Dunkerque - Courbevoie (Division 1, 17e journée)

Dunkerque tient sa revanche

alexandremotteLa venue des Coqs de Courbevoie rappelle de mauvais souvenirs aux Corsaires. Sévèrement battus à l’aller, les joueurs de Miikka Rousu entamaient une bien piètre série dont ils sont progressivement sortis à la faveur de succès loin de leurs bases. En outre, le récent carton enregistré par les Coqs face à Toulouse est présent dans un coin de leurs têtes… mais un peu moins que la trajectoire décisive du palet expédié vers leur cage par les Niçois lors de la même soirée.

La rencontre démarre sur un rythme élevé, avec une première charge de Jasko sur Susi, sitôt l’ailier finlandais auteur du premier essai sur Verlic (00'26"). Très volontaires, les Nordistes harcèlent leurs adversaires. Maurice Rozenthal lutte pour conserver la rondelle, repique vers le centre pour l’expédier dans le masque du portier slovène… Aussitôt, il la récupère derrière la cage et sert Jussi Laine, arrivé en renfort pour ouvrir la marque sans contrôle, sous la barre (1-0 à 01'02"). Le jumeau François, de retour au jeu en ce début d’année, poursuit le travail sur la deuxième ligne, employant Verlic sur une action similaire, qui pousse la défense à la faute.

Le jeu de puissance se met en place sans tarder, mais Laine trouve cette fois le portier sur son passage. Yli-Junnila rate ensuite une cage grande ouverte par une passe millimétrée de Maurice Rozenthal, sur laquelle les Courbevoisiens sont totalement surpris. Encore débordés par Destoop et aux abois sur un lancer de Raattama, les visiteurs concèdent la deuxième pénalité, sans conséquences néfastes.

Jusque-là limités à une seule incursion de la paire Rubin-Gadoury, les blancs réagissent à la treizième minute, d’un lancer vicieux de Jasko à travers le trafic, écarté de justesse par la jambière de Martel. On retrouve Kevin Gadoury sur une percée difficile à contenir, sauf pour son compatriote, et une offrande pour Jasko, trop court devant l’enclave pour armer. Si les Corsaires perdent plusieurs palets, notamment aux abords de la bleue, ils obtiennent la meilleure opportunité de la fin de tiers, sur un tir puissant de Susi, repoussé sur Bécuwe, incapable de trouver la cage vide car il avait perdu le palet de vue.

Marc-André Martel préserve l’écart

La pause terminée, les Dunkerquois héritent d’une autre occasion dangereuse, sur un jeu très rapide de leur premier trio, Atte Susi donnant à Yli-Junnila l’occasion de faire trembler le cadre. Mais c’est bien de l’autre côté du glaçon que l’essentiel du jeu se développe. Enfin en supériorité sur un cinglage de Brachet, peu avare d’efforts, Courbevoie multiplie les lancers. Kevin Gadoury, salué par une partie du public à qui il répond d’un sourire franc, n’étant pas trouvé par ses partenaires, la tâche de défier Martel incombe donc à Hanes et Tremblay, dont le tir soudain est bien capté.

Revenus au complet, les locaux font preuve d’un bel opportunisme lorsque Ghislain Folcke est à l’origine d’une remontée de palet et d’un 3 contre 2, bien suivi par Destoop et Thomas. Jure Verlic s’interpose, mais Maxime Brachet a rejoint l'action et insiste pour  trouver le fond de la cage (2-0 à 26'15"). Cet avantage est ensuite bien défendu par Martel, qui rattrape un cinglage de Dubois, d’abord en déséquilibre sur un boulet de canon de Harabin, ensuite avec brio pour mettre fin aux velléités de Tremblay et Rubin. Pas plus le nouveau tir en force de Harabin que la percée de Julien Tremblay (35'19") ne le prendront à revers. La troisième faute nordiste, après laquelle William Place reste sur la glace un moment, ne permet pas plus aux Franciliens de recoller, malgré les gâchettes de Harabin et Jasko postées à la ligne bleue.

Avec près d’une vingtaine de lancers dans la période intermédiaire, pour autant d’arrêts d’un Marc-André Martel affûté, les Coqs ont laissé passer une chance. La reprise du jeu le confirme et scelle quasi définitivement la victoire des Maritimes. Une longue passe trouve Juhamatti Yli-Junnila, impeccable pour creuser l’écart face à Verlic, battu côté bâton (3-0 à 41'07") et bien seul sur une ouverture similaire de Folcke vers Destoop, tout aussi impitoyable dans le dernier geste en face-à-face (4-0 à 42'34").

Le temps mort ne change pas grand-chose à la situation, car Dunkerque repart de plus belle. Le tir de Susi est certes repoussé, c’est Jussi Laine qui est encore le plus vif pour reprendre le palet sans contrôle, l’envoyant hors de portée d’un Verlic impuissant (5-0 à 43'05"). Le défenseur finlandais, très apprécié pour sa vision du jeu, s’offre ainsi son premier doublé depuis son arrivée en France. Juste récompense pour une partie très aboutie de sa part, qui l’aura vu mettre fin proprement à plusieurs attaques adverses.

L’ultime défi des hommes de Miikka Rousu est de préserver le blanchissage de leur portier, autre homme-clé du succès du soir. Peine perdue car un lancer lointain et précis d’Udo Marie plombe un peu l’ambiance (5-1 à 44'41"), comme aurait pu le faire l’opiniâtre Hanes, extirpé de l’arrière du but pour trouver à son tour la faille… mais en glissant le palet sous l’armature d’une cage mal scellée (46'26"). Les Coqs ne pourront s’approcher plus près au cours de la fin de match. De la mitaine, Martel dégoûte un peu plus Benjamin Rubin, bien servi par Gadoury, pour sa dernière grosse intervention.

Ironie du sort, une semaine après l’épisode de Nice, le sixième but des bleus, inscrit dans un angle restreint par François Rozenthal, sera sujet à caution. Difficile d’évaluer si le caoutchouc a ou non franchi la ligne fatidique, mais le trio arbitral valide le but (6-1 à 55'04"). Les Courbevoisiens n’ont pas la force de contester cette décision, les débats n’augurant plus de grands enjeux. Ce sont surtout les explications, notamment entre Juhamatti Yli-Junnila et Roman Jasko, ou encore entre Ekue Tomety et Vladimir Harabin, qui occuperont le trio arbitral avant le dernier coup de sirène.

Avec ce deuxième succès de suite à domicile, une première depuis septembre 2011, les Corsaires tiennent une belle revanche sur leur bourreau de l’aller. Devant un Martel impérial, ils ont réussi à contenir le danger offensif de Coqs dont ils ont peu à peu pris la mesure, pour enfoncer le clou sous les yeux de partisans enthousiastes, qui scanderont notamment le nom d’Yli-Junnila, très apprécié du public de Raffoux.

Commentaires d'après-match

Miikka Rousu (entraîneur de Dunkerque) : "La soirée est réussie, malgré quelques erreurs assez normales dans un match de hockey. Il faut reconnaître aussi que Marc-André Martel a sauvé plusieurs situations. Je suis satisfait de ce que je vois de la part des différents blocs, mais il reste encore du travail pour tout le monde. S’il n’est arrivé qu’en cours de saison, suite à son départ de Paris, Juhamatti Yli-Junnila est très important pour notre équipe. C’est un joueur très intelligent."


Dunkerque – Courbevoie 6-1 (1-0, 1-0, 4-1)
Samedi 12 janvier 2013 à 18h30 à la patinoire Michel Raffoux. 1 050 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Peronnin assisté de Aurélien Smeeckaert et Sueva Torribio.
Pénalités : Dunkerque 16' (0’, 6’, 10’), Courbevoie 36' (4', 0’, 16’+2x10’).
Tirs : Dunkerque 27 (11, 6, 10), Courbevoie 38 (8, 19, 11).
Évolution du score :
1-0 à 01'02" : Laine assisté de M. Rozenthal et Yli-Junnila
2-0 à 26'15" : Brachet assisté de Thomas et Destoop
3-0 à 41'07" : Yli-Junnila assisté de Tomety et Laine
4-0 à 42'34" : Destoop assisté de Folcke
5-0 à 43'05" : Laine assisté de Susi et M. Rozenthal
5-1 à 44'41" : Marie assisté de Konopka et Menard
6-1 à 55'04" : F. Rozenthal assisté de Miettinen (sup. num.)

 

Dunkerque

Gardien : Marc-André Martel.

Défenseurs : Grégory Dubois (A) - Jussi Laine ; Jari Raattama - Vadim Gyesbreghs ; Ghislain Folcke - Ekue Tomety.

Attaquants : Maurice Rozenthal (A) - Juhamatti Yli-Junnila - Atte Susi ; Maxime Brachet - Jami Miettinen - François Rozenthal (C) ; Mathieu Becuwe - Loïc Destoop - Clément Thomas ; François Moretti - Valentin Dumélié - Benjamin N'Guyen.

Remplaçants : Julien Peyre (G), Antoine Houque. Absent : Antoine Vanwormhoudt (genou).

Courbevoie

Gardien : Jure Verlic puis Thibault Hiret à 58’45".

Défenseurs : Vladislav Harabin – Roman Jasko ; Vladimir Konopka - Udo Marie ; William Place (A) - Luc Tanesie.

Attaquants : Alexandre Leroux [Tremblay à 40’00"] - Kevin Gadoury (A) - Benjamin Rubin ; Matus Hanes - Julien Tremblay [Motte à 40’00"] - André Menard ; Alexandre Motte (C) [Leroux à 40’00"] - Michaël Denis - Anthony Denis ; Sergueï Toukmatchev.

Remplaçant : Thomas Giorgi. Absent : Benjamin De Avelar (blessé).