Grenoble - Épinal (Ligue Magnus,18e journée)

"Vaski", une victoire et... du jeu

2013-01-12-Grenoble-Epinal3

Les Brûleurs de Loups ont raté un nouvel objectif mardi en s'inclinant à Briançon (1-4) lors des demi-finales de la coupe de France. Pas de finale de coupe cette année, donc, pour des Brûleurs de Loups qui se traînent à une bien piètre dixième place en Ligue Magnus... à égalité de points avec leurs adversaires du jour, les Dauphins d'Épinal. Il ne reste pourtant plus que le championnat pour espérer sauver une saison bien mal engagée, et jusqu'à présent le niveau de jeu de l'équipe grenobloise ne laisse pas entrevoir l'espoir d'un redressement spectaculaire au classement. Seul espoir : le retour des blessés en attaque, avec Joris Bedin cette semaine et Mike Vaskivuo qui retrouve enfin la glace ce soir. Un renfort de taille pour l'attaque grenobloise. À l'inverse, l'infirmerie grenobloise, déjà occupée par Tardif et Antonoff, a vu arriver Jordan Perret, qui s'est fracturé la cheville lors d'une bagarre mardi à Briançon et sera absent pendant plusieurs semaines.

Du côté d'Épinal, c'est le changement de coach qui a beaucoup fait parler ces derniers jours. Santino Pellegrino resté au Canada, c'est Raphaël Marciano qui assurait l'intérim jusqu'à ce qu'un nouvel entraîneur soit recruté. C'est désormais chose faite avec Alex Stein qui vient de Suisse après avoir entraîné en Budesliga allemande. Le nouveau coach spinalien est pour la première fois derrière le banc de son équipe. Une découverte pour lui et ses joueurs, même s'il est sans doute un peu tôt pour s'attendre à un changement radical du jeu. À noter que les Dauphins restent sur deux victoires consécutives à Briançon (4-3) puis face à Strasbourg (6-4) alors qu'à l'inverse les Brûleurs de Loups se sont inclinés à Amiens (2-3) et donc à Briançon mardi.

2013-01-12-Grenoble-Epinal1Les Crazy Boys spinaliens sont venus en force pour ce déplacement des Dauphins en Dauphiné et animent bruyamment une tribune complète ! L'ambiance est donc de mise au coup d'envoi donné une fois n'est pas coutume par des arbitres... suisses. Même si les premières tentatives sont grenobloises, c'est Épinal qui réalise le premier gros coup de la rencontre avec l'ouverture du score de Benjamin Casavant, auteur d'un tir du revers en lucarne face à la cage au grand dam de Sébastien Raibon qui n'avait pas encore touché le palet (0-1, 01'22").

Les Spinaliens sont bien rentrés dans cette rencontre et arrivent à bien faire circuler le palet dans la zone grenobloise. Caciotti est tout près d'ajouter un second but puis c'est au tour de Slovak de tirer sur la cage grenobloise. La défense grenobloise souffre puis parvient à se dégager et occuper à son tour la zone d'attaque. Grenoble obtient une première supériorité numérique suite à une pénalité d'Offret. Le power-play grenoblois est bien installé mais Girard réalise un sans-faute dans sa cage jusqu'au retour à cinq contre cinq.

2013-01-12-Grenoble-Epinal4

Le match s'équilibre en zone neutre avec moins d'occasions de part et d'autre. Joris Bedin fait apprécier son coup de patin avec une grosse accélération mais il bute finalement sur Girard. De l'autre côté de la glace, c'est Cacciotti qui inquiète Raibon.

La fin de tiers est compliquée pour Grenoble avec une première pénalité contre Joffre pour avoir fait trébucher Casavant puis une deuxième contre Crossman qui pousse Cacciotti contre la bande. À 5 contre 3, les Dauphins d'Épinal ont une belle occasion de prendre leurs distances au tableau d'affichage. Mais ils négocient mal leur double supériorité numérique et Sébastien Raibon réalise deux arrêts clés sans laisser de rebond sur des tirs de Gervais puis Petrak. Cette résistance en double infériorité sauve les Grenoblois d'une situation difficile et leur permet de finir le tiers avec entrain sans pour autant parvenir à égaliser malgré deux bonnes occasions d'Arrossamena non concrétisées.

2013-01-12-Grenoble-Epinal2

Avec un but d'avance, les Dauphins abordent sereinement la deuxième période avec une grosse présence dans la zone d'attaque ponctuée par une double occasion de Jan Plch à bout portant, stoppée in extremis par Sébastien Raibon qui laisse ses coéquipiers dans le match en leur évitant d'encaisser un second but. Les Grenoblois essaient d'attaquer mais se font souvent surprendre en contre à l'image d'un 2 contre 1 Chauvière-Offret. Raibon fait de nouveau un arrêt clé face à Offret.

L'attaque grenobloise essaie de forcer le verrou mais se montre maladroite à l'image de McGrane ou Arrossamena qui ne font pas toujours les bons choix. Pour sortir de ces périodes d'inefficacité offensive, le sauveur maison s'appelle Mike Vaskivuo. Et c'est encore lui qui sort les Grenoblois de la difficulté en récupérant un palet en zone d'attaque et en plaçant un splendide tir du poignet en pleine lucarne (1-1, 25'27"). De retour à égalité au score, François Ouimet se fait pénaliser pour avoir accroché Hagelberg en zone spinalienne. Une pénalité évitable, mais le power-play spinalien n'y arrive pas vraiment et Grenoble s'en sort sans dommage.

De retour à égalité numérique, les Brûleurs de Loups repartent à l'attaque, et après une bonne conduite de palet en zone offensive, Joris Bedin laisse en retrait à Kévin Dusseau qui d'un one timer à la ligne bleue expédie le palet dans la lucarne de Girard (2-1, 31'03"). Grenoble passe en tête au score et prend définitivement les commandes du jeu. Les Spinaliens se mettent à courir après la rondelle et passent la plupart de leur temps en zone défensive. Tartari puis Desrosiers insistent tour à tour auprès de Girard, sans réussite. Ce n'est pas du goût de Gasper Susanj, auteur d'un ippon sur l'attaquant québecois de Grenoble. Ce geste est durement sanctionné par un 2'+2' contre Susanj. Dès la première supériorité numérique, Grenoble s'installe et fait circuler le palet en zone d'attaque. Une belle passe transversale d'Amar trouve Matthieu Le Blond qui centre immédiatement pour Baylacq, lequel reprend le palet à genou et le met à bout portant sous la barre transversale (3-1, 35'26").

2013-01-12-Grenoble-Epinal5

Encore en supériorité numérique pour deux minutes, les Grenoblois se font surprendre sur une échappée de Steven Caciotti qui est neutralisé vigoureusement par Dufresne. L'arbitre appelle une pénalité contre le défenseur québécois puis accorde un tir de pénalité lorsque la crosse de Caciotti est lancée dans sa direction et le fait trébucher. Caciotti s'élance, se met sur son revers, mais son lancer est arrêté par Raibon qui sort une très belle mitaine. À quatre contre quatre puis quatre contre cinq, les Brûleurs de Loups subissent dans les dernières minutes d'autant plus que Crossman fait trébucher Bouchard devant la cage grenobloise et part de nouveau en prison pour deux minutes. En supériorité numérique pour finir le tiers, les hommes d'Alex Stein manquent d'énergie pour revenir au score et se heurtent à un Raibon bien dans son match.

Épinal commence le troisième tiers en supériorité mais n'utilise pas vraiment cet avantage initial. Dès que Grenoble se retrouve à égalité numérique, François Ouimet feinte Girard et se retrouve face à une cage vide, mais il croise trop son tir.

Les Brûleurs de Loups semblent bien gérer leur avantage mais ils se font surprendre par un bon mouvement de Gauthier laissé libre de ses mouvements dans la zone défensive grenobloise. Il parvient à se présenter face à la cage, passe à Bouchard qui décale instantanément Caciotti lequel conclut l'action à bout portant (3-2, 44'01"). Ce but spinalien semble relancer complètement le suspense dans la rencontre, mais sur le coup d'envoi, Bedin va chercher le palet près de la cage de Girard et centre en retrait pour Briand qui marque d'un tir croisé à ras de glace (4-2, 44'40"). Grenoble reprend tout de suite deux buts d'avance et remet les Spinaliens à distance.

2013-01-12-Grenoble-Epinal6Cette fois, les locaux se montrent moins attentistes et continuent de mettre la pression sur la cage de Girard afin de maintenir les visiteurs à distance. Ce dernier doit tout de même rester vigilant sur des lancers de Caciotti et Petrak. Mais Leroy dégage le palet de sa zone défensive directement dans les tribunes. Épinal n'avait pas besoin de ça et subit pendant deux minutes d'infériorité. Girard est obligé de se démener pour éviter de prendre un but supplémentaire. Desrosiers et Tartari sont tout près de marquer un cinquième but.

Épinal n'y est plus vraiment dans les cinq dernières minutes et ne semble pas en mesure de revenir au score. Girard est encore contraint à un bel arrêt du bouclier face à McGrane. Le coach spinalien ne demande même pas un temps mort et laisse son gardien jusqu'au bout sur la glace. Cela n'empêche pas Grenoble de finir en roue libre avec un cinquième but de toute beauté sur une action en deux contre un du duo McGrane-Vaskivuo, le premier offrant au second un doublé (5-2, 59'19").

2013-01-12-Grenoble-Epinal7

Épinal a réalisé une très bonne première période en mettant la pression dans la zone grenobloise et en obtenant l'ouverture du score très tôt. Mais les Dauphins n'ont pas tenu la distance et se sont effondrés après l'égalisation de Vaskivuo. Le but de Caciotti aurait pu les relancer mais l'égalisation rapide de Briand a finalement anéanti tous leurs efforts. Gabriel Girard a réalisé un bon match malgré les cinq buts encaissés sur lesquels il n'a pas grand-chose à se reprocher tant ils étaient le résultat d'actions construites ou de tirs très précis des Grenoblois. On ne peut pas en dire autant de la défense spinalienne, assez lourde et souvent en retard. L'indiscipline a également coûté cher aux Dauphins, à l'image de Gasper Susanj dont la grossière faute sur Desrosiers a permis à Grenoble de faire le break. La première ligne canadienne a marqué un joli but mais ce ne fut pas suffisant pour Epinal, nettement dépassé sur la deuxième moitié du match. Les Dauphins d'Alex Stein devront se relancer mardi contre Amiens pour ne pas se laisser distancer au classement.

Après une première période relativement terne où ils sont retombés dans leurs travers habituels d'inefficacité offensive, les Brûleurs de Loups ont passé l'accélérateur aux deuxième et troisième tiers sous l'impulsion de Mike Vaskivuo, qui a joué une nouvelle fois le rôle de détonateur de l'attaque grenobloise et de Joris Bedin, dont l'énergie et la précision ont fait du bien, en témoigne sa participation directe aux buts de Dusseau et Briand. Ironie du sort, les deux joueurs reviennent de blessure, ce qui montre leur importance dans le système offensif isérois. L'association McGrane-Vaskivuo est un régal à l'image d'un cinquième but d'école et on se demande encore pourquoi Jean-François Dufour les sépare encore, comme ce fut le cas au début du match.

La bonne nouvelle ce soir, outre la victoire qui fait remonter Grenoble au classement, c'est que les cinq buts sont issus d'actions propres et construites, telles qu'on n'en avait pas vu depuis longtemps à Pôle Sud. Grenoble a su rebondir après la défaite en coupe mardi à Briançon à l'image de Sébastien Raibon, très solide au deuxième tiers avec un arrêt décisif face à Plch et un tir de pénalité arrêté. Le prochain test est de taille pour les Brûleurs de Loups qui se déplacent mardi chez le leader angevin.

Désignés meilleurs joueurs du match : Sylvain Dufresne (Grenoble) et Jan Plch (Épinal)

(Photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album)

Commentaires d'après-match (d'après le Dauphiné Libéré et TéléGrenoble) :

Jean-François Dufour (entraîneur de Grenoble) : "J'ai bien aimé le comportement de mes joueurs. Ils ont tout le temps bien réagi. C'est une vraie victoire d'équipe. [Au sujet de Vaskivuo], j'étais craintif au début. Je ne voulais pas l'aligner dans toutes les situations mais il m'a dit qu'il se sentait bien.  [...] Ce sont deux gros points. C'était très important pour ce soir de faire une grosse performance, de jouer en équipe pendant soixante minutes autant que possible, il y a encore quelques petites erreurs ici et là mais c'est une belle performance dans l'ensemble et je suis très satisfait de mes joueurs. Cela donne de la confiance, on s'en va à Angers, ça va être un gros match avec un gros test là-bas. Nos blessés commencent à revenir. Ça fait du bien d'avoir Vaskivuo dans l'alignement, tout de suite il fait la différence mais il n'est pas le seul. Joris Bedin, Francis Desrosiers, ça donne de l'énergie à tout le monde."

Jason Crossman (défenseur de Grenoble) : "Nous avons fait un match solide, mais nous avons surtout su jouer en équipe. Cela faisait longtemps que ce n'était pas arrivé. Ça donne beaucoup de confiance pour aller à Angers mardi."

Baptiste Amar (défenseur de Grenoble) : "Cette victoire, on est allé la chercher. Sébastien a fourni une grosse prestation pour nous tenir dans la partie."

 

Grenoble - Épinal 5-2 (0-1, 3-0, 2-1)

Samedi 12 janvier 2013 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3200 spectateurs.
Arbitrage de Pascal Boujon (SUI) assisté de Guillaume Gielly et Daniel Zosso (SUI)
Pénalités : Grenoble 10' (4', 6', 0'), Épinal 8' (2', 4', 2')
Tirs cadrés : Grenoble 37 (16, 13, 8), Épinal 18 (8, 5, 5)

Évolution du score :

0-1 à 01'22" : Casavant assisté de Plch
1-1 à 25'27" : Vaskivuo assisté de Dufresne
2-1 à 31'03" : Dusseau assisté de Bedin et Dufresne
3-1 à 35'26" : Baylacq assisté de Le Blond et Amar (sup. num.)
3-2 à 44'01" : Caciotti assisté de Bouchard et Gauthier
4-2 à 44'40" : Briand assisté de Bedin et Ouimet
5-2 à 59'19" : Vaskivuo assisté de McGrane et Arrossamena
 

Grenoble

Gardien : Sébastien Raibon.

Défenseurs : Baptiste Amar (A) - Kévin Dusseau ; Jason Crossman (A) (4') - Sylvain Dufresne (2') ; Maxime Suzzarini ; Kévin Martenon.

Attaquants : Francis Desrosiers - Ed McGrane - Nicolas Arrossamena ; Julien Baylacq (C) - Christophe Tartari - Mathieu Le Blond ; Mike Vaskivuo - Mathieu Briand - François Ouimet (2') ; César Joffre (2') - Joris Bedin ; Lou Bogdanoff.

Remplaçant : Antoine Bonvalot (G). Absents : Jordan Perret (fracture du pied), Luc Tardif Jr (déchirure musculaire à la cuisse), Nicolas Antonoff (déchirure musculaire).

Épinal

Gardien : Gabriel Girard.

Défenseurs : Maxime Ouimet - Stéphane Gervais ; Peter Slovak - Gasper Susanj (4') ; Jan Hagelberg - Fabien Leroy (2').

Attaquants : Steven Caciotti - Sébastien Gauthier - Danick Bouchard ; Benjamin Casavant - Michal Petrak - Jan Plch ; Anthony Rapenne - Yoann Chauvière - Yannick Offret (2') ; Elie Raibon.

Remplaçants : Nicolas Ravel (G), Rémi Colotti, Kévin Benchabane, Romain Mauffrey, Maxime Martin.