Bélarus - France (match amical)

AUVITU Yohann-120506-041Le tournoi de qualification olympique est sans doute l'échéance la plus difficile à aborder : l'enjeu est immense, et la préparation, en pleine saison, dure moins d'une semaine. L'équipe de France a organisé les choses de son mieux : sachant que ses principaux adversaires seront la Lettonie et le Kazakhstan, elle s'est dégoté un match amical avec la dernière équipe de l'est restante, le Bélarus, un adversaire approprié par le style voire par la géographie. L'escale à Minsk est en effet courte : les Bleus ont débarqué hier, et ils repartent pour Riga directement après le match.

Pour autant, cela ne peut être une vraie répétition. Les principaux expatriés ne sont pas encore libérés. Sans ses meneurs que sont Meunier, Bellemare ou les frères Treille, c'est donc une équipe de compromis qu'alignent Dave Henderson et Pierre Pousse.

Les Biélorusses, eux, ont rassemblé tout le monde, et ils ne pardonnent pas le moindre retard au camp. Le rendez-vous était au 1er février, sauf pour ceux qui avaient match le jour même. Andrei Kostitsyn avait été autorisé à quelques heures de rab, et devait arriver le vendredi soir. Il n'était pas là à l'heure convenue, et son téléphone ne répondait pas. Le sélectionneur Andrei Skabelka, qui a dit y avoir réfléchi toute la nuit, a annoncé au joueur le matin suivant qu'il était exclu de l'équipe. Il n'a manqué qu'un entraînement, mais les règles sont les mêmes pour tous et Skabelka a dit vouloir les appliquer sous son entière responsabilité. Le Bélarus devra donc se qualifier aux JO sans sa principale star disponible. Mikhaïl Stefanovich a été appelé pour le remplacer.

Pour le match du jour, cependant, le Bélarus sans Kostitsyn reste certainement plus fort qu'une France très jeune qui ne peut même pas présenter trois lignes complètes. Surtout que les Bleus accumulent les pénalités dès le début. Antonin Manavian en prend deux en dix minutes, et Loïc Lampérier le rejoint en prison. L'excellent passeur Sergei Demagin, qui ne cessera de distribuer des caviars, sert Andrei Stas dans l'enclave pendant la double supériorité numérique.

Fatigué par les infériorités à répétition, le maigre contingent tricolore ne peut guère se montrer dangereux. Le Bélarus, lui, aggrave l'écart à la faveur d'une déviation devant le but d'Aleksei Ugarov, qui n'a pas marqué de but en club depuis mi-novembre. Kitarov, pour fêter la promotion de son trio en première ligne, ajoute le troisième but, presque à genoux, par un tir précis. Ce n'est qu'en fin de deuxième période que le gardien local Milchakov a enfin du travail pendant deux avantages numériques français.

Il maintiendra cependant son blanchissage jusqu'à la fin, tandis que le Bélarus passe le score à 4-0. Florian Hardy, entré à la mi-match et pour l'instant invaincu, est masqué pendant le lancer de la ligne bleue de Vladimir Denisov, objet de toutes les discussions de vestiaire biélorusses : son visage est en effet orné d'une pimpante moustache, et quand on lui demande la raison de ce look, il dit que c'est un secret.

La France n'a pas réussi à percer ce secret et repart donc avec une défaite sans appel. Ce match aura surtout servi aux joueurs de Ligue Magnus à prendre le rythme international devant plus de 14 000 spectateurs, avec une mention honorable à Anthony Rech qui a profité de sa place de circonstance en première ligne. Mais cette rencontre est tout de même peu pertinente pour juger des chances de qualification olympique, pour les vainqueurs comme pour les vaincus.

Désignés joueurs du match : Konstantin Koltsov pour le Bélarus et Yohann Auvitu pour la France.

 

Bélarus - France 4-0 (1-0, 2-0, 1-0)
Lundi 4 février 2013 à 19h00 à la Minsk Arena. 14098 spectateurs.
Arbitrage de Vladimir Nalivaiko et Peter Amosov (BLR) assistés d'Ivan Dedyulya et Dmitri Golyak (BLR).
Pénalités : Bélarus 10' (4', 4', 2') ; France 20' (10', 6', 4').
Tirs : Bélarus 30 (6, 6+3, 15) ; France 17 (6, 4, 7).

Évolution du score :
1-0 à 09'18" : A. Stas assisté de Demagin (double sup. num.)
2-0 à 22'25" : Ugarov assisté de Koltsov et Chernook
3-0 à 29'55" : Kitarov assisté de Kulakovet O. Goroshko
4-0 à 44'36" : Denisov assisté de Kitarov et Kulakov (sup. num.)


Bélarus (2' pour surnombre)

Gardien : Dmitri Milchakov.

Défenseurs : Vladimir Denisov - Pavel Chernook ; Ilya Kaznadei - Andrei Filichkin (2') ; Nikolai Stasenko - Oleg Goroshko ; Evgeni Lisovets - Yaroslav Malesnikov.

Attaquants : Dmitri Meleshko - Aleksandr Kitarov (2') - Aleksandr Kulakov ; Andrei Stepanov - Andrei Stas - Sergei Demagin (2') ; Aleksei Ugarov - Artyom Senkevich (2') - Konstantin Koltsov (C) ; Andrei Mikhalev - Sergei Drozd - Mikhaïl Stefanovich.

Remplaçant : Vitali Koval (G). Absents : Aleksei Kalyuzhny (fièvre), Andrei Kostitsyn (exclu).

France

Gardien : Fabrice Lhenry puis Florian Hardy à 29'55".

Défenseurs : Vincent Bachet (C) - Baptiste Amar ; Yohann Auvitu - Antonin Manavian (6') ; Maxime Moisand - Jonathan Janil (4') ; Thomas Roussel.

Attaquants : Anthony Rech - Julien Desrosiers - Damien Fleury (2') ; Nicolas Ritz - Brian Henderson - Teddy Da Costa (2') ; Loïc Lampérier (4') - Damien Raux - Valentin Claireaux (2') ; Charles Bertrand, Romain Gutierrez.