Donbass Donetsk - Rouen (Coupe Continentale, Superfinale, jour 3)

Comme on se retrouve...

2013-01-13-Donetsk-Rouen3Les Dragons de Rouen et le Donbass Donetsk se retrouvent dans le match décisif de la Coupe Continentale, exactement comme l'an dernier. Cette fois-ci, il s'agit d'un duel direct, sans troisième larron caché. Contrairement au Yunost Minsk l'an passé, le Metallurg Zhlobin a en effet raté le coche en ne gagnant qu'aux tirs au but contre Bolzano. Par conséquent, les Rouennais n'ont plus besoin de gagner par trois buts d'écart, comme ils l'avaient fait l'an passé.

Cela signifie-t-il que leur tâche sera plus facile ? Sûrement pas ! Entre-temps, le Donbass Donetsk a accédé à la KHL, et n'a plus rien à voir avec l'adversaire battu un an plus tôt. Il ne lui reste que le second gardien et quatre attaquants (Varlamov, Kochetkov, Materukhin et Donika). Le club ukrainien est devenu une multinationale aux dix nationalités, avec de nombreux internationaux. Battre cette équipe dans le temps réglementaire - ce que doit faire Rouen pour conserver son titre - serait donc un exploit bien plus grand que celui accompli en janvier dernier. C'est la première fois qu'un club français affronte une équipe de KHL depuis la création de cette ligue.

Le défi est énorme, on s'en rend compte d'entrée : après moins de deux minutes, premier arrêt de Lhenry devant Kaspar, et première pénalité contre Durak. Le jeu de puissance frappe immédiatement : passe de derrière la cage de Kochetkov pour Varlamov (1-0). Présents lors de la défaite sur l'île Lacroix, ces deux joueurs avaient sans doute une revanche à prendre...

2013-01-13-Donetsk-Rouen2Rouen est moins en réussite quand les locaux sont pénalisés pour surnombre. Donetsk s'installe même en zone offensive à 4 contre 5, mais Clay Wilson y fait trébucher Lauri Lahesalu. Les deux minutes supplémentaires sont cependant vaines, face à une boîte ukrainienne très agressive sur le porteur du palet, qui ne laisse pas les Dragons développer leur jeu de puissance. Le Donbass a étudié son sujet et met bien plus d'engagement dans son jeu qu'hier.

Malgré tout, sur un palet envoyé en fond de zone et mal dégagé, Fredriksson sert Castonguay qui arrive de derrière la cage pour battre Laco, d'un tir dévié par le défenseur Tereshchenko (photo ci-dessus). Cette égalisation est pourtant refusée car Salmivirta était dans le demi-cercle du gardien ! Les Rouennais doivent tout de suite se remettre dans le match. Ils laissent un ailier presser haut et parfois intercepter, mais les Ukrainiens répliquent par des attaques encore plus rapides : Raphaël Faure doit se coucher devant un tir de Dadonov sur lequel Lhenry n'aurait pas eu le temps de se replacer.

Les Dragons ont bien fait de ne pas ruminer l'égalisation évanouie, car une seconde chance se présente : une très très grosse erreur du défenseur letton Oskars Bartulis, qui ose une sortie de zone croisée et donne le palet à David Fredriksson dans l'axe à la ligne bleue. L'attaquant suédois ne se pose pas de question et envoie un slap puissant qui passe sous le bras de Jan Laco (1-1). Après 130 minutes d'invincibilité, le gardien-étoile du dernier Mondial encaisse un but pour la première fois du week-end, et c'est un lancer non masqué qu'il aurait dû arrêter...

2013-01-13-Donetsk-RouenLe Donbass est vexé et le fait comprendre. La fin de tiers-temps est très difficile pour les Champions de France qui n'arrive pas à sortir de sa zone. Mais ils peuvent compter sur un Fabrice Lhenry très solide, notamment face à une infiltration du capitaine Vaclav Nedorost. Mais la première période sera arrêtée par anticipation. Tout le mondre est renvoyé aux vestiaires, et le reliquat de trois minutes au retour sur la glace semble se passer sans encombres. Mais alors qu'il reste quatorze secondes au chronomètre, un centre d'Evgeni Dadonov est dévié dans les airs du bout de la palette par Tuomas Kiiskinen (2-1).

On change ensuite de côté pour le début de la vraie deuxième période, et il faut oublier ce coup du sort dans le camp normand. Les Dragons y parviennent et profitent d'une pénalité pour dureté de Tereshchenko sur Desrosiers. Ils évoluent donc en zone offensive... mais Stefanka est sanctionné pour une obstruction sur Bartulis destinée à ouvrir la route à Gutierrez. Rouen doit résister en infériorité, et Lahesalu est pénalisé à son tour pour un dégagement au-dessus du plexi. Donetsk joue donc à 5 contre 3, et Clay Wilson profite de l'écran de Nedorost (et Tavzelj) pour creuser l'écart depuis la ligne bleue. Les Ukrainiens continuent à 5 contre 4, et sur une attaque en mouvement, l'attaquant tchèque Vaclav Nedorost profite d'un mauvais placement d'Andrej Tavzelj pour décaler Tuomas Kiiskinen qui marque entre Lhenry et son poteau (4-1). La double infériorité a été payée très cher...

Rouen ne corrige malheureusement pas son indiscipline. Stefanka retient Kochetkov avec le bras le long de la bande, et Varlamov assène la punition en arrivant dans le dos de Tavzelj pour dévier devant la cage la passe de Podhradsky (5-1). Rodolphe Garnier doit appeler son temps mort. Mais à voir un centre de Nedorost trouver Dadonov infiltré seul au coeur de la défense, les problèmes ne sont pas réglés. Même quand Kvitchenko accroche Guénette en zone neutre, c'est Varlamov qui reçoit un palet de contre-attaque solitaire. Lhenry sauve les Dragons d'un naufrage complet pendant ces minutes difficiles.

2013-01-13-Donetsk-Rouen5Malheureusement, le sixième but ukrainien, en début de troisième période, un tir de la bleue qui passe sous sa mitaine, est à mettre aux dépens du gardien français (6-1). Rouen continue à jouer et à attaquer, mais le Donbass n'en a pas tout à fait fini. Podhradsky conclut une superbe action collective de la première ligne pour clore la marque (7-1).

Il est clair que le Donbass avait coché cette date sur leur calendrier : ils ont joué plus intensément que les jours précédents et tenaient absolument à venger leur déconvenue de l'an passé. Avec des joueurs du niveau international comme Evgeni Dadonov, Tuomas Kiiskinen et Vaclav Nedorost, il n'y avait pas grand-chose à faire. Les pénalités se sont retournées contre Rouen. Les Dragons terminent donc troisièmes, derrière Donetsk et Zhlobin. Julien Desrosiers, dont le patinage inlassable a forcément été remarqué par les observateurs, se consolera avec le titre de meilleur attaquant du tournoi. Mais c'est bien au Donbass que Sergei Bubka remet les médailles d'or. La formation de KHL a justifié son statut ce soir.

Désignés joueurs du match : Lukas Kaspar (en photo avec le trophée et le capitaine Vaclav Nedorost) pour Donetsk et François-Pierre Guénette pour Rouen.

Commentaires d'après-match

Serhyi Varlamov (attaquant de Donetsk) : "Je suis soulagé, fatigué et satisfait. C'était une douce revanche, surtout en gagnant chez nous. Nous l'avons fait de la façon dont les fans l'attendaient, avec beaucoup de buts. Nous avons été patients quand nous n'avons pas pu vraiment enclencher la machine en début de tournoi. Mais aujourd'hui, la réussite était de notre côté."

Julien Desrosiers (attaquant de Rouen) : "C'est sûr qu'on est déçu. On y a cru. Mais bon, au deuxième tiers, l'indiscipline nous a fait mal contre une équipe de KHL au bon powerplay. Les pénalités nous ont rattrapées. Depuis le début de la saison, c'est un peu notre problème. On a payé pour ça."

François-Pierre Guénette (attaquant de Rouen) : "Décevant. Après l'avantage numérique contre Bolzano, ça a fait un peu la même chose pour eux ce soir. Cela nous faisait sourire tellement, des fois, ça allait vite sur la glace. Ce serait bien de jouer deux-trois matches de suite comme ça pour prendre le rythme et rivaliser un peu plus. Ils jouent à un plus haut niveau que nous, ça s'est senti."

(photo de Nicolas Platel)

2013-01-13-Donetsk-Rouen4

 

Donbass Donetsk - Rouen 7-1 (2-1, 3-0, 2-0)
Dimanche 14 janvier 2013 à 18h30 au palais de glace Druzhba de Donetsk. 3950 spectateurs.
Arbitrage de Robert Mullner (SVK) et Brent Reiber (SUI/CAN) assistés de Jon Kilian (NOR) et Vladimir Snasel (SVK).
Pénalités : Donetsk 10' (4', 4', 2') ; Rouen 10' (2', 8', 0').
Tirs : Donetsk 37 (18, 13, 6) ; Rouen 22 (7, 6, 9).

Évolution du score :
1-0 à 01'54" : Varlamov assisté de Kochetkov et Kaspar (sup. num.)
1-1 à 09'57" : Fredriksson
2-1 à 19'47" : Kiiskinen assisté de Dadonov
3-1 à 26'29" : Wilson assisté de Dadonov et Podhradsky (double sup. num.)
4-1 à 27'53" : Kiiskinen assisté de Nedorost (sup. num.)
5-1 à 29'22" : Varlamov assisté de Kaspar et Kochetkov (sup. num.)
6-1 à 41'46" : Peretyagin assisté de Kochetkov
7-1 à 55'25" : Podhradsky assisté de Kiiskinen et Dadonov


Donbass Donetsk

Gardien : Jan Laco.

Défenseurs : Clay Wilson (+2, 2') - Peter Podhradsky (+2) ; Sergei Tereshchenko (-1, 2') - Oskars Bartulis (-1) ; Sergei Peretyagin (+1) - Jan Kolar (+1, 2').

Attaquants : Evgeni Dadonov (A, +2) - Vaclav Nedorost (C, +1) - Tuomas Kiiskinen (+2) ; Maksim Kvitchenko (-1, 2') - Petteri Wirtanen - Fredrik Pettersson (-1) ; Denis Kochetkov (+1) - Sergi Varlamov (A, +1) - Lukas Kaspar (+1) ; Oleksandr Materukhin - Vitali Donika - Aleksandr Vasiliev.

Remplaçants : Stepan Goryachevskikh (G), Pasi Puistola.

Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Andrej Tavzelj (A, -1) - Raphaël Faure (-1) ; Jonathan Janil - Léo Guillemain-Paillie ; Lauri Lahesalu (-1, 2') - Miroslav Durak (-1, 4').

Attaquants : Julien Desrosiers (-1) - François-Pierre Guénette (A, -1) - Marc-André Thinel (C, -1) ; David Fredriksson - Éric Castonguay - Ilpo Salmivirta ; Anthony Rech (-1) - Juraj Stefanka (-1, 4') - Romain Gutierrez (-1) ; Loup Benoit.

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Florent Aubé, Maxime Joly, Dimitri Thillet. Absent : Johan Åkerman (genou).