutny qui manque une cage grande ouverte alors que Raibon était battu. Quelques secondes plus tard, McGrane s'arrache pour aller chercher un palet dans la crosse d'Ahlqvist et centre en retrait pour Arrossamena qui n'a plus qu'à pousser le palet au fond, s'offrant ainsi un doublé (4-0, 55'10"). Les Brûleurs de Loups se contenteront de défendre et de protéger le blanchissage de Sébastien Raibon qui devra tout de même s'employer jusqu'au bout face à Raux et Kutny notamment.

Mulhouse a choisi dès le départ une option très défensive. Une option qui aurait pu payer puisqu'après 45 minutes, les Scorpions étaient toujours dans le match avec seulement un but de retard. Paradoxalement c'est lorsqu'ils ont commencé à pousser au troisième tiers pour égaliser qu'ils ont sombré, en encaissant trois buts en sept minutes. Ils pourront regretter leurs nombreuses maladresses devant la cage avec quantité de cages vides manquées et un tir sur le poteau. Une égalisation mulhousienne aurait sans doute changé le cours du match, mais elle n'est jamais venue. Globalement cette équipe de Mulhouse ne s'est pas montrée très conquérante, à l'image d'une attaque très faible dans l'ensemble et d'un power-play très médiocre. Ahlqvist a repoussé l'échéance mais s'est montré un peu juste sur les tirs en hauteur. La lutte pour le maintien est encore longue pour les Scorpions qui devront sans doute batailler jusqu'au bout.

Grenoble n'a pas vraiment réalisé un grand match. Il aura fallu près de 50 minutes pour finalement mettre à distance raisonnable une équipe mulhousienne pourtant repliée en défense. La faute à de trop nombreuses approximations et à un déchet technique important. Un manque de créativité offensive aussi. Dans ces cas-là, les Brûleurs de Loups se reposent souvent sur Mike Vaskivuo pour faire la différence au tableau d'affichage. Mais en son absence, ils manquent de réalisme devant la cage et de jeu collectif pour contourner une défense bien regroupée comme celle de Mulhouse. Le power-play n'a pas non plus été à la fête en l'absence de Vaskivuo. Arrossamena avec un doublé et Raibon avec un blanchissage ont tout de même tiré leur épingle du jeu.

Mais la vraie bonne nouvelle de la soirée, c'est finalement la prestation des jeunes qui avec les nombreux blessés ont eu abondance de temps de glace à l'image de Joffre et Briand, pas souvent à pareille fête. Jordan Perret a pour sa part fait forte impression avec beaucoup d'énergie et un but plein de sang-froid. À revoir tout comme Lou Bogdanoff qui en quelques présences a donné un aperçu intéressant. Malgré tout il faudra sérieusement hausser le niveau de jeu pour espérer ramener quelque chose d'Amiens vendredi et de Briançon mardi en coupe de France car l'opposition y sera d'un tout autre niveau.

Désignés meilleurs joueurs du match : Nicolas Arrossamena (Grenoble) et Markus Kristoffersson (Mulhouse)

(Photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album)

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré et TéléGrenoble) :

Jean-François Dufour (entraîneur de Grenoble) : « Ce n'est jamais facile. On s'est battu, on a travaillé fort, on manque de réussite au premier et au deuxième tiers, on leur donne pas beaucoup de lancers et le tiers où on marque le plus de buts, c'est le tiers où on donne le plus de chances à l'adversaire. On est content du résultat, la victoire fait du bien et on a des gros matchs qui s'en viennent, il va falloir jouer de la même façon mais encore mieux. »

Baptiste Amar (défenseur de Grenoble) : « On a eu un mois de décembre en demi-teinte, on s'était bien rattrapé sur le quart de finale de coupe de France et ensuite à Dijon. Et de nouveau à Gap on avait fait un non-match où on n'avait pas vraiment joué au hockey. Ce soir c'était important, les équipes de bas de tableau on sait que cette année tous les matchs sont accrochés, c'est bien, on commence 2013 de belle façon. »

Nicolas Arrossamena (attaquant de Grenoble) : « Nous avons marqué rapidement le premier but. Cela a permis de mettre l'équipe dans le match tout de suite. Mais le deuxième a été difficile à arracher. Notre nouvelle tactique porte surtout sur la défense et on ne leur a pas laissé de grosse chance de marquer. »

Matthieu Le Blond (attaquant de Grenoble) : « Pendant les dix premières minutes, on était vraiment au-dessus. Après, c'est vrai, on est peut-être tombés dans un faux rythme. Notre défense a donné moins d'occasions à Mulhouse de marquer. Encore que, à plusieurs reprises, on a laissé notre gardien un peu seul. Cela permet de poursuivre notre renouveau. 2012 et tout ce qui s'est passé est maintenant derrière nous. » 

 

Grenoble - Mulhouse 4-0 (1-0, 0-0, 3-0)

Mercredi 2 janvier 2013 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3000 spectateurs.
Arbitrage de Alexandre Bourreau assisté de Guillaume Gielly et David Courgeon
Pénalités : Grenoble 4' (2', 2', 0'), Mulhouse 10' (4', 4', 2')
Tirs cadrés : Grenoble 39 (13, 12, 14), Mulhouse 19 (1, 4, 14)

Évolution du score :

1-0 à 03'43" : Arrossamena assisté de Joffre et McGrane
2-0 à 48'44" : Dusseau assisté de Baylacq et Le Blond (sup. num.)
3-0 à 51'25" : Perret assisté de Amar
4-0 à 55'10" : Arrossamena assisté de McGrane
 

Grenoble

Gardien : Sébastien Raibon

Défenseurs : Jason Crossman (A) - Sylvain Dufresne ; Baptiste Amar (A) - Kévin Dusseau ; Nicolas Antonoff (2') - Maxime Suzzarini.

Attaquants : Julien Baylacq (C) - Christophe Tartari - Mathieu Le Blond (2') ; César Joffre - Ed McGrane - Nicolas Arrossamena ; Jordan Perret - Mathieu Briand - François Ouimet ; Francis Desrosiers – Lou Bogdanoff.

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Quentin Scolari. Absents : Mike Vaskivuo (entorse de la cheville), Luc Tardif Jr (déchirure musculaire à la cuisse), Joris Bedin (disjonction acromio-claviculaire).

Mulhouse

Gardien : Aleksis Ahlqvist.

Défenseurs : Francis Ballet - Tuomas Immonen ; Yann Marez (4') - David Sallander (2') ; Dusan Brincko - Maximilien Tromeur.

Attaquants : Markus Kristoffersson (C) – Damien Raux (A) - Vladimir Kutny ; Jacob Alner - Stefan Lachapelle (A) – Christofer Löfberg (4') ; Lucas Bini – Dejan Matejic – Tarik Chipaux.

Remplaçants : Mickaël Muller (G), William Kern, Benoît Salvin, Mickaël Marchand. Absents : Radovan Hurajt (adducteurs), Per Braxenholm, Ales Cerny (ligaments).