Grande-Bretagne - Kazakhstan (qualification olympique, groupe E)

6454Dernière journée du tournoi de qualification olympique de Riga. La Grande-Bretagne, même si elle a montré des progrès encourageants, est logiquement déjà éliminée avant la rencontre contre le Kazakhstan, qui peut lui en revanche encore se qualifier. Mais les Kazakhs ne sont pas maîtres de leur destin. Quoi qu’il en soit, ils doivent gagner pour continuer à croire en leurs chances.

Les Britanniques ont à cœur d’engranger de l’expérience en vue de leur championnat du monde à Budapest et surtout de bien figurer devant les nombreux supporters venus les soutenir (environ 250). Ferveur populaire qui est déjà une belle réussite pour le hockey britannique, en plus de la belle couverture médiatique dont ils ont bénéficié pour ce tournoi outre-manche.

De quoi rendre l’atmosphère un peu moins confidentielle dans l’Arena Riga, d’autant que les Kazakhs ont du répondant avec environ 150 partisans, dont une bonne part qui n’ont pas fait les 6 heures d’avion depuis les steppes d’Asie centrale mais qui habitent déjà en Lettonie ou dans les républiques voisines.

130210-152-400Et ils ont tout de suite l’occasion de se réjouir.  Trente secondes suffisent à Roman Starchenko pour maintenir sa moyenne dans ce tournoi d’un but par match sur un tir bien placé après s’être infiltré par la droite. 0-1 à 0’30.

Difficile rentrée en matière pour le jeune Ben Browns qui remplace Stevie Lyle dans les buts pour acquérir de l’expérience à ce niveau. Très difficile même car sur le second tir reçu, il est à nouveau battu, cette fois par Konstantin Romanov sur un lancer plein axe entre les deux défenseurs bien passifs. 0-2 à 2’10.

Tony Hand appelle un temps mort pour rappeler à ses joueurs que le match a débuté, ce qui permet d’arrêter l’hémorragie de buts à défaut d’empêcher la domination kazakhe.

Domination qui se traduit par un tir sur le poteau d’Ilya Solaryev. Domination qui contraint les Britanniques à des tirs lointains pour approcher la cage kazakhe (même si un tir du rond central qui rebondit sur le plexi devant la cage dans le dos du gardien n’est pas loin de surprendre Vitali Eremeev). Domination enfin qui pousse les Britanniques à la faute.  Ashley Tait, Mark Garside puis Matthew Myers sont sanctionnés.

130210-156-400Les supériorités numériques kazakhes restent cependant stériles et le gardien se ressaisit et sort quelques bons arrêts. A cinq sur la glace, la Grande-Bretagne se montre même parfois dangereuses avec des entrées en zone rapides et des centres devant le but. Mais ils ne parviennent cependant pas à conserver le jeu dans la zone offensive.

Les pénalités continuent de tomber en seconde période et  les Kazakhs ne laissent pas passer l’occasion d’un cinq contre trois pour ajouter un but par l’intermédiaire de Talgat Zhailauov. 0-3 à 24’58.

Puis le géant (1m98) Alexei Litvinenko crucifie Ben Browns d’un puissant shoot à bout portant. 0-4 à 28’22. Ilya Solarev alourdit encore la marque en deux contre un sur un service de Konstantin Romanov. 0-5 à 29’32.

130210-173-400Deux buts en une minute. De quoi donner des envies de meurtres aux Britanniques. Mais plutôt que d’opter pour un empoisonnement au polonium comme auraient fait certains, Matthew Myers opte pour une obstruction. Sur la pénalité différée, l’arbitre (et ancien Dragon de Rouen) Antti Boman semble même clément en ne sanctionnant pas certaines fautes. Une indulgence qui permet aux Britanniques de tuer la pénalité à quatre.

La première pénalité kazakhe arrive en fin de seconde période. Mais les joueurs de Vladimir Krikunov sont restés invaincus en infériorité numérique contre les Lettons et les Français. Les Britanniques feront-ils mieux ? Non, ils font pire. Ils laissent partir Viktor Alexandrov qui gagne son duel contre le gardien. 0-6 à 37’12.

130210-132-400Le penalty killing kazakh reste parfait, même à trois sur la glace quand Vadim Krasnoslobodtsev est accusé de retard de jeu pour avoir envoyé le palet au-dessus des balustrades et malgré un bon tir de Rodney Sarich. Il regagne le vestiaire avec une confortable avance de six buts.

L’occasion de faire tourner les lignes lors du troisième tiers-temps avec beaucoup de temps de glace pour les rares jeunes joueurs que l’équipe kazakhe avait sélectionnés, préférant l’expérience de ses vétérans (moyenne d’âge de 30 ans contre 27 ans pour les trois autres équipes du tournoi).

Mais pas de but britannique pour autant. Sur un power-play britannique, c’est même le néo-kazakh Kevin Dallman qui part en contre et sert Viktor Aleksandrov qui n’est pas loin de marquer son deuxième but en infériorité ce soir. Mais Ben Browns se déplace très vite latéralement et intercepte le palet.

130210-083-400Alors que Robert Dowd quitte prématurément la glace avec une douleur à la jambe, Kevin Dallman et Aleksei Litvinenko sont pénalisés à 3 secondes d’intervalle. La supériorité à cinq contre trois (qui se termine à quatre contre trois du fait d’un cinglage d’Ashley Tait) ne permet cependant pas à la Grande-Bretagne d’ouvrir la marque.  Même Craig Peacock, meilleur buteur de son équipe avec 2 buts, des Belfast Giants reste muet face à un solide Vitali Eremeev.

Comme contre les Lettons, la lenteur de la défense a été un vrai handicap et le score est lourd. Le Kazakhstan, quant à lui, peut encore y croir. Il a fait son boulot en marquant un maximum de buts au cas où. Ses supporters, à défaut d’avoir trouvé des places dans une Arena Riga archi-comble qui s’annonce bouillante pour accueillir les Bleus, ont promis de soutenir la France dans les bars de la capitale lettone, en espérant une victoire française sur un score serré et pas trop de buts, leur seul salut pour aller à Stochi.

Désignés joueurs du match : David Phillips pour la Grande-Bretagne et Roman Starchenko (en photo ci-dessous) pour le Kazakhstan.

130210-168-700

Commentaires d’après-match

Roman Starchenko (attaquant du Kazakhstan) : "Première présence, je marque, ensuite la deuxième ligne rentre et marque. Evidemment c'est un départ parfait. Ensuite tout le match s'est déroulé selon le scénario prévu. Tous nos espoirs reposent maintenant sur les Français. Ils faut qu'ils gagnent de la manière qu'il faut. Tout peut arriver. Maintenant on prend l'avion, on ne verra pas le match, on saura demain matin en arrivant."

Tony Hand (entraineur de la Grande-Bretagne) : Le Kazakhstan a joué plus précis, plus rapide. C'est un tournoi de niveau du groupe A. C'est dur pour nous, mais nous apprenons ainsi ce que nous devons améliorer, nous devons créer plus d'animation offensive.

Vladimir Krikunov (entraineur du Kazakhstan) : "C'est dommage de jouer ce tournoi dans ce format, j'aurais préféré jouer la Lettonie en dernier. Les arbitres n'ont pas vu non plus des coups à la tête qu'ont reçus mes joueurs, alors que c'était devant leurs yeux. Kevin Dallman fait des erreurs comme tous les joueurs. S'il n'y avait pas d'erreurs, il n'y aurait pas de sport."

 

Grande-Bretagne – Kazakhstan 0-6  (0-2, 0-4, 0-0)
Dimanche 10 février 2013 à 13h00 à la Riga Arena. 875 spectateurs.
Arbitrage de Antti Boman (FIN) et Jan Hribik (CZE) assistés de Nicolas Flury (SUI) et Martin Horinek (SVK).
Pénalités : Grande-Bretagne 16’ (6', 6', 4’) ; Kazakhstan 10’ (0’, 4’, 6’).
Tirs : Grande-Bretagne 19 (4, 9, 6) ; Kazakhstan 42 (14, 11, 13).

Évolution du score :
0-1 à 00'30" : Starchenko assisté de Dallman
0-2 à 02'10" : Romanov assisté de Troshinski
0-3 à 24'58" : Zhailauov assisté de Krasnoslobodtsev et Dallman (double sup. num.)
0-4 à 28'22" : Litvinenko assisté de Upper et Aleksandrov
0-5 à 29'32" : Solarev assisté de Romanov
0-6 à 37'12" : Aleksandrov assisté de Novopashin (inf. num.)

Grande-Bretagne

Gardien : Ben Browns.

Défenseurs : David Phillips (-2) - Daniel Meyers (-2) ; Ben O’Connor (-2) - Mark Richardson (A) ; Rodney Sarich (-3, 2’) - Mark Thomas (-1, 2’) ; Stephen Lee.

Attaquants : Jonathan Phillips (C, -2, 2’) - Mark Garside (-1, 2’) - Jason Hewitt (-1) ; Craig Peacock (-2) - Colin Shields (-2) - Robert Dowd (-1) ; David Clarke (-1) - Matthew Myers (-1, 4’) - Robert Lachowicz (-1) ; Ashley Tait (A, -1, 4’) - Gregory Owen (-1) - Robert Farmer (-1).

Remplaçants : Stevie Lyle (G), Phillip Hill.

Kazakhstan

Gardien : Vitali Eremeïev

Défenseurs : Kevin Dallman (A, +2, 2’) - Vitali Novopashin (+2) ; Evgeni Fadeev (+2) - Aleksei Litvinenko (+1, 2’) ; Evgeni Blokhin (+1) - Aleksei Troshchinski (C, +2, 2’).

Attaquants : Viktor Alexandrov +3) - Dmitri Upper (A, +2) - Roman Starchenko (+2) ; Talgat Zhailauov - Fyodor Polishchuk - Vadim Krasnoslobodtsev (2’) ; Maksim Belyayev - Andrei Gavrilin (+1) - Konstantin Savenkov ; Konstantin Romanov (+2) - Ilya Solarev (+2, 2’) - Konstantin Pushkaryov (+1) ; Mikhaïl Rakhmanov (+1).

Remplaçants : Vitali Kolesnik (G), Roman Savchenko.

130210-081-700