Grenoble - Caen (Ligue Magnus, 20e journée)

Un cinquantenaire fêté dans la douleur...

2013-01-18-Grenoble-Caen1C'est la fête à Pôle Sud ! Les Brûleurs de Loups fêtent ce soir leur cinquantième anniversaire ! Avec un peu d'anticipation puisque la création du club de hockey grenoblois (qui s'appelait le Grenoble Hockey Club à l'époque) date en fait de septembre 1963. Toutes les générations de joueurs (principalement français) ont fait le déplacement pour se retrouver et partager des souvenirs dans une ambiance festive. On retrouve ainsi dans les tribunes certains anciens qui ont connu les premières années du hockey à Grenoble comme Jimmy Biguet, Michel Latour ou Jean-Claude Laplassotte mais aussi des joueurs plus "récents" comme Benjamin Agnel, Jean-François Bonnard ou Benoît Bachelet sans oublier bien sûr Cristobal Huet. C'est donc devant un public un peu particulier que les acteurs de ce match vont évoluer, un public de connaisseurs en tout cas.

Mais si ce match a les apparences d'une rencontre de gala, il n'en a pas moins un enjeu sportif. Les Brûleurs de Loups, battus à Angers mardi (1-4), espèrent rebondir dès ce soir en allant chercher une victoire impérative face au dernier de la classe. Pour cela, il faudra mettre les émotions de côté et se concentrer sur la glace sans trop regarder les tribunes. Après une défaite mercredi contre Rouen (3-5), les Drakkars effectuent eux leur déplacement sans réelle pression, une victoire à Grenoble ne serait en effet que du bonus pour une équipe qui file tout droit vers les play-down. Pour cette rencontre, les Brûleurs de Loups sont toujours privés de Luc Tardif Jr et Nicolas Antonoff tandis que Caen doit faire face au forfait de Miro Rahkola.

2013-01-18-Grenoble-Caen2Après un match d'exhibition opposant quelques glorieux anciens entre eux, tous les anciens présents à Pôle Sud font leur entrée sur la glace peu avant le coup d'envoi pour une belle séquence émotion avec Daniel Maric en tête du cortège. Une fois la photo souvenir effectuée au milieu de la glace et après un discours de la fille de Pete Laliberté, fondateur du hockey à Grenoble, le match peut enfin débuter. Comme on pouvait s'y attendre, les Grenoblois prennent les commandes du match et campent dans la zone caennaise. Mais les tentatives grenobloises sont timides : un contournement de la cage de Joffre, une percée de Vaskivuo et un tir de Dufresne capté sans difficulté par Normandon. Timothée Franck reçoit la première pénalité du match après avoir poussé dans le dos Francis Desrosiers. Le power-play grenoblois s'installe rapidement mais malgré le trafic devant la cage, les Brûleurs de Loups ne parviennent pas à tromper la vigilance de Normandon.

Caen essaie de procéder par contre-attaque, notamment sous l'impulsion du duo Gauthier-Poudrier. Les Drakkars profitent d'une période de flottement de la défense grenobloise pour inquiéter Raibon à plusieurs reprises. Et sur un engagement semble-t-il anodin, Poudrier gagne l'engagement et sert en retrait Jean-Christophe Gauthier dont le tir instantané trompe Raibon entre les jambes (0-1, 11'40"). Ce but des visiteurs jette un froid à Pôle Sud d'autant que Ouimet se fait pénaliser dans la foulée pour un cinglage. Même s'ils parviennent à tuer cette pénalité sans difficulté, les Brûleurs de Loups continuent de courir après le score sans se montrer réellement dangereux, excepté sur une dernière accélération de Vaskivuo, mais Normandon, sans doute motivé par son retour à Grenoble et son duel à distance avec son ancien coéquipier en Espoirs, réalise un sans-faute dans ce premier tiers-temps.

2013-01-18-Grenoble-Caen3Les Grenoblois reviennent sur la glace avec l'envie de bien faire mais ils sont toujours aussi peu inspirés offensivement avec un 3 contre 1 très mal négocié. Défensivement, ce n'est guère mieux, au point que Brice Chauvel et Kevin Da Costa font passer le frisson devant la cage de Raibon. Le portier grenoblois sort le grand jeu et évite une nouvelle fois le pire face à Gauthier quelques instants plus tard.

Les Drakkars  se mettent à y croire et multiplient les occasions devant la cage grenobloise. Tartari est poussé à la faute et c'est une nouvelle infériorité numérique pour une équipe grenobloise à l'agonie. Il s'en faut de peu pour que les Drakkars doublent la mise mais le box-play grenoblois tient quand même le choc. Après avoir beaucoup souffert, les Brûleurs de Loups finissent par sortir la tête de l'eau et remettent le patin dans la zone caennaise. Et sur un palet ressorti par Ouimet, Joris Bedin sert parfaitement en retrait Ed McGrane dont la reprise à ras de glace trompe Normandon (1-1, 29'03").

2013-01-18-Grenoble-Caen4Cette égalisation contre le cours du jeu permet aux Grenoblois de respirer un peu. S'ensuit une période un peu folle où les attaques se multiplient de part et d'autre sans véritable organisation du jeu. Vaskivuo puis Desrosiers sont tour à tour en très bonne position pour marquer mais leur tir s'envole au-dessus de la barre. De l'autre côté de la glace, Raibon multiplie les arrêts pour laisser son équipe dans le match. Finalement une grosse charge de Gauthier contre la bande donc une supériorité numérique à Grenoble. L'occasion pour les locaux de mettre une grosse pression sur la cage caennaise. Le power-play est installé, le palet ressort à la ligne bleue pour Amar dont le lancer du poignet est dévié par Matthieu Le Blond juste devant Normandon (2-1, 33'13").

Dans la foulée, Vaskivuo peut s'avancer tout seul mais cette fois Normandon fait l'arrêt. À la lutte le long de la bande, Le Blond et Poudrier se font pénaliser pour s'être accrochés mutuellement. À quatre contre quatre, les Brûleurs de Loups, enfin rentrés dans la partie, tentent de creuser l'écart. Un bon pressing de Baylacq en zone offensive  force Gomane à commettre une faute, offrant ainsi une dernière supériorité numérique. Mais malgré une bonne circulation du palet et un bon tir de Dusseau notamment, plus rien ne sera marqué jusqu'au retour au vestiaire.

2013-01-18-Grenoble-Caen5Auteurs d'une bonne réaction dans la deuxième moitié du second tiers, les Grenoblois sont sur la bonne voie mais ils sont encore sous la menace des Drakkars au moment de commencer la troisième période. Place donc à l'attaque dès les premières secondes avec Vaskivuo qui butte une nouvelle fois sur Normandon. Mais les Caennais démarrent mal ce tiers avec une crosse haute de Kévin Da Costa sur Crossman qui est blessé à la lèvre. Le Caennais écope de 2'+2' et les Brûleurs de Loups installent leur power-play dans la zone offensive. Seul devant le slot, Tartari manque une belle occasion en voyant sa reprise repoussée par le patin de Normandon. À force de pousser à cinq contre quatre dans la zone caennaise, les Brûleurs de Loups vont finir par trouver l'ouverture sur un rebond exploité par Kévin Dusseau d'un tir du revers dans la cage grande ouverte (3-1, 44'23").

Caen semble accuser le coup après ce troisième but. Repliés en défense, les Drakkars se contentent d'attendre et repousser les offensives grenobloises. Desrosiers puis McGrane manque d'un cheveu de marquer le quatrième but. Une pénalité de McGrane leur permet de souffler un peu même s'ils manquent de se faire surprendre sur un contre de Le Blond qui manque de peu le doublé.

Les Caennais n'ont plus grand-chose dans le moteur et Grenoble revient à cinq contre cinq sans avoir été réellement inquiété. Sur une contre-attaque rondement menée, Le Blond s'échappe sur l'aile droite passe derrière la cage et centre pour Ouimet qui reprend instantanément la rondelle et la loge sous la barre (4-1, 51'51"). Le match tourne désormais à la démonstration et l'issue ne fait plus guère de doute mais les pénalités s'enchaînent : Dusseau retient Romand et part en prison, mais sur une contre-attaque de Vaskivuo, Poudrier met la main sur le palet en se jetant sur la glace et se fait sanctionner pour retard de jeu. Puis c'est Maks Selan qui se fait pénaliser à la place de Bennett pour une charge avec la crosse sur Amar. Et quelques secondes plus tard, les Brûleurs de Loups passent de l'infériorité à la supériorité numérique à quatre contre trois. Une situation de jeu exploitée à merveille par Vaskivuo qui transperce Normandon sur un one timer consécutif à un bon décalage de Baptiste Amar (5-1, 56'20").

2013-01-18-Grenoble-Caen6Les pénalités s'enchaînent avec cette fois Crossman qui rejoint la prison. Mais cela ne freine pas l'élan de Grenoblois euphoriques qui continuent leur festival offensif à quatre contre quatre : Tartari en échappée manque de peu de marquer puis c'est au tour de Baylacq dans la même situation quelques instants plus tard d'échouer à son tour mais cette fois Le Blond avait bien suivi et marque son deuxième but de la soirée dans la cage grande ouverte (6-1, 57'42"). Grâce à une dernière pénalité de Suzzarini, les Drakkars finissent la rencontre en supériorité numérique et marquent un dernier but pour l'honneur suite à une belle combinaison en triangle entre Cosgrove, Poudrier et Chauvel à la conclusion (6-2, 59'51").

Ce score fleuve est trompeur pour une équipe caennaise qui n'accusait un retard que de deux buts à dix minutes de la fin. Les Drakkars ont fait mieux que résister, ils ont mené au score et ont semblé pendant longtemps pouvoir accrocher un point sur cette glace de Pôle Sud. Grâce à un très bon Normandon, la défense tenait le choc et l'opportunisme de Gauthier et Poudrier en attaque faisait le reste. Regroupés en défense, rapides en contre-attaque, les Caennais ont fait leur match avant de semble-t-il craquer physiquement dans le troisième tiers, à l'image du match aller où ils étaient longtemps restés au contact avant de lâcher prise sur la fin. Dommage mais la ténacité affichée (à l'image d'un dernier but marqué à neuf secondes de la fin) est de bon augure pour la suite de la saison des Drakkars.

Les Brûleurs de Loups n'ont pas gâché la fête et remportent une victoire logique pour cette soirée du cinquantenaire du club. Mais qu'elle fut longue à se dessiner ! Très en deçà du niveau requis pour gagner ce match pendant plus de trente minutes, les Grenoblois se sont montrés très poussifs ce soir face au dernier de la classe. Manque d'intensité, manque de percussion offensive, approximations défensives : tout y est passé pendant trente minutes, à croire que l'environnement spécial de cette soirée a plus mis sous pression les Brûleurs de Loups qu'elle ne les a libérés. Encore une fois, Grenoble a concédé l'ouverture du score et il a fallu un très bon Raibon pour que les Drakkars ne s'échappent pas au score. Ensuite, la machine s'est peu à peu mise en marche sous l'impulsion d'un très bon Le Blond (deux buts et deux assistances) qui a pallié le manque de réussite de Vaskivuo, pas vraiment inspiré ce soir jusqu'à son but en power-play dans les dernières minutes. Une prestation d'ensemble pas forcément rassurante avant un derby chaud bouillant dimanche sur le plateau.

Désignés meilleurs joueurs du match : Matthieu Le Blond (Grenoble) et Jean-Christophe Gauthier (Caen)

(Photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album)

 

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré et TéléGrenoble) :

Matthieu Le Blond (attaquant de Grenoble) : « À titre personnel, j'ai pris énormément de plaisir même si on a vraiment eu du mal à débuter. Là, j'ai eu peur. Avec le recul, c'était lié je pense à l'envie de bien faire dans ce contexte particulier. On ne voulait pas gâcher la fête. Cela m'a donné encore plus d'envie de montrer l'exemple. Il y avait mon père mais aussi mon oncle. Je crois que c'est la première fois qu'il venait me voir jouer en professionnel. Les plus anciens sont des amis de mon père, et les plus jeunes, je les connais bien pour les avoir côtoyés. Quand je vois tous ces gens, je me sens vraiment grenoblois. »

Maxime Suzzarini (défenseur de Grenoble) : « On a eu un début de match compliqué. On était un peu mou, on n'avait pas trop d'énergie. En arrivant au vestiaire à la fin du premier tiers, on s'est dit qu'il fallait réagir. Il y avait trop de choses liées à ce match pour passer à côté. »

Jean-François Dufour (entraîneur de Grenoble) : « Les premières quarante minutes n'étaient pas les meilleures, on manquait d'émotion et d'énergie. On était mous, on n'avait pas de vie, c'est dur à expliquer. Mais le point positif, c'est les deux points et la belle performance au troisième tiers. Les joueurs se sont regroupés et sont allés chercher la victoire. À 2-1, le match peut tourner d'un côté ou de l'autre, c'était important de faire un bon troisième tiers. Il faut continuer sur cette lancée en allant jouer dimanche soir contre Villard. »

 

Grenoble - Caen 6-2 (0-1, 2-0, 4-1)

Vendredi 18 janvier 2013 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Nicolas Cregut et Guillaume Florentin
Pénalités : Grenoble 14' (2', 4', 8'), Caen 16' (2', 6', 8')
Tirs cadrés : Grenoble 40 (8, 17, 15), Caen 22 (6, 8, 8)

Évolution du score :

0-1 à 11'40" : Gauthier assisté de Poudrier
1-1 à 29'03" : McGrane assisté de Bedin et Ouimet
2-1 à 33'13" : Le Blond assisté de Amar et Tartari (sup. num.)
3-1 à 44'23" : Dusseau assisté de Le Blond et Tartari (sup. num.)
4-1 à 51'51" : Ouimet assisté de Le Blond et Suzzarini
5-1 à 56'20" : Vaskivuo assisté de Amar et McGrane
6-1 à 57'42" : Le Blond assisté de Baylacq
6-2 à 59'51" : Chauvel assisté de Cosgrove et Poudrier (sup. num.)

Grenoble

Gardien : Sébastien Raibon.

Défenseurs : Baptiste Amar (A)  - Kévin Dusseau (2') ;  Jason Crossman (A) (2') - Sylvain Dufresne ; Maxime Suzzarini (2') ; Kévin Martenon.

Attaquants : Mathieu Le Blond (2') – Christophe Tartari (2') – François Ouimet (2') ; Mike Vaskivuo - Ed McGrane (2') - Nicolas Arrossamena ; Julien Baylacq (C) - Francis Desrosiers  - Joris Bedin ; César Joffre - Mathieu Briand - Lou Bogdanoff ; Sébastien Delemps.

Remplaçant : Antoine Bonvalot (G). Absents : Jordan Perret (fracture du pied), Luc Tardif Jr (déchirure musculaire à la cuisse), Nicolas Antonoff (déchirure musculaire).

Caen

Gardien : Lucas Normandon.

Défenseurs : Blake Cosgrove – Maks Selan (2') ; Nicolas Deshaies  - Alexis Gomane (2') ; Alexis Birolini.

Attaquants : Charles Geslain – Thierry Poudrier (4') – Jean-Christophe Gauthier (2') ; Brice Chauvel  - Kévin Da Costa (4') – Jeremie Romand ; Timothée Franck (2') – Thibault Geffroy – Pierre Bennett.

Remplaçants : Lucas Savoye (G), Damien Grendka, Yohann Robert, Hugo Damy, Martin Ropert. Absents : Miro Rahkola, Alexandre Palis.