Valenciennes - Châlons-en-Champagne (Division 3, groupe C)

Valigloö n’est plus imprenable

zavodnyrichardLes chances de qualification se font de plus en plus rares pour les Gaulois de Châlons-en-Champagne. Pourtant vainqueurs à l’aller, les hommes de Christophe Renard ont depuis connu plusieurs désillusions, six défaites de suite les faisant glisser vers le fond du classement. Une victoire est impérative à Valigloö, où les Diables Rouges enthousiasment leur public depuis le début de saison.

L’arrière-garde marnaise, qui a concédé une vingtaine de buts sur les deux dernières rencontres, souffre d’entrée et perd l’un de ses quatre éléments, Johan Vieillard, touché par un palet expédié par le capitaine Romain Sauvage. Dans la confusion, Wagret hérite du caoutchouc mais rate le cadre. Sur sa deuxième présence, un travail dans les bandes de l’ancien Toulousain ouvre la brèche à Thomas Fauchart, impeccable face à Meurice, battu côté plaque (1-0 à 02'36").

Cette ouverture du score n’accable pas les Gaulois, auparavant dangereux par Sokolov, à qui Glevanak oppose un arrêt de la mitaine. Une longue passe vers l’avant parvient à Hanes, dont le service est parfait pour Briand, seul face à la cage (1-1 à 03'42"). Légèrement bousculé, Valenciennes concède la première pénalité par Fronty. Sans conséquences fâcheuses car la paire Fauchart-Wagret est encore à l’œuvre, repoussant à la toute fin des deux minutes le seul essai des visiteurs, venu de Hanes en angle fermé. La deuxième faute de Sébastien Fronty (08'41") n’est pas mieux exploitée.

Les Diables Rouges parviennent difficilement à générer de l’activité en zone offensive, Sébastien Meurice étant peu mis à contribution. Situation inverse pour son homologue, employé par Paroissien et Sokolov, en force. Sur le troisième jeu de puissance, provoqué par le remuant Briand, Glevanak est encore bien placé sur un essai lointain de Maire. Zavodny se fait quant à lui peur face à Sauvage, qui s’ouvre le chemin du but mais, comme son équipier Stachowiak peu avant, pousse trop le palet au moment décisif.

Difficile dès lors de deviner de quel côté penchera la balance. Valenciennes est loin de se montrer aussi convaincant que d'habitude, face à un adversaire dont les deux maigres blocs initiaux ont perdu un élément, Vieillard n’ayant pas repris le jeu. Symbole de cette première période avare d’envolées, l’unique lancer des rouges en dix minutes, œuvre de Benjamin Lejeune. C’est pourquoi le centre de Wagret, détourné opportunément par Fauchart revêt un caractère plutôt surprenant dans ce contexte (2-1 à 17'41").

À l’issue de la première pause, les locaux sont en mesure de prendre le large. Châlons-en-Champagne est pris de court, à l’image de Julien Maire, dont l’oubli profite à Wagret, encore malheureux dans la conclusion. Une explication des malheurs de l'ancien défenseur rémois, revenu au jeu après six années, provient des difficultés provoquées par une glace encore gorgée d’eau. Le jeu est interrompu, le second portier hennuyer Martin jouant un temps du racle-eau…

glevanakmilanLe deuxième face-à-face Maire-Wagret, dans les secondes suivantes, débouche sur la première supériorité numérique valenciennoise. On croit alors au but sur une déviation de Romain Sauvage (22'29").

Valenciennes aurait trouvé sa bête noire ?

C’est pourtant dans la difficulté que les Gaulois trouvent des ressources peu soupçonnées depuis plusieurs semaines. Ils profitent de toute opportunité pour tester Glevanak, hésitant sur un nouveau tir en force de Sokolov. Une incursion de Briand, esseulé au milieu de trois adversaires, est à l’origine de leur quatrième faute. Le palet demeurant dans les crosses châlonnaises, un attaquant supplémentaire fait son entrée. Choix payant car Hanes décale sur sa droite le capitaine Albin Terrenoire, au lancer imparable (2-2 à 24'12"). Onze secondes plus tard, Loïs Paroissien déborde la paire Picard-Camurat sur le côté gauche et surprend totalement Glevanak dans un angle improbable (2-3 à 24'29").

Pour terminer cette folle vingt-cinquième minute, les Diables Rouges réagissent sur un échange Capet-Stachowiak, trop rapides pour des Marnais partis à l’abordage (3-3 à 24'56") et font de plus en plus souvent résonner les balustrades. Cependant, Lejeune, heurté par Lanu, se relève difficilement, et la troupe de Romain Sauvage se rend compte au fil des minutes que les représentants de la préfecture de la Marne, constituent un adversaire redoutable pour eux. Cette impression se confirme car la paire constituée de Marek Hanes et de l’expérimenté Richard Zavodny, auteur d’un dribble déroutant face à Hugo Picard, cause encore du tracas à Glevanak, finalement battu sur une mise au jeu rapidement mise à profit par les deux Slovaques (3-4 à 32'03").

Cette efficacité tranche avec le manque de réussite nordiste, palpable sur une belle montée de Scafiglieri, suivi par une reprise manquée de Selin, et un déboulé de Wagret, dont l’épilogue rend la forme d’un essai hors cadre. Lorsqu’ils sont débordés, notamment par Fauchart, les équipiers de Sébastien Meurice parviennent à dresser une forteresse devant leur cage, empêchant Sauvage et Wagret de tromper leur portier étendu sur la glace. Les quelques ajustements effectués par le banc, notamment les présences de plus en plus nombreuses de Jérôme Stachowiak sur le deuxième trio, ne sont pas plus concluants.

meuricesbastienLes contre-attaques des blancs engendrent plusieurs sueurs froides, modérées il est vrai par la vigilance de Milan Glevanak. Par Briand, Hanes ou Zavodny, elles se font nombreuses dans le dernier acte, au cours duquel Valenciennes hérite tout d’abord de plusieurs occasions de revenir. Une percée de Thomas Fauchart terminée sur le gardien visiteur, une (rare) mauvaise relance directement dans la palette de Wagret et un tir de Stachowiak repoussé par le poteau (43'30") témoignent de mauvais augures à venir pour le camp visiteur.

Toutefois, vigilants autour de leur capitaine Terrenoire, les Marnais résistent et dressent un dispositif de plus en plus insoluble pour des Nordistes aux efforts surtout individuels. L’énervement gagne ainsi Grégoire Giguère, renvoyé au vestiaire après avoir contesté une décision arbitrale, puis Allan Harmegnies commet une faute à quatre minutes du terme. La sortie prématurée de Glevanak, non sans avoir préservé l’espoir devant Hanes, esseulé face à lui (58'45") et le dernier avantage numérique ne changeront rien.

Malgré un classement peu reluisant et une saison difficile pour un effectif instable, Châlons-en-Champagne retrouve le succès pour la première fois depuis la troisième journée. Appliqués dans le repli défensif pour préserver leur court avantage, les hommes de Christophe Renard reprennent espoir dans une course aux play-offs où Valenciennes connaît un léger coup d’arrêt.

Commentaires d'après-match

Christophe Renard (entraîneur de Châlons-en-Champagne) : "Valenciennes semble nous réussir. L’explication vient surtout de l’état d’esprit d’un groupe réduit à deux lignes et amputé rapidement d’un défenseur. On a joué à 9. Il y a eu une prise de conscience collective et une application des consignes pour tenir au troisième tiers-temps. La saison est très difficile, je n’ai jamais pu disposer de l’ensemble de l’effectif. Heureusement, certains joueurs sont venus nous prêter main forte pour compenser un manque d’assiduité ou de travail par rapport aux saisons passées. La Division 3 constitue un bon compromis pour ceux qui ne souhaitent pas arrêter parce qu’ils ne peuvent intégrer la Division 1 de Reims ou ne souhaitent pas s’expatrier pour des raisons professionnelles. Nous essayons dans le club de développer le hockey mineur (U9 et U11 notamment), même si, dans notre ville militaire et administrative, les gens ne font parfois que passer."


Valenciennes – Châlons-en-Champagne 3-4 (2-1, 1-3, 0-0)
Samedi 5 janvier 2013 à 18h30 à Valigloö.
Pénalités : Valenciennes 32' (8’+10’, 2’, 2’+10’), Châlons-en-Champagne 6' (0', 4', 2’).
Tirs : Valenciennes 33 (8, 11, 14), Châlons-en-Champagne 37 (14, 12, 11).

Évolution du score :
1-0 à 02'36" : Fauchart assisté de Wagret
1-1 à 03'42" : Briand assisté de – et --
2-1 à 17'41" : Fauchart assisté de Wagret et Sauvage
2-2 à 24'12" : Terrenoire assisté de Sokolov et Hanes
2-3 à 24'29" : Paroissien assisté de Domaine
3-3 à 24'56" : Stachowiak assisté de Capet
3-4 à 32'03" : Hanes assisté de Zavodny


Valenciennes

Gardien : Milan Glevanak (sorti à 59'38").

Défenseurs : David Selin - Hugo Scarfiglieri ; Jérémy Calvin - Sébastien Fronty (A) ; Hugo Picard - Louis Camurat.

Attaquants : Anthony Wagret - Thomas Fauchart - Romain Sauvage (C) ; Rémi Lageard - Alexandre Capet (A) - Allan Harmegnies (ou Stachowiak) ; Benjamin Lejeune - Jérôme Stachowiak - Grégoire Giguère ; François Marchal, Antoine Janot.

Remplaçant : Florent Martin (G).

Châlons-en-Champagne

Gardien : Sébastien Meurice.

Défenseurs : Johan Vieillard - Albin Terrenoire (C) ; Julien Maire - Thomas Lanu.

Attaquants : Richard Zavodny - Marek Hanes - Arnaud Briand (A) ; Loïs Paroissien (A) - Kirill Sokolov - Florent Domaine.

Remplaçant : Romain Nicaise (G). Absents : Simon Lukas et Gaëtan Tourte (blessés), Alexis Pimpernelle (obligations professionnelles), Vivien Schweitzer, Charles Delgove.