Neuilly-sur-Marne - Bordeaux (Division 1, 20e journée)

Après trois semaines sans match, Neuilly-sur-Marne a vécu un retour à la compétition frustrant samedi dernier à Toulouse-Blagnac : une défaite (6-5) concédée à 16 secondes de la fin, après avoir pourtant dominé la partie. Les Bisons restent donc dans une très inconfortable neuvième place, derrière le peloton des qualifiés où figure Bordeaux, actuel quatrième et adversaire du soir. Un adversaire présent en Seine-Saint-Denis depuis deux jours afin de mieux se préparer, compte tenu évidemment des éternelles indisponibilités de la glace de Mériadeck. Neuilly devra l'affronter avec des lignes incomplètes, car Daniel Volrab a pris un palet dans les côtes à l'entraînement du matin.

Dès le premier tiers, les Nocéens prennent le contrôle de la partie et du jeu. Avec leur vitesse de débordement, ils amènent le danger devant la cage, mais il leur manque simplement un sniper capable de conclure dans le slot. Dominer sans marquer est dangereux, et même si les Bisons sont souvent en maîtrise, il suffit d'un défaut de pressing côté droit pour qu'ils se fassent prendre par des passes en profondeur. C'est le gardien Kevin Beech qui sauve son camp à deux reprises, dont une belle mitaine.

2013-02-02-Neuilly-Bordeaux1Cette première période se joue finalement sur les supériorités numériques. Sur la première possibilité pour Neuilly, le capitaine Loïc Sadoun s'offre d'abord un duel face au gardien, puis une passe en retrait pour Sherbatov, jusqu'à provoquer une faute. Cyril Boubé rejoint Martin Obuch en prison et Bordeaux doit jouer à trois pendant 52 secondes. Pavol Smik, le gardien des Boxers, détourne alors sur le poteau un lancer de Jonathan Lafrance. Puis, à 5 contre 4, Martin Tomasek, servi au second poteau par une attaque raôde, n'effectue qu'une déviation mollassonne.

A contrario, juste avant la pause, quand Arthur Cuzin est pénalisé pour une obstruction sur Horrut à la ligne bleue, Bordeaux transforme l'avantage numérique, et par sa troisième ligne : Antoine Picot - qui s'est ouvert le menton en début de match - reçoit la passe de derrière la cage de Vincent Cadren, décale son palet et conclut (0-1, 18'43"). Ce résultat est un petit hold-up qui doit beaucoup aux vingt arrêts du gardien bordelais : Smik mériterait bien une petite revalorisation !

Neuilly-sur-Marne, qui dispose d'un des meilleurs powerplays de la division, a de quoi nourrir quelques regrets sur l'échec du premier tiers. Mais à la reprise, quand Zeliska est sanctionné pour un cinglage, Frank Spinozzi change de configuration : voilà que Stanislav Lascek est placé dans l'axe à la ligne bleue pour un lancer, et cela fonctionne puisque le rebond est enfilé côté gauche par Eliezer Sherbatov (1-1, 21'49").

M. Rousselin siffle également deux cinglages contre l'équipe locale, mais Zemva accroche sur une contre-attaque et la pénalité se renverse. Par deux fois, un palet non dégagé revient vers Martin Tomasek dans l'enclave. Un cadeau pareil peut se refuser une fois, mais pas deux : le Tchèque allume Smik côté mitaine (2-1, 28'46").

2013-02-02-Neuilly-Bordeaux2Neuilly a toujours le contrôle du match, mais a désormais aussi le contrôle du score. Les Boxers ne réagissent guère pendant une dizaine de minutes, avant de pointer le bout de leur truffe en fin de tiers : Kevin Beech bouche bien l'espace entre ses jambières sur une contre-attaque de Zemva, mais a un peu plus de mal à maîtriser le palet quand Vigners repique devant la cage. Ces dernières minutes augurent sûrement d'une réaction bordelaise au troisième tiers-temps.

Le jeu est effectivement plus équilibré, même si les occasions nettes sont rares de part et d'autre. M. Rousselin signale un coup de coude de Cadren sur Tomasek dans la lutte en fond de zone, et Smik doit s'interposer deux fois face à Marc Slupski servi par des passes en retrait, pendant l'infériorité puis à cinq contre cinq. En face, Beech doit se coucher sur le dos devant Jean-François Savage, au rebond d'un tir de Dratzen.

Plus les minutes avancent, et plus Neuilly arrive à remonter le jeu dans le camp adverse pour éloigner le danger. De dégagement interdit en hors-jeu, les longues passes de Paquin n'aboutissent plus. Mais en hockey, tout reste possible. À moins de quatre minutes de la fin, Lukas Zeliska titille ainsi le poteau. Le suspense dure donc jusqu'au bout, Majercak y veille en déviant dans les airs un lointain lancer de Sherbatov qui prenait la direction de la cage vide. À la sirène, Tomasek, qui a eu un très gros temps de jeu ce soir (tout comme  Sherbatov), se couche devant un ultime tir. Cette fois, c'est bouclé.

Neuilly-sur-Marne a maîtrisé cette partie, au moins durant les deux premières périodes, mais a mis le temps pour faire la décision. Cette victoire est importante car elle traduit les progrès de la défense : les scores aussi bas ont toujours été rares dans la patinoire de Seine-Saint-Denis. Au classement, rien n'a changé en apparence : Neuilly est toujours neuvième, et Bordeaux toujours quatrième. Sauf qu'il n'y a plus que deux points entre les deux équipes, et que cela promet une fin de saison palpitante.

Commentaires d'après-match

Frank Spinozzi (entraîneur de Neuilly-sur-Marne) : "Les joueurs avaient le dernier match dans la tête, ils étaient un peu nerveux. Il n'y avait pas beaucoup de marge de manoeuvre, ils n'ont rien lâché. Stéphan [Tartari] fait tout un travail, j'ai l'impression de revoir l'équipe [bordelaise] d'il y a deux ans en demi-finale, ils sont aussi dévoués à la cause. [...] Il y a trois points entre le troisième et le neuvième. Il faut le faire ! C'est vraiment une belle saison. Je préfère ça à un championnat où l'on sait à l'avance qui va gagner. Il faut vraiment suivre le match. La moindre décision, la moindre erreur a de l'importance. [...] On est gros, on est pesant, on a de la vitesse, on est assez discipliné maintenant. J'aime mon équipe. Si seulement on peut aller dans les play-offs..."

 

Neuilly-sur-Marne - Bordeaux 2-1 (0-1, 2-0, 0-0)
Samedi 2 février 2013 à 18h30 à la patinoire de Neuilly-sur-Marne. 412 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Rousselin assisté de Jérémie Douchy et Charles-Édouard Salmon.
Pénalités : Neuilly-sur-Marne 22' (4', 6'+10', 2') ; Bordeaux 24' (4', 8'+10', 2').
Tirs : Neuilly-sur-Marne 46 (20, 17, 9) ; Bordeaux 29 (8, 11, 10).

Évolution du score :
0-1 à 18'43" : Picot assisté de Cadren et Larrieu (sup. num.)
1-1 à 21'49" : Sherbatov assisté de Lascek et Sadoun (sup. num.)
2-1 à 28'46" : Tomasek assisté de Dubuc (sup. num.)


Neuilly-sur-Marne

Gardien : Kevin Beech.

Défenseurs : Jonathan Lafrance - Maxime Dubuc (A) ; Jozef Wagenhoffer - Clément Rey ; Arthur Cuzin - Sergejs Louskins.

Attaquants : Loïc Sadoun (C) - Martin Tomasek - Eliezer Sherbatov ; Leyland Plaire - Stanislav Lascek - Miroslav Kecka (A) ; Marc Slupski - Hugo Vinatier - Michal Pinc ; Kévin Guimbard - Thomas Eischen

Remplaçants : Rémi Husson (G), Jérémy Fritsch. Absent : Daniel Volrab (côtes).

Bordeaux

Gardien : Pavol Smik [sorti à 58'45"].

Défenseurs : Ján Majercák - Fredrik Dratzén (A) ; Cyril Boubé - François Paquin (A) ; Martin Obuch - Antoine Picot.

Attaquants : Romain Horrut - Lukáš Zeliska - Rolands Vigners ; Jean-François Savage (C) - Dejan Žemva - Andrej Židan ; Romain Masson puis Thomas Paradis à 40'00" - Vincent Cadren - Raphaël Larrieu (C).

Remplaçants : Mickaël Gasnier (G), Aymeric Mangé, Tom Grat-Guiraute.