Dunkerque - Montpellier (Division 1, 21e journée)

Une course « pour–Susi-te » !

2013-02-09 dunkerquemontpellierLa victoire obtenue en fin de course sur la glace de Reims a un peu plus conforté les Corsaires sur leur potentiel, en embuscade derrière le trio de tête. Toutefois, le carambolage à leurs trousses ne peut les empêcher de regarder vers la neuvième place, distante de seulement trois points…

Montpellier et Dunkerque ont en commun de déplorer une absence majeure : Ghislain Folcke, suspendu, est remplacé en défense par le "novice" Benjamin N’Guyen, avec qui il avait longtemps évolué en attaque, et le retour au jeu de Roman Skutchan côté Vipers est retardé.

Séparées d’un but à l’aller, les deux formations s’observent pendant de longues minutes. Dunkerque voit ainsi plusieurs passes coupées et d’autres lancers contrés par une défense seulement prise à défaut par une passe millimétrée de Laine vers Yli-Junnila, l’ancien Rémois manquant le cadre. Le premier lancer de Montpellier n’intervient qu’à la fin de la cinquième minute, Ryan Ellis disposant enfin d’un peu d’espace pour tester Martel.

Le seul joueur capable de forcer le verrou mis en place devant la cage de Michael Dupont, surtout à l’œuvre sur des tirs lointains, est Loïc Destoop. Le numéro 22 adresse deux lancers tendus, histoire de réveiller une assistance bariolée en cette période de carnaval. La première faute arrive sur une accélération du deuxième bloc dunkerquois, par l’entremise de François Rozenthal (14’46"). Le jeu de puissance ne se montre cependant pas plus capable de contourner l’arrière-garde languedocienne, mise à contribution par un unique essai lointain de Laine capté par le gant de Michaël Dupont.

Une frayeur est même occasionnée par une échappée de Petr Janecka au nez et à la barbe de Raattama, pour un duel remporté par Martel. Revenu au complet, et jusque-là dangereux en contre, à l’image d’un remarquable numéro en solitaire de Martin Slovak, Montpellier termine mieux ce premier tiers et s’installe en zone offensive. Janecka tente ainsi de surprendre Marc-André Martel en contournant la cage, puis Slovak déborde Laine et centre vers Brodeur, trop juste pour rediriger le palet dans les filets.

Le Québécois se rachète à la reprise. Son compatriote Martel abandonné suite à une reprise de Kevin Hamon, Étienne Brodeur profite de l’opportunité pour ouvrir le score (0-1 à 24'27"). Il profite de l’apathie ambiante pour tenter le doublé, du revers, au milieu d’une défense à la relance soudain hésitante. Un deuxième palet consécutif rendu à l’adversaire est ainsi expédié en force par Ellis vers Martel.

L’élan montpelliérain est coupé net par une obstruction de Constantineau, suivie d’un piquage de Bohin cinquante secondes plus tard. La double supériorité s’accompagne irrémédiablement d’un surcroît de travail pour Michaël Dupont, auteur d’un superbe arrêt devant Susi, alerté par Yli-Junnila, et encore défié par l’ailier finlandais, qui tente de l’éviter mais dans son élan manque la cage (29’11"). Les accélérations du numéro 21 dunkerquois, intenable, chauffent un peu plus un public que plusieurs joueurs des Vipers, Petr Janecka en tête, salueront sportivement en fin de soirée…

Tandis que Ryan Ellis est en prison (accrocher), Atte Susi, trouvé par Juhamatti Yli-Junnila, parvient à ses fins (1-1 à 31'13"). Joie de courte durée dans les travées, car un nouvel oubli défensif, consécutif à un lancer en force de Raimonds Danilics, permet à Kevin Ottino, laissé seul sur le rebond, de redonner l’avantage aux visiteurs (1-2 à 33'09"). Il est pourtant dit que les deux formations ne se départageront pas de sitôt, l’indiscipline des Vipers, sur un accrocher de Combe étant punie par un lancer sans contrôle de Jari Raattama, à travers le trafic (2-2 à 35'06"). On croit Dunkerque enfin capable d’accélérer le rythme, avec Maurice Rozenthal et Yli-Junnila en artilleurs, d’autant que Brodeur est puni pour cinglage...

Les apparences sont trompeuses. Une boîte assez agressive permet aux hommes de Pascal Ryser de se sortir de cette mauvaise passe. Puis le début du troisième tiers-temps est marqué par deux situations assez ubuesques dans la zone montpelliéraine. Sur la première, Becuwe, positionné devant l’enclave dos au but, opte pour la passe en retrait, récupérée par les Vipers. Sur la deuxième, les Corsaires sont sanctionnés pour un hors-jeu volontaire de Susi. Effectuée de l’autre côté du glaçon, la mise au jeu est remportée par les Montpelliérains et le palet parvient au deuxième poteau à Kevin Ottino, qui ne laisse pas passer l’occasion de s’offrir son premier doublé (2-3 à 43'33").

Les Vipers peuvent enfoncer le clou trente secondes plus tard en jeu de puissance. Cette séquence ne débouche que sur une occasion, une relance de Martel directement dans la palette du capitaine Danilics, mais le portier a le temps de plonger pour opposer le gant à la reprise en force du Letton. Elle se termine par une percée d’Atte Susi, interrompue par un cinglage de Visnak. Les hommes de Miikka Rousu remettent la pression sur la cage de Dupont, vigilant devant Yli-Junnila, mais un dégagement interdit ramène vite le jeu dans ses parages. En attente d’une solution derrière le but, Maurice Rozenthal guette l’arrivée en force d’Atte Susi (3-3 à 49'19").

Toutefois, à la suite pourtant d’un jeu de puissance provoqué par Janecka sur lequel ils ne se sont pas montrés inspirés, les Héraultais reprennent les devants sur une action individuelle de Slovak. Parti sur la gauche avant de contourner la cage, ce dernier revient vers la ligne bleue d’où il adresse un lancer sur lequel Martel, gêné par le trafic et la présence d’Étienne Brodeur, s’avoue vaincu (3-4 à 53'09").

Ce but, attribué au Québécois qui trouve là la juste récompense de ses efforts constants tout au long d’une rencontre disputée sur deux blocs, s’apparente à un coup de massue. Le temps presse pour Dunkerque, privé pour dix minutes de Juhamatti Yli-Junnila, à l’abord d’instants décisifs que le grand Finlandais apprécie tant (57’38"). Le dégagement hors-limites de Tony Delage, quelques secondes plus tôt, offre pourtant une ultime supériorité numérique, sorte de quitte ou double.

La cage montpelliéraine remise en place pour la troisième fois de la soirée par le corps arbitral, Vadim Gyesbreghs fait parler la poudre à deux reprises, pour autant d’interventions de Michaël Dupont. Celui-ci s’incline finalement sur une déviation de Maxime Brachet, bien placé sur un tir initial de Jari Raattama (4-4 à 58'53"). Efficace sur le jeu de puissance, Dunkerque préserve ainsi un point longtemps contesté et peut espérer en glaner un deuxième en surtemps.

La prolongation est initiée par une première occasion d’Étienne Brodeur, servi en retrait par Kevin Hamon, mais Dunkerque réagit vite lorsque François Rozenthal chipe la rondelle à Visnak, qui se rattrape bien d’un plongeon privant le jumeau de l’offrande. Maurice est d’ailleurs encore présent pour contrer le dégagement de Delage et trouver une mitaine sécurisante sur la route de son puissant lancer en hauteur. À la suite d’une montée de Gyesbreghs, la victoire viendra d’Atte Susi, positionné en embuscade devant le but en attente du rebond d’un palet précédemment expédié hors cadre (5-4 à 66'06").

Avec cette cinquième victoire au-delà des soixante minutes, Dunkerque empoche deux points très importants et un temps inespérés au regard du scénario de la rencontre. Longtemps repoussés par un dispositif inexpugnable, les Corsaires n’auront pris qu’une fois les devants, grâce au troisième but d’un Atte Susi comme souvent intenable.


Dunkerque – Montpellier 5-4 après prolongation (0-0, 2-2, 2-2, 1-0)
Samedi 9 février 2013 à 18h30 à la patinoire Michel Raffoux. 850 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Peronnin assisté de Guillaume Gardiol et Sueva Torribio.
Pénalités : Dunkerque 16' (0’, 2’, 4’+10’, 0’), Montpellier 28' (2', 12’+10’, 4’, 0’).
Tirs : Dunkerque 49 (12, 17, 13, 7), Montpellier 32 (11, 9, 10, 2).

Évolution du score :
0-1 à 24'27" : Brodeur assisté de Hamon et Delage
1-1 à 31'13" : Susi assisté de Yli-Junnila et Laine (double sup. num.)
1-2 à 33'09" : Ottino assisté de Danilics et Ellis
2-2 à 35'06" : Brachet assisté de Raattama et Gyesbreghs (sup. num.)
2-3 à 43'33" : Ottino assisté de Danilics et Simon
3-3 à 49'19" : Susi assisté de M. Rozenthal et Destoop
3-4 à 53'09" : Brodeur assisté de Slovak
4-4 à 58'53" : Brachet assisté de Raattama et Miettinen (sup. num.)
5-4 à 66'06" : Susi assisté de Gyesbreghs et Raattama

Dunkerque

Gardien : Marc-André Martel.

Défenseurs : Grégory Dubois (A) - Jussi Laine ; Jari Raattama - Vadim Gyesbreghs ; Benjamin N'Guyen (jusqu’à 40’00") - Ekue Tomety.

Attaquants : Maurice Rozenthal (A) - Juhamatti Yli-Junnila - Atte Susi ; Maxime Brachet - Jami Miettinen - François Rozenthal (C) ; Mathieu Becuwe (ou François Moretti à 40’00") - Loïc Destoop - Clément Thomas.

Remplaçants : Julien Peyre (G), Valentin Dumélié, Antoine Houque. Absents : Ghislain Folcke (suspendu), Antoine Vanwormhoudt (genou).

Montpellier

Gardien : Michael Dupont.

Défenseurs : Bodhan Visnak - Ivan Bohin ; Lionel Simon - François-Henri Désérable ; Nicolas Constantineau - Tony Delage (A).

Attaquants : Étienne Brodeur - Petr Janecka (A) - Martin Slovak ; Ryan Ellis - Raimonds Danilics (C) - Kevin Ottino ; [Brodeur] - Mathieu Combe - Kevin Hamon.

Remplaçants : Steven Catelin (G), Maximilien Martocq, Alexandre Juan, Guillaume Bourgain. Absents : Roman Skutchan, Matthieu Merlet, Thomas Saunier.