Présentation NHL 2012/2013 : la division Centrale

Avec quatre de ses cinq équipes ayant participé aux playoffs l’an passé, la division Centrale est une des meilleures de la conférence Ouest grâce à la présence de valeurs sûres comme Chicago (champions en 2010) ou Detroit (champions en 2008) et une franchise montante avec St. Louis. Par contre, la tâche sera rude pour Nashville afin d’arriver aux playoffs et cela sera encore plus compliqué pour Columbus.

 


Chicago BlackhawksLogo Chicago petit

Arrivées notables : Michal Rozsival (D, Phoenix) et Sheldon Brookbank (D, Anaheim).

Départ notable : Sami Lepistö (D, HC Lev de Prague, KHL).

Avant l’entame de la saison, beaucoup d’observateurs voyaient l’entraîneur Joel Quenneville sur un siège éjectable car le titre de 2010 avait été suivi de deux saisons moyennes. Mais le début de saison stratosphérique de saison des Blackhawks écarte déjà cette perspective. Chicago trône sans partage sur la conférence Ouest et l’équipe devrait arriver sans encombre aux playoffs.

L’un des joueurs à rassurer le plus les fans de Chicago en ce début de saison est le gardien Corey Crawford. Bombardé titulaire en 2010 après le titre et le départ d’Antti Niemi puis de Cristobal Huet, Crawford a peiné à concrétiser les espoirs placés en lui par le manager général Stan Bowman. Mais, le portier de 28 ans affiche des performances  probantes et Ray Emery se montre également solide. Les gardiens ne sont donc pas le pmoint faible annoncé.

Devant eux, comme le reste de l’effectif, l’escouade défensive n’a pas beaucoup bougé depuis l’année dernière : Duncan Keith et Brent Seabrook seront comme toujours à la manœuvre mais les autres paires seront peut-être moins performantes, même si Niklas Hjalmarsson semble avoir retrouvé l’assurance et la solidité dont il avait fait preuve lors de la saison du titre. Il composera la deuxième paire défensive avec Johnny Oduya.

En attaque, les fans (et le management, accessoirement) attendaient un sursaut de la part de Patrick Kane. L’ailier droit talentueux mais fantasque avait signé une saison 2011-12 à 66 points, bien en deçà des attentes, mais il s’était surtout fait remarquer en mai à cause de sa tendance à faire la fête. À l’intersaison, le joueur a fait amende honorable et, après un exil en Suisse pour cause de lockout plutôt calme (où il était accompagné par sa mère !), il signe un début de saison tonitruant. L’autre bonne nouvelle est venue de Marian Hossa. Blessé gravement lors de la série face à Phoenix en 2012, le Slovaque s’est visiblement bien remis de sa commotion cérébrale. Avec également Jonathan Toews et Patrick Sharp, le top-6 offensif des Blackhawks est un des meilleurs de la ligue.

Effectif (lignes théoriques)

Gardiens : Corey Crawford, Ray Emery

Défenseurs : Duncan Keith – Brent Seabrook ; Nick Leddy – Johnny Oduya ; Niklas Hjalmarsson – Michal Rozsival

Attaquants : Patrick Sharp – Jonathan Toews – Patrick Kane ; Viktor Stålberg – Marcus Kruger – Marian Hossa ; Bryan Bickell – Dave Bolland – Andrew Shaw ; Dan Carcillo – Jamal Mayers – Jimmy Hayes

 

St. Louis BluesLogo StLouis petit

Arrivées notables : Vladimir Tarasenko (AD, SKA St. Petersbourg, KHL), Jeff Woywitka (D, Rangers de New York), Andrew Murray (C, Detroit) et Wade Redden (D, Connecticut Whale, AHL).

Départs notables : B.J. Crombeen (C, Tampa Bay) et Carlo Colaiacovo (D, Detroit).

Après des années de vaches maigres (symbolisées par une seule participation aux playoffs entre 2004 et 2011), St. Louis est maintenant un modèle en matière de reconstruction. Mais si les signes de ce renouveau étaient perceptibles avec la progression de jeunes joueurs acquis par la draft, il est arrivé de manière soudaine. Ainsi, la saison dernière avait commencé difficilement pour le club et les résultats ne sont arrivés qu’avec le remplacement de David Payne par Ken Hitchcock au poste d’entraîneur. La remontée au classement fut spectaculaire puisque St. Louis a terminé la saison régulière à la deuxième place de la conférence Ouest. La belle histoire s’est toutefois arrêtée au deuxième tour des playoffs face au futur vainqueur, Los Angeles.

Parmi les principaux artisans de cette bonne saison, il y a le duo de gardiens Jaroslav Halak – Brian Elliott. Profitant du système défensif de Hitchcock, les deux portiers se sont partagé le but pour terminer avec le moins de buts encaissés de toute la ligue. Néanmoins, cela ne va pas forcément se reproduire cette année. Pendant les playoffs, une blessure d’Halak a forcé Elliott à assumer seul le rôle de titulaire face aux Kings et il ne s’est pas vraiment montré à son avantage. Halak devrait donc aborder cette saison avec l’étiquette de titulaire qui lui est destinée depuis son transfert de Montréal. Mais le début de saison est rude pour le tandem car Hitchcock a été obligé de lancer le jeune portier Jake Allen (22 ans) dans le grand bain.

En défense, Alex Pietrangelo a montré la saison dernière qu’il s’était imposé comme un des meilleurs défenseurs de la ligue. Affrontant à 22 ans les meilleures lignes adverses, il s’est également fait remarquer sur le plan offensif avec 51 points (troisième meilleur pointeur des Blues). Pietrangelo mène une escouade qui n’a quasiment pas bougé et qui devrait donc être plutôt solide.

L’attaque avait été moins en vue que la défense, malgré de bons éléments comme T.J. Oshie ou David Perron et une excellente possession du palet. L’apport de l’explosif Vladimir Tarasenko sera donc le bienvenu. À 21 ans seulement, l’ailier russe a déjà 4 saisons en KHL à son actif (d’abord avec le Sibir Novosibirsk puis le SKA Saint-Pétersbourg), terminant l’an passé huitième pointeur du championnat russe. Il avait également été un des principaux artisans de la victoire de la Russie aux Championnats du monde junior en 2011. Tarasenko a démarré sa carrière nord-américaine en trombe avec 3 buts pour 5 points en 5 matchs pour finir meilleur rookie du mois de janvier, même s’il a ensuite baissé de régime.

Effectif (lignes théoriques)

Gardiens : Jaroslav Halak, Brian Elliott

Défenseurs : Kevin Shattenkirk – Alex Pietrangelo ; Barret Jackman – Roman Polak ; Ian Cole – Kris Russell

Attaquants : David Perron – David Backes – T.J. Oshie ; Andy McDonald – Patrik Berglund – Vladimir Tarasenko ; Alex Steen – Vladimir Sobotka – Chris Stewart ; Jaden Schwartz – Scott Nichol – Jamie Langenbrunner

 

Detroit Red WingsLogo Detroit petit

Arrivées notables : Jonas Gustavsson (G, Toronto), Damien Brunner (C, Zug, NLA), Mikael Samuelsson (AD, Floride), Jordin Tootoo (AD, Nashville) et Carlo Colaiacovo (D, St. Louis).

Départs notables : Nicklas Lidström (D, retraite), Tomas Holmström (AD, retraite), Brad Stuart (D, San José), Chris Conner (AD, Phoenix), Jiri Hudler (C, Calgary) et Andrew Murray (C, St. Louis).

Avec le départ à la retraite de Nicklas Lidström, les fans des Wings ont certes perdu un des symboles de la réussite de la franchise ces deux dernières décennies, mais l’entraîneur Mike Babcock regrettera sans doute plus le départ de son meilleur défenseur. En effet, Lidström a fait le choix honorable de partir à 42 ans alors qu’il était toujours un des arrières les plus fiables de la ligue.

Ce départ, conjugué à celui de Brad Stuart, a considérablement affaibli l’escouade défensive de Detroit. C’est Niklas Kronwall qui prend maintenant la charge de numéro 1. Mais cela permet également à des jeunes de tenter de percer dans le grand club, comme Brendan Smith (24 ans, drafté au premier tour en 2007). Sans doute moins protégé par sa défense, le gardien Jimmy Howard aura fort à faire pour repousser les attaques adverses. Son remplaçant sera Jonas Gustavsson, qui tentera de relancer sa carrière nord-américaine après un passage très mitigé à Toronto. 

En attaque, Babcock pourra compter sur son duo vieillissant mais toujours infernal Henrik Zetterberg – Pavel Datsyuk. Zetterberg a récupéré le capitanat de Lidström tandis Datsyuk est toujours l’un des magiciens de la ligue. Le top-6 de Detroit sera également constitué de valeurs sûres comme Johan Franzen ou Valtteri Filppula, qui devrait se mettre en avant car il est dans sa dernière année de contrat avec Detroit.

En ce début de saison, la bonne surprise vient de Damien Brunner. Le meilleur pointeur du championnat suisse de ces quatre dernières saisons s’est bien acclimaté au jeu nord-américain grâce à sa vitesse et sa technique. Si les Wings ont rarement drafté haut ces dernières années, ils ont néanmoins quelques prospects offensifs de talent qui seront peut-être prêts à faire le grand saut en NHL comme Jan Mursak, Tomas Tatar et Gustav Nyquist.

Effectif (lignes théoriques)

Gardiens : Jimmy Howard, Jonas Gustavsson

Défenseurs : Ian White – Niklas Kronwall ; Kyle Quincey – Jonathan Ericsson ; Brendan Smith – Carlo Colaiacovo

Attaquants : Johan Franzen – Pavel Datsyuk – Todd Bertuzzi ; Valtteri Filppula – Henrik Zetterberg – Daniel Cleary ; Drew Miller – Darren Helm – Mikael Samuelsson ; Damien Brunner – Justin Abdelkader – Jordin Tootoo

 

Nashville PredatorsLogo Nashville petit

Arrivées notables : Chris Mason (G, Winnipeg) et Scott Hannan (D, Calgary).

Départs notables : Ryan Suter (D, Minnesota), Aleksandr Radulov (AD, CSKA Moscou, KHL), Andreï Kostitsyn (AG, Traktor Chelyabinsk, KHL), Jack Hillen (D, Washington), Anders Lindbäck (G, Tampa Bay) et Jordin Tootoo (AD, Detroit).

Si Ryan Suter a finalement signé au Minnesota pour rejoindre le Wild, le manager général David Poile est parvenu à resigner ses deux autres stars défensives : le gardien Pekka Rinne et le défenseur Shea Weber. Ce dernier a failli partir à cause d’une offre de Philadelphie qui paraissait dépasser les moyens financiers de Nashville, mais Poile a conservé son capitaine en s’alignant, au prix de 14 millions la première saison.

Privé de son habituel collègue Suter, Shea Weber connaît un début de saison discret avec à ses côtés Roman Josi. Le départ de Suter offre néanmoins au Suisse ainsi qu’à d’autres arrières comme Ryan Ellis ou Kevin Klein l’occasion d’avoir un rôle plus important dans l’équipe. Par contre, Rinne reste un des meilleurs remparts de la ligue.

Si l’entraîneur Barry Trotz devrait compter comme toujours sur la solidité et la discipline de son équipe, le point faible des Predators en ce début de saison est très clairement l’attaque. Nashville pointe ainsi à la dernière place pour les buts marqués et pour les tirs cadrés. De fait, les départs conjugués d’Aleksandr Radulov, d’Andrei Kostitsyn et du remuant Jordin Tootoo n’ont pas amélioré l’offensive d’une équipe déjà peu portée l’an passé sur la possession du palet.

Les Predators étaient parvenus à finir huitième meilleure attaque, mais c’était principalement grâce au jeu de puissance (première équipe de la ligue dans ce domaine). La production des buteurs Patric Hörnqvist et Sergei Kostitsyn sera bienvenue mais elle tarde à venir : le Suédois s'est blessé début février tandis le Biélorusse a été rétrogradé sur le quatrième trio.

Effectif (lignes théoriques)

Gardiens : Pekka Rinne, Chris Mason

Défenseurs : Shea Weber – Roman Josi ; Kevin Klein – Scott Hannan ; Ryan Ellis – Hal Gill

Attaquants : Sergei Kostitsyn – Mike Fisher – Martin Erat ; Colin Wilson – David Legwand – Patric Hörnqvist ; Gabriel Bourque – Nick Spaling – Craig Smith ; Brandon Yip – Paul Gaustad – Matt Halischuk

 

Columbus Blue JacketsLogo Columbus petit

Arrivées notables : Sergei Bobrovsky (G, Philadelphie), Nick Foligno (AG, Ottawa), Adrian Aucoin (D, Phoenix), Artem Anisimov (C, Rangers de New York), Brandon Dubinsky (C, Rangers de New York) et Tim Erixon (D, Rangers de New York).

Départs notables : Rick Nash (AG, Rangers de New York), Curtis Sanford (G, Lokomotiv Yaroslav, KHL) et Marc Methot (D, Ottawa).

S’il peut arriver que des franchises connaissent des revers de fortune, on dirait que la malchance s’acharne tout particulièrement sur Columbus et la saison dernière a été un chemin de croix. Outre le transfert du capitaine et une dernière place au classement, les Blue Jackets n’ont pas pu drafter en première position car ils ont perdu à la loterie contre Edmonton. Et pour couronner le tout, le joueur qu’ils ont drafté, le prometteur défenseur Ryan Murray, s’est gravement blessé à l’épaule et manquera toute la saison…

Le moral est donc toujours en berne du côté de l’Ohio, et les attentes des fans limitées. Le manager général Scott Arniel a fini par payer les mauvaises performances de l’équipe (et peut-être sa gestion du transfert de Rick Nash) en étant limogé et il a été remplacé par Jarmo Kekäläinen, ancien manager assistant pour les Blues de St Louis et alors manager général de Jokerit en SM-liiga. Il hérite d’un effectif sans réelle star, sans doute loin d’arriver aux playoffs.

Dans les buts, l’arrivée de Sergei Bobrovsky, barré par Ilya Bryzgalov à Philadelphie, offre une alternative à Steve Mason, meilleur rookie en 2008/09 mais en chute libre depuis. La défense sera composée de l’offensif James Wisniewski, du physique Jack Johnson mais également des solides Russes Nikita Nikitin et Fedor Tyutin, ce top-4 étant sans doute le meilleur dans la courte histoire des Jackets.

La situation en attaque est plus compliquée. Le départ de Nash enlève un atout offensif de choix pour l’entraîneur Todd Richards, compensé par les arrivées de Brandon Dubinsky, Artem Anisimov et Nick Foligno. Le top-6 de Columbus sera donc très ouvert et nombreux sont les joueurs qui peuvent y prétendre, comme le vétéran Vinny Prospal (qui devrait finir sa carrière avec les Jackets pour rejoindre leur management) ou R.J. Umberger mais également Derick Brassard ou les prometteurs Ryan Johansen et Cam Atkinson, révélé en fin de saison dernière.

Effectif (lignes théoriques)

Gardiens : Sergei Bobrovsky, Steve Mason

Défenseurs : Jack Johnson – James Wisniewski ; Nikita Nikitin – Fedor Tyutin ; John Moore – Adrian Aucoin

Attaquants : Vinny Prospal – Derick Brassard – R.J. Umberger ; Brandon Dubinsky – Artem Anisimov – Cam Atkinson ; Nick Foligno – Ryan Johansen – Derek Dorsett ; Ryan Russell – Mark Letestu – Jared Boll