France - Grande-Bretagne (qualification olympique, groupe E)

2013-02-08-France-GBCe match opposant les deux perdants de la première journée déterminera le premier éliminé des tournois de qualification olympique.

La participation de la Grande-Bretagne à ce tournoi lui vaut d'être diffusée en direct sur ESPN. Il est très rare que les Britanniques puissent voir évoluer leur équipe nationale à la télévision, et seule la perspective des Jeux Olympiques le permet. Mais la moindre victoire serait un exploit à ce niveau, et c'est la difficulté pour une nation de ce calibre de "vendre" cet évènement sans susciter d'attentes irréalistes.

La France, elle, peut toujours espérer se qualifier malgré sa défaite hier, mais elle doit avant toute chose éviter le faux-pas. Après cinq années de présence dans l'élite mondiale, les Bleus n'ont plus l'habitude d'affronter des équipes du niveau de la Grande-Bretagne, et la réaccoutumance à un calibre inférieur est toujours compliquée, avec le risque de tomber dans un faux-rythme, voire - dans le cas spécifique des Britanniques - dans la provocation.

Le début de match est idéal : la France monopolise tout de suite le palet et Yorick Treille est accroché dans le coin par Danny Meyers. À cinq contre quatre, Pierre-Édouard Bellemare sert à droite du but Sacha Treille, dont le tir s'envole. Ces deux minutes auront été peu exploitées. Les Bleus se font même une frayeur quand les Britanniques partent à 2 contre 1. Maxime Moisand a la mauvaise idée d'aller esssayer de bloquer le joueur sur l'aile, alors que Robert Lachowicz est seul dans l'axe avec un temps d'avance sur Morant. Le jeune attaquant de Nottingham reçoit le palet face au but, mais il perd son duel face à un solide Fabrice Lhenry.

2013-02-08-France-GB2Avec un Stevie Lyle qui a toujours une très bonne mitaine, les Britanniques paraissent capables de résister longtemps... du moins à cinq contre cinq. Leur indiscipline leur est fatale : Ashley Tait donne un coup de crosse à Bellemare alors que son équipe est en train de remonter le palet. En avantage numérique, Julien Desrosiers sert Laurent Meunier lancé en entrée de zone qui envoie un missile depuis du cercle droit (1-0, photo de gauche).

Mais la France connaît également les pénalités inutiles, et c'est encore Johann Morant qui se met à la faute en faisant trébucher un joueur dans le coin. Jonathan Phillips trouve une bonne passe au second poteau pour Jason Hewitt, dont la crosse n'est pas bloquée par Moisand. C'est encore Lhenry qui sauve son équipe sur cette seconde grosse occasion britannique, juste avant la pause.

Les Bleus ne sont pas encore rassurants. En début de deuxième période, Craig Peacock accède au but entre Auvitu et Hecquefeuille, et envoie ce dernier en prison. La pénalité est tuée, et la France prend ensuite le contrôle du jeu et de la rondelle. Une longue séquence de maîtrise de palet de Charles Bertrand prépare ainsi un tir à mi-distance de Damien Raux, qui frappe le poteau.

Chacune des lignes françaises prolonge ensuite cette bonne séquence de la troisième ligne, jusqu'à ce que ce soit au tour de la deuxième ligne. La technique de Damien Fleury alliée à la présence physique de Sacha Treille dans l'enclave provoquent une pénalité différée. Les Bleus ont toujours le palet et reviennent dans leur camp avant une seconde offensive à 6 contre 5 : Sacha Treille entre en zone et centre pour Pierre-Édouard Bellemare qui marque d'un tir rasant (2-0).

2013-02-08-France-GB3La France impose maintenant son jeu. Après quelques bisbilles entre les deux hommes, Colin Shields donne un coup de crosse par derrière à Damien Fleury. Celui-ci se fait justice pendant la supériorité numérique avec un slap au-dessus de la jambière gauche de Lyle (3-0). Les petits accrochages se font plus fréquents hors du jeu, et les arbitres rappellent tout le monde à l'ordre. Mais sur le plan du hockey, les Bleus ont fait la différence et n'ont - normalement - plus rien à craindre.

Seulement, il ne faut pas se relâcher en troisième période. David Clarke surgit devant Brian Henderson pour lui prendre le palet dans la zone française, et Johann Morant est contraint d'accrocher le Britannique. À 5 contre 4, un palet ressort de la bande vers Robert Farmer qui passe devant Fabrice Lhenry sans le mettre hors de position, et le gardien détourne finalement de l'épaule. La Grande-Bretagne reste installée, et Robert Dowd décale un rebond vers Craig Peacock côté droit (3-1).

Les Français paraissent se sortir de l'étau et reprendre leur marche en avant, mais soudain, Matthew Myers gagne son duel avec Bachet derrière la cage et ressort le palet vers Greg Owen dans le cercle gauche. Lhenry repousse le premier tir, mais pas le second signé Rob Lachowicz (3-2). À huit minutes de la fin, le match est complètement relancé. Les tricolores jouent avec la peur au ventre, et doivent doser entre un engagement insuffisant dans les duels et un risque de pénalité qui coûterait cher.

2013-02-08-France-GB4Stevie Lyle est toujours étincelant de la mitaine face à Fleury, mais en interceptant un palet envoyé au fond, il le laisse derrière sa cage à cause d'une mésentente avec sa défense. Brian Henderson récupère cette rondelle libre et la donne à Charles Bertrand qui vise la cage vide (4-2, 53'46"). Mais le match s'est maintenant débridé, et Lhenry doit encore tenir le fort devant Lachowicz en contre-attaque.

La Grande-Bretagne est donc logiquement éliminée, alors que les Français se sont infligé une frousse bien inutile dans un match largement à leur portée. Quand ils ont imposé leur rythme et leur jeu, les Français ont largement dominé leurs adversaires. Mais dès qu'ils ont un peu joué sur les freins, ils ont immédiatement subi le pressing britannique et se sont mis en danger.

Désignés joueurs du match : Pierre-Édouard Bellemare pour la France et Robert Dowd pour la Grande-Bretagne.

Commentaires d'après-match

Tony Hand (entraîneur de la Grande-Bretagne) : "Quand on prend des pénalités contre des équipes du calibre de la France, on est puni. Mais je suis content de la manière dont on a rebondi et de la pression qu'on a mis sur la France. On est venu pour rivaliser et on rivalise assez bien. Les équipes qu'on joue dans ce tournoi sont un palier au-dessus de nous. Nous apprenons beaucoup de ce genre de tournois."

Dave Henderson (entraîneur de la France) : "L'équipe a bien joué. On savait qu'ils étaient moins mobiles en défense que les Kazakhs et les Lettons et on a pu les presser un peu plus. C'est un des meilleurs matches de Charles Bertrand. Il avait déjà fait un match complet hier, mais c'était encore mieux. On a joué à 4 blocs, avec tout le monde. Je suis redescendu à 3 blocs à la fin. Rech, Ritz et Lampérier n'ont pas démérité. Je suis content du jeu de Manavian. Il a joué simple, physique, efficace. [...] La Grande-Bretagne ne démérite pas, je suis surpris de leur qualité de jeu par rapport à la dernière fois à Amiens, où c'était juste physique. Là, ils ont montré autre chose. On est meilleur grâce à nos 5 ans dans le groupe A, nos joueurs qui jouent à l'étranger et qui tirent tout le monde vers le haut. [...] On a besoin d'un coup de main parce qu'on a pas fait le job hier. Mais je ne vais pas prendre partie pour le match de ce soir. Nos espoirs passent par une victoire des Lettons ce soir. Avec Ted Nolan, on enlève peut-être un peu de mouvement de palet est-ouest, mais on apporte un peu de jeu plus nord-américain nord-sud. Hier soir je les ai trouvés solides."

Antonin Manavian (défenseur de la France) : "On est content, c'est une belle victoire, on a fait tourner l'effectif. Tout le monde a travaillé dans le même sens."

Charles Bertrand (attaquant de la France) : "Ça fait du bien. Il fallait gagner et on l'a fait. Je reçois une belle passe de Brian après un bon pressing. On est une ligne qui doit apporter de la vitesse, monter le palet en attaque et conserver le palet. Maintenant c'est derrière et on va voir ce soir ce que va donner le résultat du prochain match, puis contre la Lettonie."

Fabrice Lhenry (gardien de la France) : "Il va nous falloir de la vitesse dimanche. Aujourd'hui c'était un faux rythme et on a eu beaucoup plus de possession du palet que l'on aura dimanche. Alors avec de la vitesse on peut rivaliser."

2013-02-08-France-GB5

 

France - Grande-Bretagne 4-2 (1-0, 2-0, 1-2)
Vendredi 8 février 2013 à 15h30 à l'Arena Riga. 922 spectateurs.
Arbitrage de Stephen Bauer (ALL) et Antti Boman (FIN) assistés de Maksims Bogdanovs (LET) et Nicolas Fluri (SUI).
Pénalités : France 22' (4', 4', 4'+10') ; Grande-Bretagne 10' (6', 4', 0').
Tirs : France 34 (9, 13, 12) ; Grande-Bretagne 18 (6, 2, 10).

Évolution du score :
1-0 à 09'13" : Meunier assisté de Y. Treille et Desrosiers (sup. num.)
2-0 à 27'19" : Bellemare assisté de S. Treille et Auvitu
3-0 à 34'48" : Fleury assisté d'Amar (sup. num.)
3-1 à 43'54" : O'Connor assisté de Dowd (sup. num.)
3-2 à 51'36" : Lachowicz assisté de M. Myers
4-2 à 53'46" : Bertrand assisté de Henderson
 

France

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Vincent Bachet (A, -1) - Baptiste Amar (-1) ; Yohann Auvitu (+2) - Kevin Hecquefeuille (+2) ; Johann Morant (4') - Maxime Moisand ; Antonin Manavian.

Attaquants : Julien Desrosiers - Laurent Meunier (C, +1) - Yorick Treille ; Damien Fleury (+1, 2') - Pierre-Édouard Bellemare (A, +1) - Sacha Treille (+1, 2'+10') ; Charles Bertrand (+1, 2') - Brian Henderson (+1) - Damien Raux (+1) ; Loïc Lampérier (-1) - Nicolas Ritz (-1) - Anthony Rech (-1).

Remplaçants : Cristobal Huet (G), Valentin Claireaux.

Grande-Bretagne

Gardien : Stevie Lyle.

Défenseurs : Daniel Meyers (2') - David Phillips ; Mark Richardson (A, -1) - Rodney Sarich (-1, 2') ; Mark Thomas - Ben O'Connor.

Attaquants : Phillip Hill - Mark Garside (-1) - Jonathan Phillips (C, -1) ; Robert Dowd - Colin Shields (2') - Craig Peacock ; Robert Lachowicz - Matthew Myers - David Clarke ; Robert Farmer - Gregory Owen - Ashley Tait (A, 2') ; Jason Hewitt (-1, 2').

Remplaçants : Ben Browns (G), Stephen Lee.

2013-02-08-France-GB6