Mont-Blanc - Nice (Division 1, 19e journée)

Samedi 26 janvier 2013 se déroulait à Megève le traditionnel Master de Polo sur Neige. Un spectacle original pour les amateurs de hockey venus assister à la rencontre opposant les Avalanches du Mont-Blanc aux Aigles de Nice. Deux terroirs aux histoires liés mais qui pratiquent un hockey totalement différent.

En effet la rencontre de ce soir oppose un club formateur par excellence et un club en devenir dont les ambitions sont claires... Nice veut la Magnus. La rencontre débute dans une patinoire pleine d'enfants venus encourager le Mont-Blanc. Le match aller s'était soldé par la victoire des Aigles malgré une prestation de qualité des Avalanches. La saison avançant, Nice s'affirme comme une grosse écurie du championnat et le Mont-Blanc ne trouve pas ses marques et stagne en fin de classement.

La patinoire observe une minute de silence en la mémoire de Damien Velay, arbitre bien connu des amateurs de hockey. Le jeu reprend ses droits et immédiatement les Aigles assiègent les cages du Mont-Blanc. Et malgré une défense bien en place, le gardien de l'Entente est victime d'un joli mouvement collectif des Aigles avec César Fleury à la conclusion (0-1, 6'30"). L'Entente reprend des couleurs après la lourde défaite concédée la semaine dernière face à Courbevoie, de belles phases de jeu de part et d'autre avec un gardien du Mont-Blanc en grande forme qui tient la baraque. Les attaques de l'Entente se heurtent à une défense niçoise en béton armé, laissant le portier Lindberg récupérer les rares palets traversant le bloc des Aigles.

2012-10-Nice-MaconLe deuxième tiers reprend, les locaux sont bien décidés à montrer que, malgré la jeunesse de l'effectif, ils sont capables de tenir tête à une grosse cylindrée. Le Mont-Blanc pousse, et sur un contre, les Aigles surprennent la défense de l'Entente et c'est Nicolas Motreff qui envoie le palet au fond des filets (0-2, 22'07"). La patinoire est cueillie à froid et l'ambiance est au plus bas. L'Entente retrouve ses vieux démons et se désorganise et laisse les Aigles maîtres de la glace. Il ne faut pas longtemps aux Aigles pour aggraver le score par l'intermédiaire d'Aurélien Macon (0-3, 30'23").

Les Niçois veulent enfoncer le clou, les attaques se succèdent et une nouvelle fois les filets tremblent par l'intermédiaire de Rusnak (0-4, 38'49"). La patinoire toute entière reste muette, le Mont-Blanc vient de s'écrouler avec fracas. Le coach Alain Boisson profite d'un engagement à dix secondes de la fin pour faire sortir son gardien. Stratégie payante enfin le Mont Blanc se relève et Fabien Satonay, d'un tir à la bleue, trompe la vigilance des Aigles (1-4, 39'55"). L'Entente rentre au vestiaire pleine de confiance.

Le troisième tiers démarre en trombe du côté des Avalanches qui ont faim et qui assiègent le camp niçois. Les Aigles sont poussés à la faute et sur une double supériorité, Charette réduit le score (2-4, 42'14"). La patinoire se réveille et le public pousse derrière son équipe. Le Mont-Blanc reprend confiance et le meilleur pointeur de l'équipe Brockman continue son travail de fond et use la défense adverse. Anthony Brockman prend le palet derrière ses cages et accélère, passe la rouge, et alors qu'il contrôle son palet, le Niçois Martin Dubaj le charge en plein élan. Le centre du Mont-Blanc, la tête dans le guidon, ne le voit pas venir malgré le grand virage effectué par Dubaj, la mise en échec semble régulière, du moins c'est la décision de l'arbitre.

Le jeu continue une poignée de secondes quand soudain le capitaine des Avalanches se jette sur son coéquipier qui vient de perdre connaissance et se met à convulser. L'arbitre stoppe le match, le médecin du SAMU est appelé en urgence. Brockman est sonné, livide et inanimé sur la glace. La patinoire retient son souffle. Immédiatement les pompiers sont appelés, le brancard est apporté sur la glace. Brockman est pris en charge par le médecin et ses coéquipiers se chargent du brancard. L'évacuation est faite sous les applaudissements du public. La rencontre étant filmée, l'arbitre demandera de revoir la charge après le match et son avis restera mitigé ; "2 minutes, à la rigueur 5+20, je ne suis pas sûr". Quoi qu'il en soit, aucune pénalité ne sera sifflée pour cette vilaine faute.

Au bout de 15 minutes d'arrêt, la partie reprend. Les locaux vengent leur camarade par l'intermédiaire de Jordan Revel (3-4, 43'17"). Le Mont-Blanc est affaibli, les sorties explosives de son attaquant lui font cruellement défaut, les attaques sont moins incisives. Les Avalanches poussent, et sur un contre, les Aigles en profitent pour augmenter leur avance sur un powerplay par l'intermédiaire de Tomaska (3-5, 44'59"). L'Entente ne baisse pas les bras et continue d'attaquer mais la défense des Aigles est solide et sans la pointe Brockman, percer cette cuirasse est difficile. Nice est poussé dans ses retranchements et faute. Le Mont-Blanc assiège les buts adverses mais la chance n'est pas avec les locaux, en effet Motreff intercepte un palet et file au but et offre un caviar à Stefan Majernik qui trompe le portier des Avalanches (3-6, 50'19"). La fin du tiers baisse d'intensité, Nice gérant son avance et l'Entente qui tente mais se heurte aux blocs de béton armé qui servent de défense aux Aigles.

La rencontre se termine sur une défaite du Mont-Blanc et une victoire des Aigles. Une défaite au goût amère pour le club formateur puisque, pour satisfaire au règlement de la fédération concernant le nombre minimal de joueurs formés en France, Nice, que beaucoup qualifient d'équipe de mercenaires (même si les trois premiers buts ont été inscrits par des joueurs français dans ce match), a trouvé la parade en prenant des licences "joueurs" au manager Alexandre Duyck ainsi qu'à un ancien, très ancien gardien, ayant d'ailleurs joué pour Saint-Gervais, à présent ostéopathe de l'équipe des Aigles. Quelle surprise de voir qu'à 47 ans, et après une période d'inactivité de plus de 5 ans en compétition de haut niveau, Jean-Philippe Schoch rechausse les patins pour obligation de répondre au règlement. Cette supercherie, tout à fait légale, laisse perplexe concernant la réelle utilité d'avoir une équipe U22 pour les Aigles de Nice. Un fait divers navrant pour l'image des Aigles qui, nous espérons, ira jusqu'aux oreilles de la Fédération Française de Hockey sur Glace dont la volonté est semble-t-il, avec la rédaction des nouvelles règles, de former des joueurs français.

 

Mont-Blanc - Nice 3-6 (0-1, 1-3, 2-2)
Samedi 26 janvier 2013 à 20h30 au Palais des Sports de Megève. 553 spectateurs.
Arbitrage de Benjamin Gremion assisté de Benjamin Scolari et Gildas Fontaine.
Pénalités : Mont-Blanc 14' (4', 6', 4') ; Nice 26' (6', 8', 12').

Évolution du score :
0-1 à 06'30" : Fleury assisté de Peranen et Belov
0-2 à 22'07" : Motreff assisté de Tomaska et Majernik
0-3 à 30'23" : Macon assisté de Brejka et Rusnak
0-4 à 38'49" : Rusnak assisté de Krotak
1-4 à 39'55" : Satonay assisté de Revel et Coulon (sup. num.)
2-4 à 42'14" : Charette assisté d'Orset et Brockman (double sup. num.)
3-4 à 43'17" : Revel assisté de Coulon (sup. num.)
3-5 à 44'59" : Tomaska assisté de Rusnak (sup. num.)
3-6 à 50'19" : Majernik assisté de Motreff (inf. num.)