Valenciennes - Luxembourg (Division 3, groupe C)

Les Diables Rouges glissent vers les play-offs

anthony wagretLa défaite face à Châlons a quelque peu refroidi l’enthousiasme entourant les Diables Rouges. Pour reprendre la marche vers les play-offs, une victoire est donc impérative dans ce second match de suite à Valigloö. L’adversaire, Luxembourg, est assez difficile à appréhender, car capable de s’accrocher aux basques des leaders comme de perdre de six buts à Épinal. Vainqueurs à seulement deux reprises, les tricolores conservent un mince espoir de qualification, à condition de bien négocier ce déplacement dans le Nord. Et bien sûr l’entame…

Une percée de Thomas Fauchart (1-0 à 02'50") donne rapidement le ton pour des visiteurs en grande difficulté. Leur portier, l’ancien Montpelliérain Gilles Mangen, a l’occasion de se réchauffer face à Lageard et Capet, à leur tour libres de tout marquage aux abords de la cage. Il lui faut même geler un palet que son défenseur Philippe Bechtold ne parvient pas à transmettre à ses partenaires malgré une absence de pressing. La première faute, de Cannon, arrive dans la foulée, suivie d’une obstruction du vindicatif François Schons.

La sanction, immédiate, vient d’un lancer précis de Wagret, qui a tout le temps de s’ouvrir le chemin du but depuis la droite (2-0 à 06'14"), et d’une reprise de Capet, auparavant très actif derrière une cage qu’il contourne à propos (3-0 à 07'02"). Au retour à cinq, Rémi Lageard travaille à son tour dans le coin gauche et sort la rondelle pour Antoine Janot, plein de sang-froid au moment de feinter le dernier rempart luxembourgeois (4-0 à 08'03"). Très remonté sur le coup, François Schons écope de la première pénalité de méconduite de la soirée, qui en appelle d’autres…

Si le pressing de Sauvage, Capet ou Wagret en infériorité écarte une fois de plus le danger loin du camp nordiste, le Tornado entre enfin dans la rencontre aux abords du quart d’heure de jeu. Le Tchèque Toni Jakubse emploie enfin Glevanak, de même que Colm Cannon. Dans la foulée, les visiteurs exploitent la faute de Rémi Lageard par le junior Sacha Backes, à la récupération de son propre rebond (4-1 à 16'11") sur une action initiée par Cannon, à l’origine ensuite d’un arrêt spectaculaire de la mitaine du gardien des Diables.

gilles mangenS’ils rentrent encore timidement dans le match après la pause, les joueurs du Grand-Duché passent près du deuxième but sur leur première incursion, un palet aérien venant narguer Bob Schneider, esseulé devant une cage ouverte. En face, Valenciennes se montre indiscipliné, sans pour autant souffrir outre-mesure devant un jeu de puissance alternant passes imprécises et tirs hors-cadre. Le rythme s’accélère sensiblement sur un nouveau numéro de Thomas Fauchart. Très à l’aise, l’ancien Wasquehalien prend possession du caoutchouc dans sa zone, accélère dans la neutre, évite trois adversaires et le gardien, pour faire se soulever toute l’assistance (5-1 à 31'31").

Le rythme retombe rapidement, la résignation gagnant les troupes du légendaire Rafael Springer, présent sur le banc aux côtés de ses anciens partenaires. Les échanges aigre-doux n’arrangent pas les visiteurs, qui perdent un nouvel élément pour dix minutes, l’attaquant Bob Schneider. Dans l’affaire, les Diables Rouges se retrouvent en double infériorité, et ne tardent pas à le payer sur un tir puissant du capitaine Ronny Scheier, transité par l’intérieur du poteau (5-2 à 31'59"). Les prémices d’une éventuelle remontée comme le Tornado l’avait connu à l’aller, remontant un déficit de quatre buts ? Le nouveau missile signé Gilles Biver, sur lequel la mitaine de Milan Glevanak pourrait le laisser présager.

Un nouvel exploit de Fauchart au milieu de la défense (6-2 à 45'49"), couplée à plusieurs parades de Glevanak, tuera tout espoir de révolte. Son partenaire Schneider énervé et contraint de multiplier les séjours en geôle, Colm Cannon se retrouve souvent seul pour tenter de secouer la défense hennuyère. Le Britannique passé par l’Allemagne perd plusieurs duels avec le gardien slovaque, vigilant pour préserver le chemin de sa lucarne et sauver un tir à bout portant. Indisciplinés, les visiteurs repartent frustrés, ayant laissé passer une occasion de se rapprocher de play-offs auxquels les Valenciennois peuvent déjà se préparer.


Valenciennes – Luxembourg 6-2 (4-1, 1-1, 1-0)
Samedi 19 janvier 2013 à 18h30 à Valigloö. 300 spectateurs.
Arbitrage de Christophe Picard et Frédéric Massé.
Pénalités : Valenciennes 42' (4’, 10’, 8’+2x10’), Luxembourg 67' (4’+10', 4'+10’, 4’+5’+10’+20’).
Tirs : Valenciennes 43 (20, 9, 14), Luxembourg 34 (12, 9, 13).

Évolution du score :
1-0 à 02'50" : Fauchart
2-0 à 06'14" : Wagret assisté de Fauchart et Sauvage (double sup. num.)
3-0 à 07'02" : Capet assisté de Giguère et Picard (sup. num.)
4-0 à 08'03" : Janot
4-1 à 16'11" : Cannon assisté de Schneider (sup. num.)
5-1 à 31'31" : Fauchart assisté de Selin (sup. num.)
5-2 à 31'59" : Scheier assisté de Biver (double sup. num.)
6-2 à 45'49" : Fauchart assisté de Wagret


Valenciennes

Gardien : Milan Glevanak.

Défenseurs : David Selin - Hugo Scarfiglieri ;  Hugo Picard - Louis Camurat ; Anthony Guerra - Sébastien Fronty (A).

Attaquants : Anthony Wagret - Thomas Fauchart - Romain Sauvage ; Rémi Lageard - Alexandre Capet (A) - Antoine Janot ou Allan Harmegnies ; Vincent Grenier - Jérôme Stachowiak (C) - Grégoire Giguère.

Remplaçants : Alexis Baccheti (G), François Marchal.

Luxembourg

Gardien : Gilles Mangen.

Défenseurs : Gilles Biver - François Schons ; Philippe Bechtold - Ronny Scheier (C).

Attaquants : Sacha Backes - Colm Cannon (A) - Bob Schneider ; Steven Minden - Marcus Eriksson - Emil Folkesson ; Toni Jakubse - Patrick Schon (A) - Mathieu Moise ; Pit Sinner.

Remplaçant : Philippe Lepage (G).