Rouen - Metallurg Zhlobin (Coupe Continentale, Superfinale, jour 2)

2013-01-12-Rouen-ZhlobinRouen poursuit son calendrier qui lui rappelle exactement sa victoire de 2012. Après avoir battu les champions d'Italie, ils étaient tombés l'an passé sur un os avec le champion du Bélarus. Arriveront-ils à avaler Zhlobin cette fois ?

Le Metallurg se méfie de la première ligne rouennaise, éclatante hier. Thinel est le premier à créer du danger, d'abord par un centre pour Guénette puis par un tir dans l'enclave. Si Rouen avait bénéficié de l'indiscipline italienne au premier match, le premier prisonnier est cette fois Raphaël Faure : le jeune défenseur a accroché Khlebnikov qui l'a mis dans le vent en entrée de zone. Ce sont pourtant Desrosiers et Castonguay qui s'échappent à 2 contre 1 : le centre canadien est retenu par Kaznadei et la pénalité se renverse, sans grand effet. Comme hier, Zhlobin est plus convaincant en infériorité qu'en supériorité.

Dans l'ensemble, cette première période est équilibrée, et Lhenry ne laisse pas de rebond quand il est sollicité. Rouen a toutes les raisons d'être optimiste, même si, sans Åkerman, il manque clairement de la puissance à la ligne bleue.

L'ambiance change du tout au tout au retour des vestiaires. Les Biélorusses se sont sans doute fait remonter les bretelles, car ils envoient au fond et mettent immédiatement la pression. Déchaînés, ils sont plus agressifs et plus actifs dans leur patinage, prenant les Dragons à la gorge. Et au moment où ceux-ci connaissent enfin un peu de répit avec une séquence en zone offensive, Kirill Brikun part en contre-attaque à 2 contre 1 et trouve un tir précis dans la lucarne proche (0-1). Rouen essaie de réagir mais sa première ligne perd à son tour le palet. Un tir flottant de Vitali Marchenko est alors dévié par Vyacheslav Andryushchenko devant la cage de Lhenry (0-2). En 1 minute et 25 secondes, les Normands ont concédé deux buts et perdu une grande partie de leurs illusions...

2013-01-12-Rouen-Zhlobin2C'est paradoxalement une pénalité de Durak qui peut servir de gifle de réveil aux Rouennais. Le duo Guénette-Thinel éloigne en effet à merveille le danger en infériorité, et on a l'impression que les jaune et noir ont retrouvé leurs valeurs et leur jeu. Mais quand Durnov donne un grand cross-check dans le dos de Guénette, le powerplay rouennais manque de punch, à l'instar de Romain Gutierrez en position idéale à droite du but.

À cinq minutes de la seconde pause, Julien Desrosiers dribble Shinkevich mais son tir du revers frôle le poteau. Kirill Brikun l'a toutefois gêné au moment de tirer et part en prison. Mais en infériorité, Aleksei Eremin sent bien le coup sur un dégagement et fonce en contre pour devancer dans le coin Janil qui plonge en vain et s'élimine. Il remet en retrait à Nikita Remezov qui prend son temps et ajuste Lhenry côté mitaine (0-3). Et cela aurait même pu être pire : en sortant de prison, Brikun vient bousculer Lahesalu dans le dos pour lui prendre le palet et lance Osipov et Khlebnikov en 2 contre 1.

Il est urgent pour Rouen d'oublier ce tiers-temps catastrophique. Rodolphe Garnier a changé ses lignes et introduit Anthony Rech qui tente plusieurs tirs depuis son aile gauche. Les Dragons attaquent et le jeu s'ouvre : à la bonne passe de Guénette pour Thinel réplique aussitôt Brikun qui trouve Khlebnikov en retrait en troisième homme, puis une nouvelle contre-attaque menée dans l'autre sens par Desrosiers.

Le palet va d'une cage à l'autre, et Lhenry doit s'interposer à bout portant devant Igoshin, sur centre de Brikun, puis face à Eremin, lancé par une superbe longue passe de Pulver entre Janil et Guillemain, et enfin face à Remezov, servi dans le dos de la défense par Eremin. Le gardien de l'équipe de France vient de sauver à trois reprises son équipe de la débâcle...

2013-01-12-Rouen-Zhlobin3Face à une équipe patineuse qui joue à quatre lignes, Rouen semble payer sa moindre profondeur de banc et accuser la fatigue dans cette fin de match. Mais il faut au moins réduire le score, pour éviter que la différence de buts soit rédhibitoire. Et à trois minutes de la fin, le petit miracle se produit : Marc-André Thinel contre un dégagement de Plotnikov, glisse le palet entre les jambes de l'autre défenseur Marchenko, et sert une passe-abandon à Pierre-François Guénette qui conclut dans le haut du filet (1-3). Rodolphe Garnier sort même son gardien, mais la sirène a clairement retenti lorsqu'il vise la cage vide en angle fermé.

Les Rouennais n'ont donc perdu "que" de deux buts, un écart qui leur préserve un espoir, tout comme l'an passé, en cas de miracle demain soir face aux Ukrainiens. À moins que Bolzano ne vienne se mêler à la bataille...

Désignés joueurs du match : Andrej Tavzelj pour Rouen et Dmitri Milchakov pour Zhlobin.

Commentaires d'après-match

François-Pierre Guénette (attaquant de Rouen) : "La majeure partie du temps, on est dans le match. On s'est laissé aller au deuxième tiers. On a été incapable de faire comme hier avec notre avantage numérique. C'est une équipe qui pressait beaucoup, ça fait un bon match de hockey. Ça fait plaisir de les jouer, on aurait aimé les gagner. Il n'y avait pas beaucoup d'espaces, ils sont dangereux sur les contres car ils sont tellement rapides que les transitions sont très bonnes. C'est quelque chose qu'on n'a pas l'habitude de voir, mais je pense qu'on a quand même assez bien réagi."

Marc-André Thinel (attaquant de Rouen) : "On les tenait au premier tiers, on a eu quelques chances. À 0-0, on était quand même satisfait. Au deuxième tiers, on a peu craqué. On n'a pas abandonné. C'est difficile de s'adapter après un match comme hier où c'était un plus lent, et là on arrive et ils patinent comme des gazelles. On n'avait pas les jambes, on arrive toujours une fraction de seconde en retard. L'an dernier, on avait perdu de deux buts aussi. Il ne faut pas baisser les bras, il faut se retrousser les manches. On aurait pu lancer un peu plus, il y a beaucoup de lancers qui ne sont pas arrivés au filet."

 

Rouen - Zhlobin 1-3 (0-0, 0-3, 1-0)
Samedi 12 janvier 2013 à 14h30 au palais de glace Druzhba de Donetsk. 1374 spectateurs.
Arbitrage de Robert Mullner (SVK) et Marcus Vinnerborg (SUE) assistés d'Andriy Rodionov et Oleg Serebryakov (UKR).
Pénalités : Rouen 4' (2', 2', 0') ; Zhlobin 10' (4', 4', 2').
Tirs : Rouen 18 (4, 2, 12) ; Zhlobin 22 (6, 9, 7).

Évolution du score :
0-1 à 23'32" : Brikun assisté d'Igoshin et Baranov
0-2 à 24'57" : Andryushchenko assisté de Marchenko et Remezov
0-3 à 39'01" : Remezov assisté d'Eremin et Shinkevich (inf. num.)
1-3 à 56'48" : Guénette assisté de Thinel


Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Andrej Tavzelj (A, -1) - Raphaël Faure (-1, 2') ; Lauri Lahesalu - Miroslav Durak (2') ; Jonathan Janil (-1) - Léo Guillemain-Paillie.

Attaquants : Julien Desrosiers (-1) - François-Pierre Guénette (A, -1) - Marc-André Thinel (C, -1) ; David Fredriksson (-1) - Juraj Stefanka (-1) - Éric Castonguay (-1) [puis Salmivirta à 40'] ; Ilpo Salmivirta puis Anthony Rech à 40' - Loup Benoit (-1) - Romain Gutierrez [puis Castonguay à 40'].

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Florent Aubé, Maxime Joly, Dimitri Thillet. Absent : Johan Åkerman (genou).

Metallurg Zhlobin

Gardien : Dmitri Milchakov.

Défenseurs : Ilya Kaznadey (2') - Anton Pulver (+1) ; Ilya Shinkevich (+2) - Andrei Spiridonov (A, +1, 2') ; Georgi Yashkevich - Konstantin Durnov (A, 2') ; Aleksei Plotnikov - Vitali Marchenko.

Attaquants : Kirill Brikun (+1, 2') - Dmitri Igoshin (C, +1) - Konstantin Baranov (+1, 2') ; Aleksei Efimenko (-1) - Nikita Osipov - Valeri Khlebnikov (-1) ; Vyacheslav Andryushchenko (+1) - Nikita Remezov (+2) - Aleksei Eremin (+2) ; Evgeni Kashtanov - Pavel Dashkov (-1) - Sergei Dudko.

Remplaçant : Leonid Grishukevich (G).