Brest - Courbevoie (Division 1, 19e journée)

programmebrestcourbevoieSans histoire (ou presque)

Sevrés de hockey pendant plus de deux semaines, les spectateurs brestois se sont rués vers la patinoire qui, une nouvelle fois, affiche archi-comble (1523 spectateurs). Il faut dire que l’affiche du soir à de quoi attirer. À propos d’affiche, notons que la couverture du programme a étrangement changé par rapport à celle entrevue il y a quelques jours. La photo initiale (voir photo de droite) montrait Roman Jasko dans ses « œuvres » lors du match aller qui fut plus que houleux et émaillé de nombreux incidents. Les deux équipes étaient ressorties du match avec une brochette de blessés et de suspensions. La couverture du programme a finalement été remplacée par une banale photo de Daniel Carlsson et la référence à la traditionnelle opération « hors-jeu la violence » a purement et simplement disparu.

À ce contexte tendu s’ajoutent les résultats entre ces deux équipes qui sont pour la deuxième saison consécutive en faveur des Coqs. Courbevoie était pourtant il y a peu une proie facile pour Brest du temps des Brunelle puis Gascon. Ce match sent donc la poudre et le spectacle promet d’être au rendez-vous puisqu’on retrouve sur la glace six des sept meilleurs pointeurs du championnat répartis de manière égale (trois dans chaque équipe).

Ce sont tout simplement les deux meilleures attaques de D1 qui s’affrontent. Courbevoie reste sur une large victoire 14-3 face au Mont-Blanc avec une incroyable performance de Julien Tremblay auteur de 8 buts dans ce seul match ! Les Albatros eux n’ont guère été glorieux loin de leur base. Très indisciplinés, ils ont perdu à Toulouse-Blagnac (3-5) et l’ont emporté difficilement aux tirs au but chez la lanterne rouge Amnéville (5-4). Tristan Lemoine et David Poulin (qui répondait à une agression sur Nicholas Pard), coupables de mauvais gestes, sont suspendus. Le visage des Albatros à l’extérieur est donc bien différent de celui qu’on peut voir au Rïnkla Stadium où les Bretons sont invaincus depuis le début de saison.

Cette tendance se confirme en moins de deux minutes. Jonathan Avenel glisse du revers le palet sous les jambières de Jure Verlic après deux rebonds laissés sur des tirs de Alan Dana et Erwan Pain (1-0 à 1’52’’). Le portier slovène s’en sort très bien peu après, alors que son équipe joue en supériorité numérique, sur une contre-attaque fulgurante orchestrée par Pard et Pain puis sur un tir de Hennebert (3’30’’). Courbevoie répond sur un bon palet piqué à Aurélien Gréverend par Kevin Gadoury mais Benjamin Rubin reprend la passe de son coéquipier d’un tir qui passe largement au-dessus (5’).

alexandremotteLe but du break intervient peu après la mi-tiers sur une supériorité numérique bretonne. Verlic sort de sa cage pour contrer un tir de Pard mais laisse un gros rebond qui profite à Pain du revers (2-0 13’29’’). L’avantage est mérité même si les débats sont assez équilibrés. Brest fait preuve de réalisme tandis que Courbevoie pêche dans la finition et se heurte à un très bon Arnaud Goetz.

Le gardien local concède une prison sur le buzzer qui marque la fin du premier tiers. Il se fait justice lui-même en étant grandiose durant les deux minutes d’infériorité face à des tirs de Roman Jasko (20’30’’) et Udo Marie (21’). Sur une prison de Pain, Courbevoie laisse encore passer sa chance de revenir au score. Il faut dire que le travail défensif de Brest est efficace pour museler la meilleure ligne visiteuse.

Les choses se gâtent pour les Coqs sur un rush de Pard qui se fait accrocher irrégulièrement par Vladimir Konopka. L’arbitre en chef n’hésite pas et indique un tir de pénalité que le Canadien transforme d’un tir à bout portant (3-0 à 27’33’’). Courbevoie a pris un coup derrière la tête et est encore groggy car une demi-minute plus tard Erwan Pain zigzague dans la défense visiteuse avant de conclure l’action par un revers et un beau plongeon (4-0 à 28’09’’). Magnifique ! L’ancien Dijonnais est omniprésent et signe un beau doublé.

Les choses prévisibles commencent alors à se produire. Alexandre Lefebvre et Roman Jasko fêtent leurs retrouvailles par quelques mots doux qui les conduisent sur le banc des prisons (28’46’’). Vladimir Holik et Quentin Berthon n’y vont pas de main morte sur leurs charges et se font logiquement sanctionner (32’45’’ et 36’56’’). Cela est sans conséquence car, même à 5 contre 3, Courbevoie ne parvient pas à déjouer Goetz. Et pourtant, Kevin Gadoury aura tout essayé.

La fin du deuxième tiers se termine sur un très mauvais geste de l’ancien Brestois Benjamin Rubin sur Quentin Berthon (charge dans le dos après coup de sifflet de l’arbitre à 39’47’’). Pour son retour le Franco-Canadien ne s’est absolument pas attiré les faveurs du public. Il est l’auteur d’un autre coup de crosse en traître dans le bas du dos de Holik dans le dernier tiers (52’). Un comportement déplorable et méconnaissable par rapport à ce que ce joueur aura montré à Brest l’an passé.

Erwan PainL’offensive visiteuse trouve finalement la faille à un peu plus d’une minute du terme de la rencontre par Julien Tremblay sur un tir en pivot qui vient briser un blanchissage qu’aurait largement mérité Arnaud Goetz (4-1 à 58’42’’). Le public se console en voyant Jaroslav Prosvic donner le dernier mot à son équipe quinze secondes après le but de Tremblay (5-1 à 58’58’’).

Brest parvient finalement à vaincre cette équipe de Courbevoie après une saison et demie de disette. Un résultat en grande partie dû à un bon travail défensif. Le trio Tremblay-Gadoury-Rubin aura été surveillé de près et seul Tremblay a réussi à inscrire un point. La tension était palpable durant la rencontre et il y a eu quelques mauvais gestes mais le match n’a pourtant pas dégénéré comme on aurait pu le craindre. Roman Jasko dans sa grande classe refusera tout de même de serrer la main d’Alexandre Lefebvre en fin de match. Une grande histoire d’amitié semblable à celle entre Martin Brodeur et Sean Avery est en train de naître.

Courbevoie aura régulièrement porté le danger sur la cage de Goetz, notamment par son premier bloc, mais l’efficacité n’était pas au rendez-vous sur cette rencontre. L’équipe semble déséquilibrée avec un premier trio très fort et deux autres blocs plus en retrait même si leurs rôles sont différents. La qualification pour les play-off est encore jouable pour eux avec pourquoi pas des retrouvailles qui s’annoncent explosives avec Brest.

Cerise sur le gâteau pour les Albatros : Lyon s’est incliné dans le pays Basque face à l’Hormadi d’Anglet, l’équipe en forme du moment, et laisse le fauteuil de leader aux Bretons.


Brest – Courbevoie 5-1 (2-0, 2-0, 1-1)
Samedi 25 janvier 2013 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 1523 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Peronnin, assisté de Jérémie Douchy et Thomas Sevilla.
Pénalités : Brest 18' ( 4', 12’, 2’), Courbevoie 14’ ( 6', 2’, 6’).
Évolution du score :
1-0 à 01’52’’ : J. Avenel assisté de Pain et Dana
2-0 à 13’29’’ : Pain assisté de Pard et Holik (sup. num)
3-0 à 27’33’’ : Pard (tir de pénalité)
4-0 à 28’09’’ : Pain assisté de J. Avenel et Hennebert
4-1 à 58’42’’ : Tremblay assisté de Harabin
5-1 à 58’58’’ : Prosvic


Brest

Gardien : Arnaud Goetz.

Défenseurs : Daniel Carlsson (A) – Aurélien Gréverend ; Vladimir Holik – Gaëtan Cannizzo ; Alan Dana – David Hennebert.

Attaquants : Quentin Berthon – Jaroslav Prosvic (A) – Graham Avenel ; Nicholas Pard – David Croteau – Alexandre Lefebvre (C) ; Clément Gonzales – Erwan Pain – Jonathan Avenel.

Remplaçants : Landry Macrez (G), William L'Arvor. Absents : David Poulin (suspendu), Tristan Lemoine (suspendu).

Courbevoie

Gardien : Jure Verlic.

Défenseurs : Vladimir Konopka – Udo Marie ; Ladislav Harabin – Roman Jasko ; William Place (A) – Luc Tanesie.

Attaquants : Julien Tremblay – Kevin Gadoury (A) – Benjamin Rubin ; Alexandre Motte – André Menard – Matus Hanes ; Serge Toukmatchev – Alexandre Leroux – Michaël Denis.

Remplaçants : Matthieu Boutigny, Anthony Denis, Thomas Giorgi, Maxime Levot.