Amiens - Grenoble (Ligue Magnus - 17e journée)

Plus de cœur, en Somme…

David BastienLes tribunes du Coliséum se sont bien garnies, et une vingtaine de minutes avant le coup d’envoi, on sentait dans l’air amiénois comme une ambiance de grand soir. Parmi les spectateurs présents, une demi-douzaine de courageux Grenoblois ont fait le déplacement.

Il faut dire que cette rencontre revêt un enjeu important pour les deux équipes. Outre le fait de la 4e place à prendre provisoirement pour le vainqueur, les joueurs d’Heikki Leime comme ceux de Jean-François Dufour ont à cœur de rester sur une lancée favorable durant ces derniers jours. Les Gothiques d’Amiens restent sur deux victoires de haut rang contre Morzine (7-3) et à Dijon (1-7), et souhaitent s’inscrire dans la durée puisque depuis le début de la saison, ils ne sont jamais parvenus à atteindre une série de trois victoires consécutives.

Le bilan est plus mitigé côté isérois, qui ne se sont imposés qu’une seule fois (3-6 à Dijon) sur leur quatre derniers déplacements en championnat, mais qui sort d’une victoire convaincante bien que sans éclat face à Mulhouse dans la semaine (4-0), et qui souhaitent se rassurer dans cette course au Top 4. Les Grenoblois doivent en revanche toujours se passer des services de Luc Tardif, Joris Bedin, Nicolas Antonoff qui s’est rajouté à cette liste, et surtout de Mike Vaskivuo, le meilleur pointeur de l’équipe, toujours en délicatesse avec sa cheville.

Ajoutons à cela une confrontation il y a deux semaines à Pôle Sud en coupe de France, qui s’est soldé cette fois ci par un large succès des Bruleurs de Loups (10-4), et tous les ingrédients sont réunis pour que cette rencontre soit des plus intéressantes.

Les Gothiques prennent le jeu à leur compte, et témoignent d’une grosse envie. Après une petite minute de jeu, le jeune Maurin Bouvet se retrouve en position idéale devant la cage, mais il ne parvient pas à surprendre Raibon (1’). Dans la foulée, Jimi Santala voit son prolongement de palet dévié par le portier grenoblois. Cette emprise porte très rapidement ses fruits : suite à une embusquée de Bouvet, le palet traîne un peu et Corriveau le récupère à proximité de la zone. Si celui-ci ne trouve pas la faille, le palet atterrit dans la crosse de David Bastien qui allume un Raibon impuissant et sans doute un peu masqué par la circulation (1-0, 03’56’’).

Les Brûleurs de Loups accusent le coup et peinent vraiment à se montrer dangereux dans le camp amiénois. La première vraie tentative est à mettre à l’actif du capitaine Julien Baylacq, mais sans grand souci pour le portier Santanen (5’).

Amiens domine et se crée les grosses occasions. Bouvet part avec Corriveau en 2 contre 1, il transmet le palet au #4 des Gothiques mais son lancer passe assez largement au-dessus de la cage (8’). Peu de temps après, Martin Gascon remet à Grégory Béron qui ne cadre pas, mais s’ensuit le feu devant la cage grenobloise pendant une trentaine de secondes, où les Isérois ne parviennent pas à se mettre en sécurité sous la pression de leurs adversaires. Il  faut une intervention du trio arbitral, qui envoie Santala en prison pour avoir accroché son adversaire direct, pour que les Brûleurs retrouvent leur respiration (9’). Les Picards parviennent sans trop de souci à relancer les palets en fond de court. Nicolas Arrossamena tente de partir seul au but mais ne surprend pas le gardien finlandais. Dans la continuité de l’action, le jeune Jordann Perret s’essaye sur un shoot qu’il ne cadre pas (10’). Les Amiénois tuent la pénalité sans trop de frayeur.

La première vraie opportunité grenobloise arrive sur un gros shoot à la bleue de Baylacq, mais Santanen est vigilant et capte le palet qui arrivait pourtant à très grande vitesse (12’). Les Gothiques reprennent le contrôle du palet, et développent un petit jeu entre Luka Basic et Marius Serer. L’action se solde par l’envoi en prison de Francis Desrosiers pour accrocher (14’). En infériorité numérique, Grenoble tente malgré tout de produire du jeu en ressortant le puck proprement, mais se retrouve gêné par une étonnante histoire de bâton perdu : c’est un peu panique à bord du côté du banc isérois. Au moment de récupérer sa crosse, Amar se débarrasse de façon un peu trop véhémente de celle de prêt dont il avait hérité, et la balance bien involontairement… dans la tribune ! Contrairement aux pucks de NHL, la pauvre spectatrice n’a pas pu la garder en souvenir ! Il n’empêche que cet incident a un peu perturbé les Grenoblois, puisque le jeu s’est poursuivi. Sur la remontée de Baazi, le palet sort de la vue de Raibon, Bastien le glisse à Martin Gascon qui n’en demandait pas tant pour trouver la lucarne (2-0, 14’10’’). ROUSSELthomas120108069

Le réalisme des Picards sonne comme un gros coup sur la tête des Brûleurs qui peinent à réagir, eux qui ne sont toujours pas vraiment rentrés dans leur match. Mathieu Briand cherche à faire le tour de la cage pour remettre un palet dans l’axe, mais aucun coéquipier n’est à la réception. Pire encore, Desrosiers est à nouveau chassé par les zèbres pour cinglage, à la sortie d’une lutte contre la bande (18’). Amiens en pleine confiance réinstalle son jeu de puissance. Aziz Baazi profite d’une position préférentielle à la ligne bleue pour effectuer un gros lancer que Raibon parvient à dévier (19’).

Grenoble témoigne d’un réel aveu de faiblesse quand Santanen rate quelque peu sa relance, et que les Isérois gâchent cette opportunité en se retrouvant bêtement hors-jeu. Le tiers se termine sur un gros lancer de Valentin Claireaux suite à une belle action collective. Raibon le détourne, et peut remercier sur le coup la grille de casque qui lui a sans doute évité d’être défiguré !

À l’issue de ce tiers, Amiens a dominé les débats de la tête et des épaules, parvenant à produire un jeu fluide et dynamique sur les remontées, avec certains joueurs qui donnaient clairement l’impression de savourer leur match (Corriveau, Bastien, Beron…). A l’inverse, Grenoble a beaucoup peiné. Les Brûleurs de Loups ne sont guère parvenus à ressortir proprement les palets, et quand ils y sont parvenus, ils manquaient le dernier geste.

Bastien le magnifique...

Le tiers médian démarre sur les chapeaux de roues pour des Gothiques très inspirés. Alors que Grenoble tente de s’installer dans la zone amiénoise sans succès, David Bastien récupère un palet à proximité de sa cage, part sur l’aile gauche, repique et conclut son festival en crucifiant Seb Raibon pour son deuxième but personnel du match, son 13e en championnat (3-0, 22’39’’).

Ce troisième but amiénois aurait pu faire sombrer les Brûleurs, mais au contraire ces derniers ont su enfin se mettre dans le rythme. François Ouimet tente une incursion mais Santanen ne relâche pas (25’). Un peu plus tard, c’est au tour de Desrosiers de s’essayer, le portier amiénois sort ce lancer cadré (30’). Puis Ed Mc Grane part en breakaway avec un coéquipier, mais Baazi seul contre deux défend merveilleusement bien.

Toujours à mi-tiers, Kevin Bergin réalise un gros lancée à la bleue mais Raibon détourne. Sur le contre, Ouimet entre dans la zone mais ne parvient pas à pousser le palet derrière la ligne, il obtient malgré tout une supériorité et Roussel prend deux minutes pour accrocher (30’). On se dit alors que Grenoble pourrait profiter de cette supériorité, mais il n’en est rien. Santanen dégoûte tour à tour Dufresne et Mc Grane (31’). Même suite au retour à 5 contre 5, le natif de Turku reste vigilant sur un lourd shoot du géant Suzzarini.

La persévérance grenobloise finit par payer : suite à une nouvelle pénalité contre Amiens (Kevin Bergin – 32’), Nicolas Arrossamena lance sur un Santanen jusque là irréprochable, mais ici ce dernier touche le puck avec sa palette qui glisse bêtement sous sa jambière (3-1, 32’48’’).

Ce but relance des Grenoblois à présent plus incisifs. En solitaire, Desrosiers tente mais Santanen capte (36’). Le tiers se termine en se rééquilibrant un temps soit peu, Amiens parvenant peu à peu à refaire mieux tourner le palet. Sur ces 20 minutes médianes, Grenoble a retrouvé un peu de son jeu, sans pour autant prendre clairement le dessus, ce qui laisse une grande indécision pour le dernier  tiers.

Pas si loin de la prolongation... OUIMETfrançois111105117

Et celui-ci démarre comme s’était terminé le précédent. Le palet circule de part et d’autre du glaçon. Beaucoup moins d’occasions franches, mais le match reste vivant.

La première grosse possibilité du 3e tiers est une frappe de Claireaux qui trouve le haut du filet de Raibon (45’). César Joffre récupère un palet et lance sans cadrer (48’). Ensuite c’est Crossman qui voit son shoot capter par Santanen. Sur le coup, Arrossamena touche le gardien, et après un léger brassage il est envoyé en prison (48’). Il est rapidement  rejoint par Crossman, offrant ainsi aux Picards 44 secondes en double supériorité.

Le public du Coliséum se lève pour pousser ses favoris. Corriveau tente mais le palet passe au dessus (49’).  Quelques secondes plus tard, nouvel essai qui bute cette fois-ci sur Raibon. Les Grenoblois sont solides et tentent même de ressortir le palet durant l’orage. Ils tuent cette double pénalité et engrangent même ainsi de la confiance, puisque juste après le retour à 5 contre 5, Jordann Perret part sur l’aile et transmet à François Ouimet qui conclut et relance totalement ses coéquipiers dans la rencontre (3-2, 51’50’’).

À ce moment-là, on se dit que les Gothiques fatiguent et que les Brûleurs de Loups prennent le dessus physiquement. Toutefois il y a encore des maladresses qui les freinent dans la zone de décision. Sur une montée collective, Matthieu Le Blond tente sans succès (56’). Derrière, les Amiénois doivent s’en remettre à la présence et au gros travail de son gardien, qui stoppe toutes les tentatives alpines (Perret, Ouimet, Dusseau).

Le coach Dufour fait sortir Raibon à une minute du terme. Mais les Grenoblois ne parviennent pas à profiter de cette situation, et le portier doit revenir dans la cage sur une mise en jeu en zone défensive grenobloise. À 49 secondes du terme, Dufour prend un temps mort pour organiser la dernière charge. Pendant ce temps, plusieurs Amiénois vont encourager Santanen. Le jeu reprend et Grenoble tente le tout pour le tout, quitte à proposer une phase de jeu bien brouillonne du tout pour le tout. Mais définitivement, celui qui sera désigné comme homme du match côté amiénois va tenir jusqu’à la cloche, et offrir à son équipe la victoire.

Le public peut exulter après cette victoire acquise au courage, quand ses joueurs ont commencé à clairement accuser le coup physiquement à mi-match. Les Grenoblois peuvent eux regretter qu’il ne reste pas cinq minutes supplémentaires, car ils sont vraiment passés tout proche de l’égalisation. Le héros du match pouvait profiter d’un nouveau tour d’honneur qui lui était acquis, sous les acclamations du kop qui scande son nom. Au micro du speaker, il déclare que grâce à cette victoire, Amiens prend la 4e place, LA place où les Gothiques doivent être et rester. Il est vrai que le cœur et l’envie dont ont témoignés les noirs et rouges dans cette rencontre laissent augurer plus de sérénité, et une véritable place à tenir dans la course au Top 4.

Désignés meilleurs joueurs du match : Juho Santanen (Amiens) et François Ouimet (Grenoble).

 

Amiens – Grenoble 3-2 (2-0, 1-1, 0-1)
Vendredi 4 janvier 2013 à 20h00 au Coliséum. 2807 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Jérémy Metais et de Matthieu Loos.
Pénalités : Amiens 6’ (2’, 4’, 0’) ; Grenoble 8’ (4’, 0’, 4’).
Tirs : Amiens 13 (6, 5, 2) ; Grenoble 27 (5, 13, 9).

Evolution du score :

1-0 à 03’56’’ : Bastien assisté de Bouvet et Corriveau
2-0 à 14’10’’ : Gascon assisté de Bastien et Baazi (sup. num.)
3-0 à 21’39’’ : Bastien assisté de Bouvet et Roussel
3-1 à 32’48’’ : Arrossamena assisté de Ouimet et Dufresne (sup. num.)
3-2 à 51’50’’ : Ouimet assisté de Perret et Dufresne

Amiens

Gardien : Juho Santanen.

Défenseurs : Jimi Santala - Aziz Baazi ; Thomas Roussel – Romain Bault  ; Vincent Bachet (C) - Alexis Besson.

Attaquants : Kévin Bergin (A) - David Bastien - Martin Gascon (A) ; Julien Corriveau - Valentin Claireaux - Grégory Béron ; Marius Serer - Luka Basic ; Aina Rambelo - Maurin Bouvet - Romain Carpentier.

Remplaçants : Léo Bertein (G). Absent: Nicolas Leclerc (fracture du poignet).

Grenoble

Gardien : Sébastien Raibon.

Défenseurs : Sylvain Dufresne - Baptiste Amar (A) ; Kévin Dusseau - Jason Crossman (A) ; Maxime Suzzarini - Quentin Scolari.

Attaquants : Julien Baylacq (C) - Christophe Tartari - Mathieu Le Blond ; Francis Desrosiers - Ed McGrane - François Ouimet ; César Joffre - Mathieu Briand - Nicolas Arrossamena ; Sébastien Delemps - Jordan Perret - Lou Bogdanoff.

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G). Absents : Nicolas Antonoff (déchirure musculaire) – Joris Bedin (disjonction acromio claviculaire) - Luc Tardif Jr (déchirure musculaire à la cuisse) - Mike Vaskivuo (entorse de la cheville).