Finlande - Russie (Euro Hockey Tour 3)

AALTONEN Juhamatti-110512-013En décembre, la Russie balayait facilement tous ses adversaires sous la conduite de Malkin, Ovechkin, Kovalchuk et Datsyuk. Mais aujourd'hui, les "quatre fantastiques" ne sont plus là et la Sbornaïa doit réapprendre à vaincre sans eux. Vu la densité de la saison NHL, ils ne seront sans doute pas là aux championnats du monde, et les Russes s'inquiètent toujours que la NHL n'ait pas officialisé sa participation aux prochains JO de Sotchi (même si les stars russes ont déclaré qu'elles viendraient quoi qu'il arrive).

Le public, lui, s'est mobilisé pour son équipe, même sans Malkin et compagnie. Il y a une semaine, toutes les places étaient déjà vendues, sauf les plus chères. Avant de se rendre à Stockholm pour la suite des Hockey Games, Russes et Finlandais s'affrontent ainsi à Saint-Pétersbourg, dans une patinoire pleine et enthousiaste. Ce lieu est particulier pour Jukka Jalonen : l'actuel sélectionneur de la Finlande (dont la démission prendra effet en mai) est aussi depuis deux mois l'entraîneur du SKA Saint-Pétersbourg. Ce soir, il prend donc place sur le banc visiteur, et non pas sur le banc local comme d'habitude.

Il y a dans cette équipe finlandaise un joueur qui a une relation particulière avec la Russie : c'est Juhamatti Aaltonen, rejeté par le reste du vestiaire de Magnitogorsk parce qu'il était jugé trop personnel, et qui n'a finalement jamais rejoint son nouveau club Chelyabinsk. Il a finalement atterri en Suède (avec Rögle) et se rappelle aujourd'hui aux bons souvenirs des Russes. Il réussit tout d'abord un étonnant tour complet du cercle droit. Varnakov, qui essaie de le suivre, est utilisé pour masquer un parfait tir du poignet en pleine lucarne. En fin de tiers-temps, Aaltonen remet ça en supériorité numérique, avec un peu d'aide : sa passe était destinée à Lajunen au poteau droit, mais elle est déviée contre son camp par le patin du défenseur Evgeni Biryukov.

Les Russes sont donc menés 0-2 après vingt minutes, et Bilyaletdinov, qui avait commencé ses remontrances sur le banc, a sûrement dû muscler son discours dans le vestiaire. L'équipe qui revient sur la glace est transformée et remobilisée. Sur la première attaque, Radulov échoue à un mètre du gardien. Veli-Matti Savinainen, débutant en équipe nationale, est pénalisé pour faire trébucher, et Anton Belov réduit le score d'un lancer de la ligne bleue entre les jambières du gardien. Mais la remontée des Russes s'arrête là car ils prennent à leur tour des pénalités. Radulov écope de dix minutes de méconduite en se permettant de discuter agressivement avec l'arbitre, ce qu'on lui permet trop en KHL.

RADULOV Alexander-110515-118Au troisième tiers-temps, la Russie attaque fort à nouveau. Sergei Shirokov entre en zone côté gauche et centre, Aleksandr Popov tente de l'enclave puis récupère le palet derrière la cage et le cède à Aleksandr Perezhogin. L'attaquant d'Omsk marque de derrière la ligne de fond en faisant ricocher le palet sur l'arrière du bras du gardien. C'est ensuite Aleksandr Radulov, très énervé d'avoir été mis en cause par une presse avide de polémiques (pour un soi-disant conflit inexistant avec l'entraîneur) qui montre la voie. Au forechecking, Radulov envoie valdinguer dans la bande Ossi Väänänen, pourtant pas le moins physique des Finlandais, et donne le palet en retrait à Vadim Shipachyov seul face au but. Les rouges ont repris l'avantage 3-2 dans une ambiance indescriptible.

La Finlande espère égaliser à la faveur d'une pénalité de Perezhogin. Jukka Jalonen prend un temps mort, puis sort son gardien. Mais à 6 contre 4, Juha-Pekka Hytönen est sanctionné pour avoir retenu une crosse. La pénalité est renversée, même si les Finlandais continuent sans gardien pour "équilibrer" le jeu à 5 contre 5. Il reste une quarantaine de secondes, et Varnakov n'a qu'à dégager le palet contre la bande. Mais il n'y parvient pas, et son médiocre flip du revers est intercepté du gant par Aaltonen, qui pose la rondelle devant lui, s'avance dans l'axe et frappe en lucarne. 3-3.

La prolongation ne donne rien malgré de bonnes combinaisons du duo Popov-Perezhogin, qui se montre à son avantage même sans Malkin (leur partenaire au dernier Mondial). On passe donc aux tirs au but. La Russie, comme souvent, y a les buteurs les plus précis : Mozyakin tire à mi-hauteur côté plaque et Tikhonov vise la lucarne gauche du revers. Aaltonen échoue cette fois après son hat-trick. Les spectateurs peuvent fêter la Russie, encore victorieuse et toujours première de l'Euro Hockey Tour.

Commentaires d'après-match

Viktor Tikhonov (attaquant de la Russie) : "Les Finlandais ont joué agressivement, et nous n'y étions pas prêts. Mais durant le match, nous nous sommes améliorés. J'avais regardé les tentatives de Radulov et Mozyakin, et je m'étais rendu compte que le gardien était placé profondément. Il était nécessaire de s'approcher de lui et de lever le palet. L'ambiance était incroyable, même meilleure qu'aux matches du SKA."

Zinetula Bilyaletdinov (entraîneur de la Russie) : "C'était difficile de s'ajuster à la vitesse des Finlandais. Ils nous ont forcés à commettre des erreurs. [Varnakov] est un joueur expérimenté, il n'aurait pas dû s'autoriser une telle erreur."

 

Russie - Finlande 3-3 (0-2, 1-0, 2-1, 0-0) / 2-1 aux tirs au but
Mercredi 7 février 2013 à 19h30 au Palais de glace de Saint-Pétersbourg. 12500 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano et Pavel Hodek (TCH) assistés de Yuri Ivanov et Aleksandr Nesterov (RUS).
Pénalités : Russie 22' (4', 6'+10', 2', 0'), Finlande 12' (2', 6', 2', 2').
Tirs : Russie 30 (7, 9, 10, 4), Finlande 30 (9, 10, 10, 1).

Évolution du score :
0-1 à 06'23" : Aaltonen assisté d'Osala et Hytönen
0-2 à 15'37" : Aaltonen assisté de Niskala (sup. num.)
1-2 à 24'49" : Belov assisté de Mozyakin et Rylov (sup. num.)
2-2 à 45'13" : Perezhogin assisté de Shirokov et Popov
3-2 à 49'57" : Shipachev assisté de Radulov et Mozyakin
3-3 à 59'22" : Aaltonen (inf. num.)

Tirs au but :
Finlande : Salminen (réussi), Anttila (manqué), Aaltonen (manqué).
Russie : Radulov (manqué), Mozyakin (réussi), Tikhonov (réussi).


Russie

Gardien : Vassily Koshechkin.

Défenseurs : Evgeni Biryukov (2') - Ilya Nikulin (C) ; Anton Belov - Yakov Rylov (-1) ; Denis Denisov (+1, 4') - Maksim Chudinov (2').

Attaquants : Sergei Mozyakin (+1) - Vadim Shipachev (+1) - Aleksandr Radulov (+1, 10') ; Sergei Shirokov (+1) - Aleksandr Popov - Aleksandr Perezhogin (4') ; Mikhaïl Varnakov (-2) - Viktor Tikhonov (-1) - Evgeni Kuznetsov (-1) ; Evgeni Ketov - Dmitri Kazionov - Sergei Plotnikov.

Remplaçant : Konstantin Barulin (G).

Finlande

Gardien : Atte Engren [sorti de 57'28" à 57'57" et de 58'34" à 59'22"].

Défenseurs : Juuso Hietanen - Mikko Mäenpää ; Janne Niskala (+2) - Ville Lajunen (+1) ; Ossi Väänänen (-1) - Mikko Kousa ; Atte Ohtamaa (-1, 2') - Lasse Kukkonen (C, -1).

Attaquants : Sakari Salminen - Ilari Filppula (+1) - Juha-Pekka Haataja (2') ; Oskar Osala (+2) - Juha-Pekka Hytönen (+1, 2') - Juhamatti Aaltonen (+2) ; Tuomas Kiiskinen (-1) - Jarmo Koskiranta (-1, 2') - Marko Anttila (2') ; Velli-Matti Savinainen (-1, 2') - Miika Lahti (-1) - Kristian Kuusela (-2) ; Petteri Wirtanen.

Remplaçant : Juha Metsola (G).