Grenoble - Strasbourg (Ligue Magnus, 22e journée)

 Au bout de l'ennui...

2013-01-22-Grenoble-Strasbourg3Les Brûleurs de Loups ont réussi à enchaîner deux victoires consécutives : une, prévisible, vendredi face à la lanterne rouge Caen, puis une autre plus compliquée ce dimanche dans le derby face à Villard. Une victoire importante dans la perspective de la course à la quatrième place, mais Grenoble, sixième, n'a pas vraiment le droit à l'erreur à cinq journées de la fin de la saison régulière. Il est nécessaire d'enchaîner les victoires et cela passe par un succès ce soir à domicile contre Strasbourg, une équipe décrochée au classement (douzième).

L'Étoile noire n'a en effet pas beaucoup brillé ces derniers temps et traverse une très mauvaise passe. Le dernier succès des Alsaciens remonte au 22 décembre face à Mulhouse, soit très exactement un mois. Depuis, les défaites s'enchaînent : Angers, Villard, Épinal, Chamonix, Briançon (avec un très sévère 10-1 encaissé à domicile !), Rouen et dernièrement Morzine qui est venu s'imposer dimanche à l'Illberg (3-2). Soit sept défaites d'affilée qui ont fait chuter Strasbourg au classement, désormais réduit à éviter la perspective des play-downs. Mais les Brûleurs de Loups vont devoir tout de même se méfier et se souvenir du match aller, très accroché et perdu finalement 1-0 après prolongation. Pour ce match, Nicolas Arrossamena, malade, vient s'ajouter aux absences de Tardif et Antonoff alors que Strasbourg déplore toujours les forfaits de Dufournet et Kallström.

2013-01-22-Grenoble-Strasbourg1Le match débute par une minute de silence en hommage à l'arbitre Damien Velay, décédé lundi matin à 37 ans d'une crise cardiaque après avoir arbitré le match Briançon-Rouen dimanche soir. Velay avait débuté le hockey à Grenoble où il a joué jusqu'en catégorie juniors avant de s'orienter vers l'arbitrage. Il officiait en Ligue Magnus depuis 2007.

Les Brûleurs essaient les premiers de se mettre en action sous l'impulsion de la ligne Ouimet-Tartari-Le Blond, très en réussite dimanche à Villard. Mais les premiers tirs dangereux sont pour Strasbourg, Carlo Grün tout d'abord puis David Cayer, mais à chaque fois Raibon bloque le palet sans laisser de rebond. Suzzarini reçoit la première pénalité pour une obstruction sur Tarantino. Sur le power-play strasbourgeois, Julien Correia tente une percée dans la défense grenobloise et trouve la transversale de la cage de Raibon ! Première chaude alerte pour les Brûleurs de Loups qui enchaînent avec une deuxième infériorité numérique puisque Crossman prend le relais de Suzzarini sur le banc des prisons. À force de subir le jeu en infériorité numérique, les Grenoblois se mettent en difficulté. Le power-play strasbourgeois finit par s'installer : Correia derrière la cage sert en rertrait Michal Cesnek qui reprend sans contrôle et ajuste Raibon d'un lancer croisé à ras de glace (0-1, 08'38").

2013-01-22-Grenoble-Strasbourg2Cette ouverture du score récompensent le bon début de match des Strasbourgeois qui continuent de faire le jeu. La réaction locale est très timide et plutôt désordonnée. Finalement Grenoble arrive à reprendre l'initiative dans le jeu lorsque Devin est sanctionné après une faute commise en zone offensive. Les Brûleurs de Loups tentent d'inquiéter Hiadlovsky sous l'impulsion de Mike Vaskivuo mais ils ont des difficultés à s'installer durablement en zone offensive. La supériorité numérique grenobloise ne donne pas grand-chose finalement et les approximations continuent. Devin laisse trainer sa crosse, Bedin trébuche dessus et c'est une deuxième prison dans ce tiers pour l'attaquant strasbourgeois. Mais les Grenoblois sont lents et imprécis ce soir. L'Étoile noire enchaîne les pénalités et Elie Marcos se fait à son tour sanctionner à quinze secondes de la fin du tiers.

Grenoble commence donc en supériorité numérique la seconde période et se procure une belle occasion sur un décalage de Le Blond pour Tartari qui reprend sans contrôle mais manque le cadre. Avec un bon jeu défensif et en profitant des approximations adverses, Strasbourg tue sa troisième pénalité de la soirée sans trop de problème. Toujours aussi apathiques, les Brûleurs de Loups multiplient les dégagements interdits et ne proposent pas beaucoup de jeu. Les hommes de Daniel Bourdages continuent de monopoliser la rondelle en proposant de bons mouvements offensifs et en sollicitant Raibon à plusieurs reprises, notamment sur un lancer lointain de Cesnek. Le match s'anime sur une échappée de Vaskivuo, qui manque son face-à-face avec Hiadlovsky et trouve le poteau. Dans la continuité de l'action, Cesnek bouge volontairement la cage et se fait sanctionner. Le power-play de Grenoble est bien installé mais neutralisé par la défense strasbourgeoise qui parvient à se dégager sans trop de difficulté. C'est finalement sur les contre-attaques que les Brûleurs de Loups se montrent les plus dangereux à l'image de Bougé, obligé de faire trébucher Ouimet pour neutraliser une action dangereuse. Supériorité de courte durée car Amar accroche Cayer à la ligne bleue.

2013-01-22-Grenoble-Strasbourg4Place donc au jeu à quatre contre quatre avec plus d'espace, ce dont profite Desrosiers pour s'échapper mais il est repris par la crosse de Cesnek. L'arbitre accorde logiquement un tir de pénalité à Desrosiers, qui s'élance mais voit sa tentative repoussée par Hiadlovsky. Décidément pas en réussite, l'attaquant québécois, cette saison. Les choses ne s'améliorent pas pour les Brûleurs de Loups dans la foulée puisque Le Blond fait trébucher Carlo Grün et se retrouve en prison. Mais au moment où Strasbourg pousse, Vaskivuo récupère le palet et part en échappée : il profite d'un bon bloc de McGrane qui attire à lui deux défenseurs et masque le gardien pour slalomer devant la cage et marquer en hauteur dans un angle fermé (1-1, 35'44"). Cet exploit individuel en infériorité numérique est contre le cours du jeu mais permet aux Brûleurs de Loups de souffler un peu. Pas pour longtemps puisque Dusseau se fait sanctionner pour avoir retenu Yannick Henry ce qui oblige Grenoble à continuer à évoluer en infériorité numérique au moment même où Le Blond revenait sur la glace. Mais les joueurs de l'Étoile noire ne sont pas très percutants en cette fin de tiers, le manque de banc semblant fatiguer les joueurs alsaciens. Malgré une longue présence du jeu de puissance en zone offensive, Raibon ne doit faire face à aucun tir réellement dangereux et les deux équipes reviennent au vestiaire sur un score de parité.

2013-01-22-Grenoble-Strasbourg5Grenoble commence plus fort la troisième période, et dès les premières secondes, McGrane est à un cheveu de redonner l'avantage aux Brûleurs de Loups. Feu de paille, car une nouvelle fois Strasbourg reprend l'initiative du jeu et continue de mettre au supplice la défense grenobloise. Tartari réveille Pôle Sud avec une occasion dangereuse, mais le festival de mauvaises passes et de déchets techniques continue. Bedin semble pourtant avoir fait la différence : il récupère le palet et dribble Hiadlovsky mais Cesnek dégage le palet sur sa ligne. Pendant une pénalité de Bougé,  les intentions grenobloises semblent meilleures avec une belle occasion de but de Joffre à bout portant. Mais c'est à peu près tout. Malgré une nouvelle pénalité strasbourgeoise (Grün), le constat est toujours le même : Grenoble est totalement inefficace dans ce secteur ce soir, même si cette fois Hiadlovsky a dû s'employer pour repousser quelques tirs dangereux.  

Les minutes passent et le score reste en l'état avec des prolongations qui se profilent tant le jeu semble pauvre et bloqué. Un dégagement directement dans les tribunes de David Striz offre une huitième (!) supériorité numérique à Grenoble. Ce sera la bonne : sur un lancer du poignet de Dusseau, le palet est repoussé par Hiadlovsky dans le trafic. Baylacq récupère le rebond et centre devant la ligne de but pour...Cesnek qui ne parvient pas à contrôler le palet et le pousse tout le seul au fond de ses propres filets (2-1, 55'17"). Un but très chanceux à l'image du match de bien piètre qualité... Strasbourg lance ses dernières forces dans la bataille mais laisse partir Desrosiers en contre-attaque qui échoue de nouveau sur Hiadlovsky. Daniel Bourdages demande un temps mort à moins de deux minutes de la fin. Mais son équipe n'arrive pas à s'installer en zone offensive ce qui retarde la sortie de son gardien qui n'intervient que dans la dernière minute. Bien trop tard pour espérer forcer les prolongations.

2013-01-22-Grenoble-Strasbourg6Les deux équipes ont livré ce soir une prestation bien loin du niveau de la Ligue Magnus. Beaucoup d'approximations, de déchets techniques, de passes manquées... Un match en plus décidé par un « auto-goal » à cinq minutes de la fin. Faut-il en conclure que l'enchaînement des matchs (troisième match en cinq jours) pèse sur les organismes ? C'est pourtant ce qui attend les équipes lors des play-offs qui approchent à grand pas... Comment donc expliquer ce non-match des Brûleurs de Loups ? Pas de jus, pas d'envie... Un début de match catastrophique. Un power-play pas au niveau... Il aura fallu attendre la huitième supériorité numérique « offerte » par Strasbourg pour voir Grenoble marquer à cinq contre quatre.

Avec six buts marqués contre Caen puis Villard, l'attaque grenobloise restait sur une belle série. Aujourd'hui elle était en berne et s'en est remise à Mike Vaskivuo qui a encore une fois joué le rôle du sauveur en marquant ce but en infériorité qui relance complètement son équipe dans une rencontre bien mal engagée... Ce sera quasiment le seul point positif à retenir de cette rencontre qui permet tout de même à Grenoble de rester au contact des quatre premières places. Une bonne opération comptable mais une très mauvaise impression laissée à un public grenoblois dépité... Il faudra sérieusement relever le niveau de jeu pour espérer une victoire samedi à Chamonix.

Quant à l'Étoile noire, elle méritait largement de repartir avec un voire deux points. Elle s'est montrée entreprenante et a souvent contrôle la rondelle. Mais il lui manquait la réussite, signe d'une équipe en plein doute. Signe également d'une équipe souvent à la peine offensivement cette saison avec des renforts étrangers (Cayer, Grün, Cibula, Carlsson) qui n'ont pas forcément le rendement espéré. Défensivement, les Strasbourgeois ont très bien tenu, notamment lors de leurs nombreuses infériorités numériques avec un Hiadlovsky impeccable. Mais à force de jouer à quatre contre cinq, ils se sont épuisés et n'ont pas pu garder la même fraîcheur physique. Une indiscipline qui coûte cher au final, surtout avec seulement cinq défenseurs sur la feuille de match. Strasbourg continue donc son chemin de croix avec une huitième défaite consécutive. Mais ce soir ils n'ont pas à rougir de leur défaite et peuvent espérer un résultat enfin positif samedi face à Dijon.

Désignés meilleurs joueurs du match : Mike Vaskivuo (Grenoble) et Vladimir Hiadlovsky (Strasbourg)

(Photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album)

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré et TéléGrenoble) :

Jean-François Dufour (entraîneur de Grenoble) : « On n'a pas fait la meilleure des prestations. Mais on a trouvé moyen de gagner un match dégueulasse. Le plus important, c'est les deux points, on a vu la fatigue accumulée sur les deux équipes. On n'a vraiment pas fait un bon début de match mais on va chercher la victoire, c'est le point positif. On ne peut pas se permettre de passer à travers un ou deux tiers dans les matchs qui nous restent. On va prendre le bon et oublier le mauvais. Nos deux points sont acquis. On a un gros match qui nous attend samedi à Chamonix. »

Christophe Tartari (attaquant de Grenoble) : « Ça a été très difficile. La manière, c'est une chose, mais le plus important, ce sont les deux points. Là ça fait trois matchs consécutifs qu'on gagne, ça fait longtemps qu'on n'a pas fait une série de matchs gagnés, c'est très important en cette fin de saison. Il faut que ça continue et ne pas se relâcher en pensant que tout est gagné, que tout va être facile, il faut continuer à travailler plus fort et faire une bonne fin de saison. On commence à sentir le goût des play-offs. »

Jason Crossman (défenseur de Grenoble) : « Une nouvelle fois, les soixante minutes ont paru bien longues. C'était un match particulièrement accroché. Strasbourg s'est montré très solide avec un bon gardien. Mais on peut retenir notre combativité. Nous sommes encore en phase de construction avant les play-offs. Ça commence à venir. »

 

Grenoble - Strasbourg 2-1 (0-1, 1-0, 1-0)

Mardi 22 janvier 2013 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 2800 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez assisté de Nicolas Cregut et Matthieu Barbez
Pénalités : Grenoble 10' (4', 6', 0'), Strasbourg 16' (6', 4', 6')
Tirs cadrés : Grenoble 31 (8, 8, 15), Strasbourg 21 (5, 9, 7)

Évolution du score :

0-1 à 08'38" : Cesnek assisté de Correia et Cibula (sup. num.)
1-1 à 35'44" : Vaskivuo assisté de Dufresne (inf. num.)
2-1 à 55'17" : Baylacq assisté de Dusseau et Amar (sup. num.)

 

Grenoble

Gardien : Sébastien Raibon

Défenseurs : Baptiste Amar (A, 2') - Kévin Dusseau (2') ;  Jason Crossman (A, 2') - Sylvain Dufresne ; Maxime Suzzarini (2') ; Kévin Martenon.

Attaquants : César Joffre - Ed McGrane - Mike Vaskivuo ; François Ouimet - Christophe Tartari - Mathieu Le Blond (2') ; Julien Baylacq (C) - Mathieu Briand - Joris Bedin ; Francis Desrosiers ; Lou Bogdanoff - Sébastien Delemps.

Remplaçant : Antoine Bonvalot (G). Absents : Nicolas Arrossamena, Jordan Perret (fracture du pied), Luc Tardif Jr (déchirure musculaire à la cuisse), Nicolas Antonoff (déchirure musculaire).

Strasbourg

Gardien : Vladimir Hiadlovsky (sorti de 59'15'' à 60'00'')

Défenseurs : Michal Cesnek (2') - David Striz (2') ; Hugues Cruchandeau (A) - Jakub Suchanek ; Julien Burgert.

Attaquants : Carlo Grün (2') - Elie Marcos (C, 2') - David Cayer ; Pierre-Antoine Devin (4') - Julien Correia - Jan Cibula (A) ; Lionel Tarantino - Rickard Rollin Carlsson - Erwan Agostini ; Pierre Bougé (4') ; Yannick Henry.

Remplaçants : Gilles Beck (G), Frantisek Bombic, Hugo Damy, Martin Ropert. Absents : Édouard Dufournet (épaule, saison terminée), Kenny Kallström (épaule).